Navigation – Plan du site

AccueilRevue d'histoire du XIXe siècle65LecturesComptes rendusJeffrey L. PASLEY, John Craig HAM...

Lectures
Comptes rendus

Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 1: Western Slavery, National Impasse | Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 2: “The Missouri question” and its answers

Columbia, University of Missouri Press, 2021 | Columbia, University of Missouri Press, 2021
Soazig Villerbu
p. 245-246
Référence(s) :

Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 1: Western Slavery, National Impasse, Columbia, University of Missouri Press, 2021, 414 p., 45 dollars.

Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 2: “The Missouri question” and its answers, Columbia, University of Missouri Press, 2021, 401 p., 45 dollars.

Texte intégral

1Les commémorations permettent souvent de relire de vieilles questions, en voici encore la preuve : deux colloques en 2019 (en février à Columbia et en mars à New York) donnent 800 pages sur ce que les auteurs disent avec force qu’il faut appeler « Crise du Missouri » et non plus « Compromis du Missouri ». Cette requalification est une manière de mieux décrire les faits et surtout de les interpréter différemment, non pas comme l’art qu’aurait eu la démocratie étas-unienne de surmonter ses difficultés par le dialogue mais plutôt comme le symbole d’une contradiction fondamentale de la trajectoire états-unienne : l’esclavage en pays démocratique. Il s’agissait en l’occurrence du problème de la progression vers l’Ouest de l’esclavage, que l’Ordonnance du Nord-Ouest de 1787 n’avait réglé que jusqu’aux rives du Mississippi. Aussi la crise éclata lorsque le Missouri demanda en 1819 son admission dans l’Union comme État esclavagiste, ce qui fut acquis en 1821 à la condition de limiter après cela ladite progression et en admettant en parallèle le Maine comme État libre.

  • 1 John Craig Hammond, Slavery, Freedom and Expansion in the Early American West, Charlotteville, Univ (...)

2Disons toute de suite que ces volumes ne constituent pas, pour autant, une somme définitive sur le sujet : plutôt une manière de lancer un nouveau départ. Il existait déjà des travaux innombrables et certains des contributeurs de The Missouri Crisis en avaient d’ailleurs été les auteurs1. Mais des pistes neuves sont explorées. Il serait d’ailleurs vain de vouloir les suivre toutes dans ces quelques lignes : les vingt-cinq longues contributions mériteraient chacune qu’un recenseur débatte de leurs arguments, même si elles se comprennent mieux ensemble. Elles se complètent, se répondent, se répètent ou se contredisent aussi parfois mais c’est le lot de ce genre d’entreprise. Et celle-ci est un excellent indicateur de manières de faire l’histoire de la Jeune République, pour plusieurs raisons. Retenons-en ici cinq.

3La première relève du poids de la mémoire et de la demande sociale, à deux échelles. Les auteurs discutent en effet du 1619 Project lancé récemment par le New York Times et qui vise à faire de l’arrivée des premiers esclaves plutôt que des premiers colons anglais le point de départ de l’histoire états-unienne, afin de lui opposer en toute rigueur les complexités académiques d’un moment 1821. Mais ils s’inscrivent également dans une étrange absence de mémoire locale, le très républicain État du Missouri ne s’étant pas précipité pour célébrer un bicentenaire trop complexe à appréhender et préférant ne pas se pencher sur son passé. Dans les deux cas, il en ressort encore et toujours la centralité de l’expérience de l’esclavage dans le récit états-unien.

4Cette permanence en rejoint une autre : car la majorité des contributions pratique une histoire politique somme toute assez classique, ce qui n’est pas nécessairement un défaut tant les mécanismes de la démocratie demeurent au cœur des préoccupations historiennes outre-atlantique. Nombreuses sont donc les pages qui emmènent le lecteur à la Chambre des représentants et au Sénat suivre de près les débats qui dénouèrent la crise, ou qui se penchent sur les principales personnalités qui y prirent part.

  • 2 Le chapitre est rédigé par Anne Twitty, dont on peut lire aussi : Anne Twitty, Before Dred Scott : (...)

5Mais l’histoire politique s’est écartée de ces lieux officiels pour descendre au plus près de la population. Ce sont les Africains-Américains eux-mêmes qui sont ici présents, à la fois parce que, libres, ils représentent une fraction certes ténue mais non négligeable de l’électorat dans quelques États du Nord-Est, et parce qu’esclaves dans le Missouri ils agissent à leur manière. Ainsi en 1817, alors que les élites locales font leur première demande d’admission en tant qu’État, Winny, une Africaine-Américaine, lance des poursuites contre sa maîtresse pour obtenir sa liberté. Le cas est jugé en 1824 et construit un modèle qui permet à de nombreux autres esclaves de faire de même jusqu’à l’interdiction de telles gestes en 18522.

6Néanmoins limiter cette histoire au face-à-face états-unien entre Noirs et Blancs ne tient plus, et c’est une des forces de cet ouvrage de le montrer, même si ce n’en est pas l’essentiel. On peut en effet avec Robert Lee et Edward P. Green contextualiser la question missourienne dans l’histoire de l’Ouest et constater que le Missouri connaît entre 1815 et 1818 la plus forte croissance démographique du pays, freinée seulement par la crise économique de 1819 et si elle est centrée sur le très esclavagiste Boone’s Lick, elle n’est possible que parce que les diverses populations indiennes en ont été évacuées peu de temps auparavant pour laisser la place aux colons et à leur main-d’œuvre. L’histoire de la naissance du Missouri est donc celle d’une volonté de pouvoir blanc : l’élimination des Indiens et l’installation des esclaves sont les deux faces d’une même réalité. Mais pour quelle spécificité ? Peter Kastor, sans nier qu’il y eut des particularités états-uniennes, situe la crise du Missouri à l’échelle de l’ensemble du continent américain : l’État naît en fait quelques mois avant l’indépendance du Mexique voisin, en un temps de troubles généraux et les questions que pose la crise sont celles que se posent toutes les collectivités neuves des Amériques : qu’inventer après les indépendances ? Comment gérer la question servile et celles des migrants ? Comment faire tenir les nouveaux États en évitant les guerres civiles ? On sait que ce qui fut célébré comme une solution en 1821 n’en fut pas une et que quarante années plus tard la guerre de Sécession allait se déchaîner.

Haut de page

Notes

1 John Craig Hammond, Slavery, Freedom and Expansion in the Early American West, Charlotteville, University of Virginia Press, 2007 ; Id., “Slavery, Settlement, and Empire : The Expansion and Growth of Slavery in the Interior of the North American Continent, 1770-1820”, Journal of the Early Republic, vol. 32, 2012/2, p. 175-206 ; Mathew Mason, Slavery and politics in the Early Republic, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2006 ; John Van Atta, Wolf by the Ears : The Missouri Crisis, 1819-1821, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2016 ; dans un registre different : Diane Mutti Burke, On Slavery’s Border : Missouri’s Small-Slaveholding Households, 1815-1865, Athens, University of Georgia Press, 2010.

2 Le chapitre est rédigé par Anne Twitty, dont on peut lire aussi : Anne Twitty, Before Dred Scott : Slavery and Legal Culture in the American Confluence, 1787-1857, New York, Cambridge University Press, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soazig Villerbu, « Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 1: Western Slavery, National Impasse | Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 2: “The Missouri question” and its answers »Revue d'histoire du XIXe siècle, 65 | 2022, 245-246.

Référence électronique

Soazig Villerbu, « Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 1: Western Slavery, National Impasse | Jeffrey L. PASLEY, John Craig HAMMOND (eds.), A Fire Bell in the Past: The Missouri Crisis at 200, vol. 2: “The Missouri question” and its answers »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 65 | 2022, mis en ligne le 03 février 2023, consulté le 20 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8848

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search