Navigation – Plan du site

AccueilNuméros66Dossier : Féministes en révolutionVers une « association universell...

Dossier : Féministes en révolution

Vers une « association universelle » des femmes ? Émancipation, circulations intellectuelles et réseaux franco-britanniques dans la Tribune des femmes et The Crisis (1832‑1834)

Towards a “Universal Association” of Women? Emancipation, Intellectual Circulations and Franco-British Networks in Tribune des Femmes and The Crisis (1832-1834)
Ophélie Siméon
p. 21-38

Résumés

En août 1832, au lendemain des Trois Glorieuses, deux jeunes saint-simoniennes parisiennes, Marie-Reine Guindorf et Désirée Véret, fondent La Femme libre, première revue féministe française véritablement aboutie. Plus tard rebaptisée Tribune des femmes, elle se dote d’un programme ambitieux en dépit de moyens financiers limités : l’« union universelle » des femmes comme prélude à l’égalité des sexes. Ces idéaux sont mis en pratique grâce à l’émergence de réseaux franco-britanniques. Par l’intermédiaire de la féministe anglo-irlandaise Anna Doyle Wheeler, un partenariat politique et intellectuel se noue de 1832 à 1834 entre la Tribune des femmes et The Crisis, principal organe du mouvement socialiste outre-Manche.
Cet article entend éclairer le caractère radical, sinon révolutionnaire, de ce rapprochement. En dépit de sa courte existence, ce premier réseau féministe franco-britannique s’est approprié le concept socialiste d’association pour le mettre au service d’une définition maximaliste de l’émancipation féminine, entendue non seulement comme un gage d’égalité et de liberté, mais surtout comme le moyen d’une transformation totale de la société à rebours des rapports de pouvoir patriarcaux, pour aboutir à une véritable « révolution morale ». Il s’agira donc d’analyser conjointement les circulations intellectuelles et les trajectoires personnelles afin d’interroger la nature et les enjeux de cette intersection entre socialisme, féminisme naissant et transnationalisme. Il conviendra tout d’abord de replacer l’essor de ce partenariat dans le contexte du moment révolutionnaire de 1830 et de ses espoirs déçus en matière d’égalité des sexes. Au-delà des revendications d’autonomie, l’association féminine sera envisagée comme une volonté de repenser de l’intérieur les idéaux d’affranchissement universel qui fondent le socialisme. Enfin, la réception de cette entreprise d’union entre les femmes sera passée au crible de leur statut marginal au sein des divers courants socialistes de l’époque, ainsi que des relations complexes et des rivalités internationales qui ont pu exister entre ces derniers.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

De l’association socialiste à l’union des femmes
La Tribune des femmes et The Crisis : genèse d’un rapprochement
Contre les « arrangeurs de systèmes » : l’association des femmes comme moteur d’une « révolution morale »
Une houleuse réception
Conclusion

Aperçu du texte

En août 1832, deux jeunes couturières parisiennes, Marie-Reine Guindorf (1813-1837) et Désirée Véret (1810-1897), fondent une « petite brochure », La Femme libre. Entièrement « rédigée et publiée par des femmes », elle constitue le premier journal féministe français véritablement abouti. Si le terme de « féminisme » ne prend son usage actuel qu’à la fin du xixe siècle, avec la montée du suffragisme, les Trois Glorieuses avaient laissé entrevoir partout en Europe la promesse d’une société plus libérale. Esquissées lors de la Révolution française, les revendications en faveur de l’égalité des sexes réintègrent alors le débat public, notamment chez les premiers socialistes. Proches des saint-simoniens, Guindorf et Véret élaborent dans ce contexte un programme ambitieux : à rebours des discours dominants, qui entendent confiner les femmes à la sphère privée et à un statut de mineures à vie, elles revendiquent leur droit à participer pleinement à la vie de la cité et à devenir actrices d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ophélie Siméon, « Vers une « association universelle » des femmes ? Émancipation, circulations intellectuelles et réseaux franco-britanniques dans la Tribune des femmes et The Crisis (1832‑1834) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 66 | 2023, 21-38.

Référence électronique

Ophélie Siméon, « Vers une « association universelle » des femmes ? Émancipation, circulations intellectuelles et réseaux franco-britanniques dans la Tribune des femmes et The Crisis (1832‑1834) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 66 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 30 novembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/rh19/8914 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.8914

Haut de page

Auteur

Ophélie Siméon

Ophélie Siméon est maîtresse de conférences en civilisation britannique à l’Université Sorbonne nouvelle Paris  3, Membre du laboratoire CREW (Centre for the Research on the English-Speaking World).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search