Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Dossier : Environnement et empiresLakdar Krelifi Touhami, un «  gar...

Dossier : Environnement et empires

Lakdar Krelifi Touhami, un «  garde indigène  » au cœur de la colonisation des forêts du Constantinois

Lakdar Krelifi Touhami, an “Indigenous Guard” at the Core of the Colonization of Forests in the Constantinois
Jonas Matheron
p. 27-44

Résumés

Lorsque les Français colonisent l’Algérie au xixe siècle, ils tentent d’imposer l’autorité de l’État colonial sur les territoires conquis et sur les populations qui les habitent afin, notamment, de prendre le contrôle des ressources naturelles qui s’y trouvent. C’est à cette fin qu’est créé un service forestier chargé de soumettre l’usage des forêts algériennes aux réglementations imposées par la France coloniale. Mais pour y parvenir, les forestiers français doivent recourir à des intermédiaires issus des populations colonisées, qu’ils recrutent le plus souvent parmi les élites locales. L’objectif de cet article est d’éclairer le rôle qu’ont pu jouer ces intermédiaires dans les pratiques coloniales de gestion forestière, et les conséquences de cet enrôlement sur les positions économiques et sociales qu’ils occupent au sein de leur société. En suivant le parcours du «  garde indigène  » Lakdar Krelifi Touhami, en poste dans plusieurs cantonnements de l’Est algérien au tournant des xixe et xxe siècles, on s’aperçoit alors que les gardes forestiers algériens tirent des rétributions diverses de leur fonction au sein de l’administration coloniale, mais qu’en retour, ce statut leur attire aussi les foudres des populations colonisées, qui voient en eux des représentants de l’ordre colonial.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Un notable local qui renforce sa position dominante
Un fonctionnaire au service de la colonisation des forêts
Lakdar Krelifi Touhami au cœur des tensions coloniales
Conclusion

Aperçu du texte

Le garde Krélifi Touami […] est âgé de 53 ans. Entré dans l’Administration le 30 juin 1892 en qualité de fils de garde indigène, il compte vingt-cinq ans de services forestiers et réunit, par suite, les conditions […] pour être admis à faire valoir ses droits à la retraite. Il ne sollicite pas cette mesure qui cependant est à prononcer d’office […]. Ce garde est gros, sans activité et ne peut plus assurer son service. Nous avons en conséquence l’honneur de proposer sa mise à la retraite d’urgence.

Dans son rapport du 5 octobre 1917, Jules Arrignon, inspecteur des Eaux et Forêts à Batna, est formel. Le garde forestier Krélifi Touami, dont il est le supérieur hiérarchique, n’est plus capable de poursuivre son service et doit être urgemment mis à la retraite. Pourtant, lorsque le conservateur des forêts de Constantine, Adolphe Demoyen, reçoit le rapport de son inspecteur, il l’annote au crayon à papier  : «  Tenant compte de la connaissance complète du pays que possède le garde Krelifi,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Matheron, « Lakdar Krelifi Touhami, un «  garde indigène  » au cœur de la colonisation des forêts du Constantinois »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 27-44.

Référence électronique

Jonas Matheron, « Lakdar Krelifi Touhami, un «  garde indigène  » au cœur de la colonisation des forêts du Constantinois »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9238 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9238

Haut de page

Auteur

Jonas Matheron

Jonas Matheron est doctorant à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattaché au laboratoire Sirice-CNRS UMR 8138.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search