Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Dossier : Environnement et empiresUn bagne dans les Savanes. Genèse...

Dossier : Environnement et empires

Un bagne dans les Savanes. Genèse de l’établissement pénitentiaire agricole de Kourou (1856-1865)

A Penal Colony in the Savannahs. The Genesis of the Kourou Agricultural Penitentiary (1856-1865)
Samuel Tracol
p. 63-84

Résumés

La Guyane devient en 1852 une colonie pénitentiaire. Sur le modèle des bagnes australiens, la transportation des condamnés vise à la fois à la réhabilitation des condamnés par l’octroi de concessions agricoles, et à la mise en économie d’une colonie déshéritée. Kourou, dont le nom reste associé au désastre de l’expédition de 1763, accueille un navire-prison dès 1856. Une première période, marquée par les hésitations et les tâtonnements quant à son orientation productive, se clôt en 1863 avec l’arrivée à la tête du pénitencier de Kourou du commandant Houry, planteur passé au service de l’administration pénitentiaire. Jusqu’en 1865, il met en œuvre un projet hétérotopique isolé, qui contraste avec la routine bureaucratique qui a condamné les expériences précédentes. À partir de l’exemple d’un camp secondaire et banal dans la géographie carcérale de la Guyane, nous interrogerons le projet pénitentiaire mené durant un siècle en Guyane à partir de son prisme colonial  : le bagne constitue-t-il une institution située, composant avec les contraintes sociales, démographiques et naturelles du territoire guyanais  ? Est-il à l’inverse un «  lieu autre  », contribuant à accomplir les visées prométhéennes du colonisateur français à partir de modèles exogènes  ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Le bagne incertain  : tâtonnements, expérimentations et revirements (1853-1863)
De l’exploitation forestière à l’élevage bovin, le camp de Kourou (1853-1860)
La fondation du pénitencier des Roches
Le bagne imaginé  : utopies pénales et savoirs coloniaux
Les Savanes de Kourou  : «  appropriation de l’espace [et] production de savoirs géographiques  »
Le plan Houry  : une Australie guyanaise  ?
Le bagne de M. Houry  : heurs et malheurs d’une utopie agricole (1863-1865)
Le «  potager de la Guyane  »  ?
«  Kourou retourne une fois de plus au néant  »
Conclusion  : le «  rêve brisé de la colonisation pénale  »

Aperçu du texte

«  Pour le moment [la Guyane] est à l’état d’embryon, malgré sa vieillesse nationale, malgré ses trésors cachés, malgré ses richesses naturelles, malgré tout ce qu’ont pu faire nos devanciers, malgré enfin tout l’argent que nous y avons engouffré.  » Sous domination française depuis le milieu du xviie siècle, la Guyane reste à la fin du xixe siècle un territoire «  hypo-colonisé  ». Pourtant, l’inventaire de ses richesses agricoles, sylvicoles ou minières alimente le rêve d’un âge d’or toujours à venir. Ainsi, le génie «  prométhéen  » du colonisateur trouve en Guyane un terrain d’expression privilégié, dont l’expédition de Kourou de 1763 constitue une manifestation éclatante autant qu’un échec retentissant. Dans le but de fournir à la colonie une main-d’œuvre indispensable à son développement et de relancer le rêve d’une Amérique française à la suite du traité de Paris, le duc de Choiseul conduit 10 446 colons vers la Guyane. Mal préparée et ignorant le risque épidémique, l’expédit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Tracol, « Un bagne dans les Savanes. Genèse de l’établissement pénitentiaire agricole de Kourou (1856-1865) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 63-84.

Référence électronique

Samuel Tracol, « Un bagne dans les Savanes. Genèse de l’établissement pénitentiaire agricole de Kourou (1856-1865) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9248

Haut de page

Auteur

Samuel Tracol

Samuel Tracol est agrégé d’histoire et doctorant à Sorbonne Université, rattaché au Centre d’histoire du xixe siècle (CRHXIX).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search