Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67Dossier : Environnement et empires«  Des terres sans propriétaires ...

Dossier : Environnement et empires

«  Des terres sans propriétaires  »  ? Les forêts du Kilimandjaro, entre pratiques locales et politiques coloniales dans la seconde moitié du xixe siècle

“Land Without Owners” ? Local Practices and Colonial Policies of the Forests of Kilimanjaro in the Second Half of the 19th Century
Delphine Froment
p. 85-102

Résumés

En Afrique orientale allemande (actuels Tanzanie, Rwanda et Burundi), la fin du xixe siècle est marquée par l’imposition d’une politique environnementale visant à la conservation des ressources et à leur exploitation raisonnée par les colonisateurs. Les forêts du Kilimandjaro, réputées pour leurs bois précieux, font ainsi l’objet d’une première mise en place de réserves – une politique amenée à perdurer et à se renforcer au cours du xxe siècle, le parc national du Kilimandjaro (1973) étant par exemple un héritage postcolonial indirect de cette législation importée d’Occident. Cet article se propose de revenir sur l’histoire de la progressive imposition de cette politique environnementale sur le massif du Kilimandjaro, en se concentrant en particulier sur le processus d’invisibilisation des pratiques autochtones qui a rendu une telle politique possible. Le croisement de récits de voyages d’acteurs ayant séjourné sur le massif dans la seconde moitié du xixe siècle, de sources administratives et de travaux d’anthropologie permet ici d’observer comment, malgré le constat ancien d’usages locaux de ces forêts, les Européens en sont venus à oblitérer ces pratiques et ont facilité la désocialisation du massif – et, avec elle, la mise en place d’une politique coloniale de conservation expropriant, de fait, les populations locales.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Au cœur de l’économie chagga  : les forêts du Kilimandjaro en pratique(s)
Dans le regard européen, des forêts inhabitées et dégradées
Au mépris des réalités locales  : l’imposition d’une politique coloniale de conservation des forêts
Conclusion

Aperçu du texte

Étant donné que l’on sait que la forêt de la ceinture du Kilimandjaro était auparavant une terre sans propriétaire et que les populations indigènes ne vivent ni ne cultivent les terres situées au-dessus des frontières délimitées, et étant donné que j’ai également constaté, par une enquête auprès des personnes rassemblées, qu’il n’y avait pas de revendications sur le territoire, les terres ont été déclarées libres de tout propriétaire, et ont donc été transformées en Terre de la Couronne et mises à disposition du Trésor de l’Afrique orientale allemande.

C’est en ces termes qu’en mai 1913, Heinrich Näpfel, forestier en charge de la Forstverwaltung (ou «  administration forestière  ») de Moshi, justifie la mise en réserve de deux portions de forêts sur le massif du Kilimandjaro. Celles-ci viennent parachever la constitution, entamée depuis 1908, de la réserve dite du Gürtelwald (ou «  ceinture forestière  »), supposée encercler l’intégralité du massif et recouvrir l’ensemble de l’Urwald...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Froment, « «  Des terres sans propriétaires  »  ? Les forêts du Kilimandjaro, entre pratiques locales et politiques coloniales dans la seconde moitié du xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 85-102.

Référence électronique

Delphine Froment, « «  Des terres sans propriétaires  »  ? Les forêts du Kilimandjaro, entre pratiques locales et politiques coloniales dans la seconde moitié du xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2027, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9256

Haut de page

Auteur

Delphine Froment

Delphine Froment est maîtresse de conférences à l’Université de Lorraine (Nancy), membre du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search