Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusAndrea E. DUFFY, Nomad’s Land: Pa...

Lectures
Comptes rendus

Andrea E. DUFFY, Nomad’s Land: Pastoralism and French Environmental Policy in the Nineteenth-Century Mediterranean World

Lincoln, University of Nebraska Press, 2019
Jonas Matheron
p. 179-181
Référence(s) :

Andrea E. DUFFY, Nomad’s Land: Pastoralism and French Environmental Policy in the Nineteenth-Century Mediterranean World, Lincoln, University of Nebraska Press, 2019, 306p., $55.

Texte intégral

1La thèse défendue par Andrea E. Duffy dans cet ouvrage d’histoire environnementale est forte. Le développement de la foresterie française au xixe siècle aurait largement contribué à la disparition des pratiques et des modes de vie pastoraux d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Pour démontrer cette thèse, l’autrice se concentre sur trois études de cas  : la Provence, l’Algérie coloniale et l’Anatolie ottomane qui, au-delà de conditions géographiques, économiques et sociales proches, sont toutes touchées à divers degrés par l’action des forestiers français. En effet, le service forestier administre les forêts de Provence et de l’Algérie coloniale, mais envoie également une mission à la demande du gouvernement ottoman en 1857, pour l’aider à mettre sur pied une politique forestière dans son empire.

2Dans une première partie, Andrea E. Duffy s’attache à décrire avec précision les deux phénomènes qu’elle fait ensuite interagir dans le cœur de son ouvrage  : la pratique du pastoralisme méditerranéen d’une part, et le développement de la foresterie française au début du xixe siècle d’autre part. La Provence, l’Algérie et l’Anatolie partageraient une même «  histoire méditerranéenne  » (p.  4) du pastoralisme, c’est-à-dire de l’élevage itinérant, en raison de conditions climatiques proches rendant nécessaire la mobilité des troupeaux et des hommes (chapitre 1). Ces trois régions sont diversement touchées par la diffusion, au sein de leurs élites politiques, intellectuelles et administratives, d’un discours qui disqualifie les pratiques pastorales, dont l’autrice retrace la généalogie dans un deuxième chapitre. Enfin, elle décrit dans un troisième chapitre le développement, dans la France postrévolutionnaire, d’une administration forestière coercitive et répressive à l’égard des usages forestiers des populations locales, en particulier du pâturage.

3La deuxième partie de l’ouvrage, cœur de la thèse d’Andrea E. Duffy, est consacrée à la manière dont la foresterie française aurait transformé, en quelques décennies, les sociétés pastorales méditerranéennes. L’autrice décrit d’abord, dans un quatrième chapitre, l’application, au xixe siècle, de nouvelles réglementations qui restreignent le pâturage en Provence, dans l’Algérie coloniale et dans l’Empire ottoman. Elle décrit, à juste titre, les résistances auxquelles se heurtent les forestiers sur le terrain, où l’élevage itinérant occupe une place centrale. Le cinquième chapitre se concentre sur les réformes du régime de propriété des terres qui, dans les trois régions, se conjuguent avec les lois forestières pour mettre fin aux pratiques pastorales, en favorisant la privatisation des terres et la sédentarisation des populations. Dans un sixième chapitre, Andrea E. Duffy décrit la manière dont les forestiers font des pasteurs méditerranéens des «  boucs émissaires de la nature  » (p.  135). En les accusant d’être responsables des différentes catastrophes naturelles qui surviennent régulièrement sur leurs territoires (incendies, érosion, inondations), ils légitiment l’extension de l’autorité de l’État sur ces territoires, au nom de la protection de l’environnement. Dans un chapitre conclusif, l’autrice constate la quasi-disparition du pastoralisme dans les trois sociétés étudiées au tournant des xixe et xxe siècles, tout en précisant que les politiques forestières ne sont qu’un facteur parmi d’autres qui expliquent ce déclin, aux côtés de facteurs techniques, économiques ou sociaux.

  • 1  Diana K. Davis, Les Mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Cham (...)

4Le travail d’Andrea E. Duffy s’inscrit explicitement, dès l’introduction, dans la lignée de ceux de Diana K. Davis sur l’environnement maghrébin1. Comme elle, elle s’attache d’abord à dévoiler comment les discours scientifiques permettent aux élites politiques de justifier des entreprises de domination. Sa contribution permet ainsi d’affiner notre compréhension de la manière dont les pratiques pastorales ont progressivement été disqualifiées, non seulement en France mais également dans l’Empire ottoman, et ce à des fins politiques. Elle montre par exemple qu’au début du xixe siècle, alors que les élites françaises utilisent les travaux d’Ibn Khaldoun pour diffuser une image négative des pasteurs nomades, associés à un stade inférieur du processus de civilisation, les élites ottomanes se fondent sur ces mêmes travaux pour valoriser la figure du bédouin, pasteur nomade. Mais à partir du milieu du siècle, les autorités de la Sublime Porte, confrontées à la fragilisation de l’Empire et aux résistances des pasteurs anatoliens, s’emparent des interprétations occidentales d’Ibn Khaldoun, diffusées par la mission forestière française à partir de 1857, pour justifier les campagnes de sédentarisation forcée menées en Anatolie. Les forestiers français, en France, en Algérie ou dans l’Empire ottoman, jouent donc un rôle important dans la diffusion des représentations négatives du nomadisme. À la fin de la lecture, il est cependant difficile d’identifier précisément ce qui, dans la disparition du pastoralisme, relève du déploiement de l’administration forestière dans les territoires étudiés.

5Car, malgré le souhait de porter une attention aux «  processus de négociation au sein desquels les pasteurs, les forestiers et les administrateurs […] ont joué des rôles actifs et décisifs  » (p.  xxiii), l’analyse d’Andrea E. Duffy traite davantage des discours que de leurs déclinaisons locales sur le terrain. Le propos reste général et décrit des tendances lourdes de l’histoire des sociétés étudiées (l’essor de la propriété privée, la sédentarisation), sans se focaliser sur la complexité des rapports sociaux à l’échelle d’un territoire donné. Les individus cités sont membres des élites (des théoriciens forestiers) ou de l’administration et le point de vue des principaux concernés, les pasteurs, est absent. Avec un récit qui s’appuie d’abord sur le discours des autorités, le lecteur peine alors à saisir les pratiques effectives d’administration coloniale. La partie du chapitre 5 consacrée aux transformations des régimes de propriété induites par la colonisation française en Algérie reprend, par exemple, des conclusions formulées dès le xixe siècle par des juristes coloniaux, puis reprises par les historiens de l’Algérie dans les années 1960-1970, mais qui ont été depuis remises en question. Il est ainsi difficile de continuer à affirmer que «  les responsables coloniaux français ont fait des efforts sincères pour comprendre les formes algériennes traditionnelles de propriété foncière  » (p.  120). Didier Guignard, dont les travaux sur la propriété en Algérie sont absents de la bibliographie de l’autrice, a en effet démontré que les administrateurs français ont prétendu que les catégories foncières «  melk  » et «  arch  » appartenaient à la tradition locale algérienne, alors qu’elles ont été redéfinies par le pouvoir colonial pour faire rentrer les terres dans un régime de propriété adapté aux catégories françaises.

6L’ouvrage n’en contient pas moins de belles démonstrations de circulations d’individus, de représentations et de pratiques à une échelle effectivement méditerranéenne, en particulier lorsque l’autrice présente le parcours du forestier Louis Tassy, né à Aix-en-Provence, envoyé en mission à Istanbul entre 1857 et 1862, puis en Algérie en 1872, qui joue un rôle important dans l’homogénéisation des représentations et des pratiques administratives dans les forêts de ces trois régions. Pour autant, il paraît difficile de conclure à l’existence d’un modèle méditerranéen de disparition du pastoralisme sous le coup des attaques des forestiers français. Les trois terrains sont en effet très différents et l’envoi d’une mission forestière française à Istanbul, notamment, n’est pas comparable avec le déploiement du service français des Eaux et Forêts en Provence et en Algérie. Cela dit, la comparaison entre ces deux derniers cas est riche d’enseignements, et de réflexions. En effet, Andrea E. Duffy évoque à plusieurs reprises l’idée stimulante d’une «  colonisation interne  » de la Provence par le développement du service forestier au xixe siècle. Saisir cette piste conceptuelle pour mettre en regard les pratiques coercitives de gestion forestière des usages pastoraux en France et en Algérie à la même époque aurait peut-être été plus enrichissant que d’englober un troisième cas trop éloigné, celui de l’Anatolie ottomane. Mais on ne peut que saluer l’effort de l’autrice pour tenter de penser ensemble des régions géographiques effectivement connectées, plutôt que de continuer aujourd’hui de les séparer artificiellement, comme le faisaient les scientifiques en colonie d’hier.

Haut de page

Notes

1  Diana K. Davis, Les Mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon, 2012 [2007].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Matheron, « Andrea E. DUFFY, Nomad’s Land: Pastoralism and French Environmental Policy in the Nineteenth-Century Mediterranean World  »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 179-181.

Référence électronique

Jonas Matheron, « Andrea E. DUFFY, Nomad’s Land: Pastoralism and French Environmental Policy in the Nineteenth-Century Mediterranean World  »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9294

Haut de page

Auteur

Jonas Matheron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search