Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusBernhard GISSIBL, The Nature of G...

Lectures
Comptes rendus

Bernhard GISSIBL, The Nature of German Imperialism: Conservation and the Politics of Wildlife in Colonial East Africa

New York et Oxford, Berghahn, 2016, 374 p., £ 27,95.
Guillaume Blanc
p. 181-184
Référence(s) :

Bernhard GISSIBL, The Nature of German Imperialism: Conservation and the Politics of Wildlife in Colonial East Africa, New York et Oxford, Berghahn, 2016, 374 p., £ 27,95.

Texte intégral

1«  Une colonie, ou un jardin zoologique  ?  » Le débat préside à la destinée de l’Afrique de l’Est allemande au cours de sa brève existence, des années 1890 aux débuts de la Première Guerre mondiale. La question agite alors la métropole, mais Bernhard Gissibl montre qu’elle se discute d’abord sur le terrain colonial. Dans la ferme des frères Siedentopf, par exemple.

2À la fin du xixe siècle les deux hommes s’installent au cœur du cratère du Ngorongoro. Ce territoire du nord tanzanien est aujourd’hui l’une des aires protégées les plus réputées d’Afrique de l’Est, un véritable emblème du bestiaire africain. Mais au début du xxe siècle, aux côtés des gnous, des zèbres, des antilopes, des lions et des rhinocéros, on trouve également des bovins, des moutons, des ânes, des chevaux et, jusqu’en 1906, des Masaïs qui font eux aussi pâturer leurs troupeaux. La plupart d’entre eux sont expulsés l’année suivante. Sur leur exploitation, les Siedentopf ont introduit de l’eucalyptus australien et de la luzerne. Ils ont creusé des canaux d’irrigation. Ils ont importé plusieurs centaines de bovins reproducteurs du Kenya et d’Afrique du Sud. Et ils ont (re)boisé les terres adjacentes à leur ferme, ainsi qu’ils l’avaient promis aux administrateurs de la colonie. Alors, quand ils leur demandent davantage de terres, les Siedentopf obtiennent les titres fonciers qu’ils espéraient, et l’expulsion qu’ils recommandaient. Seulement, le gouvernement de l’Afrique de l’Est allemande réalise bientôt que les deux frères ne doivent leur succès qu’à une chasse intensive de l’éléphant et du gnou. L’ivoire du premier et la queue du second constituaient en fait leur véritable source de revenus. Aussi, inévitablement, quand les autorités décident de réguler et de restreindre la chasse dans toute la colonie, la ferme s’approche de la faillite, et un lobby métropolitain pour la conservation de la faune sauvage demande au gouvernement de transformer le Ngorongoro en Naturschutzpark, c’est-à-dire un sanctuaire dédié à la protection de la nature. Aucun compromis ne sera trouvé, parce que la guerre éclate en 1914, mais surtout parce que de la métropole à la colonie, tous les acteurs investis de près ou de loin dans l’Afrique de l’Est allemande s’opposent autour d’une question  : la colonie doit-elle devenir une terre d’agriculture, ou un jardin dédié à la faune  ?

3C’est avec cette anecdote que Bernhard Gissibl débute sa plongée dans l’empire conservationniste allemand. Car selon lui, les débats autour du futur parc du Ngorongoro «  reflètent plus largement les conflits qui entourent la chasse, l’accès à la faune sauvage et l’usage des terres, conflits qui devinrent un trait caractéristique des politiques coloniales au début du xxe siècle  » (p.  7). Tel est l’argument central de ce livre publié en 2016 chez Berghahn Books, dans la très belle collection «  Environmental History : International Perspective  ».

4En mobilisant des archives judiciaires et des récits ethnographiques, Gissibl éclaire d’abord l’émergence de «  big men  » gagnant du pouvoir en assumant la double fonction de «  chasseurs  » et d’«  entrepreneurs politiques  ». La chasse soutenait déjà une économie de subsistance, et l’appropriation de la faune sauvage était enracinée dans l’ordre social et spirituel des communautés est-africaines. Mais des années 1850 aux années 1880, le commerce caravanier s’insère dans les réseaux de la nouvelle globalisation, et plusieurs chasseurs en profitent pour étendre leur territoire d’action. En reliant l’hinterland à la côte et à Zanzibar, en diffusant auprès des Européens les techniques de la chasse à l’éléphant, et en leur servant d’intermédiaires auprès des commerçants arabes et swahili, ces chasseurs deviennent alors des big men. Ils accumulent un capital économique qui leur permet de revendiquer la propriété de l’ivoire sur tout un territoire  ; ce capital politique leur permet sinon de contrôler, au moins de s’émanciper des chefferies et des royaumes existants  ; et lorsque les Allemands se lancent dans la course à l’ivoire et aux colonies, ces chasseurs-entrepreneurs s’imposent comme les piliers indispensables de l’expansion européenne.

5Bien entendu, précise Gissibl, «  les Allemands n’ont pas colonisé l’Afrique de l’Est pour son ivoire. Mais les éléphants et leurs défenses ont façonné la fabrique du colonialisme allemand en Afrique de l’Est  » (p.  67). Pour concurrencer les Belges et les Britanniques déjà investis dans le commerce de l’ivoire, l’empire germanique mise d’abord sur des compagnies à charte. Cependant, les chasseurs et commerçants de la région s’opposent violemment à cette tentative de monopole, au point de contraindre les Allemands à composer avec eux. Reprenant les théories du «  middle ground  » et du «  mimétisme  » chères à Frederick Cooper et Homi Bhabha, Gissibl montre alors qu’au tournant des xixe et xxe siècles, pour ériger leur État colonial, sur le terrain les chasseurs-administrateurs allemands se font eux aussi big men. Ils s’insèrent dans le commerce régional de l’ivoire, ils s’imposent sur les territoires qui abritent la grande faune, et progressivement, la chasse devient le premier «  espace de l’interaction et de l’intelligibilité coloniales  » (p.  79).

6Les Allemands vont toutefois l’emporter en bâtissant un «  régime écoraciste  » (p.  9) qui mêle coercition et conservation. En 1896, sous la conduite du gouverneur Hermann von Wissman, l’administration coloniale promulgue une première ordonnance sur la faune. S’ensuit la création des deux premières réserves de chasse d’Afrique, puis l’instauration de deux types de licence de chasse, l’une pour les «  Européens  », l’autre pour les «  indigènes  ». Dans un premier temps, les populations africaines ne sont pas complètement privées du droit de chasse. Elles sont discriminées dans l’accès aux ressources cynégétiques, mais les big men parviennent à contourner la législation, ou du moins à faire avec. Jusqu’en 1903 et 1904, quand les Allemands intensifient leur monopole sur la faune sauvage en dissociant plus radicalement le «  chasseur européen  » et le «  chasseur primitif  ». C’est dans ce contexte qu’éclate, au sud-est de la colonie, en 1905, la révolte des Maji Maji. L’histoire de cette révolte est probablement la «  pépite  » de The Nature of German Imperialism. Gissibl y retrace une histoire sociale de la conservation au fil de laquelle celle-ci apparaît pour ce qu’elle est vraiment, «  une politique qui consiste à rendre les chasseurs africains sédentaires, contrôlables et natifs  » (p.  119). L’historien montre bien que le «  chasseur primitif africain  » n’existe qu’au travers de l’imaginaire impérial. Mais c’est justement là tout l’enjeu. Dans un contexte où la prédation de la grande faune nécessite désormais sa conservation, c’est-à-dire une protection grâce à laquelle l’exploitation ne mènera pas à l’extinction, les Européens doivent monopoliser la chasse intensive de la faune et pour ça, l’interdire à de plus en plus d’Africains. Aussi, dit Gissibl, il faut les «  rendre natifs  », pour les priver d’armes à feu, et autoriser uniquement une chasse «  africaine  » et «  traditionnelle  » à la lance ou à l’arc. Voilà pourquoi on retrouve les chasseurs d’éléphants à la tête de la révolte Maji Maji. Et voilà pourquoi, une fois la victoire acquise, en 1906, dans toute la colonie les Allemands font de la conservation l’outil grâce auquel priver légalement les Africains de leur capacité à contrôler leur environnement.

7Depuis, le régime conservationniste qui s’instaure dans la colonie repose sur une «  spatialisation de l’usage du paysage  » (p.  161). Dans les zones de peuplement et de culture de la terre, la faune est à exclure, et les récoltes à protéger des prédateurs. En revanche, dans les régions moins peuplées et moins cultivées, des réserves viennent désormais garantir la conservation de la faune sauvage, pour la chasse à l’ivoire mais aussi, de plus en plus, pour la chasse sportive.

8Cette ouverture vers la naissance du safari touristique permet alors à Bernhard Gissibl de terminer son livre par une histoire connectée des espaces de la conservation. Dans l’Afrique de l’Est allemande, en créant des réserves de chasse et en imposant une législation environnementale, les autorisés affirment leur pouvoir sur les ressources de la colonie, elles poussent les Africaines et les Africains vers le travail agricole et salarié et, ce faisant, elles contrôlent toujours davantage les modes de vie qui menacent l’ordre colonial, c’est-à-dire le pastoralisme transhumant et l’agriculture de subsistance. Mais ce gouvernement de la nature et des hommes ne saurait voir le jour sans l’alliance qui s’opère alors, au début des années 1910, entre les conservationnistes britanniques et allemands. Les uns comme les autres poussent les autorités coloniales à séparer l’homme de la nature, d’une part pour conserver la grande faune, d’autre part, pour freiner les épizooties et développer l’agriculture. Ainsi les objectifs politiques et conservationnistes se rencontrent dans toute l’Afrique de l’Est. Et en retour, ils finissent par influer sur toute l’Europe. Comme en Allemagne, par exemple, où la découverte d’un continent africain peuplé de grands mammifères va bientôt se traduire, dans les années 1920, par une quête effrénée pour «  restaurer un paysage allemand supposément originel (p.  286)  ». La quête de l’ivoire cède donc sa place à une quête des origines, mais qui dit conservation dit toujours pouvoir, en colonie, comme en métropole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Blanc, « Bernhard GISSIBL, The Nature of German Imperialism: Conservation and the Politics of Wildlife in Colonial East Africa »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 181-184.

Référence électronique

Guillaume Blanc, « Bernhard GISSIBL, The Nature of German Imperialism: Conservation and the Politics of Wildlife in Colonial East Africa »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9303

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search