Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusMarine BELLÉGO, Enraciner l’empir...

Lectures
Comptes rendus

Marine BELLÉGO, Enraciner l’empire  : une autre histoire du jardin botanique de Calcutta (1860-1910)

Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 2021
Charles-François Mathis
p. 184-186
Référence(s) :

Marine BELLÉGO, Enraciner l’empire  : une autre histoire du jardin botanique de Calcutta (1860-1910), Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 2021, 559 p., 42 euros.

Texte intégral

  • 1 Hélène Blais a ainsi récemment publié L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques co (...)

1Les recherches sur les mondes des sciences naturelles au xixe siècle réservent encore de très belles surprises, et font preuve d’un dynamisme apparemment inextinguibl1. L’ouvrage magnifique proposé ici par Marine Bellégo, issu également d’une thèse soutenue à l’EHESS en 2019, en est une nouvelle illustration. Comme les travaux précédemment mentionnés, il propose une approche au plus près du terrain de la fabrique et de la circulation des savoirs botaniques, dans leur matérialité, les lieux et objets de leur constitution, leurs dimensions sociales et symboliques.

2Saluons d’emblée le travail éditorial du Museum national d’histoire naturelle et la superbe facture de ce livre, abondamment illustré de cartes, photographies du jardin et de ses travailleurs et visiteurs, images d’herbiers, etc., toutes aussi originales et intéressantes les unes que les autres. Si l’on y ajoute l’écriture élégante et précise de Marine Bellégo, on comprendra que l’ouvrage offre un réel plaisir de lecture.

3Cette recherche repose sur une découverte archivistique exceptionnelle  : des milliers de documents retrouvés par l’auteure dans un bâtiment désaffecté du jardin botanique de Calcutta, au milieu de matériaux de construction et de batteries hors d’usage, et dont elle a assuré le classement puis la numérisation pour 5 000 d’entre eux. Factures et feuilles de compte, registres de présence d’employés du jardin, dossiers de correspondances (qui rendent compte d’altercations, d’accidents, etc.), comptes rendus de réunions, autant de sources qui donnent à voir, de façon inédite, un quotidien, et notamment celui des travailleurs les plus subalternes de cette structure. Elles sont complétées par un corpus d’archives important issu des States Archives of West Bengal, des India Office Records, de Kew Gardens, de journaux locaux, et de textes imprimés produits par le jardin lui-même ou ses visiteurs.

4À partir de cette très riche base documentaire, l’ouvrage propose une réflexion qui impressionne par sa maturité, sa rigueur, sa capacité analytique. Marine Bellégo dit être partie de ses sources sans positionnement historiographique initial et évoque sa difficulté parfois à donner sens à certains documents apparemment triviaux  : la réussite n’en est que plus manifeste, tant l’approche générale est réfléchie, solidement étayée par des lectures nombreuses, et admirablement déployée. Que l’on ne s’attende pas ici à une histoire des transformations du jardin de Calcutta au fil des années. Le projet est plus ambitieux  : il s’agit de comprendre comment ce jardin fonctionnait et quelles relations il entretenait avec le dispositif impérial – autrement dit, de le considérer comme un microcosme du projet impérial, à même d’en révéler les dysfonctionnements. Ceci explique le choix de la période – entre les années 1860, où des cyclones amènent à la reconstruction du jardin, et la Première Guerre mondiale, c’est-à-dire un moment d’apogée de l’Empire britannique – et celui d’un plan non chronologique mais thématique.

5La réflexion s’organise ainsi autour de trois enjeux  : celui des lieux, des objets, des personnes. À chaque fois, Marine Bellégo s’emploie à réinsérer le fonctionnement du jardin botanique dans le contexte plus général de l’empire pour mieux en révéler les contradictions. «  L’ouverture  », intelligemment proposée juste après l’introduction pour amener à de telles considérations, propose une très belle analyse du grand banian, construit concrètement et symboliquement par les administrateurs impériaux comme l’arbre emblématique du jardin, qu’il est resté jusqu’à aujourd’hui. Marine Bellégo montre comment on peut le comprendre aussi comme un «  arbre-empire  », à même de révéler les valeurs alors attribuées au système colonial, mais aussi les failles. L’ouvrage suivra par la suite la même méthode  : repérer les tensions entre les discours de glorification ou de satisfaction et la réalité du terrain, pour mieux mettre au jour les dysfonctionnements du dispositif impérial.

6Ceux-ci apparaissent dès la première partie, qui perçoit le jardin et son herbier comme des moyens de concentration de plusieurs lieux en un seul, à des fins de compréhension, d’expérimentation, d’exploitation. Bien entendu, leur vocation était aussi symbolique, comme pour leurs homologues dans d’autres colonies  : donner à voir la maîtrise du monde naturel par les pouvoirs impériaux. Pourtant, comme le souligne, non sans malice, Marine Bellégo, cette maîtrise n’est qu’apparente, minée par les aléas climatiques (cyclones, inondations) et les pratiques des visiteurs, qui dévient souvent des instructions doctement transmises dans les guides. Le jardin de Calcutta est aussi présenté comme faisant signe, sans cesse, vers d’autres lieux  : il oppose un front de civilisation à la jungle environnante, le calme d’un havre de paix au tumulte de la ville, etc. Or, ces perturbations constantes nuisant à la stabilité sémiotique du jardin, donc à son fonctionnement tant concret que symbolique au sein du dispositif impérial.

7Ce dernier s’appuie aussi bien entendu sur la circulation d’objets  : l’originalité de la deuxième partie de l’ouvrage tient à ce qu’elle analyse de concert toutes les productions du jardin botanique  : spécimens de plantes vivantes ou séchées, graines, documents administratifs, photographies, revues, etc. Leur circulation conjointe était la preuve de l’utilité du jardin à l’Empire britannique. Or, en se penchant sur les modalités très concrètes de leur production, sur les techniques mobilisées, sur les types d’échanges et les usages faits de ces savoirs, végétaux et artefacts, Marine Bellégo parvient à révéler les failles de l’organisation impériale. Elle montre ainsi le surplus d’information que l’administration britannique ne parvient plus à gérer – trop-plein documentaire dont les archives qu’elle a retrouvées amassées et oubliées dans le bâtiment abandonné du jardin sont la preuve, et l’occasion d’une réflexion juste sur un tel dysfonctionnement.

8C’est le dernier temps de l’ouvrage, sur le personnel du jardin, qui m’a paru le plus intéressant et peut-être le plus novateur, notamment grâce aux fameuses sources exceptionnelles découvertes. Il s’agit ici de redonner une certaine visibilité aux 200 à 300 personnes qui ont pu travailler dans cette institution  : jardiniers, coolies (travailleurs non qualifiés), gardiens, messagers, copistes, etc. Pour cela, Marine Bellégo interroge d’abord les modes de recrutement, pour comprendre les plaintes constantes de la part des administrateurs à recruter du personnel compétent  : elles s’expliquent par des salaires assez bas, des pratiques de recrutement visant essentiellement les coolies et se traduisent par une relégation des savoirs locaux. Une étude passionnante sur les gardiens révèle le fonctionnement du paternalisme au sein du jardin  : domestiques et indiens, ces gardiens se heurtaient évidemment, dans leur activité de maintien de l’ordre, au racisme et aux hiérarchies sociales  ; le problème fut réglé par le vote d’une loi, à l’initiative du jardin, pour leur accorder des prérogatives spéciales. Enfin, toutes les tensions et difficultés au sein du jardin, et qui témoignent des fragilités de l’emprise impériale au niveau global, se retrouvent dans l’analyse très fine des hiérarchies de cet univers clos, où les élites dirigeantes sont minées par l’isolement, les maladies, l’alcool et les troubles psychiques.

9Au terme de ce très bel ouvrage, très novateur et passionnant, que l’auteure qualifie elle-même d’«  anti-histoire  » du jardin botanique de Calcutta, c’est donc un regard renouvelé que l’on porte tant sur cette institution que sur le fonctionnement, symbolique et concret de l’Empire britannique.

Haut de page

Notes

1 Hélène Blais a ainsi récemment publié L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle-années 1930), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023  ; tandis que Louise Couëffé vient tout juste de soutenir une thèse remarquable  : Louise Couëffé, «  Plantes, terrains et cultures botaniques  : herboriser dans l’Ouest de la France au xixe siècle  », Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Yves Denéchère et Cristiana Oghina-Pavie, Université d’Angers, octobre 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles-François Mathis, « Marine BELLÉGO, Enraciner l’empire  : une autre histoire du jardin botanique de Calcutta (1860-1910) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 184-186.

Référence électronique

Charles-François Mathis, « Marine BELLÉGO, Enraciner l’empire  : une autre histoire du jardin botanique de Calcutta (1860-1910) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9318

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search