Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusHélène BLAIS*, L’Empire de la nat...

Lectures
Comptes rendus

Hélène BLAIS*, L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle-années 1930)

Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023
Muriel Le Roux
p. 187-189
Référence(s) :

Hélène BLAIS, L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiiesiècle-années1930), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023, 363 p., 26 euros.

Notes de la rédaction

Les ouvrages dont les auteur.es sont membres du comité de rédaction sont signalés d’un astérisque.

Texte intégral

1Comment (re)lire les histoires de conquêtes et de colonisations et leurs impacts sur la nature  ? Comment regarder un paysage ou un étal de marché sans se poser la question de l’origine et de la circulation des espèces végétales  ? Comment et pourquoi, pour ne citer qu’un exemple illustre, l’eucalyptus, espèce originaire d’Australie, est-il devenu un arbre «  commun  » dans les milieux tempérés après avoir été acclimaté au point de modifier la physionomie de certaines villes méditerranéennes  ?

2À toutes ces questions et bien d’autres, Hélène Blais répond en étudiant les jardins botaniques. Elle nous propose un autre récit de la globalisation avec son remarquable ouvrage  : L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle-années 1930). Elle en examine la genèse, le fonctionnement et la finalité en promenant sa curiosité dans nombre de colonies européennes des Caraïbes, d’Asie ou d’Afrique. On découvre le jardin d’abord vivrier du Cap (1652) puis on va et on vient, en visitant ceux de Pondichéry, Buitenzorg, Calcutta, Hanoi, Melbourne, Pamplemousse, Saint-Denis de la Réunion, sans omettre bien entendu la «  perle de l’Empire de la nature  » Kew Gardens ou encore le Muséum national d’histoire naturelle et sa complexe relation avec le jardin colonial de Nogent-sur-Marne ou encore le plus récent jardin birman de Maymyo. Cette fine analyse d’un espace vivrier, savant, marchant, récréatif, politique est illustrée par un cahier central en couleur, quelques photographies en noir et blanc dans le corps du texte, soutenue par un tableau chronologique des créations des jardins, un index et une abondante bibliographie. Une carte ou deux, illustrant la répartition des jardins dans le monde, récapitulant leurs flux et leur mise en réseaux, auraient complété cette étude subtile et précise.

3L’autrice embrasse les publications les plus récentes, comme les plus essentielles et offre, en outre, une synthèse en français d’une abondante bibliographie anglophone à laquelle s’ajoute la lecture d’un volume conséquent d’archives jusque-là peu utilisées en histoire des sciences ou en histoire de l’environnement. Faisant œuvre d’histoire totale, Hélène Blais tire et tient les fils d’une histoire globale transimpériale tout en pratiquant, dans un même mouvement la micro-histoire (faisant écho aux travaux de Guillaume Blanc) où le point de vue de l’élite côtoie le quotidien des bâtisseurs, des jardiniers et des manœuvres de la construction de ces organisations botaniques, alors que les travailleurs locaux sont souvent restés invisibles dans les études menées jusque-là. Sa traque constante des preuves matérielles, notamment pour évoquer le travail physique de forçats pour maîtriser la nature ou entretenir ces espaces afin d’en préserver les fruits, donne à voir l’envers du décor qu’aujourd’hui encore nous appréhendons mal lorsque nous visitons ces lieux. La genèse des jardins, leur entretien, requiert capitaux, main-d’œuvre, flux et donc gestion afin de produire, reproduire, acclimater, échanger, vendre, acheter des espèces végétales et cela à l’échelle des empires puis de la planète. Vitrine des puissances coloniales, des dominants, mais aussi lieu d’échanges et d’acculturation réciproque des savoirs coloniaux et vernaculaires, ces jardins sont les outils inattendus d’une mise aux normes administratives, comptables et économiques de ces espaces lointains. Mais ils sont aussi des éléments de structuration des disciplines scientifiques (ethnobotanique, chimie des substances naturelles, etc.) qui s’y pratiquent. Les jardins sont bien des agents du fait colonial.

4L’histoire institutionnelle des relations de ces espaces de contacts entre métropole et colonies se conjugue à l’histoire locale des jardins. Faisant sien le projet de Kew Gardens multipliant les initiatives archivistiques autour de la mise à disposition des fonds, Hélène Blais mobilise les sources les plus variées (archives, correspondances, photos, peintures, cartes et plans), et peut ainsi inscrire son enquête dans la longue durée remontant à l’époque moderne de la fondation des jardins botaniques pour achever son récit en évoquant les abandons pour raisons économiques et/ou politiques notamment après les indépendances.

5Si les chapitres 1 et 2 sur les empires et leurs jardins et les lieux d’expositions sont attendus, les chapitres 3 et 4, en décrivant la façon dont les sciences sont présentes et mobilisées et en quoi ces jardins sont, de facto, des entreprises, posent les jalons de futures recherches qui préciseront cette étude importante.

6On voit combien les acteurs de cette histoire ont longtemps cru «  en une amélioration des espèces  » ou en «  une manipulation technique des plantes pour les adapter à un nouvel environnement  » (p.  249). C’est pourquoi les jardins botaniques sont devenus des lieux de science et de recherche (botanique, ethnobotanique, études des substances naturelles) et donc également des lieux d’expérimentations et d’essais. L’Empire de la nature dévoile ainsi une autre coopération entre sciences, économie et politique. L’ouvrage confirme que, contrairement à ce que l’on cherche encore à nous faire croire, ce lien ne date pas de la financiarisation récente des sciences. Le concept même d’acclimatation qui sert la grandeur des empires et l’entreprise de colonisation d’espaces lointains en mettant la maîtrise de la nature en scène, en connectant métropoles et colonies selon un dessein idéologique, est aussi une mise sous coupe réglée de cette nature par les compagnies commerciales à de fins de profits. Est-ce différent de ce qui prévaut aujourd’hui avec les pratiques des entreprises pharmaceutiques cherchant à développer des «  produits naturels  » hors prescription afin de répondre à une demande sociale toujours plus grande  ?

  • 1 À l’instar de Sandra Lavorel, écologue, médaille d’or du CNRS 2023.

7Les dernières pages, présentant les différentes analyses historiographiques sur le rôle joué par et assigné aux jardins botaniques depuis les indépendances, en fonction de questions militantes ou scientifiques, nourrissent nos réflexions. Ce récit, sur la longue durée, nous permet d’inscrire nos débats actuels sur la nécessité de réparer, conserver et protéger la nature (IPBES, Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services, sous l’égide des Nations unies), en connaissance de cause. Ainsi, force est de constater que, lorsque les gouvernants revendiquent une maîtrise de la nature pour l’exploiter ou la réparer, leurs buts diffèrent peu de ceux d’hier. Or, nous sommes plus que jamais contraints de penser notre futur en fonction de l’action anthropique dont nous héritons. Hélène Blais nous rappelle que notre héritage résulte du rêve démiurgique lamarckien d’individus pénétrés par l’esprit des Lumières qui cherchaient à maîtriser leur milieu. Il est temps, puisque L’Empire de la nature nous rappelle d’où nous venons, de faire évoluer nos comportements en pratiquant une écologie fonctionnelle1. En un mot ce livre, à lire avant toute visite d’un jardin botanique, remplit les attendus de la collection  : redonner «  à l’environnement son épaisseur historique, en proposant une relecture originale des interactions culturelles, économiques, politiques, sociales que l’humanité entretient avec son milieu  ».

Haut de page

Notes

1 À l’instar de Sandra Lavorel, écologue, médaille d’or du CNRS 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Le Roux, « Hélène BLAIS*, L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle-années 1930) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 187-189.

Référence électronique

Muriel Le Roux, « Hélène BLAIS*, L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin xviiie siècle-années 1930) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9329

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search