Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusMalcom FERDINAND, Une écologie dé...

Lectures
Comptes rendus

Malcom FERDINAND, Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen

Paris, Le Seuil, 2019
Léo Grillet
p. 189-191
Référence(s) :

Malcom FERDINAND, Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen, Paris, Le Seuil, 2019, 464 p., 24,50 euros.

Texte intégral

1L’ouvrage de Malcom Ferdinand ne traite pas spécifiquement du xixe siècle, mais il tâche de réarticuler les fractures coloniales et environnementales depuis «  le nœud colonial de 1492  » jusqu’à nos jours. Il constitue donc une lecture profitable, entre autres pour les historien.nes du xixe siècle, notamment pour la nouveauté de ses ambitions conceptuelles. Au carrefour de la théorie politique, de l’écocritique et de l’histoire, ce livre, distingué par la Fondation de l’écologie politique, est issu de la thèse en science politique soutenue par Malcom Ferdinand en 2016.

2Dès le prologue, l’auteur est clair dans sa démarche  : on s’interdirait de saisir les causes profondes des ravages environnementaux en cours si l’on évacuait l’histoire coloniale. Il s’agit donc, d’abord, de «  penser/panser  » conjointement la double fracture coloniale et environnementale, trop souvent dissociée. Cette entreprise trouve son poste d’observation dans l’espace caribéen, essentiel à l’assise économique des puissances impérialistes européennes. Enfin, l’auteur entend s’inscrire dans un véritable projet cosmopolitique, celui d’un «  monde commun  » écrit à partir d’agirs politiques infiniment pluriels, échappant aux approches faisant de la planète un oikos à gérer à la façon de petits propriétaires.

3Organisée en quatre parties, l’argumentation débute par l’analyse de ce que l’auteur nomme «  l’habiter colonial  », soit l’asservissement conjoint d’humains et de non-humains relégués «  dans la cale de la modernité  » (p.  29). Étudié notamment à partir des actes de 1626 de la Compagnie de Saint-Christophe, l’habiter colonial français au xviie siècle se caractérise par le massacre des populations autochtones, puis le défrichage massif des forêts, et la parcellisation inégalitaire des terres que suppose l’économie de plantations. Mais cela inaugure surtout l’entrée dans, ce qui est pour l’auteur, le «  Négrocène  », c’est-à-dire l’ère au cours de laquelle près de 2 millions de transbordés ont perdu la vie, et entre 12,5 et 25 millions de «  Nègres  » ont été «  produits  » et transformés en ressources énergétiques, comme en témoigne l’expression par laquelle on les désigne alors, «  le bois d’ébène  ». Ce premier chapitre se clôt sur une analyse exemplaire intitulée «  la politique du cyclone colonial  », au cours de laquelle l’auteur élabore une heuristique à partir des causes des catastrophes naturelles et des pratiques que ces dernières induisent. À partir notamment du tableau The Slaveship (1840) de William Turner, inspiré de l’histoire du navire négrier Zong, Malcom Ferdinand rappelle comment 142 esclaves furent froidement jetés par-dessus bord en 1781, en raison de pénuries d’eau. Il en déduit que «  la tempête  » ou la catastrophe naturelle «  renforce donc l’esclavage des asservis et la position des maîtres  », en ce qu’elle est souvent l’occasion de «  se débarrasser profitablement des Nègres du monde  » (p.  129).

4C’est autour de la métaphore de «  l’arche de Noé  » que se nouent les enjeux de la seconde partie, consacrée à l’environnementalisme techniciste néocolonial, rejouant la politique du cyclone, sous couvert d’écologie. Après avoir dévasté les milieux naturels, les Modernes sélectionnent soigneusement les heureux élus (blancs) que l’Arche abritera, abandonnant les «  Nègres  ». Pour illustrer ce constat, il observe notamment comment l’île Vieques à Porto Rico fut transformée au xxe siècle en véritable «  laboratoire colonial  ». Après avoir servi de terrain d’exercices militaires américains et français, cet espace devient une réserve naturelle en 2003, d’où sont, de nouveau, évincées les populations locales. Il cite à cet égard les précieux travaux de Diana Davis consacrés à l’Empire français du xixe siècle qui fait de la préservation des milieux naturels maghrébins une justification à son expansion coloniale. Si l’environnementalisme s’écrit donc souvent contre les «  Nègres  », le chapitre s’attache aussi, à l’inverse, à saisir l’impensé écologique des abolitionnistes, même chez Toussaint Louverture, attaché à la continuation de l’économie intensive du sucre et du café. Au xixe siècle, les abolitions successives marquent moins des ruptures qu’une «  poursuite de la Plantation  » sous d’autres formes (travail forcé et vagues d’immigration).

5Le troisième moment de l’argumentation intéressera en particulier les historiens des luttes environnementales. Il développe notamment une généalogie alternative de l’écologie politique depuis le marronnage. Il désigne les expériences de fuite hors du système plantationnaire, qui ont mené certains Marrons à se réfugier au sein de forêts «  inhabitables  » devenues pourtant leurs «  allié[e]s naturel[le]s  ». Malcom Ferdinand étend cette sensibilité marronne, qui allie émancipation politique, abolitionnisme et fuite dans la nature, à deux auteurs canoniques de la théorie politique, connus pour avoir aussi trouvé refuge dans la nature  : Jean-Jacques Rousseau et Henry Thoreau. Ce dernier a d’ailleurs rencontré et aidé des Marrons dans leur fuite. Malcom Ferdinand les rattache tous deux à une praxis marronne, ou à un «  marronnage civil  ». L’allusion aux explorations dans la région d’Alexander von Humbolt et d’Élisée Reclus gagnerait en outre à être approfondie pour compléter ce tableau.

6Dans sa partie conclusive, Malcom Ferdinand repense l’écologie depuis le motif du «  navire-monde  », accueillant indistinctement humains et non-humains, compris dans leurs identités plurielles, et pour l’opposer à deux contre-modèles  : le navire négrier et l’arche de Noé.

7Certains pourront reprocher à l’auteur l’emploi d’un style poétique parfois impressionniste, d’inspiration arendtienne, qui pourrait brouiller quelques-unes des propositions. Mais d’autres apprécieront avant tout la charge heuristique des concepts qu’il redessine, notamment autour du marronnage. La richesse de la démarche de Malcolm Ferdinand réside également dans le renouveau épistémologique qu’il offre à partir de Jason Moore, d’Aníbal Quijano ou de Françoise Vergès. Il faut aussi attirer l’attention sur les critiques affutées qu’il formule à l’égard de penseurs postcoloniaux comme Dipesh Chakrabarty, qui élaborent une pensée désincarnée d’un «  sujet global  », ou l’hypothèse du «  retour sur Terre  » défendue par Bruno Latour, qui ignore ceux qui ne l’avaient pas quittée.

  • 1Philip D. Morgan et al., Sea and Land: An Environmental History of the Caribbean, Oxford, Oxford U (...)

8Le plus enthousiasmant dans cette lecture est qu’Une écologie décoloniale est un début, une invitation à développer la transdisciplinarité, dans laquelle l’histoire est appelée à jouer un rôle central, tant les racines coloniales de l’Anthropo/Négrocène sont profondes. Il serait d’ailleurs judicieux de compléter sa démarche, en affinant le découpage géographique, ainsi qu’en identifiant davantage les discontinuités et/ou accélérations à l’œuvre dans les processus identifiés. Pour ne prendre qu’un exemple, au xixe siècle, l’île de Saint-Barthélemy ne connaît pas d’économie plantationnaire. Un.e historien.ne pourra s’interroger  : l’habiter colonial français est-il en tout point analogue à celui qui a cours au sein des dépendances états-uniennes, espagnoles, danoises ou suédoises  ? Comment ces habiter coloniaux jouent-t-ils dans les constructions nationales  ? Quid également, pour le long xixe siècle, de la restructuration des économies au cœur de l’intensification des échanges, des affrontements diplomatiques, de la montée en puissance commerciale des États-Unis ou encore de l’introduction de la machine à vapeur, objet de nombreuses résistances  ? On pourra trouver quelques éléments de réponse dans l’ouvrage récent Sea and Land, dirigé par Philip D. Morgan1.

  • 2  Par exemple, Flávio dos Santos Gomès, Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil, Paris, (...)

9Enfin, s’il prend le parti judicieux d’invoquer «  l’intrusion Ayiti  » (Haïti en créole) comme nouveau paradigme écologiste et décolonial, l’auteur omet que les Haïtiens, après leur indépendance en 1804, ont dû participer au commerce intensif du bois, compte tenu des dettes contractées à l’égard de la France. La démonstration ne s’attarde pas non plus suffisamment sur la description des jardins créoles, ou des modes de production écologistes dans les communautés marronnes. Une analyse plus précise de l’écologie caribéenne de subsistance/résistance au xixe siècle reste à écrire2.

10Le lecteur trouvera ainsi dans Une écologie décoloniale des champs de recherche à fouiller, des concepts à réemployer, et, surtout, une approche décoloniale à approfondir tant elle paraît désormais incontournable.

Haut de page

Notes

1Philip D. Morgan et al., Sea and Land: An Environmental History of the Caribbean, Oxford, Oxford University Press, 2022.

2  Par exemple, Flávio dos Santos Gomès, Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil, Paris, L’Échappée, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léo Grillet, « Malcom FERDINAND, Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 189-191.

Référence électronique

Léo Grillet, « Malcom FERDINAND, Une écologie décoloniale. Penser l’écologie depuis le monde caribéen »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9338

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search