Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusMichitake ASO, Rubber and the Mak...

Lectures
Comptes rendus

Michitake ASO, Rubber and the Making of Vietnam : An Ecological History, 1897-1975

Chapell Hill, The University of North Carolina Press, 2018
Michel Dupuy
p. 191-193
Référence(s) :

Michitake ASO, Rubber and the Making of Vietnam: An Ecological History, 1897-1975, Chapell Hill, The University of North Carolina Press, 2018, 426p., $32,95.

Texte intégral

  • 1Gregg Mitman, Empire of Rubber: Firestone’s Scramble for Land and Power in Liberia, New York, The (...)

1Le monde du caoutchouc a suscité plusieurs ouvrages en histoire de l’environnement dont le dernier en date s’intéresse à la firme Firestone1. Toutefois aucune monographie n’avait encore traité le Vietnam. Son histoire environnementale coloniale avait cependant été abordée par Frédéric Thomas à propos de l’exploitation des forêts. Pourquoi cette focalisation sur le caoutchouc  ? Pour Michitake Aso, professeur associé à l’université d’Albany, spécialisé en histoire globale de l’environnement, cette culture a une charge symbolique plus forte que celle du café, également introduit au Vietnam. Les surfaces concernées sont minimes (143 000 ha au maximum en 1963) au regard de la superficie du pays (331 000 km2), mais l’impact de son exploitation est au carrefour de plusieurs champs  : les sciences agronomiques, la médecine (la malaria), les luttes sociales et anticoloniales, etc.

2L’approche de l’auteur insiste sur le jeu des acteurs et la notion «  d’intentionnalité  ». Leur action (consciente ou non) peut modifier les processus, qu’ils soient humains ou non humains. Ainsi un moustique trouve un nouveau terrain de nourriture en raison de la déforestation, mais il est un vecteur de la malaria, ce qui engendre la mobilisation de nouveaux acteurs. L’ouvrage se découpe en trois parties qui suivent un ordre chronologique  : terres rouges, terres grises (l’établissement de la colonisation française jusqu’en 1910)  ; forêts sans oiseaux (1910, début du système des plantations-1946) et les guerres du caoutchouc (1946-1975).

3Le système des plantations est un signe de modernisation lié à l’essor de l’automobile, de l’aviation et du vélocipède. Entre l’implantation des Français à partir de 1862 et l’essor des plantations d’hévéas, au début du xxe siècle, il s’est écoulé près de 40 ans. Il a d’abord fallu contrôler l’espace forestier, imposer une «  modernité écologique  » selon l’expression de l’historien Ian Miller, à savoir les interactions entre les acteurs humains et non humains (faune et flore) dans un cadre colonial et post-colonial. Ainsi déforester pour consacrer l’espace aux plantations impliquait d’écarter les animaux qui pouvaient être destructeurs comme les éléphants, car l’hévéa ne peut être exploité avant sept ans. Sa limite écologique a été fixée au sud du 15e parallèle Nord par le chimiste de l’Institut Pasteur Georges Vernet et les plantations ont été installées dans les zones montagneuses à la frontière avec le Cambodge dont celles de Michelin sur des territoires habités par des populations montagnardes qui ont dû s’adapter. Des plants d’hévéas, puis des graines, ont été importés depuis la Malaisie afin d’éviter les maladies. Le tout a produit «  des forêts sans oiseaux  » selon la formule du socialiste et ancien ministre de la Justice Justin Godart (1937). Cette modernisation s’est appuyée sur le jardin botanique de Saigon où l’hévéa a été introduit en 1897, puis étudié par Alexandre Yersin de l’Institut Pasteur. Toutefois, il a fallu attendre 1938 pour que la recherche française s’organise vraiment dans ce domaine avec la fondation d’un laboratoire pour l’Institut français du caoutchouc financé par les planteurs. Ainsi la science comme l’écologie agricole sont mobilisées pour accroitre les rendements.

4La plantation est également liée à la malaria issue de la déforestation en vue de préparer l’espace pour les plantations d’hévéas, libérant de l’espace pour le moustique. En fait, cette maladie n’est qu’un des signes de la dureté des conditions de travail qui prévalaient sur le terrain. À ceci s’ajoute la présence du béribéri, une maladie causée par la malnutrition liée à la mauvaise qualité du riz distribué. Contre la malaria, il y avait l’usage de la quinine, pas toujours distribuée ni acceptée. Toutefois une meilleure connaissance de l’écologie du moustique a permis de mieux lutter contre lui, en aménageant par exemple les habitations des travailleurs à l’écart de la forêt. Les recherches sur l’hévéa étaient également soutenues par les planteurs comme Michelin qui sponsorisait l’Institut Pasteur, faisant ainsi de la plantation un laboratoire. À ceci s’ajoutait une vision raciale des maladies liées au corps. Ainsi, alors que les peuples des montagnes comme les Moïs et les Vietnamiens étaient jugés par les hygiénistes davantage sensibles à la malaria que les Blancs, la guerre d’Indochine démontra que le virus était égalitaire. Avec l’arrivée de la lutte chimique comme le pesticide DDT (ou Dichlorodiphényltrichloroéthane), le combat contre la malaria sembla l’emporter d’autant plus que, depuis 1958, l’OMS s’était engagée dans son éradication. La seconde guerre du Vietnam (1961-1975) a déstructuré la lutte dans ce domaine et le moustique est devenu plus résistant.

5Cette histoire s’accompagne de luttes sociales, marquées par la fuite des plantations. Ces dernières exigent une main-d’œuvre formée qui provient souvent des zones surpeuplées du delta du Mékong. Afin de fixer la main-d’œuvre, les autorités adoptèrent une loi en 1918 qui instaura des contrats de trois ans, obligeant les travailleurs à rester, sous peine de poursuites. Ce combat social fut marqué par la formation de syndicats dont les leaders faisaient l’objet d’une intense répression, voire d’assassinats, ce qui n’empêchait nullement les grèves marquées par des revendications récurrentes autour de la protection du corps du travailleur  : la réduction du temps et du rythme de travail, avoir du riz blanc à manger, lutter contre la malaria. Des lois furent promulguées en 1927 et 1937 pour améliorer leurs conditions de travail mais restèrent peu appliquées sur le terrain.

6Cette histoire du caoutchouc est celle d’une appropriation. En effet, si les grandes plantations étaient entre les mains des Français (Michelin), les petites (moins de 500 ha) étaient davantage possédées par les Vietnamiens, qui y voyaient un complément de revenus, et qui avaient peu de place dans les organisations patronales alors dominées par les Français. Avec l’indépendance, le pouvoir sud-vietnamien a maintenu le système des plantations en voulant favoriser ces petites exploitations, notamment en développant des agrovilles. À ses débuts le mouvement communiste était opposé aux plantations, symbole d’exploitation. Leur destruction était aussi un moyen d’affaiblir économiquement la France. Mais pendant la première guerre coloniale, ils ont progressivement renoncé à les détruire en vue de les intégrer dans la future économie nationale. Cette destruction des plantations a également été envisagée par les États-Unis pendant la seconde guerre du Vietnam. En effet, elles étaient la seconde ressource économique pour le Viêt-Cong, après le «  soutien  » financier fourni par les paysans. Les plantations achetaient ainsi la préservation de leurs cultures. En outre, elles permettaient le déplacement des troupes à l’abri des regards aériens notamment dans les zones frontières entre le Cambodge et le Vietnam. Pour toutes ces raisons, les États-Unis ont envisagé de les détruire en utilisant les défoliants, mais sous la pression des planteurs et des autorités sud-vietnamiennes, ils ont dû y renoncer, car détruire les plantations, c’était déplacer plusieurs milliers de personnes, trouver des cultures de substitution, etc. Toutefois avec la reprise du conflit en 1961, la production du caoutchouc a périclité. Avec la réunification, le Vietnam a maintenu sa production. Aujourd’hui, les compagnies vietnamiennes possèdent 100 000 ha de plantations au Cambodge et au Laos.

7Si l’auteur donne bien une vision globale et locale de l’économie des plantations sous tous ces aspects (scientifique, commercial et politique), il consacre peu de lignes à l’occupation japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Un autre point aurait mérité un développement plus conséquent, c’est la transition de l’économie des plantations, entre le régime capitaliste et le régime communiste, après la réunification, notamment en matière de gestion de la main-d’œuvre.

Haut de page

Notes

1Gregg Mitman, Empire of Rubber: Firestone’s Scramble for Land and Power in Liberia, New York, The New Press, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Dupuy, « Michitake ASO, Rubber and the Making of Vietnam : An Ecological History, 1897-1975 »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 191-193.

Référence électronique

Michel Dupuy, « Michitake ASO, Rubber and the Making of Vietnam : An Ecological History, 1897-1975 »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9353

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search