Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusCarole CHRISTEN*, Caroline FAYOLL...

Lectures
Comptes rendus

Carole CHRISTEN*, Caroline FAYOLLE*, Samuel HAYAT (dir.), S’unir, travailler, résister. Les associations ouvrières au xixe siècle

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, 290 p., 26 euros.
Julien Caranton
p. 194-196
Référence(s) :

Carole CHRISTEN*, Caroline FAYOLLE*, Samuel HAYAT (dir.), S’unir, travailler, résister. Les associations ouvrières au xixesiècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, 290 p., 26 euros.

Notes de la rédaction

Les ouvrages dont les auteur.es sont membres du comité de rédaction sont signalés d’un astérisque.

Texte intégral

1Le formidable essor des associations ouvrières en France au cours la première moitié du xixe siècle a fait couler beaucoup d’encre du côté des spécialistes de l’histoire ouvrière depuis le milieu des années 1970. L’épineuse question des origines de ce mouvement a longtemps alimenté des débats historiographiques parfois très vifs. Les historiens ont avancé trois grandes interprétations pour expliquer l’origine des associations ouvrières et leur rapide essor durant la première moitié du xixe siècle. Certains historiens, à partir de l’étude des formes d’expression des gens de métier, ont souligné la filiation de ce mouvement avec les sociétés compagnonniques prérévolutionnaires et la persistance d’un fort idiome corporatif au sein des mondes ouvriers, et cela au moins jusqu’au début des années 1830. Pour d’autres historiens, c’est du côté des transformations de l’organisation du travail au début du xixe siècle qu’il faut aller chercher l’explication de cet extraordinaire essor. Le développement des associations ouvrières constituerait la réaction des ouvriers de métiers face à l’expérience quotidienne et partagée du «  libre marché  », de la sous-traitance et du marchandage au sein des fabriques collectives ou bien de la mécanisation dans les secteurs industrialisés. Enfin, pour certains politistes et historiens des idées, le développement de ce tissu associatif et la politisation ouvrière s’expliqueraient en grande partie par la diffusion des théories et utopies politiques par les militants républicains et les premiers socialistes au sein des mondes ouvriers.

2Carole Christen, Caroline Fayolle et Samuel Hayat, qui codirigent cet ouvrage collectif publié à la suite d’un colloque organisé à l’université de Lille en octobre 2019, soulignent en introduction la richesse de ce débat historiographique et affirment la nécessité d’articuler ces différentes approches pour une compréhension plus fine de l’histoire des associations ouvrières au xixe siècle. Ils proposent de «  redécouvrir  » cette histoire en portant une attention toute particulière à la pluralité des projets économiques, culturels, politiques et sociaux conduits par ces associations et à la diversité des acteurs qui y prennent part. Pour réaliser cela, les auteurs soulignent la nécessité, tout d’abord, de mieux articuler l’histoire des associations ouvrières aux formes d’organisation de la production et du travail qui varient sensiblement selon le temps et l’espace au xixe siècle. Formulé autrement, il s’agirait de faire dialoguer davantage l’histoire économique et l’histoire sociale. Il est vrai qu’à bien des égards l’étude de ces associations reste peu connectée avec celle des systèmes de production. Ensuite, parce que les ouvriers ne peuvent être définis uniquement par le rapport qu’ils entretiennent à leur métier, l’histoire de ces associations doit prendre en considération la diversité des relations sociales dans laquelle ces collectifs d’individus s’inscrivent, ces relations s’opérant simultanément à l’échelle de la rue, du quartier et de la commune. Les individus «  sont inscrits dans une grande variété d’activités collectives, de sociabilités et de liens de confiance  » (p.  17). Enfin, les trois auteurs militent pour une meilleure prise en considération de l’interprétation, par les ouvriers, des utopies et théories politiques diffusées par les militants républicains puis socialistes. La conclusion de l’ouvrage proposée par Michèle Riot-Sarcey appuie cette perspective  : «  Pendant la période étonnante des années 1830-1840 quand l’émancipation du peuple et des femmes figuraient dans la presse comme l’actualité du temps, avant que n’advienne le soulèvement populaire de 1848, les prolétaires en lutte, insurgés ou non, interprétaient les doctrines des réformateurs […] en les adaptant aux situations concrètes dans lesquelles ils vivaient ou survivaient  » (p.  258).

3Cette pluralité des expériences et acteurs constitue le fil conducteur de l’ouvrage organisé selon un découpage chronologique classique pour l’histoire sociale et ouvrière  : «  Les débuts de l’expérience associative sous la monarchie de Juillet  », «  La révolution de 1848, triomphe de l’association ouvrière  ?  », et «  Les devenirs des associations de travailleurs après 1848  ». L’ouvrage se compose de douze contributions d’historiens et de politistes, dont trois portent sur des expériences étrangères, notamment en contexte colonial. Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’ensemble des contributions mais de souligner ce qu’elles apportent à cette histoire des associations ouvrières. À la lecture de cet ouvrage, trois grands axes se dégagent et offrent des pistes pour une meilleure connaissance des associations ouvrières.

  • 1 Julien Caranton, «  Un savoir mutualiste indispensable. La régulation du social à Grenoble au xixe(...)

4Tout d’abord, plusieurs contributions soulèvent la question de la régulation de l’activité de ces associations et du soutien – ou non – apporté par les institutions politiques et économiques. Vincent Robert, dans sa contribution retraçant le procès de l’Union des associations fraternelles en 1850, montre que les républicains conservateurs ont redoublé d’efforts afin de «  briser l’extraordinaire dynamisme collectif des associations parisiennes (et à un moindre degré, provinciales), de les ramener aux soucis de la gestion quotidienne et à la concurrence des entreprises individuelles, bref de s’assurer que les associations demeurent isolées, sans moyen de s’épauler  » (p.  162). Effectivement, cette association cherchait à fédérer par divers moyens l’activité des deux cents associations parisiennes et pouvait constituer une menace pour l’ordre établi. Cette contribution soulève la question de l’attitude, parfois ambiguë, des autorités locales à l’égard des associations ouvrières. La municipalité grenobloise, par exemple, a tenté très tôt d’encadrer le mouvement associatif tout en accompagnant des initiatives collectives entrant parfois en contradiction avec le cadre législatif et les principes du libre marché1.

5Ensuite, cet ouvrage fait la part belle à la thématique, à priori plus classique, de l’organisation du travail. La contribution François Jarrige montre que l’association a été, face à l’introduction des mécaniques dans les années 1830-1840, un mot d’ordre particulièrement fédérateur et fécond pour les imprimeurs-typographes à partir duquel ils ont tenté d’imaginer de nouvelles formes de propriétés collectives dans lesquelles les ouvriers seraient maîtres des machines et les bénéfices de leur travail pourraient être mieux répartis. La contribution de Jean-Christophe Balois-Proyart permet quant à elle de souligner l’importance d’articuler l’étude de ces associations avec celle des systèmes de production et d’organisation du travail. Effectivement, au sein de la fabrique collective stéphanoise de rubans, où le louage d’ouvrage est la norme, le projet d’association passé entre les chefs d’ateliers et leurs ouvriers a comme ambition de supprimer le travail à façon et ses effets pervers  : concurrence entre preneurs d’ouvrage pour l’accès aux commandes, irrégularité du travail en fonction de la demande, et enfin rapport de force à l’avantage des donneurs d’ordre sur l’appréciation du travail des ouvriers. L’association envisagée par les chefs d’atelier et les ouvriers ne propose ni plus ni moins qu’une régulation sociale collective de cette activité économique sans pour autant brouiller les statuts sociaux et les hiérarchies de métier, principes fondamentaux pour les gens de métier au xixe siècle.

6Enfin, un certain nombre de contributions se focalisent sur le rôle éducatif et politique joué par ces associations. À travers l’éducation, c’est la formation des (futurs) citoyens qui se joue et, in fine, l’orientation que doit prendre la République. Les contributions de Carole Christen et de Caroline Fayolle montrent à quel point l’enjeu est important durant la première moitié du xixe siècle. Alors que les républicains modérés de l’Association libre pour l’éducation du peuple (1831-1834) cherchent, en professant un savoir technique et scientifique, à éduquer les ouvriers aux valeurs bourgeoises et libérales, les membres de l’Association fraternelle des instituteurs et institutrices socialistes (1848-1849) se font les défenseurs de la République démocratique et sociale en promouvant un enseignement anti-autoritaire. La contribution de Mathias Pareyre sur les Voraces lyonnais montre quant à elle comment une association initialement fondée à l’échelle du métier peut s’ouvrir et mobiliser ses membres pour la défense de la République démocratique et sociale. Le cas des Voraces rappelle une nouvelle fois le caractère protéiforme des associations ouvrières.

7On l’aura compris, la richesse de cet ouvrage collectif réside dans sa solide introduction et dans la diversité de ses études de cas. Ces éclairages fournissent de nombreuses pistes de réflexion qui ne demandent qu’à être saisies afin de contribuer à cette histoire passionnante des associations ouvrières au xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 Julien Caranton, «  Un savoir mutualiste indispensable. La régulation du social à Grenoble au xixe siècle  », Revue d’histoire de la protection sociale, n°  11, 2018/1, p. 142‑166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Caranton, « Carole CHRISTEN*, Caroline FAYOLLE*, Samuel HAYAT (dir.), S’unir, travailler, résister. Les associations ouvrières au xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 194-196.

Référence électronique

Julien Caranton, « Carole CHRISTEN*, Caroline FAYOLLE*, Samuel HAYAT (dir.), S’unir, travailler, résister. Les associations ouvrières au xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9364 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9364

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search