Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusHelen KINGSTONE, Panoramas and Co...

Lectures
Comptes rendus

Helen KINGSTONE, Panoramas and Compilations in Nineteenth-Century Britain: Seeing the Big Picture

Londres, Palgrave Macmillan, 2022
Fabienne Moine
p. 196-98
Référence(s) :

Helen KINGSTONE, Panoramas and Compilations in Nineteenth-Century Britain: Seeing the Big Picture, Londres, Palgrave Macmillan, 2022, 275p., 126,59euros.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Helen Kingstone poursuit une recherche amorcée dans son livre précédent, Victorian Narratives of the Recent Past (2017). Alors que ce premier livre portait sur la façon dont les écrivains représentaient le passé récent dans leurs autobiographies, leurs biographies ou leurs romans, Panoramas and Compilations in Nineteenth-Century Britain considère d’autres médias et ajoute d’autres acteurs de l’écriture de l’histoire – des photographes, des journalistes ou des poètes. Cet ouvrage relève d’une recherche interdisciplinaire, indispensable pour saisir la polymorphie d’un monde victorien de plus en plus complexe à mesure qu’il se modernise et se transforme sous les effets de l’industrialisation et de l’urbanisation rapides. Kingstone mobilise les études culturelles et, en leur sein, différentes branches comme les études intermédiales, les sciences de l’information et les études mémorielles – sans oublier les études textuelles et littéraires – pour analyser les tentatives d’observer dans son ensemble le xixe siècle confronté au défi de la massification de l’information.

2Kingstone compare deux formats, le panorama et la compilation, même si le premier modèle, issu d’une vision romantique de l’histoire, est davantage utilisé dans la première moitié du xixe siècle alors que le second est plutôt mobilisé à la fin du siècle pour rendre compte de l’explosion quantitative des informations et de leur durée de vie. Le sous-titre du livre «  Seeing the big picture  » souligne qu’il s’agit d’un ouvrage sur la façon d’appréhender visuellement d’abord, discursivement ensuite, l’histoire récente, avec un observateur-historiographe immergé dans le spectacle. À l’analyse de la vue d’ensemble («  overview  ») comme représentation du temps, Kingstone ajoute la question de l’écriture mémorielle du présent qu’elle examine selon les concepts, élaborés par Jan et Aleida Assmann, de «  mémoire communicative  » véhiculée au sein d’un groupe de témoins et de «  mémoire culturelle  » de faits plus lointains et portée par les médias («  communicative memory  » et «  cultural memory  »). Si le panorama et la compilation s’entrecroisent et se mélangent parfois, les deux approches mémorielles se recouvrent aussi partiellement («  floating overlap  ») surtout lorsque ces deux formats d’historiographie favorisent la mémoire vivante communicative, plaçant l’individu à l’origine de la vue d’ensemble.

3L’ouvrage de Kingstone se partage en deux parties articulées autour d’un chapitre sur la photographie historique lors de la guerre de Crimée qui, dans ses débuts et avant son institutionnalisation, associe encore panorama et compilation. De part et d’autre de cette colonne vertébrale, se répartissent trois chapitres sur la perception et l’écriture de l’histoire récente  : les premiers sur le panorama et les seconds sur la compilation.

4L’introduction sur l’histoire des panoramas, fresques à 360 degrés de grande dimension qui donnaient l’illusion de la réalité par des effets de perspective, souligne la complexité et l’ambiguïté de ce format. Le panorama permet de regarder les événements avec distance et de manière immersive  ; mais un seul regard ne pouvait pas embrasser la multiplicité des scènes, forçant l’immersion dans une mosaïque composite de tableaux et conduisant donc à une approche par compilation. Plus intéressante est l’analyse de l’historiographie que construit le panorama immersif puisque Kingstone considère que ce format redonne une forme d’autonomie et d’agentivité au spectateur qui peut choisir les scènes qu’il admire, faire un gros plan ou non sur le héros et modifier la distance focale à sa guise alors que cette pratique visuelle n’est généralement présentée, selon une lecture foucaldienne, que comme oppressante, colonialiste et impérialiste.

  • 1  Pour Billie Melman, Carlyle considère que tous les mouvements sociopolitiques sont en lien avec un (...)

5Kingstone s’interroge ensuite sur d’autres utilisations du modèle panoramique pour écrire l’histoire. Le panorama propose un point de vue d’en haut, offre une profondeur de champ, fait des gros plans sur la distance moyenne, donc sur des groupes et non sur des individus éminents. C’est le modèle adopté par Thomas Carlyle qui propose de regarder d’en haut pour rendre visibles des vérités inaccessibles d’en bas. Dans son Histoire de la Révolution française (1837), sa vision oscille entre distance ou vue d’ensemble et proximité ou immersion («  above and amid  »). Mais Kingstone décèle déjà à travers son panorama l’émergence d’une protohistoire sociale qui considère des groupes et non plus des individus remarquables. À la suite de Billie Melman, elle suggère qu’il ne s’agit pas encore d’histoire par en bas («  history from below  ») mais d’histoire d’en bas vu d’en haut («  people’s history from above1  »). Kingstone explore ensuite comment la perspective panoramique peut être utilisée pour écrire la fiction. Elle prend l’exemple de deux textes du romancier Thomas Hardy, The Trumpet-Major (1880) et The Dynasts (1904-1908), tous deux portant sur Napoléon et les guerres de l’Empire. Alors que The Trumpet-Major pose les mêmes questions de rapport au passé récent que les romans historiques de George Eliot, Elizabeth Gaskell et Charlotte Brontë, la pièce de théâtre met en scène des esprits qui appartiennent au «  Overworld  » et voient les scènes d’en haut, dans une vision cosmique et proto-cinématique de l’histoire  ; celle de l’historien idéal, s’interroge Kingstone.

6Avec l’explosion des images et des informations au cours du xixe siècle, l’unité holistique et l’objectivité du panorama sont remises en cause par la structure composite de la compilation qui semble désormais essentielle pour décrire l’histoire récente. Le panorama se raréfie ou plutôt se transforme, par exemple sous l’influence des explorateurs sociaux, comme Charles Booth avec son équipe d’enquêteurs qui sillonnent et cartographient Londres  : son projet est panoramique au départ, mais la collecte d’une mosaïque de données par des équipes d’enquêteurs ouvre la voie à la compilation avec immersion dans chaque quartier. Kingstone fait d’abord un gros plan sur W. T. Stead, journaliste populaire à succès et impérialiste convaincu, qui lance la mode du «  digest  » avec sa revue intitulée Review of Reviews (1890-1912) dont l’objectif est de proposer une compilation des articles publiés dans d’autres revues et de synthétiser tous les événements mondiaux contemporains sous forme d’extraits («  snippets  ») aux titres accrocheurs. La mode de la compilation se propage à d’autres formes littéraires comme les biographies collectives. Men of the Time (1852-1899), collection de biographies, compile les vies des personnalités éminentes toujours en vie, ce qui, pour Kingstone, soulève des questions de sélection, de mise à jour, d’obsolescence des données et d’objectivité.

7Les études intermédiales offrent une perspective originale sur l’historiographie victorienne. Kingstone montre bien que l’intention et le sens changent en fonction du medium utilisé. L’ouvrage est érudit et présente aussi bien une vue d’ensemble des tendances sociales que des lectures très spécifiques et nuancées des textes. Mais le résultat est parfois un peu répétitif, puisqu’à chaque étape du volume, l’auteur remet en cause sa propre tentative de catégorisation en montrant que le panorama et la compilation sont finalement toujours présents ensemble et co-dépendants. De même, les autres oppositions binaires comme la vue d’ensemble vs. l’immersion ou la mémoire culturelle vs. la mémoire communicative sont systématiquement reconsidérées, ce qui est justifié lorsqu’il s’agit de relativiser la prétendue passion des Victoriens pour la classification objective  ; mais le va-et-vient entre les modèles rend aussi la lecture de l’ouvrage moins aisée. En refermant ce livre, on se rend compte que les préoccupations des Victoriens n’étaient finalement pas si éloignées des nôtres lorsqu’il s’agit de gérer les «  big data  ».

Haut de page

Notes

1  Pour Billie Melman, Carlyle considère que tous les mouvements sociopolitiques sont en lien avec une histoire divine et cosmique qui serait déjà écrite  : Billie Melman, The Culture of History: English Uses of the Past, 1800-1953, New-York, Oxford University Press, 2006, p. 78.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Moine, « Helen KINGSTONE, Panoramas and Compilations in Nineteenth-Century Britain: Seeing the Big Picture »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 196-98.

Référence électronique

Fabienne Moine, « Helen KINGSTONE, Panoramas and Compilations in Nineteenth-Century Britain: Seeing the Big Picture »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9376 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9376

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search