Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusEstelle BERTHEREAU, La Fabrique p...

Lectures
Comptes rendus

Estelle BERTHEREAU, La Fabrique politique du journal. Pierre-Sébastien Laurentie (1793-1876), un antimoderne au temps de Balzac

Paris, Honoré Champion, 2021
Corinne Doria
p. 199-201
Référence(s) :

Estelle BERTHEREAU, La Fabrique politique du journal. Pierre-Sébastien Laurentie (1793-1876), un antimoderne au temps de Balzac, Paris, Honoré Champion, 2021, 476 p., 69 euros.

Texte intégral

1Le nom de Pierre-Sébastien de Laurentie est probablement familier à un nombre limité de dix-neuvièmistes spécialistes de l’histoire politique du premier xixe siècle. Resté à l’écart de l’attention des historien.nes, le personnage au centre de cette étude est une figure qui se situe en quelque sorte en arrière-plan par rapport au feu de l’action politique. Et pourtant son profil d’intellectuel et d’écrivain à l’activité frénétique fait de lui un personnage idéal pour saisir la complexité de la vie politique, religieuse, et culturelle de son époque.

2Dans cette monographie tirée de sa thèse soutenue à l’université Paris 8 en 2015, Estelle Berthereau trace une histoire du légitimisme catholique et de la droite monarchique dans la France de la Restauration et de la monarchie de Juillet au prisme d’un des protagonistes de l’époque. Plutôt qu’une biographie intellectuelle, l’ouvrage pourrait se définir comme une biographie «  politico-émotionnelle  ». Les convictions politiques, intellectuelles, et religieuses de Laurentie sont analysées à travers la psychologie du personnage, ce qui permet non seulement de tracer un portrait détaillé et vibrant de sa propre sensibilité politique mais aussi de faire apparaître la palette du royalisme du long xixe siècle dans toutes ses nuances.

3L’ouvrage s’articule en dix chapitres, équitablement répartis entre la période de la Restauration et de la monarchie de Juillet. Dans les cinq premiers, on suit Laurentie à son arrivée à Paris depuis sa province natale, et on assiste à son introduction dans les milieux du parti ultra-royaliste et de la Congrégation de la foi, qui constituent son premier réseau. Dans ces pages, l’autrice conduit une véritable archéologie du royalisme de Laurentie. Si ses origines sociales dans la bourgeoise provinciale devaient le diriger plutôt en faveur de la Révolution et de la modernité, son éducation confiée à l’Église l’oriente vers les idées royalistes et un soutien enthousiaste aux Bourbons. À Paris, son royalisme se radicalise et il a l’opportunité d’être «  professeur-journaliste  » à une époque d’effervescence journalistique. Membre du jeune contingent d’écrivains de LaQuotidienne, il est confronté aux événements politiques, sociaux, ainsi que littéraires et philosophiques de l’époque. Son expérience du milieu des ultras et de la Congrégation ainsi que sa rencontre avec Lamennais font maturer chez Laurentie un royalisme de conviction, qui l’amène à faire sienne la mission de restaurer les idées religieuses et monarchistes face à la concurrence des idées libérales. Il conduit cette mission sans relâche malgré les très nombreux obstacles – dressés parfois par ses propres camarades de parti.

4La seconde partie de l’ouvrage (chapitres 6-10) s’ouvre avec la révolution de 1830 et la prise de conscience, par Laurentie, «  en retard d’une révolution  », de la césure apportée par 1789 et de sa propre idéalisation de la «  vieille France  ». Il s’ouvre alors vers la modernité afin de mieux servir la cause de la légitimité. Il se donne pour mission de régénérer la monarchie à travers la religion et de souder catholiques et légitimistes légalistes. Les années 1830-1848 ne sont cependant pour Laurentie qu’une suite d’échecs politiques. La reconnaissance de la volonté du peuple se traduit par des réalignements journalistiques et de nouvelles collaborations. Les multiples initiatives qu’il prend pour réaliser l’unité entre royalistes et mennaisiens se révèlent finalement infructueuses. Il doit notamment constater l’impossibilité de créer un front unitaire de légitimistes, ce qui l’amène progressivement à prendre ses distances vis-à-vis des ténors du mouvement politique auquel il était dévoué depuis sa jeunesse. Laurentie demeure néanmoins une figure intellectuelle incontournable au sein du mouvement catholique de cette époque et peut toujours compter sur son réseau d’amis et protecteurs. Si le monde politique ne lui apporte que des déceptions, il trouve succès et satisfaction dans l’écriture d’ouvrages d’histoire qui remettent au jour les valeurs de l’école catholique traditionnelle.

5L’autrice consacre moins d’attention aux dernières parties de la carrière de Laurentie. La révolution de 1848 est interprétée par Laurentie comme une revanche sur 1830, voulue par la Providence. Il voit le Second Empire comme un régime dangereux en raison de sa capacité à rivaliser avec la monarchie et à mobiliser les foules. L’avènement de la Troisième République procure l’occasion inattendue d’une restauration monarchique qui redonne espoir au mouvement légitimiste, même s’il s’agit d’un dernier souffle.

6L’ouvrage se situe dans la continuité d’une historiographie francophone de la droite politique du xixe siècle qui, depuis les études de René Rémond, continue à montrer une grande vitalité. Cette étude se distingue par le choix de considérer en même temps royalisme et catholicisme, ce qui se démarque de la tendance historiographique faisant le choix de se focaliser soit sur le royalisme politique soit sur le catholicisme. L’autrice montre au contraire l’intérêt heuristique de considérer ces deux aspects du mouvement monarchique comme complémentaires, et de le faire en prenant la perspective de celui qui, plus qu’aucun autre personnage de l’époque, a tâché de jeter un pont entre royalisme et catholicisme.

7Les différents courants du royalisme ainsi que les tensions internes au parti royaliste ont été souvent oubliés dans le cadre des études générales sur la période, davantage intéressées par les luttes entre les ultraroyalistes et les libéraux. Le parcours de Laurentie permet d’éclairer la tension irrésolue entre tradition et modernité au sein du royalisme catholique français. L’ouvrage prend également en compte la psychologie individuelle du personnage dans la formation et la poursuite d’un idéal politique et religieux à l’épreuve de la réalité. La tension idéal/réel, de même que celle tradition/modernité, traverse ainsi l’intégralité de l’ouvrage. Si Laurentie est «  antimoderne  » par ses convictions profondes, le déroulement de sa vie montre ainsi l’ambiguïté dans cette prise de position. L’acceptation de la Charte, sa volonté de former des alliances politiques avec des républicains, son plaidoyer en faveur de la liberté de religion, de la presse, d’association, d’éducation, le met en tension avec sa loyauté envers la vieille France.

8Ce livre souligne à quel point la littérature, la philosophie, l’histoire, la culture populaire et, surtout, le journalisme, sont autant de terrains de lutte politique dans la France du xixe siècle. Il permet d’apprécier notamment les caractéristiques et le pouvoir de la presse d’opinion de l’époque, véritable outil de combat et instrument capable d’exercer une violence politique considérable. Laurentie est encore une fois le personnage idéal pour mettre au jour et explorer cet aspect de l’histoire politique française.

9L’étude d’Estelle Berthereau est le résultat d’un travail d’archives impressionnant, Laurentie étant non seulement un des écrivains les plus prolifiques de son temps, mais aussi au centre d’un réseau tentaculaire de correspondances. L’écriture de l’ouvrage est dense, avec un goût du détail qui permet aux lectrices et lecteurs de savourer les nuances des passions politiques de l’époque et la complexité des courants et des alignements intellectuels, politiques, sociaux, culturels et religieux de la partie du long dix-neuvième siècle que couvre la vie de Laurentie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Doria, « Estelle BERTHEREAU, La Fabrique politique du journal. Pierre-Sébastien Laurentie (1793-1876), un antimoderne au temps de Balzac »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 199-201.

Référence électronique

Corinne Doria, « Estelle BERTHEREAU, La Fabrique politique du journal. Pierre-Sébastien Laurentie (1793-1876), un antimoderne au temps de Balzac »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9388

Haut de page

Auteur

Corinne Doria

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search