Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusLaurence DANGUY, Le Nebelspalter ...

Lectures
Comptes rendus

Laurence DANGUY, Le Nebelspalter zurichois (1875-1921). Au cœur de l’Europe des revues et des arts

Genève, Droz, 2018
Ségolène Le Men
p. 201-203
Référence(s) :

Laurence DANGUY, Le Nebelspalter zurichois (1875-1921). Au cœur de l’Europe des revues et des arts, Genève, Droz, 2018, 258 p., 39,90 euros.

Texte intégral

  • 1La Gazette des beaux-arts, fondée en 1859, qui se prévalait du titre de «  doyenne des revues d’ar (...)
  • 2  L’enquête avait porté sur le motif de l’ange dans la revue dans le cadre d’une thèse publiée  : La (...)
  • 3  [https://www.e-periodica.ch/digbib/volumes?UID=neb-001] (consulté en octobre 2023).

1Abondamment illustré de reproductions de qualité – pour la plupart en pleine page, dans le format d’origine des planches, et pour certaines en couleurs –, ce volume offre une anthologie visuelle qui permet aux lecteurs de découvrir une revue satirique illustrée, Der Nebelspalter, peu connue hors du contexte helvétique, alors qu’elle prétend au titre de doyenne mondiale des revues de caricatures. Fondée en 1875 à Zurich, après la disparition de Der Postheiri. Illustrierte Blätter für Gegenwart, Öffentlichkeit und Gefühl (1845-1875) dont elle prend le relais, elle est toujours en vie1. Ce vaste corpus iconographique étaie la très riche monographie de Laurence Danguy, qui avait déjà été l’auteure d’un important travail de recherche sur la revue Jugend, berceau munichois du Jugendstil2. La publication de ce livre, que complète la mise en ligne intégrale des planches3, marque l’aboutissement d’un programme de recherche du Fonds national suisse de recherche scientifique dirigé à l’Université de Lausanne par Philippe Kaenel. Contribution centrale à l’histoire de la caricature et de l’édition en Suisse, comme le souligne l’avant-propos du directeur de collection, l’ouvrage représente aussi un apport important à l’étude de la caricature de presse, reconsidérée par les historiens de l’art à l’aune des visual studies, comme à celle de la culture médiatique en contexte international, des transferts culturels européens et de la géographie artistique. Laurence Danguy traite de la phase zurichoise du Nebelspalter de 1875 à 1921, avant son transfert à Rorschach (canton de Saint-Gall) en 1922, qui fut l’occasion d’une refonte importante. Cette délimitation chronologique correspond à la grande période d’essor des revues occidentales «  entre deux siècles  ». Son étude est organisée en six chapitres répartis en trois parties, qui portent respectivement sur l’histoire de la revue et de ses acteurs, sur son inscription dans la géographie artistique, linguistique, religieuse et politique helvétique, et enfin sur ses contenus variés mêlant art, culture et politique. La présentation matérielle de l’ensemble, que complètent une abondante sélection bibliographique et un index, est impeccable, même si le parti d’une numérotation distincte des figures en noir et en couleurs eut été préférable à celui d’une numérotation continue, puisque les planches en couleurs font partie d’un cahier séparé, en milieu de volume.

  • 4  John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en Allemagne, en Autriche et en Suisse, Paris, Hin (...)

2L’une des originalités de cet organe libéral, anticlérical et modéré, dont le lectorat est à situer dans les classes moyennes et aisées, est sa longévité, couplée à la continuité de ses orientations idéologiques et politiques dans la période considérée, et de ses partis pris éditoriaux et iconographiques. Son audience, d’abord locale, s’étend aux autres cantons en contribuant à la prise de conscience d’une identité nationale. Après l’évocation de la genèse de la revue hebdomadaire fondée par Jean Nötzli (1844-1900), cinq étapes sont mises en évidence  : 1875-1886, «  les années noir et blanc de l’ère Nötzli  », moment fondateur où «  la Suisse prime sur le monde  » et où se mettent en place des conventions satiriques  ; «  1887-1899, ouverture, couleur et premier Jugendstil dans l’ère Nötzli  », moment de plus grand rayonnement  ; 1900-1906, «  Jugendstil versus Heimatstil  », moment de repli où se définit une modalité singulière du style national, le Heimatstil, ou style de la patrie, suivi, de 1907 à 1911, par une période d’oscillation et de tensions, qui est aussi celle du choix définitif de la couleur  ; 1913-1921, période de difficulté et d’austérité autour de la Grande Guerre. Progressivement la revue a trouvé sa formule visuelle, de quatre à huit feuillets  : à la une, une grande image, toujours encadrée d’un trait noir, apparaît au-dessous de l’en-tête représentant en pleine action le personnage emblématique du Nebelspalter armé d’une immense plume  ; à l’intérieur, une autre planche, qui se déploie parfois sur une double page. Autour de 1897, apparaissent des unes en couleurs, assorties d’un graphisme plus stylisé, qui témoignent de l’inspiration des revues munichoises. Cette approche diachronique est complétée, dans la dernière partie de l’ouvrage, par une étude des réseaux de la revue, rendue possible par le dépouillement d’un fonds inédit, celui des archives de l’éditeur Nötzli. Il en résulte la confirmation de la double attraction du Nebelspalter, dont le modèle éditorial n’est pas seulement tourné vers l’Allemagne et la Bavière, sa polarité principale, mais entretient aussi des relations avec la France, comme l’indique la correspondance entre Jean Nötzli et John Grand-Carteret. Cet auteur parisien aux parentés genevoises fut un grand historien de l’image satirique appréhendée comme un document sur l’histoire et les mœurs, et le premier à entreprendre une histoire de la caricature en Suisse4.

3La seconde partie, l’une des plus réussies du livre, situe le journal dans une perspective géo-satirique, en traitant des représentations et allégories caricaturales de l’Europe et des peuples européens, ainsi que de celle de la Suisse dans ce contexte. On y retrouve, par exemple, avec Das heutige Europa (L’Europe actuelle), une carte caricaturale composée par Boscovits senior. La peur du bolchevisme, avec le stéréotype de l’ogre au couteau entre les dents, la guerre douanière font partie des thèmes traités. Laurence Danguy aborde ensuite les images et la place de Zurich parmi les cantons de la Confédération helvétique, avant d’en venir à la question, à laquelle s’est intéressée Annette Becker, du «  rire en guerre  » et des images de la Première Guerre mondiale, avec leur cortège de stéréotypes et de violences  : après sa déclaration de neutralité, vient la gestion pour la Suisse du droit d’asile, tandis que Zurich apparaît de plus en plus, à travers le Nebelspalter, progermanique, écrit en allemand et dont le titre s’inscrit en caractères gothiques. Cette tendance, d’abord voilée, s’affiche clairement à partir de 1916.

4Dans la troisième partie, «  Culture, art et politique  : discourir et prendre sa place  », les chapitres 4 et 5 mettent en évidence en premier lieu les discours et les images sur l’art, qui accompagnent la prise de conscience d’une identité artistique portée par les grands peintres liés au symbolisme de Suisse, à travers le couple Arnold Böcklin et Ferdinand Hodler, et par la mise en place d’institutions, telles que le Musée national suisse et le Kunsthaus de Zurich. En second lieu, est abordée la question des emprunts, du recyclage des images issues de revues satiriques étrangères, des effets d’autocitation, des transpositions médiales et de la valorisation du «  grand art  » par la caricature.

5Le livre de Laurence Danguy présente ainsi une monographie de presse qui réunit l’histoire de l’édition et de l’image à l’histoire politique et culturelle. Elle met en évidence le fonctionnement du langage satirique, avec ses jeux visuels et ses clichés, en contexte helvétique, tout en faisant apparaître la situation de la Suisse, non plus seulement comme un espace politique périphérique, mais comme un lieu spécifique où se développe le Heimatstil, et où se jouent, à petite échelle, les échanges avec la France et l’Allemagne, puis le conflit, pendant la guerre.

Haut de page

Notes

1La Gazette des beaux-arts, fondée en 1859, qui se prévalait du titre de «  doyenne des revues d’art  », a disparu en 2002.

2  L’enquête avait porté sur le motif de l’ange dans la revue dans le cadre d’une thèse publiée  : Laurence Danguy, L’Ange de la jeunesse. La revue Jugend et le Jugendstil à Munich, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2009.

3  [https://www.e-periodica.ch/digbib/volumes?UID=neb-001] (consulté en octobre 2023).

4  John Grand-Carteret, Les Mœurs et la caricature en Allemagne, en Autriche et en Suisse, Paris, Hinrischen, 1885.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ségolène Le Men, « Laurence DANGUY, Le Nebelspalter zurichois (1875-1921). Au cœur de l’Europe des revues et des arts »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 201-203.

Référence électronique

Ségolène Le Men, « Laurence DANGUY, Le Nebelspalter zurichois (1875-1921). Au cœur de l’Europe des revues et des arts »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9398

Haut de page

Auteur

Ségolène Le Men

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search