Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusMarion POUFFARY, Robespierre mons...

Lectures
Comptes rendus

Marion POUFFARY, Robespierre monstre ou héros  ?

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. «  Histoire et civilisations  », 2023
Jonathan Barbier
p. 203-205
Référence(s) :

Marion POUFFARY, Robespierre monstre ou héros  ?, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. «  Histoire et civilisations  », 2023, 342 p., 25 euros.

Texte intégral

1Dans ce livre tiré de sa thèse, Marion Pouffary offre une analyse originale des différentes légendes qui ont entouré la figure de Maximilien de Robespierre au cours du xixe siècle. À travers onze chapitres, ces mémoires déformées sont présentées à la fois sous un angle thématique et chronologique. Elles prennent la forme d’une légende dorée, attachée au républicanisme radical dès les années 1830, et de quatre légendes noires nées de mouvances politiques parfois opposées, à savoir le mouvement contre-révolutionnaire, le communisme, l’anarchisme et le courant libéral-républicain. L’historienne examine la fabrique de ces légendes grâce à l’étude des discours politiques. Le travail de dépouillement des comptes rendus parlementaires de la Restauration jusqu’à la Troisième République, réalisé par l’auteure dans le cadre de cette recherche historique, est des plus remarquables. D’autres sources imprimées sont également mobilisées dans ce livre  : les discours des membres des sociétés d’action politique sous la monarchie de Juillet (Société des amis du peuple, Société des droits de l’homme), les biographies de Robespierre, les œuvres historiques consacrées à la Révolution française, les manifestes, etc.

2En adoptant une méthodologie reposant sur une exploitation historique, juridique et littéraire des documents, Marion Pouffary expose les facteurs explicatifs de l’émergence des légendes robespierristes. Le chapitre intitulé «  Le poids des mots  » est tout à fait éclairant pour comprendre, par exemple, pourquoi les discours de Robespierre ont fasciné, sur un plan stylistique, de nombreux écrivains préromantiques et romantiques. En outre, le livre a pour grand mérite d’analyser certaines légendes tombées quelque peu dans l’oubli. À côté des légendes noires contre-révolutionnaires bien connues des historiens, d’autres le sont moins, comme les légendes noires communiste et anarchiste. Les blanquistes, par exemple, refusent l’incarnation de la Révolution française dans la personne de Robespierre et privilégient la mémoire des Hébertistes tandis que les anarchistes, à l’instar de Proudhon, rejettent à la fois Robespierre et Hébert. L’auteure fait, par ailleurs, preuve de nuance et montre qu’au sein du groupe des tenants d’une légende noire ou dorée, il peut y avoir des divergences  : des penseurs se réclamant de Robespierre comme Buchez et Cabet désapprouvent sa théorie du droit à l’insurrection.

3Un autre grand intérêt de ce livre est de démontrer que les légendes politiques ne sont pas figées et qu’elles évoluent tout au long du xixe siècle. Ainsi, sous la Troisième République, l’image du Robespierre anarchiste issue de la légende noire contre-révolutionnaire tend à décliner tandis que celle du Robespierre tyran perdure. Dans les années 1870-1890, les radicaux se perçoivent partiellement comme les héritiers de Robespierre alors que ce dernier était une figure tutélaire largement partagée parmi les démocrates-socialistes et radicaux de la Deuxième République. De plus, depuis la monarchie de Juillet, on assiste à un processus d’individualisation de la mémoire de Robespierre dans les textes parlementaires. En effet, Robespierre est évoqué de plus en plus pour sa seule pensée ou sa seule action politique dans les écrits du xixe siècle et n’est plus systématiquement comparé à d’autres personnalités historiques comme Mirabeau, Danton, Saint-Just ou encore Napoléon Bonaparte.

4Les légendes robespierristes ont aussi tendance à s’enrichir au fil du temps en raison de témoignages directs comme celui de Buonarotti, ou de publications de travaux historiques approfondis comme celles de Michelet et de Quinet. Elles sont réactivées également par des scandales comme l’affaire entourant la pièce de théâtre, Thermidor, de Victorien Sardou en 1891 ou par des succès de librairie comme la parution de La Grande Révolution de Pierre Kropotkine en 1909. Tous ces enrichissements complexifient les facettes idéalisées et caricaturées de Robespierre. L’image du Robespierre tyran évoque-t-elle alors le tyran politique, niveleur, clérical ou bien des consciences  ? L’auteure met également en exergue la manière dont les hommes politiques instrumentalisent la personne de Robespierre dans des débats éloignés de la spécialisation parlementaire du député d’Artois, à savoir les questions judiciaires. Ce sont principalement ses prises de position sur les questions d’égalité politique et sociale qui sont évoquées dans les discours parlementaires du xixe siècle. Robespierre devient un argument d’autorité utilisé par les députés de gauche en tant qu’«  homme-principe  » mais aussi par leurs adversaires de droite à des fins de dérision. Cela est bien illustré dans le dernier chapitre du livre consacré aux références à Robespierre dans les débats sur les questions religieuses et scolaires. Dans le cadre de ces discussions de la Restauration jusqu’à la Troisième République, Robespierre est qualifié successivement d’anarchiste impie, d’élève des Jésuites, de dictateur clérical ou encore d’apôtre de la religion fraternelle.

5La conclusion esquisse enfin une histoire des légendes dorées et noires de Robespierre aux xxe et xxie siècles qui mériterait d’être approfondie. La réactivation des légendes autour de Robespierre lors des commémorations de sa naissance ou de sa mort, de la reconstitution de son visage ou bien des polémiques relatives à la création de rues à son nom est un axe de recherche qui reste encore à explorer. Le livre de Marion Pouffary renouvelle donc la manière d’appréhender la question des légendes politiques en portant un nouveau regard sur les débats parlementaires du xixe siècle à travers le prisme de l’instrumentalisation des mémoires de Robespierre par les mouvements de gauche comme de droite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonathan Barbier, « Marion POUFFARY, Robespierre monstre ou héros  ? »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 203-205.

Référence électronique

Jonathan Barbier, « Marion POUFFARY, Robespierre monstre ou héros  ? »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9404

Haut de page

Auteur

Jonathan Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search