Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusYohanna ALIMI-LEVY, La Démocratie...

Lectures
Comptes rendus

Yohanna ALIMI-LEVY, La Démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848

Paris, Sorbonne Université Presses, 2023
Soazig Villerbu
p. 205-206
Référence(s) :

Yohanna ALIMI-LEVY, La Démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848, Paris, Sorbonne Université Presses, 2023, 474 p., 22 euros.

Texte intégral

  • 1  René Rémond, Les États-Unis devant l’opinion française (1815-1852), Paris, Armand Colin, 1962  ; F (...)
  • 2Caitlin Fitz, Our Sister Republics: The United States in an Age of American Revolutions, New York, (...)
  • 3  Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix, Clément Thibaud (dir.), Les Mondes de 1848. Au-delà du printem (...)

1Yohanna Alimi-Levy offre la publication de sa thèse soutenue en 2014 dans une version qui, sans surprise tant l’exercice de mise à jour est difficile, reflète l’état des débats au début des années 2010 et non dix années plus tard. Il ne faut pas bouder son plaisir à la lecture d’un ouvrage fort intéressant mais bien le considérer dans son contexte historiographique. Ainsi l’auteur s’inscrit avant tout dans les pas de trois prédécesseurs  : René Rémond bien sûr, qui avait inauguré un discours de la méthode quant à l’étude de l’«  opinion publique  » dans la relation franco-étatsunienne, mais surtout Fabrice Bensimon et son analyse des échos du 1848 français au Royaume-Uni, et Timothy Roberts, qui a scruté le rapport des États-Unis au Printemps des peuples en général1. On peut se demander ce que le même sujet, entrepris dix années plus tard, aurait offert. D’une part, car le fil directeur d’Alimi-Levy aurait gagné à rencontrer franchement les conclusions que Caitlin Fitz tirait en 2016 de son travail sur les relations des États-Unis aux révolutions indépendantistes de l’Amérique ibérique  : les nouvelles républiques accueillies d’abord chaleureusement, puis méprisées lorsqu’elles abolirent l’esclavage et cherchèrent leur voie propre, ne servirent somme toute qu’à renforcer la croyance en l’exceptionnalisme états-unien2. D’autre part, parce que l’analyse de 1848 a gagné ces dernières années en perspectives globales, circulatoires et comparées, comme en témoigne entre autres le colloque de 2018 publié en ce printemps 20233  : peut-être eût-il été intéressant d’inscrire le dialogue franco-états-unien dans ce cadre.

2C’est bien de circulations de modèles et contre-modèles et d’exceptionnalisme dont il est question au fil des sept chapitres de cet ouvrage  : trois chapitres sur chacune des révolutions sont précédés d’un chapitre qui fait le point sur les sources utilisées, à savoir les discours parlementaires, les archives diplomatiques et surtout la presse – il faut souligner la clarté de la synthèse sur cette dernière question. Sans grande surprise, les Trois Glorieuses comme la révolution de Février et ses suites ont servi de miroir dans lequel les États-Unis se sont surtout posé des questions sur eux-mêmes, avec de nettes différences entre l’accueil fait à la fort modérée, donc quasi consensuelle, 1830 et à la très tempétueuse 1848, mais qui à chaque fois renforcèrent le sentiment des États-uniens que leur expérience était bien unique et non reproductible. Pourtant le pays était dans les faits extrêmement divisé, surtout en 1848 lorsque les événements européens rencontrent les débats sur le sort à réserver aux terres conquises sur le Mexique et donc sur l’expansion de l’esclavage  : comment accueillir de manière unanime une République française qui s’annonce abolitionniste quand les Démocrates au pouvoir aux États-Unis ne rêvent que d’expansion de l’esclavage vers l’Ouest  ? L’occultation est bien commode dans les sphères du pouvoir mais les abolitionnistes s’emparent alors du modèle français. C’est l’aspect le plus intéressant du travail de Yohanna Alimi-Levy  : certains membres de la scène politique et sociale états-unienne s’imprègnent davantage que d’autres des événements français et les mobilisent pour faire avancer leur cause et dessiner ainsi un espace politique atlantique. Abolitionnistes, féministes et réformateurs de tous poils sont aux premières loges dans cette rencontre. Ainsi le dialogue avec les Trois Glorieuses est-il l’occasion de réinterroger le vieux débat historiographique quant au degré de radicalisme des mouvements sociaux états-uniens des années 1820 et 1830  : pour Yohanna Alimi-Levy, les ouvriers états-uniens se servent de la France pour réaffirmer leur attachement aux racines révolutionnaires de leur propre pays et appuyer ainsi leur critique sincère de la démocratie jacksonienne. En 1848, le mouvement associationniste considère bien la France comme un modèle mais dans le même temps tente d’imaginer à partir de là des solutions qui seraient spécifiques aux États-Unis. Jamais l’existence d’une sphère politique atlantique n’a supposé que les situations soient considérées comme équivalentes et les expériences duplicables.

Haut de page

Notes

1  René Rémond, Les États-Unis devant l’opinion française (1815-1852), Paris, Armand Colin, 1962  ; Fabrice Bensimon, Les Britanniques face à la Révolution française de 1848, Paris, L’Harmattan, 2000  ; Timothy Mason Roberts, Distant Revolutions : 1848 and the Challenge to American Exceptionalism, Charlottesville, University of Virginia Press, 2009.

2Caitlin Fitz, Our Sister Republics: The United States in an Age of American Revolutions, New York, Liveright, 2016.

3  Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix, Clément Thibaud (dir.), Les Mondes de 1848. Au-delà du printemps des peuples, Ceyzérieux, Champ Vallon, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soazig Villerbu, « Yohanna ALIMI-LEVY, La Démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848 »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 205-206.

Référence électronique

Soazig Villerbu, « Yohanna ALIMI-LEVY, La Démocratie américaine et les révolutions françaises de 1830 et 1848 »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9411 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9411

Haut de page

Auteur

Soazig Villerbu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search