Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusAlessandro BONVINI (dir.), Men in...

Lectures
Comptes rendus

Alessandro BONVINI (dir.), Men in Arms. Insorgenza e contro-insorgenza nel mondo moderno

Bologne, Il Mulino, 2022
Daniele Di Bartolomeo
p. 206-208
Référence(s) :

Alessandro BONVINI (dir.), Men in Arms. Insorgenza e contro-insorgenza nel mondo moderno, Bologne, Il Mulino, 2022, 288 p., 24 euros.

Texte intégral

  • 1  Alessandro Bonvini, Risorgimento atlantico. I patrioti italiani e la lotta internazionale per le l (...)

1Spécialiste de l’histoire globale et politique du xixe siècle, Alessandro Bonvini a étudié la participation des patriotes italiens du Risorgimento à la lutte politique internationale dans une monographie1 publiée la même année que le livre que nous présentons ici. Par rapport à son premier ouvrage, le livre collectif Men in Arms élargit les limites et la chronologie de l’enquête ainsi que les types d’acteurs et de conflits politiques examinés. La participation de douze collègues permet ainsi de parcourir une large partie du monde, de l’Europe méditerranéenne à l’Amérique latine, de l’Afrique du Nord aux Balkans, sur une période historique large, partant d’une étude de cas de la République de Gênes au xviie siècle jusqu’à celle de la Serbie pendant la Première Guerre mondiale. La perspective adoptée est, en ce sens, conforme aux dernières tendances de l’historiographie qui visent à relire les conflits politiques à partir d’une perspective spatiale. Le résultat est une histoire mondiale intelligente et captivante de la guérilla et de la contre-guérilla. Il s’agit d’une réalisation importante et remarquable, surtout si l’on considère qu’elle a été menée à bien sous la coordination d’un jeune chercheur et avec la participation d’un certain nombre de collègues au début de leur carrière universitaire, aux côtés d’historiens confirmés. Le travail fait partie d’un projet de recherche plus vaste – financé par le ministère italien des universités – intitulé Il brigantaggio rivisitato. Narrazioni, pratiche e usi politici nella storia dell’Italia moderna e contemporanea, qui aboutit actuellement à d’importants résultats scientifiques.

2Le livre dirigé par Bonvini suit trois perspectives d’investigation  : l’impact de la «  petite guerre  » dans la construction de l’État, les liens entre la guerre irrégulière et la gouvernance, et la dynamique sociale de la violence irrégulière.

3Le livre offre au lecteur une analyse comparative des événements de guérilla et de contre-guérilla en les présentant comme des phénomènes qui se sont produits dans le monde entier au cours de la période examinée. Les études de cas qui y sont présentées se situent majoritairement au xixe siècle, mais un prologue remonte aux xviie et xviiie siècles et un épilogue évoque le xxe siècle. Le tout est précédé d’une introduction bien documentée de Bonvini, qui non seulement présente succinctement les contributions, mais offre également une reconstruction lucide de l’historiographie et des aperçus théoriques indispensables.

4Le directeur du volume justifie la décision de se concentrer sur le xixe siècle par la profonde instabilité qui caractérise cette période amorcée par les révolutions du xviiie siècle, par la remise en question des autorités traditionnelles qui en a résulté, et par l’apparition grandissante du peuple en tant qu’acteur symbolique et concret de la politique moderne et, avec lui, l’émergence d’une pluralité de forces irrégulières avec lesquelles les gouvernements ont dû composer. D’où l’attention accordée dans le livre au binôme insurrection/contre-insurrection afin de mettre en évidence un autre fait significatif  : le recours à la guerre irrégulière est devenu une option également pratiquée par les États au cours de cette période pour tenter de regagner le monopole de la violence.

5Au-delà des différences constatées dans les différents territoires étudiés, le livre identifie un certain nombre de caractéristiques communes que l’on retrouve dans les profils des «  hommes en armes  ». Héros national qui change le cours de l’histoire par la lutte armée, l’«  homme en armes  » est aussi le combattant irrégulier qui se rebelle contre l’oppression ou se fait le porte-parole de la résistance aux changements politiques et institutionnels. Il s’agit généralement de figures charismatiques capables de mobiliser la population, même en recourant à des récits religieux, et de trouver des ressources économiques et financières. Ces caractéristiques se retrouvent également chez les chefs militaires réguliers chargés de réprimer les soulèvements populaires et de pratiquer des contre-insurrections. Avec cette précision intéressante que les deux camps, celui de l’insurrection et celui de la répression étatique, se croisent lorsque les guérillas se politisent et activent des processus institutionnels, voire sont cooptées par les autorités souveraines. En effet, les hommes en armes se retrouvent souvent à gouverner des territoires. Ainsi, les pratiques de la «  petite guerre  » ont eu des répercussions importantes dans la vie des États et des sociétés, et sont devenues partie intégrante de la guerre régulière et des processus de construction nationale et étatique.

6Cet ouvrage a le mérite d’offrir une vision originale d’une période qui, jusqu’à récemment, était lue par les historiens à travers une catégorie, celle de la révolution – et le protagonisme d’un acteur, le révolutionnaire – si encombrante qu’elle laissait peu de place à l’analyse d’autres formes de conflits politiques et militaires comme la guérilla, l’insurrection et la contre-insurrection, et d’autres interprètes comme les bandoleros ou brigands, les guérilleros et les partisans.

7À cet égard, on pourrait poser une question qui concerne en réalité tous ceux qui actuellement repensent le passé en utilisant directement ou indirectement la catégorie de la mondialisation  : ce choix, qui revitalise l’historiographie en la reconnectant à l’imaginaire de notre temps, et qui, d’une certaine manière, repose sur la substitution de ce concept à celui, aujourd’hui effacé, de révolution, ne devrait-il pas faire l’objet d’une plus grande attention  ?

Haut de page

Notes

1  Alessandro Bonvini, Risorgimento atlantico. I patrioti italiani e la lotta internazionale per le libertà, Rome-Bari, Laterza, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniele Di Bartolomeo, « Alessandro BONVINI (dir.), Men in Arms. Insorgenza e contro-insorgenza nel mondo moderno »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 206-208.

Référence électronique

Daniele Di Bartolomeo, « Alessandro BONVINI (dir.), Men in Arms. Insorgenza e contro-insorgenza nel mondo moderno »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9418

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search