Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusGrégoire FRANCONIE, Le Lys et la ...

Lectures
Comptes rendus

Grégoire FRANCONIE, Le Lys et la cocarde  : royauté et nation à l’âge romantique (1830-1848)

Paris, Presses universitaires de France, 2021
Olivier Tort
p. 210-212
Référence(s) :

Grégoire FRANCONIE, Le Lys et la cocarde  : royauté et nation à l’âge romantique (1830-1848), Paris, Presses universitaires de France, 2021, 492 p., 26 euros.

Texte intégral

1L’ouvrage, issu de la thèse de l’auteur soutenue en 2015, explore les soubassements idéologiques de la monarchie de Juillet ainsi que les diverses stratégies mises en œuvre par Louis-Philippe pour crédibiliser sa royauté d’un nouveau genre. Comment l’esprit «  juste milieu  » parvenu au pouvoir en 1830 a-t-il trouvé à s’incarner dans la figure du monarque et dans la médiatisation de sa famille  ?

  • 1  Hervé Robert, La Monarchie de Juillet, Paris, Presses universitaires de France, coll. «  Que Sais- (...)

2Suivant un plan ordonné en deux parties (Identités, Légitimités) et huit chapitres, Grégoire Franconie défend une idée forte, visant à contester le lieu commun d’un régime orléaniste qui se réduirait à une «  monarchie bourgeoise  ». Il reprend ainsi pour l’approfondir la thèse soutenue en son temps par Hervé Robert (1963-20221), en portant la focale sur une myriade d’éléments symboliques ou représentatifs jugés significatifs.

3Certes, le topos bourgeois aura été complaisamment entretenu, aussi bien par les adversaires que par les promoteurs de Juillet, soucieux de s’assurer une base électorale solide dans le contexte censitaire de l’époque. Mais l’ouvrage souligne à quel point Louis-Philippe reste à bien des égards, un Bourbon dans l’âme, et veille constamment à donner à son régime des assises aristocratiques plus classiques.

  • 2  David Todd, Un Empire de velours  : l’impérialisme informel français au xixe siècle, Paris, La Déc (...)

4La persévérance avec laquelle il s’efforce de contourner le «  blocus matrimonial  » des pays de la Sainte-Alliance, à compter de son avènement, donne lieu à des développements particulièrement intéressants. On y voit d’abord le roi des Français cultiver, faute de mieux, des alliances avec des dynasties de rang modeste, Saxe-Cobourg-Gotha puis Bragance  ; il s’agit de créer une sorte de club de souverains constitutionnels pour renforcer la légitimité encore précaire du régime de Juillet, mais aussi de diffuser le modèle français en Belgique et au Brésil, grâce à un paternalisme bienveillant, alternatif à la tutelle britannique – stratégie qu’on pourrait certainement inscrire dans «  l’impérialisme informel  » étudié par David Todd2. Nouer des alliances plus flatteuses s’avère difficile. En 1837, le mariage de l’héritier du trône avec Hélène de Mecklembourg, grâce au soutien du vieillissant roi de Prusse, oncle de la promise, tempère un peu l’humiliation du refus autrichien d’accorder la main d’une archiduchesse  ; on est loin cependant des espoirs initiaux conçus par Louis-Philippe pour rehausser les ambitions de sa dynastie à un niveau plus digne d’une grande puissance européenne. Les difficultés rencontrées conduisent à esquisser la résurgence d’un nouveau pacte de famille bourbonien, avec la branche de Naples puis avec celle d’Espagne, jusqu’au risque avéré de ruiner la naissante Entente cordiale franco-britannique. La continuité avec les réflexes matrimoniaux d’Ancien Régime s’accuse donc avec le temps  ; elle ne s’en distingue que par un pacifisme vigilant à l’égard des autres grandes puissances, hérité cette fois-ci du régime déchu de la Restauration, loin des prétentions cocardières d’une monarchie plus nationale affichées en 1830  ; l’image surexploitée par la propagande officielle de l’ancien combattant de Valmy devenu roi des Français sert ici à donner le change, face à une réalité bien différente.

5Derrière la bonhomie bavarde du roi-citoyen, on voit également poindre l’attachement du monarque à incarner son rôle avec la dignité requise, en puisant ses modèles dans le passé, y compris, là aussi, dans un Ancien Régime inavoué. Les goûts personnels plutôt conservateurs de Louis-Philippe en matière culturelle, à l’inverse de ceux de son fils aîné Ferdinand-Philippe, concourent à préserver un équilibre subtil, afin de promouvoir un syncrétisme historique dont le musée de Versailles doit être l’emblème. La chapelle funéraire de Dreux, qui marque une rupture symbolique avec la basilique de Saint-Denis, est l’occasion d’une transposition de la mode décorative néogothique dans le domaine architectural  ; le recours aux gisants renoue avec une pratique ancienne, remise au goût du jour avec une certaine audace.

6Pour autant, ce mélange de tradition et de modernité dans les réalisations artistiques comme dans la vie de cour n’est pas né en 1830, que ce soit en Europe ou en France même  ; si l’esthétique privilégiée dorénavant est moins pompeuse qu’au temps de Napoléon, moins raffinée que sous la Restauration et assez voisine du kitsch Bidermeier d’outre-Rhin, en faire une incarnation de l’esprit de synthèse entre royauté et nation propre à l’orléanisme français relève, nous semble-t-il, de la surinterprétation. On comprend bien, toutefois, que cela coïncide de façon particulièrement adéquate avec la communication politique de la monarchie de Juillet et avec la rhétorique «  juste milieu  » de réconciliation des deux France.

7De même, la popularisation de la famille royale, à travers toute une propagande festive, picturale, décorative et médiatique, est en soi fort commune, et ne constitue qu’une actualisation temporaire, parmi toutes celles qui se succèdent au fil des changements dynastiques jusqu’en 1870. On se situe ici dans un champ historiographique déjà bien labouré, depuis les travaux de Corinne Legoy sur la littérature d’éloge sous la Restauration, jusqu’aux études de Sudhir Hazareesingh et de Juliette Glikman sur les fêtes et l’imaginaire politique durant le Second Empire. Les multiples stratégies déployées pour sacraliser la monarchie de Juillet, à travers des cérémonies (baptême du comte de Paris, funérailles du duc d’Orléans), soulignent a contrario les difficultés inhérentes à l’absence de sacre royal, et plus largement, la légitimation problématique des différents régimes du xixe siècle.

8La réflexion sur les tentatives d’héroïsation familiale retient davantage l’attention, dans la mesure où elle semble antithétique avec l’imagerie bourgeoise et la promotion de la classe moyenne au cœur du narratif officiel, qu’elle nuance, voire prend à contre-pied. Ici encore, la singularité du régime s’amenuise au fil du temps, entre 1830 et 1848, même si l’héroïsme orléaniste apparaît nettement plus fade que celui cultivé par les régimes précédents. Si les deux figures étudiées par Grégoire Franconie connaissent une mort précoce, ni la tuberculose de Marie d’Orléans, l’artiste de la famille, ni la chute de cheval accidentelle de l’héritier du trône ne sont assimilables au martyre de Louis XVI et de ses proches, ardemment célébré sous la Restauration comme l’expression d’un destin tragique donnant lieu ensuite à rédemption par l’expiation collective. Sans doute aurait-il fallu ici intégrer à la réflexion la figure du duc d’Aumale, dont les succès militaires en Algérie, de la prise de la smala à la reddition d’Abd-el-Kader, ont fait l’objet d’une valorisation appuyée, pouvant toutefois difficilement souffrir la comparaison avec la geste napoléonienne. La célébration de Jeanne d’Arc tout comme le retour des cendres de l’Empereur en 1841, mettant à l’honneur un autre fils du roi, Joinville, relèvent quant à eux typiquement d’un héroïsme par procuration, où la remémoration solennelle tient lieu d’action et permet toutes les captations d’héritage – processus classique, et familier à nos yeux contemporains.

9En somme, l’impression qui ressort, à la lecture de cet ouvrage, est que la cocarde a globalement servi de trompe-l’œil pour dissimuler le recours croissant à des imaginaires monarchiques pluriels, adaptés au goût du temps.

Haut de page

Notes

1  Hervé Robert, La Monarchie de Juillet, Paris, Presses universitaires de France, coll. «  Que Sais-Je  ?  », 1994, rééd. augm. CNRS Éditions, 2017  ; Id., Les Princes d’Orléans  : une famille en politique au xixe siècle, Paris, Economica, 2007.

2  David Todd, Un Empire de velours  : l’impérialisme informel français au xixe siècle, Paris, La Découverte, 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Tort, « Grégoire FRANCONIE, Le Lys et la cocarde  : royauté et nation à l’âge romantique (1830-1848) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 210-212.

Référence électronique

Olivier Tort, « Grégoire FRANCONIE, Le Lys et la cocarde  : royauté et nation à l’âge romantique (1830-1848) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9438 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9438

Haut de page

Auteur

Olivier Tort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search