Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusQuentin DELUERMOZ*, Emmanuel FURE...

Lectures
Comptes rendus

Quentin DELUERMOZ*, Emmanuel FUREIX*, Clément THIBAUD (dir.), Les Mondes de 1848. Au-delà du Printemps des peuples

Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023
Antonin Durand
p. 212-215
Référence(s) :

Quentin DELUERMOZ*, Emmanuel FUREIX*, Clément THIBAUD (dir.), Les Mondes de 1848. Au-delà du Printemps des peuples, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023, 352 p., 27 euros.

Notes de la rédaction

Les ouvrages dont les auteur.es sont membres du comité de rédaction sont signalés d’un astérisque.

Texte intégral

  • 1Axel Körner (ed.), 1848: A European Revolution? International Ideas and National Memories of 1848, (...)
  • 2  Colloque «  Les acteurs européens du “printemps des peuples” 1848  », coordonné par Éric Anceau, P (...)

1«  Déseuropéaniser 1848  ». Cette ambition affichée, avec un point d’interrogation, en titre de la première partie de l’ouvrage collectif consacré aux mondes de 1848 et dirigé par Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix et Clément Thibaud, a tout d’un paradoxe. L’un des principaux acquis du cent-cinquantenaire de 1998 n’avait-il pas été, justement, d’européaniser 1848 et de penser les circulations révolutionnaires à l’échelle continentale, sous l’impulsion de travaux comme ceux d’Axel Körner1  ? L’autre grand colloque français des 170 ans du Printemps des peuples, dont la publication est encore espérée, s’inscrivait dans cette lignée en s’intéressant aux «  acteurs européens du printemps des peuples2  ». La proposition du colloque dont ce volume est issu est bien différente, même s’il ne s’agit nullement d’un retour en arrière. L’idée est au contraire d’élargir encore la focale et de tenter d’«  inscri[re] le moment 1848 dans le global turn  » (p.  30).

  • 3David Armitage, Sanjay Subrahmanyam (eds.), The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-1840(...)

2La démarche consiste d’ailleurs moins à provincialiser l’Europe dans une crise dont l’Europe fut indéniablement un épicentre que de la «  désexceptionnaliser  » (p.  27), c’est-à-dire d’inscrire les mouvements qu’elle connaît dans une conjoncture plus large, comme les travaux pionniers de David Armitage et Sanjay Subrahmanyam invitaient à le faire pour les révolutions du début de siècle3. Loin d’une simple étude de réception, l’ouvrage se propose de penser des circulations à l’échelle globale et, plus encore, des concomitances, des résonances, des transferts croisés. En réunissant trente historiens et historiennes, spécialistes d’espaces allant de l’océan Indien au Mexique, de l’Éthiopie aux Caraïbes, les porteurs du projet se sont donné les moyens de leurs ambitions.

3Après une mise en perspective historiographique de Megan Maruschke et Mathias Middell, la première partie du livre prend le contre-pied le plus radical de l’européocentrisme en analysant des crises très éloignées, dans leur forme, leur revendication et leur localisation, du printemps européen  : les soulèvements amérindiens au Mexique après le traité de Guadalupe Hidalgo, étudiés par Regina Lira, la ruée vers l’or en Californie consécutive à la découverte d’une pépite d’or dans un cours d’eau du piémont de la Sierra Nevada en janvier 1848 travaillée par Emmanuelle Perez-Tisserant, la reddition d’Abd el-Kader et la départementalisation de l’Algérie suivie par Claire Fredj, la fin de l’«  ère des juges  » dans une Éthiopie que les ambitions européennes et égyptiennes contraignent à sortir de son isolement (Eloi Ficquet) et les manifestations au Cap contre l’arrivée de bagnards européens (Sujit Sivasundaram). Ces différents moments ne semblent avoir en commun que leur quasi-simultanéité avec le Printemps des peuples européens. Si les liens avec l’histoire algérienne sautent aux yeux au moment de la mise en place d’une première république coloniale, les auteurs des contributions sur l’Éthiopie, le Mexique ou l’océan Indien sont plus prudents  : la circulation des informations conduit certes certains acteurs à penser leur révolte dans la continuité des mouvements européens, mais cette revendication, minoritaire et élitaire, relève plutôt de l’instrumentalisation que de l’imitation. Et Sujit Sivasundaram montre de manière convaincante que l’échelle de l’océan Indien et des circulations «  sud-sud  » qui s’y produisent est sans doute plus pertinente pour comprendre le 48 sud-africain.

  • 4Edward Blumenthal, Exile and Nation-State Formation in 19th Century South America, Londres, Palgra (...)
  • 5  Ignazio Veca, Il Mito di Pio ix. Storia di un pape liberale e nazionale, Rome, Viella, 2018.

4La deuxième partie revient à une conception plus occidentale des circulations et expériences révolutionnaires. Sans céder à une conception diffusionniste de la circulation des idées, les différentes contributions reviennent à une forme de centralité de l’Europe et à un modèle de circulations centrifuges  ; peut-être la contribution de Benoît Agnès consacrée à la mobilisation de l’exemple américain dans les débats constitutionnels français de 1848, située dans la première partie, aurait-elle eu davantage sa place dans cette réflexion sur les circulations que dans celle sur la déseuropéanisation. Jorge Myers y analyse les «  répercussions intellectuelles  » du Printemps des peuples européens en Amérique du Sud et montre par quels canaux les mouvements européens déclenchent des épisodes révolutionnaires outre-Atlantique, en particulier ceux qui ont lieu en 1849 en Nouvelle-Grenade, qui revendique un élargissement du suffrage universel et porte brièvement au pouvoir un gouvernement composé d’artisans et d’ouvriers – on reconnaît là les deux composantes démocratiques et sociales qui structurent le 48 français. De même, c’est en termes d’«  actions réactions transatlantiques  » qu’Edoardo Frézet s’intéresse à un acteur circulant entre sa patrie d’origine, la Prusse, et son pays d’adoption, les États-Unis, et se faisant ainsi vecteur de représentations de part et d’autre de l’Atlantique. Fabrice Bensimon étudie les «  perspectives d’exportation  » et les «  circulations européennes du programme et du répertoire chartiste  » dans un contexte global. Edward Blumenthal propose une synthèse de ses recherches sur les exilés «  latino-américains  », dans la continuité de ses travaux sur le sujet4. Clément Thibaud entreprend de repenser le rapport des printemps des peuples à la colonisation en interrogeant les connexions entre colonies impériales et colonies socialistes utopiques. Hélène Quanquin montre les liens qui existent entre les mouvements d’émancipation féminine qui marquent le Printemps des peuples européens et le mouvement féministe-abolitionniste états-unien qui se développe autour de la première Convention pour le droit des femmes en juillet 1848 à Seneca Falls. Paul Pickering suit les échos des révolutions européennes jusqu’aux confins du monde occidental, en Océanie, tandis qu’Ignazio Veca poursuit ses investigations sur les mobilisations de la figure du nouveau pape Pie IX à travers le monde5.

5La troisième partie propose une série de courtes mises au point sur les effets de l’abolition de l’esclavage dans l’empire colonial français  : Myriam Cottias et Jessica Balguy abordent la question sous l’angle de l’indemnisation des anciens propriétaires d’esclaves et de ses applications différenciées selon les espaces, les effectifs concernés ou la religion des propriétaires. M’hamed Oualdi approfondit l’aspect religieux en comparant les effets de l’abolition en Algérie, mal préparée et inégalement appliquée, avec les formes plus progressives adoptées dans les empires voisins. Adélaïde Marine-Gougeon s’intéresse aux propriétaires qui choisissent l’exil après l’abolition en suivant la famille de Jean-François Étienne Huc, maire du Prêcheur en Martinique. Les deux dernières contributions sont consacrées aux échos plus lointains et plus étouffés de l’abolition française dans des espaces plus éloignés  : en Amérique du Sud hispanique pour Natalia Sobrevilla Perea et dans les établissements français en Inde pour Julie Marquet.

6La quatrième partie explore les liens plus ténus qui peuvent exister entre le 1848 européen et des espaces moins connectés. Il mobilise des concepts tels que l’«  écho  », cette «  persistance du son lorsque la source a cessé d’émettre  », que l’on peut observer au Brésil étudié par Andre Jockyman Roithmann, d’«  indices  » dans la contribution de Romy Sánchez sur Cuba ou encore de «  réverbération  » dans les espaces moins lointains mais non moins marginaux que sont les Balkans, abordés par Alp Yücel Kaya ou la Valachie étudiée par James Morris. L’étude de groupes plus marginaux en Russie, largement isolée des révolutions européennes par une censure brutale, et qu’aborde Jonathan Beecher, ou aux États-Unis, où la famille de Firmin Rozier sert à Soazig Villerbu d’observatoire du tournant de milieu de siècle, viennent compléter ce tableau. Loin d’être anodines, les nuances de vocabulaires sur les modalités de la circulation permettent d’apprécier les atténuations de l’écho, les asynchronies et parfois les cloisonnements qui demeurent malgré les connexions du monde.

7On l’aura compris, c’est d’une vaste et passionnante entreprise que cet ouvrage important pose les prolégomènes. En maintenant la pluralité dans son titre – les mondes de 1848 – il adopte une posture à la fois ambitieuse et plus modeste que la mission que lui assignent dans la première contribution Megan Maruschke et Mathias Middell, qui invitent à inscrire 1848 dans l’émergence d’une «  condition globale  ». Plutôt qu’un Printemps des peuples global se substituant au Printemps des peuples européens, on voit s’y dessiner un monde partiellement segmenté, où l’information circule de façon différenciée selon les lieux et les classes sociales, où les connexions, les transferts voire les imitations existent mais où elles n’écrasent pas la spécificité des contextes locaux. C’est sans doute par l’ampleur des connexions qu’il révèle entre l’Europe et l’Amérique du Sud que l’ouvrage est le plus novateur, mais les pistes qu’il dessine en Afrique, et les creux qu’il laisse en Asie orientale sont autant d’invitations à poursuivre ce stimulant chantier.

Haut de page

Notes

1Axel Körner (ed.), 1848: A European Revolution? International Ideas and National Memories of 1848, Basingstoke, Macmillan, 2000.

2  Colloque «  Les acteurs européens du “printemps des peuples” 1848  », coordonné par Éric Anceau, Paris, Sorbonne Université, 31 mai-2 juin 2018.

3David Armitage, Sanjay Subrahmanyam (eds.), The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-1840, Londres, Palgrave Macmillan, 2010.

4Edward Blumenthal, Exile and Nation-State Formation in 19th Century South America, Londres, Palgrave Macmillan, 2019.

5  Ignazio Veca, Il Mito di Pio ix. Storia di un pape liberale e nazionale, Rome, Viella, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonin Durand, « Quentin DELUERMOZ*, Emmanuel FUREIX*, Clément THIBAUD (dir.), Les Mondes de 1848. Au-delà du Printemps des peuples »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 212-215.

Référence électronique

Antonin Durand, « Quentin DELUERMOZ*, Emmanuel FUREIX*, Clément THIBAUD (dir.), Les Mondes de 1848. Au-delà du Printemps des peuples »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9446 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9446

Haut de page

Auteur

Antonin Durand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search