Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusCharlie TAVERNER, Street Food: Ha...

Lectures
Comptes rendus

Charlie TAVERNER, Street Food: Hawkers and the History of London

Oxford, New York, Oxford University Press, 2023
Léa Leboissetier
p. 215-217
Référence(s) :

Charlie TAVERNER, Street Food: Hawkers and the History of London, Oxford, New York, Oxford University Press, 2023, 256 p., £ 32,49.

Texte intégral

1La vente de rue, longtemps considérée comme une activité archaïque éclipsée par la société moderne et les innovations commerciales du xixe siècle, est traditionnellement restée en marge de l’histoire urbaine, commerciale et de l’histoire du travail. Elle a pourtant souvent été saisie par la fiction et le folklore, à l’instar de la tradition littéraire des « Cris », née au xviie siècle. Celle-ci prend généralement la forme d’une galerie de personnages types hauts en couleur vendant les objets les plus divers, soulignant le caractère pittoresque et nostalgique des métiers de rue dans des villes comme Londres ou Paris.

  • 1  Juliette Rennes, Métiers de rue. Observer le travail et le genre à Paris en 1900, Paris, Éditions (...)
  • 2Victoria Kelley, Cheap Street: London’s Street Markets and the Culture of Informality, 1850-1939, (...)
  • 3Henry Mayhew, London Labour and the London Poor, Londres, Office, 1851-1852 ; Ole Münch, “Henry Ma (...)

2Les professions de rue ont cependant récemment attiré l’attention des sociologues et historiens. Dans un ouvrage publié en octobre dernier, Juliette Rennes explore, au prisme du genre, les métiers de rue parisiens au tournant du xxe siècle1. Outre-Manche, des travaux historiques récents insistent sur le caractère central de la vente de rue dans les économies urbaines et la consommation des classes populaires jusqu’à la fin des années 19302. Ils s’attachent à déconstruire les stéréotypes hérités des «  Cris  » et des enquêtes sociales du milieu du xixe siècle, à l’instar de celle du journaliste Henry Mayhew, présentant les marchands des quatre saisons comme un sous-prolétariat dangereux et exotique3. Charlie Taverner dédie un chapitre de Street Food aux cris des vendeurs de rue, désormais emblématiques du Londres prévictorien. Il explore, en parallèle, les représentations souvent négatives liées à cette activité et à la fascination que les vendeurs ont exercée, durant des siècles, sur les classes moyennes et les élites, à l’instar de la poissonnière transgressant les normes de genre par sa présence bruyante dans l’espace public.

3Street Food adopte cependant une démarche aussi originale qu’ambitieuse, cherchant à replacer les vendeurs « au centre de leur propre récit » entre les xviie et xxe siècles (p.  5). L’approche sur le long terme de l’ouvrage va à l’encontre d’une chronologie traditionnelle plus resserrée, séparant l’avant et l’après-xixe siècle. Cette démarche permet à Taverner de se départir du récit de la modernisation de Londres pour souligner les continuités de l’histoire de la vente de rue. Pour ce faire, l’historien puise dans le folklore, l’art et la fiction. Il utilise également un mélange inventif de sources administratives, judiciaires, policières, d’enquêtes parlementaires ou sociales et d’articles de presse pour retracer le quotidien de ses acteurs. Si le caractère épars de ces sources rend difficiles toutes généralisations ou entreprises statistiques, elles témoignent de l’ubiquité de la vente de rue dans le tissu urbain.

4Vendeurs et vendeuses sont replacé.e.s dans le contexte de croissance de la capitale britannique, qui passe de 200 000 habitants lors du couronnement de James II (1685) à plus de 6,5 millions au crépuscule du règne de Victoria (p.  7-8). S’appuyant sur les développements récents des food studies, Taverner montre que les marchands de rue étaient, jusqu’à l’arrivée du chemin de fer et de la réfrigération, un maillon essentiel de la distribution des aliments périssables produits dans les environs de la capitale, comme le lait, les fruits ou le poisson frais. L’ouvrage participe des tendances récentes en histoire commerciale et souligne la continuité des pratiques de vente et de consommation. Si les xviiie et xixe siècles sont connus pour leurs innovations commerciales, comme l’essor de la publicité et des grands magasins, ces dernières coexistent avec la vente de rue, du moins jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 1920 et 1930, les marchands de fruits et légumes peuplent encore les artères principales de la ville, ses ponts, ses stations de train, ses tavernes et ses lieux emblématiques comme le Royal Exchange. Loin d’être un vestige du passé, la vente de rue participe pleinement de la modernité londonienne jusqu’à l’apparition des supermarchés et le relatif dépeuplement du centre-ville dans l’après-guerre.

5Taverner nuance également l’idée d’une modernisation urbaine galopante, soulignant dans le même temps la pénibilité et la précarité durable de l’activité  : ses horaires et rythmes punitifs, la lourdeur des paniers, la difficulté de se mouvoir dans une ville où la circulation ne fait que croître. Les progrès en termes d’éclairage nocturne ou de macadamisation sont lents et localisés dans les quartiers les plus favorisés de la ville. À l’aube du xxe siècle, Londres est encore une ville où l’on se déplace en grande partie à pied ou à cheval. Nombre de vendeurs y travaillent dans des conditions similaires à celles des siècles précédents, assistés, pour les plus aisés, d’un âne, d’un chariot et d’une paire de chaussures surélevées pour éviter la boue.

6Les classes moyennes et les élites ont durablement associé la vente de rue aux quartiers pauvres et à la distribution de produits bon marché et de piètre qualité. Celle-ci recouvrait en réalité des situations extrêmement variées. Taverner souligne la diversité des vendeurs, allant du sans-emploi s’y adonnant quelques jours seulement pour éviter la workhouse, au professionnel à l’étal savamment adapté aux vicissitudes de la vie métropolitaine. Les vendeurs de rue nourrissent les ouvriers et employés des quartiers centraux de la capitale tout au long de leur journée de travail, mais fournissent aussi une variété croissante d’en-cas et de friandises aux plus aisés. Au fil des saisons, leurs étals et paniers regorgent de fruits et légumes (fruits rouges, légumes verts mais aussi, au fil des siècles, noix de coco, ananas et bananes), de poissons et coquillages allant du hareng aux huîtres et anchois, de boissons et de plats préparés (thé, café, «  saloop  », mince pie, ou crèmes glacées).

7Taverner explore les évolutions principales de la profession, comme l’acceptation progressive du travail de nuit, la masculinisation du métier et son organisation au travers de sociétés d’aide mutuelle ou de syndicats à la fin du xixe siècle. Il insiste cependant sur l’informalité durable de la vente de rue, qui pourrait surprendre le lecteur contemporain. Autorités locales, policiers et magistrats hésitent à intervenir dans la régulation d’une activité permettant aux Londoniens de se nourrir à bon marché. Les vendeurs de rue sont tacitement autorisés à exercer leur métier tant qu’ils respectent quelques règles d’hygiène et de bonne conduite. Ce n’est qu’en 1927 que le London City Council institue un système de licences pour tenter de contrôler le nombre d’étals dans la capitale. L’importance de cette date, qui marque selon Taverner la fin du processus d’institutionnalisation de la vente de rue, pourrait cependant être nuancée. Si la Seconde Guerre mondiale mène à un contrôle strict du commerce des denrées rationnées, il faut attendre la fin des années 1940 pour que les vendeurs itinérants, munis d’un simple panier ou d’une charrette à bras, soient concernés par ce système de permis.

8Taverner réussit finalement le pari de nous livrer un portrait riche de la vie de ces marchands souvent peu aisés, au croisement de l’histoire du travail, de la consommation, de l’histoire urbaine et de l’histoire culturelle. Street Food prouve, sans équivoque, que les vendeurs de rue se sont «  enracinés  » (p.  76) dans l’écosystème métropolitain londonien en l’espace de trois siècles.

Haut de page

Notes

1  Juliette Rennes, Métiers de rue. Observer le travail et le genre à Paris en 1900, Paris, Éditions de l’EHESS, 2022.

2Victoria Kelley, Cheap Street: London’s Street Markets and the Culture of Informality, 1850-1939, Manchester, Manchester University Press, 2019.

3Henry Mayhew, London Labour and the London Poor, Londres, Office, 1851-1852 ; Ole Münch, “Henry Mayhew and the Street Traders of Victorian London. A Cultural Exchange with Material Consequences”, London Journal, vol.  43, 2018/1, p. 53.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léa Leboissetier, « Charlie TAVERNER, Street Food: Hawkers and the History of London »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 215-217.

Référence électronique

Léa Leboissetier, « Charlie TAVERNER, Street Food: Hawkers and the History of London »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9451

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search