Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusFrançois PLOUX, Bruit public. Rum...

Lectures
Comptes rendus

François PLOUX, Bruit public. Rumeurs et charisme napoléonien (1814-1823)

Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023
Karl Zimmer
p. 217-220
Référence(s) :

François PLOUX, Bruit public. Rumeurs et charisme napoléonien (1814-1823), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023, 257 p., 24 euros.

Texte intégral

  • 1  Marc Bloch, «  Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre  », Revue de synth (...)

1«  La fausse nouvelle est le miroir où la conscience collective contemple ses propres traits1  ». Avec ces mots de Marc Bloch, François Ploux poursuit son enquête sur les rumeurs et propose de faire une histoire de la transition vers une France post-napoléonienne. Professeur des universités à Lorient, il s’intéresse depuis plus de vingt ans à la circulation de l’information «  de bouche-à-oreille  ». Il distingue les rumeurs, qui font parler sur le long cours, des alarmes aux effets imminents. Il écarte également de son propos les simples ragots, commérages de voisinage. Les rumeurs sont en résonance avec l’actualité nationale, ce qui leur donne une dimension pleinement politique. François Ploux, avec ce livre, poursuit son approche d’une histoire par le bas du premier xixe siècle, discute avec des sociologues (Warren Peterson, Noel Gift, Robert Park, Herbert Blumer, Charles Wright Mills et plus classiquement Pierre Bourdieu et Max Weber), et utilise très adroitement quelques notions de géographie (voir en particulier le chapitre 4). L’une des forces de ce livre est aussi de mobiliser de nombreuses références bibliographiques en langue anglaise.

  • 2  François Ploux, «  Rumeurs et expériences collectives de la discontinuité temporelle (1814-1815)   (...)

2Composé de sept chapitres thématiques, l’ouvrage sonde avec minutie une «  séquence agitée  » de trois ans, entre 1814 et 1816, durant laquelle un «  incroyable tourbillon de fausses informations maintenait les habitants dans un état de tension émotionnelle indescriptible  » (p.  9). Parmi toutes les paroles rapportées, il y en a une qui sort du lot  : l’annonce du retour de Napoléon. Au fil des pages, l’auteur arpente un cadre chronologique serré, celui des deux Restaurations. Puis, dans un rapide épilogue, il évoque la dernière vague de rumeurs d’un retour de l’Empereur en 1823, concluant par-là le terminus ad quem annoncé en titre. François Ploux rappelle que le développement de fausses nouvelles n’est pas lié à un manque d’informations officielles et n’est pas non plus une vulgaire réaction face à une limitation de la liberté de la presse. Au contraire, il invite à replacer ces informations dans un système médiatique complexe et à prendre au sérieux ces paroles. Prolongeant un article préliminaire2, l’auteur questionne le rapport mouvant des sociétés avec le temps et la possibilité d’appréhender le futur en période «  d’imprévisibilité totale des événements  » (p.  246). Pour cela, il replace les rumeurs dans le contexte sensible des Restaurations. L’instabilité institutionnelle, les véritables abdications et complots, les vrais «  faux  » mais également l’horizon économique et social qui se noircit (misère et troubles frumentaires, chômage sur les chantiers et devant les ministères, démobilisation des soldats) sont autant de «  frustrations  » qui servent de terreau aux rumeurs (chapitre 6). Quelques pages sont alors consacrées aux craintes d’un rétablissement de la fiscalité féodale et de la restitution des ventes des biens nationaux. Elles permettent de comprendre comment l’espérance, presque messianique (chapitre 7), d’un retour de Napoléon est devenue un kaléidoscope politique. Malgré la réalité autoritaire du régime napoléonien, les multiples traditions projetées sur l’aura de son charisme deviennent le ciment politique d’une partie de la population.

3François Ploux détricote les bruits alarmants et s’en sert comme d’une lorgnette sur la politisation informelle au quotidien. L’auteur offre une belle leçon épistémologique. Son travail repose essentiellement sur le dépouillement des innombrables bulletins de la série F7 des Archives nationales. À plusieurs reprises, il questionne ouvertement la fiabilité de cette source (par exemple p. 131 ou p. 185) et concède être «  entièrement dépendant d’un savoir policier  » (p.  12) dont la lecture donne une image de l’opinion à nuancer. Il est vrai que la presse et autres imprimés (pamphlets, brochures, libelles, etc.), pourtant en pleine croissance à ce moment, ne sont pas pleinement exploités. L’iconographie et les objets prennent au contraire leur place dans l’analyse de la matérialité des rumeurs (en particulier chapitre 5). Si l’auteur arrive à dégager des logiques et dresser des listes d’acteurs, il souligne la difficulté (voire l’impossibilité) à saisir la réalité des foyers et des flux de circulation d’idées à l’échelle nationale. En revanche, à l’échelle locale, en ville comme en campagne, le fourmillement des exemples permet d’identifier les lieux de sociabilité politique au cœur de la surveillance de la propagation des rumeurs  : auberges, estaminets, cabarets, bouchons, cafés, tabagies, tavernes, gargotes, boulevards, ateliers, marchands de vin, cafés, boulevards, arrière-boutiques, place de grèves, marchés, guinguettes, etc. La parole se libère souvent devant un placard, autour d’une table ou avec un journal. L’actualité «  formelle  » est commentée et complétée. Elle se mêle aux «  conversations ordinaires  » (chapitre 3). Certains répètent ce qu’ils ont entendu ou lu ailleurs. Les correspondances épistolaires (en particulier entre Paris et la province) et les dires de ceux qui se déplacent (transporteurs, colporteurs, vagabonds ou encore militaires) participent pleinement à ce phénomène. C’est ainsi que des rumeurs peuvent se diffuser rapidement à des endroits très éloignés. Bien que les «  sources [soient] totalement muettes  » (p.  132) sur cette question, la sonorité, l’argot, les accents, les régionalismes, en somme la langue des rumeurs, ne sont pas abordés.

4François Ploux met en lumière les coulisses de la fabrique du pouvoir. En effet, «  tous ces bruits  » sont «  une vraie menace politique  » (p.  45). Pour faire face, la monarchie se dote d’une loi sur les «  cris et écrits séditieux  » (9 novembre 1815) et déploie un arsenal répressif (loi de sûreté générale et création des cours prévôtales dans les départements) pour museler – en vain – le peuple (chapitre 2). En fin de compte, «  l’exécutif n’avait plus les moyens d’exercer un contrôle aussi absolu sur l’espace public  » (p.  245). L’enquête révèle les modalités politiques, sociales et matérielles de la fabrication et de la captation des rumeurs (chapitre 1). François Ploux interroge subtilement la nature de son objet  : les fausses nouvelles sur le retour de l’Empereur ne sont-elles pas aussi produites par les craintes des nouvelles autorités  ? Le gouvernement de Louis XVIII mobilise un réseau d’informateurs qui quadrillent le territoire pour traquer toutes les paroles sur un prétendu retour de Bonaparte. Sans conteste, ces rumeurs existent (même si parfois elles sont provoquées par des agents des autorités eux-mêmes). Cette collecte d’informations centralisée, conjuguée à une tentative de contrôle de l’opinion, repose sur le réemploi de pratiques anciennes et du legs de la modernisation révolutionnaire et impériale. Sur le terrain, des mouches, des espions, des gendarmes et des maires notent les «  bruits  » qu’ils entendent (et en taisent d’autres sans doute). Les commissaires à Paris et les préfets en province (bien que «  le dispositif de surveillance [y] était moins serré  », p. 153) font remonter les informations à une Direction générale du ministère de l’Intérieur. Celle-ci rédige quotidiennement des synthèses qui constituent l’instrument de mesure d’une opinion publique en construction. Les dossiers finissent ainsi par regorger de ces occurrences sur Napoléon mais «  le pouvoir […] était incapable d’établir un tableau synoptique de la diffusion des rumeurs  » (p.  129) et d’en éliminer les sources. Au fond, François Ploux conclut prudemment  : «  Ce sont peut-être d’abord les conditions d’exercice de la surveillance politique qu’elles donnent à voir  » (p.  66). En déplaçant ainsi le regard, ce livre propose une stimulante histoire des Restaurations, «  par en bas  ».

Haut de page

Notes

1  Marc Bloch, «  Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre  », Revue de synthèse historique, t. 33, n°  97-99, 1921, p. 13-35.

2  François Ploux, «  Rumeurs et expériences collectives de la discontinuité temporelle (1814-1815)  », Revue d’histoire du xixe siècle, n°  49, 2014/2, p. 21-35.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karl Zimmer, « François PLOUX, Bruit public. Rumeurs et charisme napoléonien (1814-1823) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 217-220.

Référence électronique

Karl Zimmer, « François PLOUX, Bruit public. Rumeurs et charisme napoléonien (1814-1823) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9463

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search