Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusSébastien ROZEAUX, Letras pátrias...

Lectures
Comptes rendus

Sébastien ROZEAUX, Letras pátrias. Les écrivains et la création d’une culture nationale au Brésil (1822-1889)

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2022
Armelle Enders
p. 220-222
Référence(s) :

Sébastien ROZEAUX, Letras pátrias. Les écrivains et la création d’une culture nationale au Brésil (1822-1889), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2022, 391 p., 26 euros.

Texte intégral

1Une dizaine d’années après la soutenance de la thèse de doctorat dont Letras pátrias est issu, les travaux de Sébastien Rozeaux ont conservé toute leur originalité et se distinguent toujours, par leur ambition, de la plupart des recherches menées en histoire culturelle et intellectuelle du Brésil impérial. Étudier la construction du champ littéraire dans un pays «  neuf  », de l’indépendance aux années 1870 (la fin de la monarchie et les débuts de la République sont plus rapidement abordés), la formation du métier d’écrivain, les conditions matérielles de l’écriture et de sa diffusion, tenter une prosopographie des gens de lettres, analyser les ressorts de la consécration et la représentation de l’écrivain dans une société postcoloniale esclavagiste, est un défi d’autant plus redoutable que les archives au Brésil, particulièrement celles de l’édition, sont souvent lacunaires, dispersées, inexistantes ou inaccessibles. Cette difficulté explique en grande partie le poids de l’analyse de contenu dans les études.

2Sébastien Rozeaux est l’un des meilleurs connaisseurs des auteurs brésiliens du xixe siècle. Sans se soucier de hiérarchie esthétique ni privilégier un genre, il a lu non seulement les écrivains entrés au panthéon littéraire, mais également beaucoup de plumitifs moins connus ou complètement oubliés. Il a pu s’appuyer sur l’historiographie abondante et solide qui s’est penchée avant lui sur ce «  tout petit monde  » et dialoguer avec l’histoire culturelle en plein renouvellement de ce côté-ci de l’Atlantique. Cette recension est loin de rendre compte de tous les thèmes traités dans le livre.

3Sébastien Rozeaux aborde les auteurs à la fois chronologiquement et synthétiquement, en considérant ceux-ci comme un groupe social susceptible de donner lieu à une biographie collective. Ce sont trois générations de littérateurs qu’embrasse l’étude et qui correspondent chacune à un certain «  moment  » du champ littéraire, avec ses aspirations et son modèle économique. Le petit noyau de la «  génération de l’indépendance  », celle des fondateurs nés vers 1810, occupe le devant de la scène jusque vers 1850. La poésie, souvent marquée par l’exaltation nativiste, en est le genre roi. Vient ensuite l’âge du roman historique, marqué par la veine indianiste dont José de Alencar est le chef de file. Enfin, à la fin des années 1870, les intellectuels se font moins «  organiques  » que leurs prédécesseurs, dépendent moins du mécénat impérial que du marché et se montrent plus engagés dans les débats et combats de la décennie 1880, comme l’abolition de l’esclavage. Un fossé se creuse alors entre les œuvres de divertissement, vulgaires stricto et lato sensu, conçues pour plaire à un large public, et les ambitions artistiques ou édifiantes de certains auteurs.

4Sébastien Rozeaux propose aussi une approche sociologique du milieu littéraire grâce à un échantillon de 187 personnes repérées dans les cercles de sociabilité, ayant publié des ouvrages ou collaboré avec la presse. On n’en apprend pas davantage sur la méthode qui a présidé à cette sélection, même si un code QR permet d’accéder aux notices.

5Sans surprise, l’homme de lettres type du Brésil du xixe siècle est de sexe masculin et réside principalement dans la capitale de l’Empire. Le biais carioca, dont Sébastien Rozeaux est pleinement conscient, se justifie parfaitement, tant Rio de Janeiro donne le ton et est le lieu de reconnaissance et de légitimation des carrières. Les trois quarts des auteurs sont passés par l’une des facultés existantes au Brésil (de droit et de médecine), ce qui suffit à les distinguer de la masse de la population (à 85  % analphabète à la fin de la période étudiée) et à les assimiler à la minorité dirigeante et possédante. L’enseignement supérieur est tout autant un lieu de sociabilité des élites, où l’émulation littéraire joue un rôle important, que de formation. Les villes (Rio, São Paulo, Recife-Olinda et Salvador) qui accueillent cette jeunesse estudiantine abritent autant d’Athénées que de facultés. Les diplômés ont accès aux professions libérales comme aux fonctions d’encadrement de l’État, politique ou administratif. Vivre entièrement de sa plume, sans le secours d’une fortune personnelle ou d’une source de revenus, devient plus facile à mesure que la croissance du lectorat, après 1870, permet le développement de la presse d’opinion et d’un marché de l’édition. Il n’empêche que le journalisme et l’écriture ouvrent également des voies d’ascension sociale ou d’accès à la notoriété pour des individus d’origine très modeste. L’exemple le plus illustre est celui de l’un des plus importants prosateurs brésiliens, Joaquim Maria Machado de Assis (1839-1908), fils d’une lavandière portugaise venue des Açores et d’un père noir, descendant d’un affranchi. Pauvre, autodidacte, Machado de Assis devint ouvrier typographe avant de s’intégrer au milieu littéraire de Rio de Janeiro, puis de se hisser à son sommet. Sébastien Rozeaux souligne l’individualisme régnant au sein des milieux littéraires et sa difficulté à s’organiser corporativement.

6Les gens de lettres comprennent aussi quelques femmes. L’échantillon étudié par Sébastien Rozeaux en compte dix-huit, soit un peu moins de 10  % (p.  158), et montre comment les femmes de lettres sortent peu à peu de l’ostracisme, même si les grandes académies continuent de les exclure. Le livre évoque quelques figures célèbres comme Nísia Floresta et d’autres longtemps restées invisibles comme Maria Angélica Ribeiro, autrice d’une vingtaine de pièces mais éclipsée par la gloire de son illustre acteur de mari, João Caetano. Sébastien Rozeaux signale un cas excentrique sans fournir beaucoup de détails ou de références  : celui de Maria Firmina dos Reis, fille naturelle d’une esclave et d’un riche propriétaire du Maranhão, dont l’œuvre Úrsula, publiée en 1859, serait le premier roman abolitionniste brésilien.

7Dans la première moitié du xixe siècle, les revues et les feuilles sont nombreuses – Sébastien Rozeaux a identifié 170 titres entre 1822 et 1870 – mais éphémères, en raison à la fois de l’instabilité politique et de l’absence d’un modèle économique viable. La publication de romans-feuilletons stimule la production littéraire nationale, alors que le livre, en raison de son coût, reste le privilège de quelques œuvres. Le livre décrit avec précision le rôle des libraires (dont les plus importants sont des immigrés français) et détaille des contrats d’édition. Ces libraires, tout comme les traducteurs, illustrent l’articulation entre les transferts culturels, à sens unique, et l’essor de la littérature brésilienne.

8La question initiale que se pose l’auteur et qu’exprime le titre de l’ouvrage est celle de «  la création d’une culture nationale au Brésil  ». Paradoxalement, les réponses qu’il y apporte, dans le chapitre 1 puis au chapitre 7, ne sont pas les plus novatrices ni les plus approfondies, sans doute parce que Sébastien Rozeaux s’emmêle entre «  identité  » et culture nationale et semble s’étonner du décalage entre la réalité d’une société esclavagiste et misérable et un récit qui convient aux aspirations de ses élites. La principale faiblesse de cet ouvrage est qu’il cherche à rendre compte de l’histoire politique et sociale du Brésil par le seul prisme de sa littérature. Ce faisant, il en résulte un livre foisonnant, déroutant et allusif pour le lecteur peu familier du sujet et que l’avalanche de noms propres risque d’étourdir. Pour les spécialistes, les contextualisations sont souvent approximatives, expéditives ou vieillies. L’utilisation des catégories socioraciales laisse à désirer. Un poète est ainsi curieusement qualifié comme «  d’origine métisse  » (sic) (p.  328). D’une manière générale, le vocable «  métis  », récurrent au fil des pages, traduit uniformément plusieurs mots au sens bien distinct en portugais du Brésil et qui désignent plus des nuances de couleur noire et de position sociale qu’un mélange. La question étant un enjeu très actuel, une mise en perspective aurait été la bienvenue.

9De même, il aurait été plus pertinent pour la démonstration de reproduire dans l’ouvrage des œuvres comme Moema (1866) de Vítor Meireles ou Le Dernier Tamoio de Rodolfo Amoedo (1883), directement inspirées d’œuvres littéraires mentionnées dans la recherche, en lieu et place de La Première Messe au Brésil du même Vitor Meireles (1861) et de La Rédemption de Caïn (1895) que l’on peut admirer aux pages 48 et 340, conservées dans le même musée. Ces dernières sont iconiques mais frôlent le hors sujet. Un effort supplémentaire, lors de l’édition du manuscrit, aurait permis de l’alléger, de resserrer le propos autour des principaux apports de la recherche, d’avoir des conclusions plus tranchantes, de classer thématiquement la bibliographie, enfin, de corriger des scories qui, pour être peu nombreuses, sont autant de faux accords dans une symphonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Armelle Enders, « Sébastien ROZEAUX, Letras pátrias. Les écrivains et la création d’une culture nationale au Brésil (1822-1889) »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 220-222.

Référence électronique

Armelle Enders, « Sébastien ROZEAUX, Letras pátrias. Les écrivains et la création d’une culture nationale au Brésil (1822-1889) »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9471 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9471

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search