Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusFabrice BENSIMON*, Artisans Abroa...

Lectures
Comptes rendus

Fabrice BENSIMON*, Artisans Abroad : British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870

Oxford, Oxford University Press, 2023
Constance Bantman
p. 222-224
Référence(s) :

Fabrice BENSIMON*, Artisans Abroad : British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870, Oxford, Oxford University Press, 2023, 304 p., £ 83 / accès libre en ligne.

Notes de la rédaction

Les ouvrages dont les auteur.es sont membres du comité de rédaction sont signalés d’un astérisque.

Texte intégral

1C’est un livre aussi minutieux qu’ambitieux que livre Fabrice Bensimon avec Artisans Abroad. Ambitieux par sa hauteur de vue, puisque l’ouvrage met en lumière les migrations de milliers d’ouvriers et ouvrières plus ou moins qualifié.e.s de la Grande-Bretagne vers la France et la Belgique (la principale focale du livre) entre 1815 et 1870, ainsi que l’ampleur des transferts industriels rendus possibles par ces mobilités. Cet épisode apporte un complément ainsi qu’un correctif à une historiographie franco-britannique fortement concentrée sur les mobilités touristiques, les échanges artistiques, les exilés politiques et les élites. Or, il s’agit notamment ici de mettre en avant l’apport fondamental des ouvriers, ingénieurs et industriels britanniques dans l’industrialisation de l’Europe. L’enjeu n’est pas purement théorique, puisque cette perspective bat en brèche l’argument cher aux partisans du Brexit, selon lequel, historiquement, la Grande-Bretagne a avant tout entretenu des liens avec son Empire et les États-Unis plutôt qu’avec le continent européen, notamment par les migrations ouvrières de longue distance et longue durée au sein de l’anglosphère. Rappeler la densité, la profondeur et l’intégration économique et culturelle des liens entre la Grande-Bretagne et l’Europe, l’ancienneté d’un cosmopolitisme ouvrier, examiner les bénéfices techniques et économiques des migrations, tout en proposant des perspectives historiques sur les crises xénophobes suscitées par les concurrences économiques et professionnelles, comme le fait Artisans Abroad, trouve ainsi de nombreux échos contemporains.

2Partir sur les pas de ces travailleurs mobiles requiert une enquête méticuleuse, car si Fabrice Bensimon s’attache à restituer le cadre économique, légal et idéologique de ces migrations, avec la transition du protectionnisme vers le libre-échangisme au lendemain des guerres napoléoniennes (chapitre 1), l’ouvrage est à la fois une histoire par en haut et par en bas, et même au ras du sol par son travail sur les sources et son attention minutieuse aux parcours individuels et aux nuances des ancrages locaux, des périodes et des secteurs. En l’absence de registres de migration et de voyages systématiques pour documenter cette mobilité ouvrière (que Fabrice Bensimon évalue à 15-20 000 travailleurs pour la France entre 1815 et 1870), l’enquête tient du puzzle  : dix-sept fonds d’archives ont été consultés, dans quatre pays dont le Canada, une cinquantaine de périodiques, une vingtaine de rapports officiels, ainsi qu’une abondante bibliographie. L’étude de cas sur l’industrie de la dentelle qui clôt le premier chapitre met en lumière la densité, la complexité et la complémentarité fondamentale des échanges de machines et de matières premières, de savoirs, de personnels entre Nottingham et Calais. Le deuxième chapitre, à travers quatre études de cas sectorielles, continue de déployer cette même complexité, des lieux, industries et parcours individuels. Le troisième chapitre part sur les traces de groupes sur-invisibilisés au sein de la nébuleuse des travailleurs migrants britanniques  : les femmes et les enfants, des acteurs économiques et culturels aussi cachés qu’essentiels. L’analyse s’attache particulièrement à la question des écarts de salaires selon le genre et la nationalité, pour démontrer le rôle déterminant des préjugés plutôt que des compétences et des forces du marché. Le quatrième chapitre examine les pratiques culturelles, pour poser les questions centrales de l’identité et de l’intégration de ces travailleurs mobiles. Du cricket et des courses équestres au vin, de la lecture de la presse ferroviaire et du Galigliani’s Messenger, il s’agit ici non seulement d’évoquer les modalités pratiques de ces diffusions transmanche (qui proviennent essentiellement d’en-haut), mais aussi leur réception. Elles tendent en effet à servir des représentations et comparaisons nationales, eu égard par exemple à la prétendue ardeur au travail des Britanniques, ou encore à l’ivrognerie des travailleurs britanniques, «  un vieux stéréotype français  » (p.  108) que Fabrice Bensimon relit au prisme des débats contemporains sur la tempérance et l’hygiénisme, et plus généralement des rapports de classe. Le cinquième chapitre démontre la politisation pragmatique de ces travailleurs, qui prend des formes diverses et pose les bases de l’internationalisme des dernières décennies du siècle  : exportation limitée de la si dynamique culture syndicale britannique (issue d’une législation bien moins répressive) dans les centres d’immigration, premiers tâtonnements de l’internationalisme formalisé dans les années 1860, branches françaises du chartisme, lecture publique dans les ateliers, participation (très ponctuelle) aux insurrections et révolutions continentales. Le dernier chapitre s’interroge sur le degré d’intégration des travailleurs britanniques, présentant les causes principalement économiques (bien que teintées d’une pointe d’anglophobie) de la poussée d’attaques xénophobes de 1848, qui fait suite à une période de calme relatif et suscite même une vague de retours précipités en Grande-Bretagne.

3Artisans Abroad restitue ainsi toute une nébuleuse de migrations changeantes, en soulignant l’intégration de ce marché du travail transnational fait de mobilités de courte durée ancrées dans des différences souvent subtiles de salaires, compétences, taxations, offre de travail, etc. La réussite du livre tient à ces approches et niveaux d’analyse entremêlés – parcours individuels, flux collectifs et théories et tendances économiques –, à la croisée de l’histoire économique et industrielle et de l’histoire sociale, ainsi qu’à la connaissance des lieux de départ comme d’arrivée, des filières et des processus artisanaux et industriels, dans une perspective transnationale très solidement maîtrisée. L’ouvrage impressionne par la richesse de sa documentation. Il est richement illustré, de tableaux, d’imprimés, mais surtout de cartes, de représentations de lieux et d’outils de travail, d’ouvrier.e.s à la tâche, d’objets divers, de pierres tombales et de statues, manifestant ainsi les traces de ce monde oublié et pourtant bien présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Constance Bantman, « Fabrice BENSIMON*, Artisans Abroad : British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870  »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 222-224.

Référence électronique

Constance Bantman, « Fabrice BENSIMON*, Artisans Abroad : British Migrant Workers in Industrialising Europe, 1815-1870  »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9483

Haut de page

Auteur

Constance Bantman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search