Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusPascal DURAND, Poésie pure et soc...

Lectures
Comptes rendus

Pascal DURAND, Poésie pure et société au xixe siècle

Paris, CNRS éditions, coll. «  Culture et Société  », 2022
Louis Hincker
p. 224-226
Référence(s) :

Pascal DURAND, Poésie pure et société au xixe siècle, Paris, CNRS éditions, coll. «  Culture et Société  », 2022, 302 p., 25 euros.

Texte intégral

1Dans son nouvel essai de sociologie historique de la littérature, centré sur le xixe siècle français, Pascal Durand, bien connu pour l’importance de ses travaux sur la littérature, propose d’analyser le credo de l’exigence littéraire comme une configuration sociale. Son livre dessine les contours d’un processus de spécialisation au sein de la société, visant à défendre un univers à part entière, avec ses instances de socialisation et de consécration. Durant plusieurs décennies, la montée en force des idéaux des artistes pose le poète comme acteur social autant que porteur d’une subjectivité.

2La «  poésie pure  » devient un univers en soi qui prend corps des années 1830 aux années 1890, du romantisme au symbolisme, portée par un effort collectif sur deux à trois générations de poètes. Une représentation et une pratique de la poésie se font de plus en plus exigeantes, pour le profit d’un petit nombre de lettrés, initiés à un nouveau langage crypté et étranger au vulgaire. Au sein de cet univers, autant esthétique que social, production et réception fonctionnent en circuit très court par le relais des cénacles, des petites revues de création éphémères.

3L’intérêt de la démarche de Pascal Durand consiste en l’étude de la relation entre système des formes et système social des producteurs des œuvres. En cela elle puise pour partie dans les analyses de Pierre Bourdieu qui ont défini l’avènement d’un champ artistique, et plus spécifiquement littéraire, durant le xixe siècle. Concrètement, l’enquête consiste à réunir les propos explicites des poètes tenus sur la poésie et sur eux-mêmes, sans oublier les discours insérés au sein des œuvres elles-mêmes, et en cela on pourra aussi reconnaître une démarche bien établie pour la période depuis les travaux désormais classiques d’un Paul Bénichou, par exemple. Il ne s’agit pas de révéler un corpus inédit de textes, ou de lettres échangées entre les protagonistes, ni de propos rapportés jusqu’ici inconnus. De chapitre en chapitre, en fait un recueil d’articles réagencés pour le présent ouvrage autour d’un même fil rouge, on retrouve sans surprise une assez étroite collection d’individus à nos yeux désormais canonisés parce que retenus comme innovateurs, mais rebelles en leur temps, mus par un même idéal. Il s’agit de souligner de nouveau l’étrangeté qui a été la leur quand ils inscrivaient dans l’opacité même des signes de la poésie l’autonomie poétique qu’ils entendaient revendiquer. Le livre de Pascal Durand ne propose donc pas un panorama global de ce que l’on pourrait appeler l’état social de la poésie dans la France du xixe siècle, il se concentre uniquement sur le point de vue hétérodoxe qui à l’époque tranche avec les usages communs, les idées reçues, opposé à tout compromis des écrivains avec le moralisme, le bons sens politique, la foi dans le progrès, l’utilitarisme. Sous cette bannière, cette poésie proclame son impassibilité devant le scientifique, le didactique, le politique, le narratif, le décoratif.

4Nouvelle valeur d’usage de l’activité poétique, contre toutes les autres déjà en place, la «  poésie pure  » est regardée, de Lamartine à Mallarmé, en passant notamment par Hugo, Gauthier, Baudelaire, Leconte de Lisle, Laforgue, Lautréamont, comme un langage n’ayant pas à rendre de compte à une quelconque instance  ; elle est vectrice de protestation contre ce qui l’empêche de se réaliser elle-même. Elle est invention par le langage, l’initiative étant laissée à la phrase, aux mots mêmes, devant lesquels le poète est invité à s’effacer lui aussi. Cette préservation d’une essence du discours poétique peut passer pour une représentation de plus en plus déréalisée de la littérature. Cet effort de purification de la poésie, protégée du langage social, à l’abri des déterminations, à l’écart des conventions, promeut le principe organisateur de significations par la forme poétique en elle-même. La forme prime sur l’idée, elle est le signe de la poéticité  ; c’est bien pourquoi la poésie ne peut être racontée, ni résumée, ni décrite, elle ne s’appréhende que littéralement en acte, fusion d’un dire et d’un dit. Les promoteurs de la «  poésie pure  » creusent un sillon aussi déstabilisateur que fécond, engagés qu’ils sont dans une nouvelle problématisation du langage qui remet en question la fonction référentielle du discours, son pouvoir de représentation. On pourra cependant sur ce point considérer qu’il s’agit de la variante moderne d’un très ancien débat ayant traversé les siècles, dans le nouveau contexte de transformation profonde du rapport entre arts, langage et société. Son arrière-plan n’en est pas moins, il est vrai, le développement institutionnel du monde des Lettres, la croissance du nombre d’auteurs, l’augmentation du lectorat, la naissance du capitalisme d’édition, l’avènement de la presse de masse.

5Une certaine poésie restreint donc son périmètre, quitte à sembler donner le primat à l’excellence technique. Hostile au lecteur profane, elle invite ce dernier à apprendre les dispositions requises, à tenir compte de la théorisation d’une démarche de plus en plus réflexive, plus dense, plus complexe.

6La «  poésie pure  » s’offre donc sous un visage social paradoxal, désirant être dépourvue de toute fonction pratique, elle est l’activité d’un petit monde refermé sur lui-même, produit de la division sociale du travail prise plus globalement. Elle est une œuvre collective, ayant ses codes et ses rituels, elle produit ses propres stéréotypes, ses thuriféraires officiant au service d’une beauté supérieure, avançant à reculons dans le siècle, se mettant en congé de la société, repliés dans leurs intérieurs, leur intériorité, méditant sur les conditions de l’expérience poétique. Ce nouveau modèle au sein de la littérature exigeante au cours du xixe siècle aura par là-même engendré son propre mythe autoréalisateur de la malédiction littéraire, des destinées fatales des poètes maudits ignorés ou minimisés, marginalisés, oubliés d’une opinion publique restée sourde.

7Le livre de Pascal Durant cerne donc un fait social à part entière et de portée générale, incarné dans une sorte d’école invisible, mais avec ses figures tutélaires qui font parler d’elles – notamment celles indiquées plus haut –, organisée qu’elle est en une constellation de petits collectifs, inscrivant sa trace dans une production éditoriale spécifique, redessinant une manière d’être écrivain. La «  poésie pure  » est ainsi une activité isolée, mais également située au sein du monde social, n’ayant apparemment pas d’autre objet qu’elle-même, de plus en plus consciente de sa propre histoire. Cet ouvrage donne à lire, ou relire, en une dense synthèse, les aspects et les évolutions les plus saillantes des innovations poétiques de la période, les débats que le phénomène a pu susciter. Rien n’y est totalement nouveau, mais le déroulé sur le siècle méritait cette saisie d’ensemble. Bien sûr le regard est centré sur la France, et on aurait envie d’une comparaison ou d’une ouverture sur une plus large échelle, pour une époque où la littérature se mondialise par ailleurs à grands pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Hincker, « Pascal DURAND, Poésie pure et société au xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 224-226.

Référence électronique

Louis Hincker, « Pascal DURAND, Poésie pure et société au xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9486

Haut de page

Auteur

Louis Hincker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search