Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusSudhir HAZAREESINGH, Les Intellec...

Lectures
Comptes rendus

Sudhir HAZAREESINGH, Les Intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique du xixe siècle

trad. Antony Burlaud, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2023
Michel Hastings
p. 226-229
Référence(s) :

Sudhir HAZAREESINGH, Les Intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique du xixe siècle, trad. Antony Burlaud, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2023, 387 p., 24 euros.

Texte intégral

  • 1  On regrettera toutefois l’absence d’une bibliographie réactualisée.

1Saluons d’emblée l’heureuse initiative des éditions Le Bord de l’Eau de publier la traduction de cet ouvrage, paru en anglais il y a vingt ans, et dont les qualités avaient alors déjà été remarquées1. Sa réception aujourd’hui devrait lui donner une seconde jeunesse, tant demeurent vifs, et souvent tronqués, les débats sur la République, ses valeurs, ses défis et manquements. Le livre de Sudhir Hazareesingh interroge les transformations intellectuelles de la France au xixe siècle, en revisitant plus précisément les sources de la doctrine républicaine qui servira de fondement au régime de la Troisième République. L’historiographie orthodoxe explique en effet l’ADN du républicanisme français par l’approche «  opportuniste  » des dirigeants républicains dans les années 1870, le succès d’une «  synthèse  » harmonieuse entre libéralisme et démocratie, et le rôle joué par des élites centralisatrices dans l’édification d’un État, instituteur «  par le haut  » d’une culture rationaliste centrée sur les idées de progrès, de liberté et d’universel. La thèse de Sudir Hazareesingh consiste, au contraire, à démonter ce discours lénifiant et à montrer que, loin d’être homogène et cohérente, cette idiosyncrasie républicaine s’est en réalité construite à partir de courants très divers, parfois contradictoires, et dont la convergence dans ce qu’on appellera le «  modèle républicain  », ne saurait faire oublier le caractère composite de ses origines. En empruntant sa méthodologie à l’approche «  contextuelle  » promue par Quentin Skinner et l’École de Cambridge, l’histoire conceptuelle de Sudhir Hazareesingh délaisse l’analyse internaliste des œuvres et discours des auteurs les plus canoniques, au profit d’une restitution de l’environnement discursif dans lequel ils prirent sens. Ce sont donc cinq figures, peu ou mal connues, dont les trajectoires politiques illustrent la diversité des conditions de la maturation républicaine sous la monarchie de Juillet et le Second Empire, qui constituent le corpus de l’ouvrage. Émile Littré, Charles Dupont-White, Étienne Vacherot, Eugène Pelletan et Jules Barni appartiennent à une même génération, née dans les premières années du siècle, et qui disparait au moment où se consolide le régime de la Troisième République. Leur socialisation et leur engagement se réalisent donc essentiellement dans le cadre d’une opposition politique non violente, que d’aucuns trouveront même accommodante, et une cartographie idéologique sophistiquée, au sein de laquelle les différentes familles du libéralisme politique, les mots d’ordre du positivisme comtien, la philosophie du Progrès inspirée du saint-simonisme, le moralisme néokantien représentent quelques-unes des principales sources d’inspiration.

  • 2  Sylvie Aprile, «  La République au salon  : vie et mort d’une forme de sociabilité politique (1865 (...)

2De ces biographies intellectuelles, finement menées, il ressort que, loin de s’inscrire dans une pensée téléologique linéaire, la culture républicaine sur laquelle reposera la Troisième République n’est pas le produit d’un consensus tardif, forgé dans le cadre d’une pastorale de la peur suscitée par la guerre franco-prussienne et l’insurrection de la Commune, mais découle plutôt d’une période de fermentation idéologique que l’auteur situe entre 1830 et 1880. Le mythe fondateur de la «  synthèse républicaine  » s’en trouve profondément écorné, au profit d’une interprétation moins lisse, plus bricolée, de son contenu. Même s’ils disposaient d’un important bagage philosophique, ces premiers républicains sans république ont rarement été séduits par l’esprit de système. Leurs convictions républicaines se sont au contraire forgées dans un éclectisme intellectuel, favorable aux phénomènes d’hybridation, de tensions, de révisions déchirantes, parfois au cœur d’un seul et même individu, mais aussi aux silences et aux points aveugles. Leurs parcours de vie révèlent l’importance des structures de sociabilité (salons2, clubs, revues), des réseaux de fidélité et des lieux de publication à partir desquelles infuse et circule l’esprit républicain. Le cas du publiciste Eugène Pelletan est un bon exemple. Il entre dans le cercle des intimes de George Sand, où sa pensée politique va se former sous l’effet d’influences diverses, au rang desquelles on trouve aussi bien Fourier et Leroux, que Quinet, Michelet et Lamartine, une combinaison de déisme, d’identification mystique au peuple, d’utopie socialiste et de principes saint-simoniens. De son côté, Dupont-White, partisan centraliste de l’État, trempe plutôt son républicanisme dans le libéralisme autoritaire et oligarchique des Doctrinaires, défenseurs des capacités et contempteurs des droits individuels. Alors que Littré, au fait de sa renommée, adhère avec fougue au positivisme comtien, convaincu que seule la formule «  Ordre et Progrès  » pouvait fournir la solution à la crise révolutionnaire qui déstabilisait l’Europe depuis la fin du xviiie siècle, ce sont les écrits philosophiques de Kant qui offrent à Jules Barni les éléments de sa critique éthique du libéralisme conservateur et son souci d’associer la démocratie républicaine à un impératif d’éducation morale. La fabrique du républicanisme français fut ainsi résolument polyphonique, travaillant et peaufinant ses principes, progrès, laïcité, patriotisme, paix, mémoire de 1789, à partir de matrices idéologiques non seulement hétérogènes, mais aussi réinterprétées très librement par ces intellectuels. La diversité des «  mondes  » de l’idée républicaine, incite donc à la prudence lorsqu’il s’agit de comprendre les conditions sociales de l’adhésion au républicanisme. Si les classes moyennes supérieures auxquelles il appartenait étaient ouvertement hostiles à la république, Dupont-White va demeurer pourtant toute sa vie d’une fidélité inébranlable à la cause, alors qu’Étienne Vacherot, d’origine très modeste, appartenant aux «  nouvelles couches sociales  » évoquées par Gambetta, n’hésite pas, dans les années 1870, à quitter le giron de son révisionnisme républicain, pour se ranger sans complexe aux côtés des monarchistes. La République des Opportunistes vient donc de loin, d’un temps d’incubation qui voit des élites sociales postrévolutionnaires, pétries de pensées alternatives, se mobiliser en faveur d’une conception modérée de la République, irriguée de positivisme civilisateur, et prête à échanger l’effervescence émeutière de la rue contre le silence pacificateur des urnes.

  • 3  Daniel Mollenhauer, À la recherche de la Vraie République. Les radicaux et les débuts de la Troisi (...)

3La démonstration de Sudhir Hazareesingh est convaincante tant sur le plan de la restitution des équivoques concernant l’authenticité même du républicanisme de chacun de ses personnages, «  un républicanisme cérébral  », est-il joliment dit (p.  188), qu’au niveau de l’archéologie des filiations intellectuelles menées au cœur d’un paysage idéologique en pleine effervescence. Il est toutefois dommage que l’auteur, après les avoir mentionnés, n’ait pas cherché à fourailler davantage les points aveugles de ce républicanisme en train de se faire, à commencer par l’absence troublante de la question sociale, au moment même où celle-ci se pose avec force et inquiétude. D’où viennent les silences sur l’intégration politique de la classe ouvrière, ses conditions de travail, ses projets d’émancipation  ? Qu’est-ce qui dans les bagages intellectuels et les déterminismes sociaux de ces premiers républicains rend leur républicanisme incapable d’intégrer l’un des enjeux majeurs du siècle  ? Il est vrai que leurs influences, pourtant si diverses, ont en commun de privilégier une lecture morale de la République. Qu’il s’agisse du culte du progrès chez les saint-simoniens, des valeurs d’ordre portées par l’élitisme libéral ou de l’acceptation d’une Révolution purgée de ses violences, toutes ces pensées ont été élaborées dans des discours éthiques privilégiant l’individu au détriment des collectifs. L’hypertrophie de la gangue morale de ce républicanisme de papier aurait-elle fait écran à une lecture sociale et inclusive de la République, en raison de sa stratégie précoce, élitiste et bourgeoise d’évidement du politique de tout conflit  ? Sudir Hazareesingh passe également rapidement sur la question des institutions et de l’arrangement constitutionnel auquel la République parvient à partir de 1875, confortant ainsi le mythe d’un âge d’or, fruit d’une cristallisation œcuménique entre républicains de tous poils, libéraux progressistes et conservateurs pragmatiques autour de la forme républicaine de gouvernement, alors que se font entendre, et souvent bruyamment, les revendications en faveur d’une autre République, celles portées par les radicaux puis les socialistes, dont les généalogies intellectuelles ont également contribué aux singularités du républicanisme français. Les cinq figures choisies par Sudhir Hazareesingh ont certes peu frayé avec ces milieux, mais une approche contextuelle plus poussée aurait montré que l’horizon d’attente dans lequel se réalisaient les débats républicains dans la première moitié du xixe siècle, intégrait déjà le dissensus historique au sein de l’idée républicaine entre les modérés et les partisans de la «  Vraie République3  ». Il y a à l’évidence un biais épistémologique majeur à sélectionner d’emblée des auteurs étrangers au républicanisme radical, et à donner à croire, finalement, que la synthèse républicaine aurait été totalement imperméable au radicalisme républicain. Enfin, la thèse de Sudhir Hazareesingh aurait gagné, malgré les difficultés de l’entreprise, à envisager une vue «  par le bas  » de ces différentes pensées politiques. Dans la veine de l’œuvre pionnière de Maurice Agulhon, on peut s’interroger sur les modalités de réception et d’appropriation d’œuvres républicaines produites et discutées à Paris. Certains de ces auteurs, Jules Barni notamment, ont développé l’idée d’un municipalisme républicain. Existe-t-il alors des échos localisés de ces projets  ? La République au village cultiverait-elle au contraire des débats autochtones  ? Ces dernières questions ne sont que la rançon d’un plaisir de lecture produit par l’érudition de Sudhir Hazareesingh, sa connaissance approfondie de la vie politique et intellectuelle française, et une écriture dont la fermeté jamais démentie ne se prive jamais de quelques pincées d’humour.

Haut de page

Notes

1  On regrettera toutefois l’absence d’une bibliographie réactualisée.

2  Sylvie Aprile, «  La République au salon  : vie et mort d’une forme de sociabilité politique (1865-1885)  », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol.  38, 1991/3, p. 473-487.

3  Daniel Mollenhauer, À la recherche de la Vraie République. Les radicaux et les débuts de la Troisième République (1870-1890), Lormont, Le Bord de l’Eau, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hastings, « Sudhir HAZAREESINGH, Les Intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique du xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 226-229.

Référence électronique

Michel Hastings, « Sudhir HAZAREESINGH, Les Intellectuels fondateurs de la République. Cinq études sur la pensée politique du xixe siècle »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9496

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search