Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusSylvain VENAYRE, Une guerre au lo...

Lectures
Comptes rendus

Sylvain VENAYRE, Une guerre au loin. Annam

Paris, La Découverte, 2023
Vincent Bollenot
p. 232-234
Référence(s) :

Sylvain VENAYRE, Une guerre au loin. Annam, 1883, Paris, La Découverte, 2023, 176 p., 11 euros.

Texte intégral

1Les 28 septembre, 13 et 17 octobre 1883, Le Figaro publie le récit de la bataille du 20 août 1883, qui fait du Tonkin et de l’Annam des protectorats français. Sa violence est restituée dans ses détails les plus abjects. Villages brûlés, ennemis mitraillés, fuyards traqués puis exécutés, rien n’est épargné au lectorat français. Les articles sont si crus qu’ils font scandale  : alors que la France justifie l’envoi de ses troupes dans cette région du monde par la lutte contre la barbarie qu’y subiraient les chrétiens, mentionnant le souvenir du soldat et homme de lettres Henry Rivière décapité puis exhibé par ses ennemis, elle s’illustre par le massacre de 1 200 âmes ce jour-là. Or l’anonymat des deux premiers articles publiés par Le Figaro ne trompe personne  : l’auteur n’est autre que Pierre Loti, nom de plume de Julien Viaud, écrivain et officier de marine. Son récit, repris par les journaux anglais et les opposants à la colonisation en France, provoque la fureur de l’amiral Alexandre Peyron, ministre de la Marine. En février, Pierre Loti est convoqué à Paris. Sommé de s’expliquer, il tombe des nues  : jamais il n’a voulu donner de l’eau au moulin des anticolonialistes, mais seulement être fidèle aux événements. Ses autorités lui permettent alors de retravailler son texte pour en publier une version expurgée de ses contenus les plus scandaleux.

2L’auteur du livre, Sylvain Venayre, est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Grenoble-Alpes. Il a publié ces dernières années plusieurs ouvrages salués pour leurs apports sur l’écriture de l’histoire et l’histoire culturelle de la fabrique de ce qu’il appelle le «  lointain  ». Le présent ouvrage, qui poursuit ces réflexions, a été tout d’abord publié aux Belles Lettres et primé aux Rendez-vous de l’histoire de Blois en 2016, salué par la critique historique, et, donc, réédité par La Découverte en 2023. Cette édition est augmentée d’une postface qui revient sur certains choix d’écriture et l’actualité de l’objet du livre.

  • 1  Sylvain Venayre, Disparu  ! Une enquête sur Sylvain Venayre, Paris, Les Belles Lettres, 2012.
  • 2  Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, (...)

3L’ouvrage s’inscrit en effet dans une réflexion historique en pleine ébullition sur les formes de narration de l’histoire, actualité historiographique à laquelle l’auteur a amplement contribué1. En effet, davantage qu’une contribution à la biographie de Pierre Loti, à l’étude du champ intellectuel ou à l’histoire impériale, ce livre est une mise en abîme de l’historien servant à questionner l’écriture de l’histoire. Au-delà de son contenu historique, l’ouvrage affirme, dans le sillage d’Ivan Jablonka2 que «  la discipline historique est elle-même traversée par des enjeux littéraires  » (p.  154) et que, partant, «  l’écriture ne doit pas être considérée comme le moyen de présenter les résultats d’une recherche déjà effectuée, mais qu’elle constitue une part importante de la recherche elle-même  » (p.  155). En filigrane, l’historien cherchant à restituer, sur la base de documents consultés, l’expérience de Pierre Loti à un siècle et demi de distance, se confond avec celle de Loti qui, resté dans son bateau pendant les combats, organise des entretiens avec les soldats pour retracer au mieux leur vécu. Leur commune préoccupation est non seulement la vérité, mais la façon dont la forme qu’elle prend la définit.

4Cet ouvrage qui défend une thèse qu’il incarne dans le même temps en expérimentant le primat littéraire, présente quelques écueils. Sa forme a de quoi surprendre  : il se compose de vingt-deux courts chapitres, sans notes de bas de page. L’auteur se rappelle régulièrement aux lecteurs en mentionnant non seulement ses doutes épistémiques mais aussi ses propres jugements de valeur, et narre l’histoire de Loti en l’appelant par son prénom choisi, Pierre. Il est donc délicat d’évaluer cet ouvrage à l’aune de critères purement académiques, puisqu’il cherche précisément à discuter des normes universitaires par la bande, celle de l’essai littéraire et historique. Précisément, ces tropes littéraires tendent à dominer l’ouvrage qui confine parfois à l’exercice de style. Ces choix d’écriture sont justifiés, dans la postface à la nouvelle édition, par la nécessité «  de s’adresser à un autre public que celui qui lit habituellement des livres d’histoire  » (p.  154). Pourtant, le lectorat déjà initié au contexte de cet ouvrage par d’autres lectures sera dans celle-ci considérablement avantagé, n’ayant pas à faire de recherches complémentaires pour saisir tous les tenants et aboutissants du récit. Ainsi, les va-et-vient chronologiques et thématiques sont nombreux, et leur justification est avant tout narrative. Cela entraine une lecture ardue de certains passages où la chronologie s’efface presque totalement. Le chapitre 2, censé donner le contexte, reste très allusif du point de vue de la chronologie  : on apprend que Pierre Loti devient son pseudonyme «  dès l’âge de vingt ans  » (p.  13) sans que l’on ne connaisse l’année de sa naissance. Ce caractère allusif est d’autant plus problématique que l’ouvrage est complexe, mêlant l’histoire de la conquête impériale, l’histoire politique et littéraire, la biographie de Pierre Loti… De la même manière, l’absence de notes, qui n’est que partiellement comblée par le court chapitre final fournissant des références fait obstacle à la compréhension. Cette focalisation sur le mode narratif fait presque disparaitre le matériau historique de l’ouvrage. Il n’y a ainsi peu ou prou aucune convocation de documents d’archives. La note page 162 n’épuise par exemple pas l’histoire éditoriale des Trois journées de guerre en Annam de Loti, dont le cheminement éditorial reste à creuser.

5Cet intérêt littéraire est, en quelque sorte, «  au carré  »  : l’intérêt de l’auteur pour la littérature le mène à des passages fouillés sur la circulation des topoï littéraires. En particulier, l’étude du registre du scandale comme élément du répertoire d’action pacifiste, des Souvenirs de Solférino d’Henry Dunant (1862) aux Sedan ou les charniers de Camille Lemonnier (1870) réinscrit la compréhension des articles de Pierre Loti dans leur perception possible à cette époque. Mais ce développement laisse dans l’ombre la manière dont les rapports de force politiques ont pu déterminer la réception de ces écrits, que l’auteur aurait pu évoquer puisqu’il les a développés dans un autre article académique.

  • 3  Pierre Tevanian, Politiques de la mémoire, Paris, Éditions Amsterdam, 2021.

6Pour terminer, Sylvain Venayre revient dans sa postface sur un aspect à la fois politique et épistémologique de son ouvrage  : sa propre identification à Pierre Loti comme moyen de construction narrative. Tout au long de l’ouvrage, l’historien parle en effet de «  Pierre  », pour saisir non pas la «  trajectoire sociale  » (p.  153) mais l’intimité et la sensibilité littéraire de l’homme et sa propre identification à ses personnages, comme le Pierre d’Aziyadé, autofiction de Loti publiée en 1879. Sylvain Venayre met rapidement à distance les critiques contemporaines de la valorisation mémorielle de la figure de Loti, voulue en 2018 par le président Emmanuel Macron et dénoncée par des acteurs associatifs arméniens et juifs dénonçant le racisme de cet auteur. «  Bref, cela semble entendu, Loti est un sale type  » (p.  149), tranche avec ironie l’auteur d’Une guerre au loin. Cette brève controverse politique est l’occasion pour l’auteur d’expliquer comment il en est venu à s’intéresser à Loti, au cours d’une recherche sur les guerres menées par les États européens loin de leurs frontières. Il reste que l’explicitation du lien d’empathie entre l’enquêteur et l’enquêté n’épuise pas toute discussion politique sur les raisons pour lesquelles certaines figures sont valorisées dans le champ politique3. Elle n’épuise pas non plus la question épistémologique de la manière dont l’empathie intervient dans le processus de production du savoir.

Haut de page

Notes

1  Sylvain Venayre, Disparu  ! Une enquête sur Sylvain Venayre, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

2  Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Le Seuil, 2014.

3  Pierre Tevanian, Politiques de la mémoire, Paris, Éditions Amsterdam, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Bollenot, « Sylvain VENAYRE, Une guerre au loin. Annam »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 232-234.

Référence électronique

Vincent Bollenot, « Sylvain VENAYRE, Une guerre au loin. Annam »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9509

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search