Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67LecturesComptes rendusGiulio TATASCIORE, Briganti d’Ita...

Lectures
Comptes rendus

Giulio TATASCIORE, Briganti d’Italia. Storia di un immaginario romantico

Rome, Viella, 2022
Alexandre Dupont
p. 229-232
Référence(s) :

Giulio TATASCIORE, Briganti d’Italia. Storia di un immaginario romantico, Rome, Viella, 2022, 348 p., 29 euros.

Texte intégral

1L’ouvrage de Giulio Tatasciore, Briganti d’Italia, tiré de sa thèse de doctorat, s’intéresse à un objet en apparence déjà bien connu des historiens du xixe siècle : le brigandage, ou plutôt les représentations et les imaginaires qui se construisent à cette époque autour de la figure du brigand. Que ce soit depuis l’histoire sociale, l’histoire culturelle ou même l’histoire politique, elle a été au cœur d’une production historiographique intense depuis les années 1960. L’auteur s’appuie sur cette vaste littérature, qui a épousé les évolutions de la discipline, pour proposer une analyse sur le temps long d’une incarnation particulière du brigand : le brigand italien, de la fin du xviiie siècle aux années 1870.

2L’approche revendiquée par Giulio Tatasciore est celle de l’histoire culturelle, d’une « histoire des représentations et des imaginaires qui cherche à historiciser la figure du brigand italien en suivant la circulation de types, de sensibilités et de motifs à l’intérieur du panorama européen de l’époque romantique » (p. 33). Cette historicisation est bien visible dans le plan chronologique retenu. L’ouvrage aborde quatre temps de la représentation du brigand italien : la fin du xviiie siècle et la mise en place d’un imaginaire préromantique; la période révolutionnaire et impériale et ses répercussions dans la péninsule italienne ; la période 1815-1860, au cours de laquelle on observe une oscillation entre folklorisation et lecture politique du brigandage au sein des controverses entre partisans et adversaires de l’unification italienne ; ce dernier processus culmine dans les années 1860, qui sont au cœur du dernier chapitre.

3L’histoire des imaginaires et des représentations qui nous est proposée sert ainsi de point de départ à une relecture de l’histoire de l’unification italienne et de la place de l’Italie dans l’Europe du xixe siècle à travers la figure du brigand. Plus précisément, Giulio Tatasciore se propose de montrer en quoi les discours et représentations qui pullulent alors en Europe à propos des brigands italiens contribuent à forger cette figure, à la construire comme réalité sociale. On pense en lisant ce livre à Oscar Wilde qui, dans Le Déclin du mensonge, expliquait qu’on n’avait commencé à voir les brouillards sur la Tamise que lorsque Turner les avait peints : Giulio Tatasciore montre que le brigand italien, qui peuple les imaginaires, est d’abord une construction discursive, un artefact artistique dans lequel les sociétés européennes projettent un certain nombre des questions qu’elles se posent sur elles-mêmes.

4De fait, le motif du brigand italien est au cœur d’une multitude de pièces de théâtre, de productions graphiques, d’objets, de chansons, etc. L’analyse proposée dans le livre s’appuie sur un très vaste corpus constitué à l’échelle européenne, qui s’efforce de tracer des généalogies, de mettre en évidence des circulations et des motifs récurrents et qui fait la part belle à la transmédialité. Cette dernière est présentée comme l’une des principales transformations de la période : les supports culturels qui construisent l’imaginaire du brigand se multiplient et se diversifient. L’autre transformation majeure consiste dans l’élargissement permanent du public visé par ces productions, qui recourent de plus en plus à des formes censées favoriser la popularisation des œuvres.

5Comment expliquer cette omniprésence du bandit dans les productions culturelles du xixe siècle ? S’il ne s’agit pas d’un phénomène nouveau, il gagne alors en intensité dans la mesure où il reflète l’angoisse des sociétés de l’époque vis-à-vis de leurs marges. Le bandit s’insère dans une vaste galaxie du crime et de la déviance dont l’existence interroge la stabilité de la société. Les bandits, peu à peu érigés en classe sociale à part au sein de la société, obligent cette dernière à se pencher sur les causes d’un tel phénomène, en particulier sur ses éventuelles causes sociales. Le brigandage serait le pendant rural de l’émergence urbaine du prolétariat, une version ancienne mais persistante de ces classes dangereuses qui obsèdent alors les élites. Derrière cette réalité, une double question se fait jour : est-ce la misère qui fait le bandit ? Est-ce le mauvais gouvernement ? La misère n’est-elle pas elle-même une conséquence du mauvais gouvernement ?

6Ces questions parcourent l’ensemble de l’espace européen à la fin du xviiie siècle. Ce n’est pas le moindre mérite du livre que de parvenir à proposer une étude transnationale des imaginaires du brigandage. Au cours du temps, cette inquiétude européenne se trouve pourtant de plus en plus encapsulée dans certains espaces, comme si les sociétés mettaient à distance cet inquiétant phénomène en le cantonnant à certaines régions du continent. En particulier, les États pontificaux et le royaume des Deux-Siciles sont peu à peu construits comme des territoires « naturels » du brigandage. Se produit alors un double jeu d’échelles que l’analyse met très bien en avant. D’une part, le brigand italien devient l’incarnation typique et folklorisante d’un espace construit comme un ailleurs radical. D’autre part, pourtant, cette figure n’est pas sans interroger les élites italiennes elles-mêmes, qui s’emparent de ce « problème » du brigandage.

7D’un côté, l’Europe se débarrasse donc de l’encombrante figure du brigand en la cantonnant dans des marges – et ici le sud de l’Italie peut être rapproché d’autres espaces, comme l’Espagne ou la Grèce. Cette mise à distance ouvre la voie à des productions culturelles qui font du brigand italien le symbole d’un Mezzogiorno englué dans le passé et exotique dans l’Europe de l’époque. Les productions foisonnantes autour du brigand italien provoquent un double phénomène de folklorisation et d’exotisation. Ce double phénomène conduit à faire du brigandage à la fois l’héritage d’un passé en train de mourir et une caractéristique de certains espaces géographiques dans un moment où l’émergence des nations conduit à des discours particularistes visant à les singulariser.

8De l’autre côté, pourtant, la figure du brigand italien fait l’objet d’une intense politisation, en apparence contradictoire avec la folklorisation. Cette politisation est un phénomène général en Europe et remonte à la Révolution française. Dès cette époque, la disqualification de l’adversaire politique par son assimilation à un brigand constitue une figure rhétorique employée par les révolutionnaires puis reprise par les contre-révolutionnaires. Le même phénomène s’observe en Italie. Par la suite, la mobilisation de la figure du brigand, qui fonctionne de façon dialectique avec celle du conspirateur, épouse les soubresauts de la vie politique italienne. Le brigand est tantôt le produit du malgoverno, tantôt le conspirateur révolutionnaire, tantôt le séide des gouvernements autocratiques, tantôt le résistant magnifique à l’« invasion » piémontaise du sud de l’Italie. C’est pendant la décennie 1860 que l’ensemble de ces débats connaît son apogée. Au fond, la figure du brigand italien s’insère dans les débats passionnés qui traversent les sociétés européennes autour du Risorgimento italien.

9Le quatrième chapitre et l’épilogue, consacrés à ce dernier moment de gloire des brigands italiens, puis à la disparition de cette figure de l’imaginaire européen, conduisent à s’interroger sur cette dernière. Pour reprendre une formule éculée : de quoi le brigand italien est-il le nom ? Comme le rappelle Giulio Tatasciore, il est avant tout le produit des transformations culturelles et politiques de son temps, une projection performative des discours sur le réel, qui épouse les multiples processus à l’œuvre dans l’Europe romantique. On peut toutefois s’interroger : ces brigands ne sont-ils qu’un imaginaire ? À plusieurs reprises, l’analyse rappelle qu’il existe des brigands bien réels, à la frontière entre les États pontificaux et le royaume des Deux-Siciles ou en Calabre.

10Toutefois, à part dans le dernier chapitre, ces acteurs réels sont très peu présents dans la démonstration. Elle porte bien sûr sur la construction des imaginaires, et l’on ne fera pas le reproche à l’auteur de n’avoir pas traité cette question en sus de toutes les autres. Mais un prolongement possible de cette brillante étude serait sans doute de mettre en rapport les imaginaires ici mis en lumière avec les réalités sociales sur lesquelles ils se construisent. La question qui se pose est moins de savoir si les fictions correspondent bien à une quelconque réalité – autrement dit, de savoir s’il existe « vraiment » des « bandits » – que de comprendre la dialectique qui existe entre artefacts culturels et réalités sociales. Si l’on ressort convaincu de la lecture de ce livre que les imaginaires façonnent bel et bien le social, la question inverse, pour banale qu’elle puisse paraître, mérite sans doute d’être posée à nouveaux frais. Ces brigands ne sont-ils pas aussi des acteurs de leur propre histoire, y compris imaginaire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Dupont, « Giulio TATASCIORE, Briganti d’Italia. Storia di un immaginario romantico »Revue d'histoire du XIXe siècle, 67 | 2023, 229-232.

Référence électronique

Alexandre Dupont, « Giulio TATASCIORE, Briganti d’Italia. Storia di un immaginario romantico »Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 67 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rh19/9521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rh19.9521

Haut de page

Auteur

Alexandre Dupont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search