Skip to navigation – Site map

HomeIssues254LecturesMichel Ostenc, Ciano. Un conserva...

Lectures

Michel Ostenc, Ciano. Un conservateur face à Hitler et Mussolini

Éditions du Rocher, 2007, 317 pages
Anne-Aurore Inquimbert

Full text

1Bien qu’ayant été l’un des principaux dirigeants du régime mussolinien, Galeazzo Ciano n’a, in fine, que peu adhéré à l’idéologie fasciste. Tel est l’intéressant constat dressé par Michel Ostenc dans la biographie qu’il consacre à celui qui fut le responsable de la propagande, le ministre des Affaires étrangères mais aussi le gendre de Mussolini. Fils d’un officier de marine conservateur et autoritaire, Galeazzo Ciano ne parvint jamais à se départir de la figure de ce père, érigé en héros, et dont la forte personnalité le contraignit sa vie durant à adopter des attitudes souvent artificielles. Jugé intelligent mais parfois futile par son entourage, Ciano obtient une licence en droit, un brevet de pilote et finit par intégrer la carrière diplomatique par le biais d’un concours. Alors que ses premiers postes l’éloignent de l’Europe, il est néanmoins remarqué par Mussolini. En 1930, après une rencontre arrangée, il épouse la fille du duce et, en 1933, ce dernier le nomme chef du principal organe de propagande du régime. Ciano y excelle. Après avoir acheté la presse, il s’empare de la radio puis du cinéma. Étant resté très intéressé par la politique étrangère, l’idée de créer une « Internationale » fasciste l’effleure un moment. Devenu ministre des Affaires étrangères en 1936, il est l’homme du rapprochement avec l’Allemagne ; mais Michel Ostenc précise que si Ciano était favorable à l’Axe Rome-Berlin, c’était par calcul politique et non par volonté belliciste. En revanche, par conservatisme et haine du communisme, il se fait très vite le chantre d’une intervention italienne aux côtés de Franco en Espagne. En 1939, il avoue à Hitler l’incapacité de l’Italie à entrer en guerre et rompt avec le discours belliciste de Mussolini. La suite est une lente descente aux enfers parfaitement décrite par l’auteur. Devenu l’ennemi du régime, Ciano est fusillé dans le dos, le 11 janvier 1944, par une unité fasciste de la république de Salò.

Top of page

References

Electronic reference

Anne-Aurore Inquimbert, « Michel Ostenc, Ciano. Un conservateur face à Hitler et Mussolini », Revue historique des armées [Online], 254 | 2009, Online since 06 February 2009, connection on 01 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/rha/6722

Top of page

About the author

Anne-Aurore Inquimbert

By this author

Top of page

Copyright

© Revue historique des armées

Top of page
  • Logo Service historique de la Défense
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search