Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Comptes rendusValérie Tesnière, Au bureau de la...

Comptes rendus

Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle)

Paris, EHESS, Coll. « En temps & lieux », 2021
Isabelle Laboulais
Référence(s) :

Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle), Paris, EHESS, Coll. « En temps & lieux », 2021, 413 p.

Texte intégral

1Le livre de Valérie Tesnière propose une historicisation bienvenue de ce que, par convention, les acteurs du monde académique nomment aujourd’hui les revues. L’autrice, conservatrice générale des bibliothèques et directrice d’études à l’EHESS, ancre son propos dans l’histoire de l’édition mais souhaite aussi trouver un écho auprès des historiens des sciences. Elle annonce en effet dans l’introduction sa volonté de mettre en lumière les caractéristiques des publications scientifiques en France aux XIXe et XXe siècles afin de « comprendre concrètement les conditions de fabrication et surtout la dynamique matérielle du travail intellectuel et de la circulation des idées » (p. 14).

2Dans la première partie – très brève (26 pages) et essentiellement méthodologique –, l’autrice expose les choix à partir desquels elle a bâti son corpus. Faute de pouvoir compter sur un répertoire qui couvrirait les deux siècles de son enquête, elle a travaillé à partir du Catalogue collectif des périodiques de la Bibliothèque nationale dans lequel elle a inventorié les publications scientifiques dont le titre contenait les mots « revue » « annales » ou « journal ». Elle a en revanche exclu de son corpus les « bulletins », jugés trop nombreux, de même que les « mémoires » ou les « archives ». Ces choix ont inévitablement introduit un biais dans les résultats de l’enquête. Toutefois, dans un cadre dont elle a déterminé le périmètre, Valérie Tesnière a identifié un ensemble de 1 385 titres de revues scientifiques publiées en France entre 1800 et 2002 pendant au moins dix années consécutives. Une étude quantitative de cet ensemble met en lumière l’évolution de la production de revues pour chaque décennie et hiérarchise les domaines de savoir les mieux représentés dans ces publications. Parmi toutes ces revues, Valérie Tesnière a sélectionné quelques dizaines de titres qu’elle analyse de manière plus spécifique dans les chapitres suivants. C’est le cas notamment de la Revue philosophique qu’elle considère, dans le chapitre 6, comme l’archétype de l’objet éditorial qui, au cours des années 1860-1880, a trouvé son autonomie.

3Le cœur de l’analyse se concentre dans les deuxième et troisième parties consacrées pour l’une aux fonctions, aux acteurs et aux formes des publications savantes au XIXe siècle, pour l’autre aux mutations du statut et du rôle de la revue au XXe siècle. Dans un premier temps, Valérie Tesnière observe la généralisation du rythme mensuel de parution, les usages institutionnels de ces publications scientifiques. Elle identifie les principaux acteurs qui interviennent dans la production d’une revue (sociétés savantes, entrepreneurs de presse, auteurs, libraires). Elle décrit les formes éditoriales qui se normalisent peu à peu et homogénéisent les pages des revues. Enfin, elle analyse la place que ces périodiques tiennent dans les catalogues des librairies scientifiques. Ces caractéristiques permettent à l’autrice de poser ce qu’elle regarde comme le modèle de la revue scientifique, un modèle qu’elle juge conquérant, notamment vis-à-vis du livre qui a longtemps dominé la production des librairies académiques et imposé une norme bibliographique. À partir de son échantillon d’étude, Valérie Tesnière établit un double constat : d’une part elle montre que, vers 1900, les revues se sont émancipées de cette norme éditoriale ; d’autre part elle souligne qu’elles sont devenues les principaux supports de publication, d’abord dans le champ des sciences médicales, puis à partir de 1918, dans tous les domaines de savoir. Toutefois, à mesure que s’impose l’économie contemporaine de la connaissance marquée par une internationalisation, par la concentration et la hiérarchisation des auteurs comme des éditeurs, Valérie Tesnière observe une nouvelle forme de normalisation des politiques éditoriales, renforcées notamment par les pratiques de référencement.

4Au fil des pages, en dépit de descriptions érudites et de cas richement documentés, deux problèmes de fond apparaissent : d’une part l’écart entre le titre et les apports de l’enquête se creuse au fil des chapitres ; d’autre part la manière dont l’autrice a défini son objet annihile toute ambition d’historicisation.

5Malgré la définition donnée au début du livre et dans laquelle le bureau est défini comme un « lieu d’interactivité entre les auteurs, dont les lecteurs, ou correspondants, font partie » (p. 15), un lieu où le pouvoir économique du libraire finit par s’imposer, ce lieu reste virtuel et abstrait. Ainsi, lorsque Valérie Tesnière relève que la publication est souvent associée à un « atelier », à un « centre d’action », c’est bien la revue qu’elle évoque. D’un chapitre à l’autre, plus que le lieu où la revue est fabriquée et vendue, c’est l’objet imprimé – « le fascicule lui-même dans son organisation, sa forme et son contenu » (p. 17) – que l’autrice examine et décrit. Contrairement à ce que suggère le titre du livre et en dépit des ambitions exposées dans l’introduction, Valérie Tesnière n’écrit donc pas une histoire de la revue en train de se faire. D’ailleurs, le choix méthodologique qu’elle revendique – celui de la bibliographie matérielle promue par Donald McKenzie – ne se prête pas à ce type d’enquête. Cette démarche aux vertus heuristiques avérées propose d’esquisser une sociologie historique des pratiques symboliques à partir de la description et de l’interprétation des différentes formes données aux imprimés. De plus, elle se prête difficilement à l’étude d’un corpus d’imprimés aussi vaste et censé relever d’un genre unique. D’une part, les travaux de Donald McKenzie reposent sur des cas finement analysés à partir desquels le bibliographe pratique des jeux d’échelle, d’autre part, celui-ci insiste sur l’importance de l’interaction entre les genres textuels et les formes qu’ils prennent. L’objectif de la bibliographie matérielle consiste donc à historiciser les formes textuelles en restituant les contextes dans lesquels ils produisent du sens. Or, sur ce plan aussi la démonstration achoppe.

6La démarche déployée pour bâtir l’enquête a en effet conduit Valérie Tesnière à définir son corpus sans prendre en compte les contextes dans lesquels les revues ont produit du sens. En constituant un échantillon à partir de critères éditoriaux (un imprimé à parution périodique), lexicaux (revue, journal et annales) et thématiques (la science est considérée comme un secteur d’activité qui, au même titre que d’autres professions, est « en cours de consolidation »), l’historienne a essentialisé la publication scientifique. Bien sûr, elle a tenté d’identifier les caractéristiques des « revues de type scientifique » au sein d’une production foisonnante saisie sur deux siècles, mais elle a eu tendance à tenir pour acquis l’existence d’un genre éditorial unique et spécifique à la pratique scientifique. Pour historiciser ces publications, il aurait fallu qu’elle accorde plus d’intérêt à la manière dont les acteurs considéraient les périodiques scientifiques et à la place qu’ils assignaient à ces publications dans l’espace social. Un tel projet aurait imposé ou bien de recourir à une autre échelle ou bien de procéder à des jeux d’échelle, afin de pouvoir toujours situer précisément les titres dans le champ éditorial et dans le champ académique, c’est-à-dire en cernant les enjeux de pouvoir que recouvre tout acte de publication. Faute de cela, les rapports de domination à l’œuvre dans les pratiques de publication, le capital symbolique très inégalement véhiculé par les différentes publications scientifiques sont les grands absents de cette enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Laboulais, « Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle) »Revue d’histoire culturelle [En ligne], 6 | 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhc/3540 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhc.3540

Haut de page

Auteur

Isabelle Laboulais

Université de Strasbourg – SAGE / UMR 7363

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search