Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1ActualitésNumapresse

Résumés

Cette chronique rend hommage à Dominique Kalifa en présentant un projet collectif dont il était un des animateurs : Numapresse, qui ouvre de nouvelle perspective en histoire culturelle de la presse par l’exploration des contenus numérisés. 

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

presse, médias, numérisation
Haut de page

Texte intégral

1Le propre d’une rubrique d’Actualités est d’être en prise avec… l’actualité. L’annonce de la mort de Dominique Kalifa est venue bouleverser la fin de l’écriture de cette chronique, que je ne peux que reprendre, tant son rôle dans le projet que je vais évoquer est central.

  • 1 Dominique Kalifa, marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant (dir.), la Civilisation du journal. Histoire (...)

2Central dans le soutien apporté à Marie-Eve Thérenty, pour l’élaboration de ce projet ANR : s’adossant aux nouvelles possibilités d’exploration automatisée des données numérisées, Numapresse réinterroge les corpus de presse depuis maintenant trois ans. Central parce qu’il s’agit d’un projet de recherche collectif, comme Dominique Kalifa les affectionnait, inscrit en histoire culturelle et littéraire du temps long, puisqu’il concerne les XIXe et XXe siècles. L’objectif est de faire apparaître les généalogies historiques entre les titres de presse, grâce aux nouvelles modalités d’investigation permises par la numérisation des journaux. Numapresse prolonge les travaux publiés sur le site www.medias19.org et le livre La Civilisation du journal1, ouvrage-monstre dont il avait assuré la coordination ; on y retrouve des chercheurs en histoire, lettres et sciences de l’information, variant les approches comme Dominique Kalifa aimait à le faire et à le lire, et cherchant à explorer les multiples ressorts de la culture médiatique. Une des hypothèses centrales de cette recherche est, en effet, que la dématérialisation actuelle des médias n’empêche pas de cerner des formes culturelles dans le temps long, formes marquées par des phénomènes de transferts culturels. Un riche site internet permet de suivre l’actualité et les projets de cette équipe de recherche : http://www.numapresse.org/​presentation-du-projet/​

3Les voyages, les échanges internationaux étaient essentiels dans la pratique de recherche, dans la vie, de Dominique Kalifa. Numapresse se poursuit en parallèle en France et au Québec, grâce aux nombreuses campagnes de numérisation de journaux qui ont eu lieu dans les bibliothèques, les organismes privés ou grâce à des projets publics ponctuels : il s’agit de répertorier, agréger ou créer des liens entre ces campagnes, et d’encourager de nouvelles numérisations. Les questions du journalisme narratif, des hybridations entre fiction et actualité, les temporalités… sont autant d’axes d’analyse centraux dans l’œuvre de Dominique Kalifa, et dans ce projet.

4L’exploration des corpus par genre journalistique a été au cœur des premiers mois de recherche. Des ateliers réguliers se sont tenus sur le reportage, la critique cinématographique, les petites annonces ou, par exemple, le roman-feuilleton. Les types de médias (newsmagazines, hebdomadaires d’actualité…) ont été une autre porte d’entrée et ont donné lieu à plusieurs journées d’étude. Numapresse propose des archives en ligne des rencontres scientifiques, comme celle sur les hebdomadaires des années 1930 : http://www.numapresse.org/​2020/​02/​11/​compte-rendu-video-hebdomadaires-des-annees-1930-13-14-juin-2019/​. Ces captures vidéo, permettent de retrouver les interventions de Dominique Kalifa, comme celle de juin dernier sur la Belle Epoque (http://www.numapresse.org/​2020/​07/​10/​compte-rendu-video-colloque-en-ligne-la-belle-epoque-a-t-elle-ete-virale-25-juin-2020/​). Enfin les formes d’écriture (journalisme sportif, écriture cinématographique, longs formats, anticipation) permettent d’autres types d’exploration du contenu des journaux. Les poétiques de l’image et du texte sont régulièrement interrogées.

5Centrale dans la démarche de Dominique Kalifa l’importance accordée à la réflexion sur les méthodes d’enquête et de travail des chercheurs sur les médias se retrouve dans Numapresse. Des séminaires réguliers sont consacrés aux outils d’analyse des textes numérisés mais aussi aux usages des prosopographies pour cerner le monde des journalistes. Pierre-Carl Langlais (en post-doctorat au sein du projet) explore ainsi les possibilités offertes par les nouveaux outils de reconnaissance et de classification automatisée des genres journalistiques.

6Surtout, la question de la viralité est au cœur des recherches. Les corpus numérisés permettent de travailler sur les circulations d’informations, de modèles, et maintenant d’iconographies d’un titre à l’autre, d’une époque à une autre, et entre les continents. La question de la republication des critiques littéraires du XIXe siècle est ainsi interrogée, comme la circulation internationale des images à la fin du XIXe siècle. Pour l’année à venir, des travaux sur la circulation des rumeurs et celle des « crimes » (fictionnels ou factuels) prolongeront cette exploration.

7Dominique Kalifa aimait les personnages mystérieux. Numaprese a créé celui de Roy Pinker qui a publié il y a quelques semaines un travail sur ces formes de circulation : Fake news et rivalité avant internet (CNRS éditions, 2020, 230 p.). L’ouvrage s’inscrit pleinement en histoire culturelle en pointant les ressorts médiatiques de la circulation des fausses nouvelles. Il permet de lier les enjeux médiatiques de la fin du XIXe siècle et ceux de notre époque. Enfin, avec des projets autour de la presse pour les jeunes (et de « l’écriture rock »), des « journaux voleurs » ou de l’anticipation, l’année universitaire qui débute devrait permettre la poursuite de cette passionnante exploration en histoire culturelle des corpus de presse désormais numérisés.

8J’ai choisi le présent pour vous parler du rôle de Dominique Kalifa au cœur de Numapresse ; sa personnalité et son œuvre de chercheur portent, aujourd’hui et pour longtemps, ses collègues et amis dans cette entreprise.

Haut de page

Notes

1 Dominique Kalifa, marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant (dir.), la Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau monde, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Blandin, « Numapresse »Revue d’histoire culturelle [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 15 septembre 2020, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhc/401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhc.401

Haut de page

Auteur

Claire Blandin

Claire Blandin est Professeure en Sciences de l’Information à l’Université Sorbonne Paris Nord.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search