Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6DossierOù en est l’histoire culturelle d...

Dossier

Où en est l’histoire culturelle de l’Italie contemporaine ?

What’s the current state of cultural history of contemporary Italy?
Fabien Archambault, Virgile Cirefice et Carlotta Sorba

Résumés

Dans ce bilan historiographique consacré à l’histoire culturelle de l’Italie contemporaine, les auteurs s’interrogent d’abord sur les raisons d’une réception, d’un développement et d’une institutionnalisation de ce courant en apparence tardifs dans la péninsule. Après être revenu sur certains domaines pionniers – l’histoire des intellectuels, la question d’une éventuelle culture nationale et de sa spécificité, l’étude des cultures populaires dans une perspective gramscienne –, l’article s’intéresse ensuite aux renouvellements majeurs intervenus au tournant des années 2000 : l’histoire du Risorgimento et du fascisme, celle du genre et des cultures de masse. En dernier lieu, la présentation des différentes contributions du dossier permet de réfléchir aux grandes tendances actuelles de l’histoire culturelle italienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le décalage entre l’apparition de l’histoire culturelle en France et en Italie, voir Carlotta S (...)
  • 2 Alessio Petrizzo, « Storia culturale, storia del Risorgimento: una riflessione », Passato e present (...)

1Étrangement, au pays d’Antonio Gramsci, l’un des penseurs du XXe siècle à avoir mis en évidence l’importance du fait culturel dans le fonctionnement général des sociétés, l’histoire culturelle a mis du temps avant d’être reconnue comme un domaine légitime de la recherche historique. C’est seulement depuis une vingtaine d’années que celle-ci s’est affirmée en Italie comme un champ d’études autonome. Dans les dernières décennies du XXe siècle, le paysage historiographique de la péninsule était en effet encore marqué par la persistance de traditions philosophiques bien enracinées, comme l’historicisme, qu’il soit libéral ou marxiste. C’est d’abord l’émergence de l’histoire sociale qui constitua un profond renouvellement des méthodes et des objets de recherche, à tel point que le tournant culturel observable ailleurs ne rencontra dans la péninsule, notamment parmi les historiens de l’époque contemporaine, qu’un accueil tiède voire hostile1. Alessio Petrizzo a rappelé récemment combien les méfiances furent grandes dans le reste du paysage historiographique à l’égard d’une approche accusée d’être absolument culturaliste et rétive à tout enracinement social2. Jusque dans la seconde moitié des années 2000, l’expression « histoire culturelle » était même souvent utilisée dans sa traduction anglaise, comme pour mieux en souligner la dimension d’importation, à mille lieux de l’histoire des idées ou de l’histoire des intellectuels, solidement installées et qui tenaient le haut du pavé, tant dans la tradition crocienne que gramscienne. L’étude des phénomènes culturels est ainsi longtemps demeurée subordonnée à une histoire politique qui ne consentait à s’y intéresser que pour étudier les grandes orientations des partis de masse en matière culturelle ou les importantes polarisations de Guerre froide qui séparaient les productions culturelles d’inspiration catholique ou communiste.

  • 3 Rolf Petri, Antonella Salomoni, Luigi Tomassini (dir.), La storia culturale. Parabole di un approcc (...)

2Il y a une quinzaine d’années, quelques publications ont entrepris, en France et en Italie, de dresser un premier bilan des développements de l’histoire culturelle italienne3. Si cette nécessité s’est alors fait sentir, c’est que l’histoire culturelle avait connu un développement important durant la décennie précédente. Les années 2000 ont en effet vu naître et s’installer très progressivement – et non sans polémiques – au sein des universités italiennes, un courant d’histoire culturelle, qui a peu à peu infusé dans l’offre de formation. Depuis les pionniers des années 1980 et 1990, la discipline avait acquis une dignité nouvelle, en même temps que le domaine relevant de la culture s’était étendu : la seule culture des élites avait laissé place à de nombreux travaux consacrés aux cultures populaires, tandis que les définitions tirées des sciences sociales élargissaient le champ du culturel aux représentations et aux croyances.

  • 4 Il n’est hélas pas possible, dans le cadre de cette introduction, d’aborder les débats épistémologi (...)

3Il s’agit dans ce dossier de reprendre cette question des spécificités de l’histoire culturelle italienne, en y intégrant les recherches les plus récentes, menées des deux côtés des Alpes. Si l’on entend l’histoire culturelle comme une histoire sociale des représentations4, force est de constater la profusion de nouveaux travaux qui se sont proposés d’interroger les conditions de production et les imaginaires sociaux nés des grandes productions culturelles de l’époque contemporaine – de l’édition à l’opéra, en passant par la radio, le cinéma, la chanson ou encore le sport. Une histoire culturelle attentive à l’anthropologie a également permis d’approfondir les différents modes de consommation et les imaginaires qui y étaient liés ou bien de redonner aux folklores et aux cultures populaires une place importante dans l’historiographie, qui les avait longtemps délaissés à la suite de Benedetto Croce. Comme on le verra, certaines thématiques s’inscrivent dans une historiographie qui s’est développée à l’échelle européenne voire mondiale quand d’autres demeurent plus spécifiques à l’Italie, comme l’importance donnée à l’étude des cultures populaires, le lien étroit que les questionnement d’histoire culturelle continuent d’entretenir avec le prisme politique ou encore les études sur la culture nationale, liées à l’étude du Risorgimento ou du fascisme, posant la question de l’éventuelle spécificité des cultures politiques et civiques italiennes depuis l’Unité.

Un développement en apparence relativement tardif de l’histoire culturelle

  • 5 Mariuccia Salvati, « Une histoire sociale à l’italienne ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 10 (...)
  • 6 Alessandro Arcangeli, « L’histoire culturelle en Italie », art. cité.

4En 2008, dans leurs considérations sur l’histoire sociale, pour la première, et sur l’histoire culturelle italienne pour le second, Mariuccia Salvati et Frédéric Attal relevaient tous les deux ce relatif paradoxe d’un pays marqué par la découverte de Gramsci mais ayant connu un développement relativement tardif de l’histoire culturelle – retard qu’ils imputaient à la prégnance de l’idéalisme de Benedetto Croce et de ses élèves, faisant de l’histoire des idées et de l’État le principal prisme d’étude5. En apparence néanmoins, un premier développement de l’histoire culturelle – bien qu’on ne la nomme alors pas ainsi – se produit dans les années 1980, par la réception à la fois de l’histoire culturelle de matrice anglo-saxonne et de la Nouvelle Histoire française. L’histoire médiévale et l’histoire moderne jouent alors un rôle majeur dans l’acclimatation et la diffusion dans la péninsule de ces nouveaux regards et pratiques historiques6. S’il est indéniable que l’histoire des phénomènes culturels de l’Italie contemporaine connaît ensuite un essor et même une accélération au tournant du XXe siècle, on peut toutefois déceler, dans les décennies précédentes, quelques tendances qui, sans toujours se réclamer explicitement de l’histoire culturelle, s’y rapportaient déjà en partie.

  • 7 Mario Isnenghi, Il mito della Grande guerra. Da Marinetti a Malaparte, Rome-Bari, Laterza, 1970. Su (...)
  • 8 Il faut relever l’importance, dans ce processus, des ouvrages collectifs sur La Cultura italiana de (...)
  • 9 Sur l’histoire et l’historiographie des intellectuels en Italie, voir Frédéric Attal, Histoire des (...)

5Dans la continuité de l’histoire de matrice idéaliste s’était développée une forte tradition d’histoire des intellectuels nourrie d’abord par une histoire des idées et des doctrines politiques mais conduisant aussi à des travaux plus originaux s’interrogeant sur les représentations collectives. Ainsi, dans son ouvrage consacré aux mythes de la Grande Guerre, Mario Isnenghi analyse dès 1970 les imaginaires collectifs des milieux artistiques et intellectuels des années 1920 pour contribuer à expliquer la fascination qu’a pu exercer le fascisme sur une partie des ceux-ci7. Ces tendances ont également eu des déclinaisons à l’échelle locale, avec des travaux d’histoire à la fois sociale et culturelle. Sur le long terme, ils ont permis de mettre en évidence le rôle de certains groupes d’intellectuels, souvent formés dans les villes universitaires, mettant au jour l’existence de cultures intellectuelles spécifiques tant dans les grands centres industriels du Nord que dans certaines régions du Sud où l’étude du méridionalisme, ce courant de pensée cherchant à donner toute sa dignité au Mezzogiorno autant qu’à favoriser son développement, a prospéré8. D’une manière plus classique, l’histoire des idées, des doctrines politiques et des courants de pensée – thématiques dont les frontières avec l’histoire culturelle sont souvent poreuses – a toujours occupé une place importante dans l’historiographie italienne9.

  • 10 Norberto Bobbio, « Fascismo e cultura », dans Guido Quazza (dir.), Fascismo e società italiana, Tur (...)
  • 11 Renzo De Felice, Mussolini il duce, vol. 2, Lo Stato totalitario 1936-1940, Turin, Einaudi, 1981.
  • 12 Silvio Lanaro, Nazione e lavoro. Saggio sulla cultura borghese in Italia (1870-1925), Venise, Marsi (...)
  • 13 La première publication s’échelonne pour l’histoire nationale de l’Italie de 1972 à 1976. Suivent d (...)

6En second lieu, la question de la culture nationale, très vive dans le débat public italien depuis l’Unité, a inspiré un certain nombre de travaux. En recherchant les traits caractéristiques d’une éventuelle culture civique italienne, il s’est alors agi de s’interroger sur les discontinuités du XXe siècle. Le débat est d’abord essentiellement d’ordre intellectuel dans les décennies qui suivent la guerre et portent sur la question de l’existence d’une culture spécifiquement fasciste ainsi que sur sa place dans l’histoire nationale. A-t-elle constitué une anomalie et une discontinuité majeure ou n’est-elle finalement que l’affirmation de la culture unitaire10 ? De même, les travaux monumentaux de Renzo De Felice consacrés au fascisme abordent la question de la culture fasciste, de son origine et de ses ramifications, jusqu’à déceler une « révolution culturelle » à la fin des années 193011. L’œuvre de Silvio Lanaro est également liée à ces questions : il y explore la culture nationale de l’État unitaire puis républicain en s’interrogeant sur le rôle de la bourgeoisie dans sa construction12. Ces débats sur la culture nationale rebondissent enfin dans les années 1970 avec la grande entreprise éditoriale de l’éditeur turinois Einaudi qui publie une Storia d’Italia en six volumes et dix tomes13. L’un des tomes du volume 4, publié en 1975, est entièrement consacré à l’histoire de la culture depuis l’Unité et confié à l’historien de la littérature Alberto Asor Rosa qui s’interroge également sur l’existence d’une culture nationale tout en mettant en évidence les particularismes locaux. L’éditeur Einaudi montre aussi dans les volumes consacrés au Moyen Âge et à l’époque moderne une sensibilité nouvelle aux évolutions de l’anthropologie historique et donc à l’élargissement du domaine de la culture tiré des sciences sociales. Cet acteur central du paysage éditorial italien joue en effet un rôle majeur dans la publication de l’histoire culturelle naissante et accompagne son développement pendant plusieurs décennies.

  • 14 Ce séminaire de l’Institut Gramsci de Rome débouche sur une série de colloques organisés à Pise dan (...)
  • 15 Voir par exemple sa thèse d’État publiée à titre posthume : Yvon Thébert, Thermes romains d’Afrique (...)
  • 16 Lorenzo Quaglietti, Storia economico-politica del cinema italiano 1945-1980, Rome, Editori Riuniti, (...)
  • 17 Alberto Cadioli, L’industria del romanzo. L’editoria letteraria in Italia dal 1945 agli anni Ottant (...)

7Une autre maison d’édition joue un rôle fondamental dans la prise en compte de l’importance de la dimension culturelle dans l’histoire des sociétés : il s’agit des Editori Riuniti, liés au Parti communiste italien (PCI) et aux Instituts Gramsci qui ont essaimé dans la péninsule depuis la fondation à Rome de la maison-mère en 1954. Ceux-ci témoignent de l’existence et de la diffusion d’un marxisme gramscien qui a pour ambition de dépasser les antagonismes jugés stériles entre infrastructures économiques et sociales et superstructures idéologiques et par conséquent de donner toute leur place aux phénomènes culturels dans la réflexion historique. Ce mouvement ne concerne pas spécifiquement l’histoire contemporaine et se manifeste par exemple avec l’histoire ancienne. À partir de 1974 et pendant une décennie est ainsi organisé dans la capitale italienne un séminaire de recherche sur l’Antiquité, avec entre autres Filippo Coarelli, Andrea Giardina et Andrea Carandini, qui renouvelle la vision de l’impérialisme romain, militaire et économique, par l’introduction des données sur la culture matérielle fournie par l’archéologie14. Cette approche nourrit les travaux, autant qu’elle est nourrie par ces derniers, de l’historien français Yvon Thébert, premier archéologue à être devenu membre de l’École française de Rome en 1971 : celui-ci développe par exemple dans son œuvre l’idée que la romanisation était moins le fait de la conquête que le résultat d’un pacte généralisé entre les élites locales périphériques et le centre romain. Ce sont ces dernières qui acclimatent dans leurs cultures la part de romanité qu’elles avaient intérêt à introduire pour assurer leur domination sociale15. Au début des années 1980, les premières recherches publiées sur la période contemporaine retracent pour leur part l’émergence d’une culture de masse prise dans les rets de processus d’industrialisation, que ce soit dans la sphère cinématographique16 ou littéraire17. Ces travaux n’étaient toutefois pas le fait d’historiens de métier, mais d’intellectuels gravitant dans l’univers culturel communiste – Lorenzo Quaglietti avait été critique de cinéma à l’Unità avant de diriger la revue Cinemasessanta, Alberto Cadioli dirigeait l’antenne milanaise des Editori Riuniti – qui, lorsqu’ils intégrèrent plus tard le monde universitaire, le firent en dehors des départements d’histoire – à la fin des années 1990, le premier enseignait l’histoire du cinéma au Centro Sperimentale di Cinematografia, l’équivalent de la Femis en Italie, à Rome et le second la littérature contemporaine à l’université de Parme.

  • 18 Francesca Chiarotto, Operazione Gramsci. Alla conquista degli intellettuali nell’Italia del dopogue (...)
  • 19 La réception de Gramsci en France a été plus tardive qu’en Grande-Bretagne. Voir Marco Di Maggio, « (...)
  • 20 Edward P. Thompson, Rivoluzione industriale e classe operaia in Inghilterra, Milan, Il Saggiatore, (...)
  • 21 S’appuyant principalement sur des sources orales dans une perspective d’histoire sociale, Alessandr (...)

8Ces productions scientifiques illustrent la réussite de long terme de ce que l’historienne Francesca Chiarotto a appelé « l’opération Gramsci » pour désigner les efforts entrepris dès la Libération par le secrétaire général du PCI, Palmiro Togliatti, afin de faire connaître le philosophe sarde18. Sur le plan théorique, les résultats avaient dépassé les espérances de Togliatti, Antonio Gramsci devenant dans les décennies de l’après-guerre une référence incontournable de la vie intellectuelle et politique, non seulement en Italie – Benedetto Croce écrivant que « comme homme de pensée, il Gramsci] fut des nôtres » –, mais aussi en Europe19 et aux États-Unis : en 1952 par exemple, le groupe des historiens marxistes anglais emmenés par Eric Hobsbawm et Edward P. Thompson avait fondé la revue Past & Present sans doute en hommage au titre du tome 6 des Cahiers de prison. Par un effet boomerang classique dans les phénomènes de circulation culturelle, les historiens italiens ont été particulièrement attentifs aux développements britanniques d’une histoire sociale accordant aux dynamiques culturelles un rôle moteur, notamment l’ouvrage d’Edward P. Thompson publié en 1963, The Making of the English Working Class, traduit en italien dès 196920 – près de vingt ans avant qu’il ne le soit en France –, qui nourrit les travaux d’une génération de chercheurs en sciences sociales, pas forcément historiens à l’origine mais qui viennent à l’histoire par la culture, à l’instar d’Alessandro Portelli, spécialiste de littérature états-unienne à l’université de Sienne dans les années 1970, puis à La Sapienza à Rome à partir des années 198021.

  • 22 Voir, plus récemment, Riccardo Ciavolella, « L’émancipation des subalternes par la “culture populai (...)
  • 23 Ernesto De Martino, Sud e magia, Milan, Feltrinelli, 1959 ; id., La terra del rimorso. Contributo a (...)
  • 24 Voir par exemple Luigi M. Lombardi Satriani, Antropologia culturale e analisi della cultura subalte (...)

9La diffusion de la pensée de Gramsci contribue également à l’essor d’un des courants de l’anthropologie italienne, dit folkloriste, qui place au centre de ses travaux les mécanismes culturels à l’œuvre dans les transformations du monde paysan à l’heure du miracle économique22. Dans une perspective gramscienne, le folklore constituait en effet une vision du monde spécifique aux « classes subalternes », élaborée en réponse à une expérience historique d’oppression et constituant une sorte de conscience de classe rudimentaire. Cette vision de l’existence, toute sommaire qu’elle fût, pourrait gagner en cohérence à mesure que les masses s’émanciperaient, d’abord culturellement, pour s’emparer ensuite du pouvoir politique. Dans le contexte des révoltes paysannes du Mezzogiorno de la seconde moitié des années 1940, le folklore était ainsi considéré comme l’embryon d’une culture autonome pour un prolétariat luttant pour devenir hégémonique. Militant socialiste puis communiste de Basilicate, Ernesto De Martino entendait contribuer à écrire l’histoire de paysans acteurs de leur propre histoire. Il réalisa plusieurs enquêtes ethnologiques sur leurs rituels religieux, imprégnés de magie et hérités du passé, mais dont la survivance montrerait les limites de la culture occidentale, bourgeoise et moderne23. Sa méthode, fondée sur l’usage de la photographie et sur l’observation participante, qu’il introduisit en Italie, fit école : ses successeurs de l’Institut De Martino de Florence approfondirent sa démarche en insistant sur le contexte socio-économique des formes culturelles « subalternes »24.

  • 25 Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del ’500, Turin, Einaudi, 1976 [trad (...)
  • 26 Giovanni Levi, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento, Turin, Ei (...)
  • 27 Patrizia Guarnieri, L’ammazzabambini. Legge e scienza in un processo toscano di fine Ottocento, Tur (...)
  • 28 Maurizio Bertolotti, Carnevale di massa 1950, Turin, Einaudi, 1991.
  • 29 Alberto Mario Banti, « La storia sociale: un paradigma introvabile », dans Cristina Cassina (dir.),(...)

10Enfin, les années 1970 et 1980 correspondent également au développement du projet de la micro-histoire, qui se déploie progressivement dans les dix années comprises entre la parution de Il formaggio e i vermi de Carlo Ginzburg25 (1976) et celle de L’eredità immateriale de Giovanni Levi26 (1985). S’appuyant sur les leçons des Annales et de la nouvelle histoire sociale anglaise – Edward P. Thompson en premier lieu –, la micro-histoire constitue une proposition originale, essentiellement développée par des historiens modernistes, mais aussi contemporanéistes comme Patrizia Guarnieri, avec L’ammazzabambini. Legge e scienza in un processo toscano di fine Ottocento27 [Le tueur d’enfants. Loi et science dans un procès toscan de la fin du XIXe siècle] ou encore dans l’étude consacrée par Maurizio Bertolotti à un « carnaval de masse », organisé par le Parti communiste dans le village de Governolo, dans la région de Mantoue en 195028. Alberto Mario Banti a rappelé que les contemporanéistes italiens ont d’abord manifesté une certaine perplexité à l’égard des partis pris les plus audacieux de l’analyse micro-historienne29. Toutefois, la plupart de ces derniers – la requalification du contexte, la rupture avec les macro-narrations traditionnelles ou l’attention à l’agency individuelle – furent plus tard adoptés par la recherche en histoire contemporaine des années 1990, en premier lieu dans le domaine de l’histoire sociale, longtemps délaissé.

  • 30 Simona Cerutti, « Microhistory: social relations versus cultural models? », dans Anna Maija Castrén(...)

11C’est d’ailleurs à propos du lien entre histoire sociale et culturelle que le projet micro-historique proposait ses innovations les plus intéressantes. Pour Simona Cerutti, ce dernier représentait le dépassement d’un certain réductionnisme social qui considérait les comportements, les stratégies et les phénomènes culturels comme l’émanation directe de l’expérience des groupes sociaux, et donc comme le reflet immédiat d’une structure de classe30. En partant des individus, il s’agissait de comprendre comment les acteurs définissent leur propre espace social, l’interprètent et y agissent. Dans cette perspective, les dimensions sociales et culturelles étaient par conséquent étroitement liées, ce que montrent, dans les années 1990, les nombreux numéros des Quaderni storici consacrés aux « cultures » de la légalité, de la justice ou du marché. Les historiens du social commencèrent dès lors à dédier une attention croissante aux aspects culturels qui influent sur les comportements des hommes et des femmes. Émergea ainsi une conception située de la culture qui ne s’intéresse pas tant aux formes d’expression artistiques ou intellectuelles, qu’à la façon dont les acteurs sociaux négocient et manipulent des ressources matérielles et culturelles.

L’essor de l’histoire culturelle italienne dans les années 2000

  • 31 Pour une utile mise au point sur l’histoire culturelle du Risorgimento, voir dans ce numéro la cont (...)
  • 32 Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Ita (...)
  • 33 Sur ces questions, voir Alessio Petrizzo, « Storia culturale, storia del Risorgimento: una riflessi (...)
  • 34 Carlotta Sorba, Teatri. L’Italia del melodramma nell’età del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2001 (...)
  • 35 Sandro Morachioli, L’Italia alla rovescia. Ricerche sulla caricatura giornalistica tra il 1848 e l’ (...)
  • 36 Lucy Riall, Garibaldi. L’invenzione di un eroe, Rome-Bari, Laterza, 2007 ; Giulio Tatasciore, « Cri (...)
  • 37 Ilaria Porciani (dir.), Università e scienza nazionale, Naples, Jovene, 2000 ; Marie Bossaert, Ant (...)
  • 38 On peut par exemple noter que la vénérable Rassegna storica del Risorgimento, longtemps demeurée li (...)
  • 39 En 2009 a ainsi été créé à Padoue le Centro Interuniversitario di Storia Culturale (CSC), présidé à (...)

12L’affirmation définitive d’une histoire culturelle se revendiquant clairement comme telle est intervenue à partir d’un domaine d’étude pourtant des plus traditionnels et pénétré de téléologie jusque dans son chromonyme : le Risorgimento, le processus de construction de l’État-nation dans la première moitié du XIXe siècle31. Dans ce processus, l’ouvrage d’Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita32, a joué un rôle central. S’intéressant au sentiment national italien avant l’Unité, l’historien pisan mobilisait un très large corpus de sources, depuis les œuvres littéraires jusqu’aux mémoires patriotiques, pour sonder la généalogie du discours national-patriotique qui se forme dans les premières décennies du XIXe siècle et mettre en évidence son efficacité narrative. Si le prisme politique demeurait important, l’ouvrage cherchait avant tout à questionner les imaginaires collectifs et leurs vecteurs. Ces travaux ont inauguré une veine historiographique qui tend à déplacer le regard depuis les acteurs politiques de l’unification vers la culture de masse en gestation, la communication et la symbolique politique, les dynamiques d’adhésion et les représentations collectives33. Le rôle de la musique et de la narration mélodramatique34 ou le développement de cultures visuelles spécifiques à la presse du XIXe siècle35 ont ainsi été tout particulièrement mis en évidence. De même, une série de travaux ont été consacrés aux représentations mythiques d’acteurs individuels ou collectifs36. Enfin, un champ d’étude s’est structuré à partir de l’histoire des intellectuels et plus spécifiquement des universitaires, en analysant à la fois la formation des institutions du nouvel État unitaire et les dynamiques d’élaboration d’une science nationale37. Le Risorgimento constitue ainsi l’un des domaines dans lesquels le passage d’une histoire politique à l’histoire culturelle a été le plus spectaculaire et ce champ de recherche continue, aujourd’hui encore, d’alimenter les problématiques d’histoire culturelle38 tout en poursuivant son institutionnalisation au sein des universités italiennes39.

  • 40 Palmiro Togliatti, Lezioni sul fascismo, éd. par Ernesto Ragioneri, Rome, Editori Riuniti, 1970.
  • 41 Plusieurs historiens ont par exemple étudié les stratégies médiatiques de Mussolini. Dans Fascismo (...)
  • 42 Jan Nelis, « Italian Fascism and Culture: Some Notes on Investigation », Historia Actual Online, 9, (...)
  • 43 Emilio Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Rome (...)
  • 44 Emilio Gentile, Fascismo di pietra, Rome-Bari, Laterza, 2007.
  • 45 Victoria De Grazia, The Culture of Consent: Mass Organization of Leisure in Fascist Italy, Cambridg (...)
  • 46 Jean A. Gili, Cinéma et société en Italie pendant l’époque fasciste, Thèse d’histoire contemporaine (...)
  • 47 Felice Fabrizio, Sport e fascismo: la politica sportiva del regime, 1924-1936, Florence, Guaraldi, (...)
  • 48 Paul Dietschy, « Sport, éducation physique et fascisme sous le regard de l’historien », Revue d’his (...)
  • 49 Voir Nicola Sbetti, Daniele Serapiglia, « Was football fascist? The 1934 World Cup in the postwar m (...)
  • 50 Voir notamment Stefano Cavazza, Piccole patrie. Feste popolari tra regione e nazione durante il fas (...)
  • 51 Stéphanie Lanfranchi, La Recherche des précurseurs. Lectures critiques et scolaires de Vittorio Alf (...)

13Tout aussi central dans l’historiographie italienne de la seconde moitié du XXe siècle, le fascisme a lui aussi servi de tremplin à l’affirmation de l’histoire culturelle. Reprenant en quelque sorte les interrogations de Palmiro Togliatti à Moscou en 1935 – dans les huit leçons qu’il tint devant les cadres du Komintern, ce dernier s’interrogeait alors sur les moyens utilisés par le régime de Mussolini pour construire le consensus autour de lui40 –, bien des historiens ont insisté sur l’importance de la culture dans l’enracinement du fascisme dans la société italienne41. Dans un bilan historiographique sur ce thème datant de 2006, l’historien belge Jan Nelis rappelle à juste titre le caractère fondamental des travaux d’Emilio Gentile dans les années 199042, que ce soit sur l’organisation des fêtes et des rituels urbains par le régime43 ou sa politique architecturale et urbanistique44. D’autres recherches avaient auparavant porté sur l’encadrement des loisirs – ce fut le cas de l’historienne états-unienne Victoria De Grazia, qui enseignait à Columbia, dès 198145 –, sur le développement du cinéma – Jean A. Gili, qui soutint sa thèse d’État en 1990 sur le sujet, avait été en 1974 le premier membre de l’École française de Rome pour la période contemporaine46 – et la politique sportive mise en place à partir du milieu des années 192047. Auteur d’une thèse sur le football à Turin dans l’entre-deux-guerres, Paul Dietschy a livré en 2006 un bilan raisonné sur l’instrumentalisation du sport par le fascisme48, que l’on peut compléter par des réflexions ultérieures sur l’autonomie dont jouissaient les élites industrielles qui investissaient par exemple dans le football – ce qui invite à réinterroger la nature du régime, en perpétuelles négociations avec des classes dirigeantes qui le toléraient et dans une certaine mesure se servaient de lui, même si l’inverse était également vrai49. Dans cette perspective, les rapports des autorités fascistes avec les élites locales ont aussi donné lieu à des travaux sur la recréation voire l’invention des traditions folkloriques et la valorisation d’un passé médiéval fantasmé, notamment en Toscane50. Ces tentatives de réappropriation, d’instrumentalisation et de « phagocytage » étaient également mises en œuvre dans le domaine de la tradition littéraire nationale, comme l’a montré Stéphanie Lanfranchi51.

  • 52 Pour une mise au point historiographique européenne, voir Catherine Brice, « La storia culturale de (...)
  • 53 La production des historiens français de l’Italie contemporaine illustre bien ce mouvement de l’his (...)
  • 54 George Mosse, La nazionalizzazione delle masse. Simbolismo politico e movimenti di massa in Germani (...)
  • 55 Ilaria Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello Stato e spazi sociali nell’Italia u (...)
  • 56 Catherine Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, BEFAR, 1998.
  • 57 Les lieux de mémoires italiens comptent trois volumes, tous parus chez Laterza : Mario Isnenghi (di (...)
  • 58 Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londr (...)
  • 59 Anna Tonelli, Falce e tortello: storia politica e sociale delle feste dell’Unità (1945-2011), Rome- (...)
  • 60 Ersilia Alessandrone Perona, « La bandiera rossa », dans Mario Isnenghi (dir.), I luoghi della memo (...)
  • 61 Virgile Cirefice, L’Espoir quotidien. Cultures et imaginaires socialistes en France et en Italie (1 (...)
  • 62 Maurizio Ridolfi, La politica dei colori. Emozioni e passione nella storia d’Italia dal Risorgiment (...)

14L’histoire politique s’est également enrichie des approches culturelles et une histoire proprement culturelle du politique a ainsi émergé52. Celle-ci se réclame des apports de Maurice Agulhon – référence fondamentale pour la plupart des travaux53 – mais aussi des réflexions de George Mosse contenues dans The Nationalization of the Masses: Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich, traduit en italien dès 197554, année de sa publication originale en langue anglaise. En prêtant attention aux symboles, aux rites, aux fêtes dans une perspective empruntant à l’anthropologie politique, l’histoire culturelle du politique a repris à nouveaux frais la question de la culture civique italienne, s’interrogeant sur l’adhésion populaire et le sentiment national lors de fêtes55 ou en lien avec la monumentalité publique56. De même, l’entreprise d’importation du concept de lieu de mémoire, mené par Mario Isnenghi, a fait une large part aux questions d’imaginaires politiques, de cultures partagées mais aussi de sentiment national57. Ces approches, parfois appuyées sur la notion de « communauté imaginée » de Benedict Anderson58, ont également conduit à une analyse des structures partisanes et du militantisme par le biais des imaginaires collectifs, des représentations partagées et des pratiques dans lesquelles ceux-ci s’incarnent. Que ce soit pour étudier la fête politique59, les affects portés par le drapeau rouge60, les imaginaires collectifs des bases militantes61, il s’agissait de mener une véritable histoire sociale des représentations. Ces travaux, qui esquissaient parfois une histoire des émotions politiques, ont été prolongés par une historiographie se réclamant des apports de l’histoire des mentalités et cherchant à établir, dans l’enthousiasme collectif de la fête ou au contraire dans la peur inspirée par les événements, le moyen de sonder les émotions d’un groupe62.

  • 63 Frédéric Attal, « Culture italienne, culture de masse, culture civique », art. cité.
  • 64 Pier Paolo D’Attore (dir.), Nemici per la pelle. Sogno americano e mito sovietico nell’Italia conte (...)
  • 65 C’était également la perspective adoptée dans Zygmunt G. Baránski, Robert Lumley (dir.), Culture an (...)
  • 66 Voir par exemple : Luigi Bruti Liberati, Words, words, words. La guerra fredda dell’USIS in Italia, (...)
  • 67 Stephen Gundle, I comunisti italiani tra Hollywood e Mosca. La sfida della cultura di massa (1943-1 (...)
  • 68 Stephen Gundle, Bellissima. Feminine Beauty and the Idea of Italy, New Haven-Londres, Yale Universi (...)
  • 69 Dario Consiglio, Il PCI e la costruzione di una cultura di massa. Letteratura, cinema e musica in I (...)
  • 70 Giandomenico Crapis, Il frigorifero del cervello. Il Pci e la televisione da «Lascia o raddoppia?» (...)
  • 71 Raffaelo Doro, In onda. L’Italia dalle radio libere ai network nazionali (1970-1990), Rome, Viella, (...)
  • 72 Dans Guttuso e il realismo in Italia 1944-1954, Cinisello Balsamo, SilvanaEditoriale, 2020, Chiara (...)
  • 73 Vittorio De Marco, Le barricate invisibili. La Chiesa in Italia tra politica e società (1945-1978), (...)
  • 74 Angelo Ventrone (dir.), L’ossessione del nemico. Memorie divise nella storia della Repubblica, Rome (...)
  • 75 David Kertzer, Comrades and Christians. Religion and political struggle in Communist Italy, Cambrid (...)
  • 76 Sergio Luzzatto, Padre Pio. Miracoli e politica nell’Italia del Novecento, Turin, Einaudi, 2007 [tr (...)
  • 77 Voir l’ouvrage essentiel de David Forgacs, Italian Culture in the Industrial Era 1880-1980. Cultura (...)
  • 78 Pour une tentative de lier les deux approches, l’une davantage culturaliste et l’autre plutôt polit (...)
  • 79 Alors que les premiers travaux italiens sur ce thème ont privilégié une perspective politique (Stef (...)
  • 80 Felice Fabrizio, Storia dello sport in Italia: dalle società ginnastiche all’associazionismo di mas (...)
  • 81 Dans Sia lodato Bartali. Ideologia, cultura e miti dello sport cattolico (1936-1948), Rome, Edizion (...)

15Le poids du politique se retrouve également dans les études sur l’émergence d’une culture de masse en Italie, qui a d’abord été analysée au prisme des déclinaisons dans la péninsule de la Guerre froide culturelle, même si on ne l’appelait pas encore ainsi. Dans son bilan historiographique publié en 200863, Frédéric Attal rappelle le caractère novateur du premier volume collectif consacré à la dimension culturelle de l’antagonisme politique entre catholiques et communistes en Italie, Nemici per la pelle. Sogno americano e mito sovietico nell’Italia contemporanea, paru alors que l’URSS s’apprêtait à disparaître64. On y trouve les premiers travaux sur l’américanisation de la société italienne dans l’après-guerre, envisagée à partir de la diffusion du rock and roll et des comics, et des réactions que celle-ci suscite65. Dans la décennie suivante, un courant de recherche particulièrement dynamique a rendu compte des transformations de la vie intellectuelle et du champ universitaire italiens après 1945 sous l’influence des agences gouvernementales et des fondations philanthropiques états-uniennes66. En 1995, l’interpénétration entre culture de masse et culture politique diffuse constitue le cœur de l’ouvrage de l’historien britannique Stephen Gundle consacré aux efforts entrepris par le PCI pour modeler, réinterpréter et acclimater la culture de masse dans l’après-guerre67. Cette veine a continué d’être explorée dans les années suivantes, toujours par Gundle à propos des concours de beauté féminine qui essaiment à partir des années 195068, mais aussi en ce qui concerne la littérature, le cinéma, la musique69, la télévision70 et la radio71 ou plus récemment les arts plastiques72. De l’autre côté de ces « barricades invisibles »73 que constituent les systèmes de représentations culturelles74 et les réseaux de sociabilité clivés75, Sergio Luzzatto a pour sa part montré comment la popularité de Padre Pio dans l’après-guerre était le produit de stratégies précises et systématiques des élites catholiques visant à saturer l’espace médiatique76. Au même moment toutefois, des chercheurs anglo-saxons, venus des cultural studies, essayent de dépasser la perspective politique ou tout du moins la subordination implicite du culturel au politique en restituant le déploiement d’industries culturelles toujours plus puissantes selon des logiques autonomes77. Dans cette optique, l’analyse s’affranchit des césures politiques et embrasse la longue durée d’un XXe siècle débutant juste après l’Unité78. Ce type d’approches montre toute sa fécondité lorsqu’il s’agit par exemple d’étudier les cultures sonores et les traditions musicales qui émergent et s’enracinent en Italie sur le temps long79. Dans le domaine de l’histoire du sport, où Felice Fabrizio avait eu la même intuition dès les années 197080, des historiens comme Stefano Pivato et Pierre Lanfranchi ont ensuite éprouvé la même nécessité d’une réflexion ample chronologiquement81.

  • 82 Pour un premier bilan historiographique en français à la fin de la décennie, voir Anna Bellavitis, (...)
  • 83 Au début des années 2000, le livre dirigé par Anna Rossi-Doria fait un intéressant point d’étape : (...)
  • 84 Luisa Passerini, Storia di donne e di femministe, Turin, Rosenberg & Sellier, 1991 ; Selma Leydesdo (...)
  • 85 Paola Di Cori, « Culture del femminismo. Il caso della storia delle donne », dans Francesco Barbaga (...)

16On ne saurait conclure ce rapide panorama des principaux champs d’études de l’histoire culturelle italienne sans évoquer les apports de l’histoire du genre et du corps. Les années 1980 ont vu se développer, comme ailleurs en Europe, une historiographie consacrée à l’histoire des femmes82. La fin de la décennie a coïncidé avec une institutionnalisation lente mais croissante, comme en témoigne en 1989 la création de la Società italiana delle storiche [Société italienne des historiennes], toujours très active par le biais de sa revue Genesis (depuis 2002), dont la consultation permet de suivre les évolutions historiographiques de la période. Les années 1990 ont prolongé ces études83, grâce à des recherches en grande partie construites dans le dialogue avec d’autres champs historiographiques alors en plein développement comme l’histoire du travail ou du quotidien. Dans cette optique, les travaux de Luisa Passerini autour de l’histoire orale appliquée aux représentations de genre dans les sphères domestique et du travail, ont ouvert des perspectives suivies jusqu’à aujourd’hui84. En 1997, la Storia dell’Italia repubblicana, publiée par Einaudi en trois volumes, intégrait alors une importante synthèse sur la question écrite par Paola Di Cori, preuve du gain de légitimité institutionnelle de ces travaux85.

  • 86 Un utile bilan historiographique se trouve dans Paola Di Cori, « Sotto mentite spoglie. Gender stud (...)
  • 87 Vinzia Fiorino, Matti, indemoniate e vagabondi. Dinamiche di internamento manicomiale tra Otto e No (...)
  • 88 Emmanuel Betta (dir.), Sessualità e storia, numéro thématique de Contemporanea, 4, 2011 ; id., L’au (...)
  • 89 Voir par exemple Sandro Bellassai, L’invenzione della virilità: politica e immaginario maschile nel (...)
  • 90 Sur d’autres usages du corps : Giovanni De Luna, Il corpo del nemico ucciso. Violenza e morte nella (...)
  • 91 Après les travaux pionniers de Victoria De Grazia (The Sex of Things: Gender and Consumption in His (...)
  • 92 Catia Papa, Sotto altri cieli. L’Oltremare nel movimento femminile italiano (1870-1915), Rome, Viel (...)
  • 93 Enrica Asquer (dir.), Culture della sessualità, numéro thématique de Genesis, XI/1-2, 2012 ; ead., (...)
  • 94 Teresa Bertilotti (dir.), Women’s History at the Cutting Edge, An Italian Perspective, Rome, Viella (...)

17Si les années 1990 avaient amorcé le passage d’une histoire des femmes à une histoire du genre – dont la dimension culturelle est plus marquée –, c’est au début de la décennie suivante que cette tendance s’enracine86. L’usage de Michel Foucault et la question de la médecine ou de la sexualité offrent un renouvellement des problématiques, ce dont témoignent les travaux de Vinzia Fiorino, qui mêlent histoire du genre et des asiles psychiatriques87 ou ceux d’Emmanuel Betta sur la sexualité et la procréation88, tout comme la constitution d’un champ d’étude consacré aux masculinités89 ou au corps, dans une perspective qui excède rapidement la simple dimension du genre90. Plus récemment encore, les travaux se sont intéressés, entre autres, à l’articulation entre genre et consommation91, aux imaginaires coloniaux et genrés92, à l’intimité et à la sexualité93, dont deux volumes collectifs récents donnent une bonne vision globale94.

Présentation du dossier

  • 95 Voir par exemple Maximiliano Fuentes Codera, Patrizia Dogliani (dir.), Continental Transfers. Cultu (...)

18Quelles directions l’histoire culturelle de l’Italie contemporaine a-t-elle suivies depuis une quinzaine d’années ? Globalement, les grandes thématiques que nous avons évoquées jusqu’ici ont continué d’être labourées, ce que reflètent les articles du dossier. Lorsque nous avons lancé l’appel à contributions, nous ne savions évidemment pas ce qui en sortirait : l’ensemble est dans ses grandes lignes représentatif de ce qui s’est fait en Italie et sur l’Italie ces dernières années, sans être bien sûr complet – manquent en effet à l’appel certaines thématiques importantes, que ce soit l’histoire du sport ou celle du genre. On peut, à l’inverse, relever que les approches transnationales ont gagné du terrain95. Quatre thématiques principales se dégagent.

  • 96 Carmine Pinto, La guerra per il Mezzogiorno. Italiani, borbonici e briganti, 1860-1870, Rome-Bari, (...)
  • 97 Récemment, Fulvio Conti s’est attaqué à un autre mythe national italien, la figure de Dante, dont i (...)
  • 98 Enrico Francia, Oggetti risorgimentali. Una storia materiale della politica nel primo Ottocento, Ro (...)

19Risorgimento et culture nationale. Le premier constat est celui de la vitalité des études portant sur le Risorgimento. On a dit l’importance qu’a joué ce champ pour le renouvellement de l’histoire culturelle italienne au début du XXIe siècle et les diverses contributions de ce dossier montrent comment évoluent les questionnements. L’article de Giulio Tatasciore sur les imaginaires sociaux du brigandage se place dans la droite ligne des nouveaux travaux déjà évoqués et s’intéresse aux représentations collectives qui traversent les camps antagonistes tout au long du XIXe siècle, tout en s’interrogeant sur les canaux de diffusion et les mécanismes de réélaboration de ces dernières. Cela permet par ailleurs de prolonger les avancées historiographiques des dernières années autour de la question du brigandage96. De la même façon, l’article proposé par Antonin Durand sur le Nabucco de Verdi mobilise les mêmes approches attentives aux mécanismes de diffusion et de réception mais aussi à la construction sur le temps long d’une mémoire de l’œuvre. Revenant sur une controverse historiographique au long cours, il propose de trancher le débat en procédant à deux décentrements, l’un d’ordre transnational et l’autre en dépassant la question de l’intention de Giuseppe Verdi pour se concentrer sur la construction d’un mythe – Nabucco comme opéra politique – lequel, bien qu’erroné dans ses termes, n’en joue pas moins un rôle fondamental tout au long du XIXe siècle97. C’est également la question des représentations de la nation qui anime Saverio Battente, dans une contribution qui s’intéresse au cas de Sienne et à l’articulation des représentations artistiques et savantes entre la « grande » et la « petite » patrie. En montrant comment les élites citadines ont construit une image de « capitale gothique », réinventant et magnifiant un passé mythique, l’auteur étudie la façon dont s’est constituée une image spécifique de la ville, lui permettant d’être identifiée nationalement et internationalement. La contribution de Christopher Calefati, quant à elle, porte sur les femmes et le textile politique de la période. Elle lie dans un même mouvement histoire par le bas, du genre et de la culture matérielle. En prise avec une historiographie internationale qui a reconsidéré récemment le rôle des objets politiques98, l’article contribue lui aussi au débat sur la politisation des masses, les représentations collectives et les pratiques politiques qui voisinent dans la culture du Risorgimento. L’article de Marie Bossaert, enfin, fait le lien entre deux champs d’études particulièrement féconds : celui de la construction d’une science nationale, déjà évoqué, et un ensemble de recherches consacrées au regard de l’Italie sur l’altérité, qu’elle soit méditerranéenne ou plus lointaine. Dans cette même optique, l’article propose un vaste panorama historiographique de l’orientalisme savant, rendant compte des renouvellements très rapides du champ ces dernières années et de son internationalisation. Elle montre enfin la façon dont le débat sur les liens entre science et colonialisme a longtemps été obéré.

  • 99 Angelo Del Boca, Italiani, brava gente?, Vicence, Neri Pozza, 2005.
  • 100 Voir par exemple Valeria Deplano et Alessandro Pes, Quel che resta dell’impero. La cultura colonial (...)

20Colonialisme et orientalisme. En effet, l’un des domaines les plus dynamiques de l’histoire culturelle italienne de ces dernières années est sans conteste l’histoire de la colonisation et des savoirs produits sur l’« Orient ». À la suite des travaux fondateurs d’Angelo Del Boca depuis les années 197099, ayant montré que la colonisation italienne n’avait pas été une œuvre d’édification et de valorisation menée par un peuple laborieux et rétif à toute violence, il s’est agi d’étudier et de déconstruire le mythe qui considérait que les Italiens – « brava gente » – avaient mené une colonisation à visage humain. Dans son sillage, de nombreuses études se sont emparées de l’histoire coloniale, des mémoires portées par les associations, les anciens colons, l’armée ou encore l’État100. Plus récemment, une frange de l’historiographie s’est aussi intéressée aux liens entre savoir scientifique et emprise coloniale, ce dont les contributions de ce dossier rendent largement compte.

  • 101 Par exemple : Nadia Vargaftig, Des empires en carton. Les expositions coloniales au Portugal et en (...)

21Simona Troilo, d’abord, montre combien les fouilles menées par les archéologues italiens en Libye coloniale ont conduit à légitimer la conquête, à la fois en alimentant l’idée que seuls les Occidentaux étaient capables de préserver de tels restes, et en appuyant la rhétorique fasciste d’une grande Italie prenant pied sur les deux rives de la Méditerranée. S’inscrivant dans une histoire matérielle des objets en plein renouvellement, l’autrice étudie une large palette de productions – photographies, films, moulages, dessins – et la façon dont elles ont été utilisées pour construire un consensus autour du fascisme. Les deux dernières contributions sur le thème colonial partagent une approche d’étude des discours muséographiques – une veine particulièrement féconde ces toutes dernières années101. Valeria Deplano, montre la façon dont la construction d’un monument aux victimes italiennes à l’étranger, destiné à honorer la mémoire individuelle des combattants morts dans l’armée fasciste en Afrique du Nord, a vu sa dimension mémorielle évoluer. Alors qu’il s’était agi, en dépolitisant le contexte de leur mort et en insistant sur la tragédie individuelle, d’apaiser les tensions dans le contexte de la République italienne naissante, le sanctuaire tend peu à peu à célébrer une épopée coloniale italienne mythique, ce qui s’observe clairement dans le musée du Sacrario, dont le propos est privé de tout recul critique et historiographique. C’est également par l’entrée muséographique que Beatrice Falcucci aborde la question de la mémoire du colonialisme : à partir du cas du Museo Coloniale de Rome – symboliquement renommé récemment Museo Italo-Africano – elle s’attelle à montrer de la même façon combien la propagande coloniale a pu se parer d’un vernis scientifique. En étudiant plus spécifiquement la culture visuelle du musée, elle met en évidence la plasticité de certaines représentations et retrace les évolutions du musée jusqu’à la période la plus récente, reposant elle aussi la question du legs culturel du fascisme pendant la période républicaine.

  • 102 Parmi les travaux récents, qui s’intéressent notamment à la dimension visuelle de la politique cult (...)

22Histoire des intellectuels. Si l’histoire des intellectuels constitue un champ classique de l’histoire culturelle en Italie, deux articles invitent à découvrir les premiers résultats originaux de recherches en cours. Dans le premier, Maddalena Carli s’intéresse à une figure scientifique de premier plan, le criminologue Cesare Lombroso, dont les travaux ont circulé en Europe dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Elle y montre comment la question des rêves et de leur interprétation constituait un centre d’intérêt pour les médecins et les aliénistes européens, avant que Freud ne les intègre dans sa théorie psychanalytique. De son côté, Claire Lorenzelli étudie la manière dont le régime fasciste a cherché à contrôler les universitaires qui donnaient des conférences à l’étranger, en mettant en place une bureaucratie dédiée qui témoigne de l’efficacité de la surveillance politique exercée sur ses ressortissants. Elle apporte ainsi sa contribution à une histoire culturelle du fascisme loin d’être épuisée102.

  • 103 L’ouvrage de Lorenzo Quaglietti, Storia economico-politica…, op. cit., a permis de jeter les bases (...)
  • 104 Dans David Forgacs, Stephen Gundle (dir.), Mass Culture and Italian Society…, op. cit., on comprend (...)
  • 105 Christopher Wagstaff (« Cinema », dans David Forgacs, Robert Lumbley (dir.), Italian Cultural Studi (...)
  • 106 Dans Italian Culture in the Industrial Era…, op. cit., David Forgacs a notamment étudié comment le (...)
  • 107 Deux revues italiennes consacrées à l’histoire du cinéma ont été récemment fondées : Cinema e Stori (...)
  • 108 Parmi les publications récentes, voir Peter Bondanella, Federico Pacchioni, A History of Italian Ci (...)
  • 109 Sur ce point, voir Juri Meda, Stelle e strips. La stampa a fumetti italiana tra americanismo e anti (...)

23Cultures populaires, cultures de masse. Enfin, les liens étroits entretenus entre le politique et la culture au sens large en Italie tout au long du XXe siècle, qu’ont explorés méticuleusement les historiens depuis une cinquantaine d’années, se retrouvent dans les trois articles consacrés à la culture de masse. Dans le premier, Stefano Pisu analyse les relations culturelles entre l’Italie, fasciste puis républicaine, et l’URSS, en étudiant à la fois les acteurs impliqués dans ces échanges et les produits culturels qui circulent d’un pays à l’autre. L’intérêt d’une telle démarche se justifie bien sûr par l’importance que revêtait la référence à l’Union soviétique dans la péninsule, qui abritait le plus puissant parti communiste d’Europe occidentale. L’auteur y développe notamment les exemples de la chanson et des films, ce dernier domaine constituant l’une de ses spécialités. Depuis l’essor de l’histoire des phénomènes culturels dans les années 1970, le cinéma italien a fait l’objet d’une attention particulière – avec Jean Gili et Lorenzo Quaglietti103, puis Stephen Gundle104, Christopher Wagstaff105 et David Forgacs106, qui se réclament des cultural studies –, qui ne se dément pas, que ce soit en Italie107 ou ailleurs108. Giulio Argenio pour sa part s’inscrit dans une tradition spécifiquement italienne des études sur la bande dessinée, qui en fait une lecture saturée de politique, ce qui s’explique par la division politique des publications109. Ce faisant, il nous montre à quel point la culture de Guerre froide envahissait le quotidien des jeunes enfants italiens dans les décennies de l’après-guerre. Enfin, Daniele Pipitone nous propose les premiers résultats d’une recherche en cours sur les publications des mémoires de guerre allemands et anglo-saxons en Italie de 1945 à 1968, en analysant les stratégies éditoriales à l’œuvre et la contribution de ces textes à la construction conflictuelle d’une mémoire divisée sur la Seconde Guerre mondiale.

24Ce dossier nous invite par conséquent à explorer l’histoire d’objets culturels variés, des broderies du Risorgimento aux musées coloniaux, livres, bandes dessinées, films et chansons de l’après-guerre, en passant par les mythes du brigand et du « Chœur des esclaves », des pratiques festives (les « fêtes de Turcs » du Mezzogiorno et le Palio de Sienne), mais aussi les carnets d’un célèbre criminologue turinois, des conférences et des photographies de l’époque fasciste. Un parcours au pays de Gramsci qui illustre la diversité et le dynamisme des recherches sur l’histoire culturelle de l’Italie contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Sur le décalage entre l’apparition de l’histoire culturelle en France et en Italie, voir Carlotta Sorba, « A chi giova la storia culturale? Diverse definizioni di un campo di studi in Francia e in Italia », Il mestiere di storico, X-1, 2018, p. 5-25.

2 Alessio Petrizzo, « Storia culturale, storia del Risorgimento: una riflessione », Passato e presente, 115-1, 2022, p. 39-53.

3 Rolf Petri, Antonella Salomoni, Luigi Tomassini (dir.), La storia culturale. Parabole di un approccio critico al passato, numéro thématique de Memoria e ricerca, 40, 2012 ; Alessandro Arcangeli, « L’histoire culturelle en Italie », dans Philippe Poirrier (dir.), L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2018. Voir aussi certains articles du numéro Italie : la présence du passé de Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 100, 2008, dirigé par Marc Lazar. Nous renvoyons à la bibliographie de ces articles pour les aspects que nous n’avons pas la place d’évoquer ici.

4 Il n’est hélas pas possible, dans le cadre de cette introduction, d’aborder les débats épistémologiques qui furent – et continuent d’être – nombreux. Nous avons donc choisi une approche essentiellement historiographique, permettant de dresser un bilan provisoire et nécessairement partiel de la production de ces vingt dernières années. Nous avons cherché à privilégier, quand c’était possible, les travaux en langue française, qu’il s’agisse de travaux originaux ou de traductions. De même, nous avons indiqué le plus systématiquement possible les articles de bilan historiographique dans les différents domaines abordés. Les contributions du dossier offrent en outre d’importants points de vue historiographiques.

5 Mariuccia Salvati, « Une histoire sociale à l’italienne ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 100, 2008, p. 21-31 et Frédéric Attal, « Culture italienne, culture de masse, culture civique », ivi, p. 147-153.

6 Alessandro Arcangeli, « L’histoire culturelle en Italie », art. cité.

7 Mario Isnenghi, Il mito della Grande guerra. Da Marinetti a Malaparte, Rome-Bari, Laterza, 1970. Sur l’histoire culturelle de la Grande Guerre, voir aussi Antonio Gibelli, L’officina della guerra. La Grande guerra e le trasformazioni del mondo mentale, Turin, Bollati Boringhieri, 1991 ; et plus récemment Federico Mazzini, «Cose dell’altro mondo». Una cultura di guerra attraverso la scrittura popolare trentina, 1914-1918, Pise, ETS, 2018.

8 Il faut relever l’importance, dans ce processus, des ouvrages collectifs sur La Cultura italiana del ‘900 attraverso le riviste, Turin, Einaudi, 1960-1962, 5 vol. Sur les revues locales, voir par exemple : Alessandra Briganti, Intellettuali e cultura fra Ottocento e Novecento. Nascita e storia della Terza pagina, Padoue, Liviana, 1972 ; Luca Chiti, Cultura e politica nelle riviste fiorentine del primo Novecento, 1903-1915, Turin, Loescher, 1972. Pour Turin, voir les travaux de Luisa Mangoni qu’elle a synthétisés plus tard dans Pensare i libri: la casa editrice Einaudi dagli anni trenta agli anni sessanta, Turin, Bollati Boringhieri, 1999. Sur ces questions, voir Michela Nacci, « L’histoire culturelle en Italie. Aperçu historiographique et idée de culture », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 100, 2008, p. 33-50.

9 Sur l’histoire et l’historiographie des intellectuels en Italie, voir Frédéric Attal, Histoire des intellectuels italiens au XXe siècle. Prophètes, philosophes, experts, Paris, Les Belles Lettres, 2013. Les relations entre les intellectuels et le Parti communiste avaient été étudiées dès 1979 par Nello Ajello, Gli intellettuali e il PCI (1944-1958), Rome-Bari, Laterza, 1979, complété près de vingt ans plus tard par id., Il lungo addio. Intellettuali e PCI dal 1958 al 1991, Rome-Bari, Laterza, 1997.

10 Norberto Bobbio, « Fascismo e cultura », dans Guido Quazza (dir.), Fascismo e società italiana, Turin, Einaudi, 1973 ; Luisa Mangoni, L’interventismo della cultura: intellettuali e riviste del fascismo, Bari-Rome, De Donato, 1977.

11 Renzo De Felice, Mussolini il duce, vol. 2, Lo Stato totalitario 1936-1940, Turin, Einaudi, 1981.

12 Silvio Lanaro, Nazione e lavoro. Saggio sulla cultura borghese in Italia (1870-1925), Venise, Marsilio, 1979 ; id., Patria. Circumnavigazione di un’idea controversa, Venise, Marsilio, 1996. En 1992, son histoire générale de l’Italie depuis la Libération (Storia dell’Italia repubblicana (1946-1991), Venise, Marsilio) est la première à intégrer de manière précise et détaillée la dimension culturelle dans son argumentation. C’est également le cas, quelques années plus tard, de Guido Crainz, Storia del miracolo italiano. Culture, identità, trasformazioni fra anni cinquanta e sessanta, Rome, Donzelli, 1996.

13 La première publication s’échelonne pour l’histoire nationale de l’Italie de 1972 à 1976. Suivent des volumes consacrés aux régions, publiés entre 1977 et 2002. Ces volumes sont ensuite régulièrement mis à jour.

14 Ce séminaire de l’Institut Gramsci de Rome débouche sur une série de colloques organisés à Pise dans les années 1970 et sur la publication en 1978 d’un ouvrage collectif : Luigi Capogrossi, Andrea Giardina, Aldo Schiavone (dir.), Analisi marxista e società antiche, Rome, Editori Riuniti-Istituto Gramsci, 1978. Sur cette aventure scientifique, voir Sebastiano Taccola, Categorie marxiste e storiografia del mondo antico. Critica e storia di un dibattito italiano degli anni Settanta, Rome, manifestolibri, 2022. Voir également Erminio Fonzo, Il mondo antico negli scritti di Antonio Gramsci, Salerne, Paguro Edizioni, 2019.

15 Voir par exemple sa thèse d’État publiée à titre posthume : Yvon Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen, Rome, BEFAR, 2003. Voir également le numéro thématique Afriques romaines : impérialisme antique, imaginaire colonial (relectures et réflexions à l’école d’Yvon Thébert), coordonné par Yann Potin, d’Afrique & histoire, 3, 2005.

16 Lorenzo Quaglietti, Storia economico-politica del cinema italiano 1945-1980, Rome, Editori Riuniti, 1980. On y trouve les premières analyses s’appuyant sur des séries statistiques concernant aussi bien les films produits en Italie que le nombre de salles et de spectateurs.

17 Alberto Cadioli, L’industria del romanzo. L’editoria letteraria in Italia dal 1945 agli anni Ottanta, Rome, Editori Riuniti, 1981. L’ouvrage analyse notamment les stratégies industrielles mises en place par certains éditeurs au tournant des années 1960 conduisant aux premiers grands succès de librairie : ce sont les premiers « romans à 100 000 » lecteurs, qui témoignent de l’élargissement du marché de la consommation culturelle, parallèle à l’augmentation du niveau de vie liée au miracle économique, et qui sont dénoncés comme symptômes de la dégradation de la vie intellectuelle du pays et d’avilissement des masses par certains critiques, tant communistes que catholiques. Ces premiers succès éditoriaux – la traduction de Docteur Jivago, de Boris Pasternak (la première en Europe occidentale) en 1957, suivie deux ans plus tard du Guépard de Giuseppe Tomasi di Lampedusa – étaient en partie le produit de processus de rationalisation et d’intégration verticale de la production et de la diffusion entrepris par Giangiacomo Feltrinelli, le jeune héritier milanais d’un industriel du bois reconverti dans l’édition en 1955. La « recette » fut reprise et appliquée dès 1960 par la prestigieuse maison turinoise Einaudi, avec La ragazza di Bube de Carlo Cassola.

18 Francesca Chiarotto, Operazione Gramsci. Alla conquista degli intellettuali nell’Italia del dopoguerra, Milan, Mondadori, 2011. Elle y montre comment Togliatti a supervisé la publication posthume des œuvres de Gramsci : d’abord les lettres écrites à ses proches depuis sa prison, dont une sélection est publiée en 1947, puis ses réflexions philosophiques consignées dans 33 cahiers de 1929 à 1937, éditées de manière thématique en six volumes de 1948 à 1951 (Il materialismo storico e la filosofia di Benedetto Croce en 1948 ; en 1949 Gli intellettuali e l’organizzazione della cultura, Note sul Machiavelli, la politica e lo Stato moderno et Il Risorgimento ; en 1950 Letteratura e vita nazionale ; en 1951 Passato e presente). L’objectif de Togliatti était double : il s’agissait d’une part d’inscrire la figure de Gramsci dans l’histoire nationale italienne et d’en faire l’égal de Dante, Giordano Bruno, Galilée, Garibaldi – tous « ceux qui avaient été persécutés par les classes dirigeantes du pays ». L’opération est un succès : le volume des Lettere dal carcere [Lettres de prison], publié volontairement chez un éditeur indépendant du PCI, Einaudi, reçoit le prix Viareggio, l’équivalent transalpin du prix Goncourt, à l’unanimité en 1947. D’autre part, les Quaderni del carcere [Cahiers de prison] visent à légitimer la stratégie politique de Togliatti, celle de faire du PCI un partito nuovo : un parti de masse, et non plus seulement bolchevique, inséré pleinement dans le jeu démocratique et acteur déterminant de la vie intellectuelle nationale. Le concept d’hégémonie culturelle sert notamment à justifier l’existence d’une « voie italienne vers le socialisme », où le Parti communiste, à la tête d’un « bloc social et culturel », serait capable de peser sur la vie politique du pays dans le cadre parlementaire.

19 La réception de Gramsci en France a été plus tardive qu’en Grande-Bretagne. Voir Marco Di Maggio, « “Les malentendus de l’hégémonie”. Gramsci dans le Parti communiste français (1953-1983) », Actuel Marx, 62-2, 2017, p. 154-169 ; Anthony Crézégut, Inventer Gramsci au XXe siècle : décomposition d’une intelligence française au prisme italien, Thèse de doctorat en histoire contemporaine, sous la direction de Marc Lazar, Institut d’études politiques de Paris, 2020. Le philosophe italien continue d’y susciter des recherches historiques. Voir Jean-Yves Frétigné, Antonio Gramsci. Vivre, c’est résister, Paris, Armand Colin, 2017 ; Romain Descendre, Jean-Claude Zancarini, L’œuvre-vie d’Antonio Gramsci, Paris, La Découverte, 2023.

20 Edward P. Thompson, Rivoluzione industriale e classe operaia in Inghilterra, Milan, Il Saggiatore, 1969 [éd. or. The Making of the English Working Class, Londres, Victor Gollancz Ltd, 1963].

21 S’appuyant principalement sur des sources orales dans une perspective d’histoire sociale, Alessandro Portelli a par exemple montré les ressorts sociaux à l’œuvre dans la formation des goûts musicaux, avec la diffusion du rock and roll en Italie. Voir Alessandro Portelli, « L’orsacchiotto e la tigre di carta. Il rock and roll arriva in Italia », Quaderni storici, 58, 1985, p. 135-147.

22 Voir, plus récemment, Riccardo Ciavolella, « L’émancipation des subalternes par la “culture populaire”. La pensée gramscienne et l’anthropologie pour appréhender l’Italie de l’après-guerre et le Tiers monde en voie de décolonisation (1948-1960) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 128-2, 2016, en ligne : http://journals.openedition.org/mefrim/2947

23 Ernesto De Martino, Sud e magia, Milan, Feltrinelli, 1959 ; id., La terra del rimorso. Contributo a una storia religiosa del Sud, Milan, Il Saggiatore, 1961.

24 Voir par exemple Luigi M. Lombardi Satriani, Antropologia culturale e analisi della cultura subalterna, Messine, Peloritana, 1968 ; id. (dir.), Santi, streghe e diavoli. Il patrimonio delle tradizioni popolari nella società meridionale e in Sardegna, Florence, Sansoni, 1971 ; id., Folklore e profitto. Tecniche di distruzione di una cultura, Rimini, Guaraldi, 1973. Ou encore Alberto Maria Cirese, Cultura egemonica e culture subalterne. Rassegna degli studi sul mondo popolare tradizionale, Palerme, Palumbo, 1973.

25 Carlo Ginzburg, Il formaggio e i vermi. Il cosmo di un mugnaio del ’500, Turin, Einaudi, 1976 [trad. fr. Le Fromage et les vers. L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1980].

26 Giovanni Levi, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento, Turin, Einaudi, 1985 [trad. fr. Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989].

27 Patrizia Guarnieri, L’ammazzabambini. Legge e scienza in un processo toscano di fine Ottocento, Turin, Einaudi, 1988.

28 Maurizio Bertolotti, Carnevale di massa 1950, Turin, Einaudi, 1991.

29 Alberto Mario Banti, « La storia sociale: un paradigma introvabile », dans Cristina Cassina (dir.), La storiografia sull’Italia contemporanea. Atti del convegno in onore di Giorgio Candeloro (9-10 novembre 1989), Pise, Giardini editori 1991, p. 183-208 ; id., « Storie e microstorie : l’histoire sociale contemporaine en Italie (1972-1989) », Genèses. Sciences sociales et histoire, 3, 1991, p. 134-147.

30 Simona Cerutti, « Microhistory: social relations versus cultural models? », dans Anna Maija Castrén et al. (dir.), Between sociology and history: essays on microhistory, collective action, and nation-building, Helsinki, Finnish Literature Society, 2004, p. 17-40.

31 Pour une utile mise au point sur l’histoire culturelle du Risorgimento, voir dans ce numéro la contribution de Giulio Tatasciore. Sur le terme de Risorgimento : Carlotta Sorba, « Risorgimento », dans Dominique Kalifa (dir.), Les Noms d’époque. De « Restauration » à « Années de plomb », Paris, Gallimard, 2020, p. 55-76.

32 Alberto Mario Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Turin, Einaudi, 2000.

33 Sur ces questions, voir Alessio Petrizzo, « Storia culturale, storia del Risorgimento: una riflessione », art. cité.

34 Carlotta Sorba, Teatri. L’Italia del melodramma nell’età del Risorgimento, Bologne, Il Mulino, 2001 ; ead., Il melodramma della nazione. Politica e sentimenti nell’età del Risorgimento, Rome-Bari, Laterza, 2015.

35 Sandro Morachioli, L’Italia alla rovescia. Ricerche sulla caricatura giornalistica tra il 1848 e l’Unità, Pise, Edizioni della Normale, 2013 ; Vinzia Fiorino, Gian Luca Fruci, Alessio Petrizzo (dir.), Il lungo Ottocento e le sue immagini. Politica, media, spettacolo, Pise, ETS, 2013 ; Gian Luca Fruci et Alessio Petrizzo, « Culture visuali e forme di politicizzazione nel lungo ‘800 europeo », Passato e presente, 100, 2017, p. 25-54.

36 Lucy Riall, Garibaldi. L’invenzione di un eroe, Rome-Bari, Laterza, 2007 ; Giulio Tatasciore, « Crimes pittoresques. La construction culturelle du brigand italien dans la première moitié du XIXe siècle », Revue historique, 702-2, 2022, p. 361-398.

37 Ilaria Porciani (dir.), Università e scienza nazionale, Naples, Jovene, 2000 ; Marie Bossaert, Antonin Durand (dir.), La Fabrique transnationale de la « science nationale » en Italie (1839-fin des années 1920), dossier des Mélanges de l’École française de Rome-Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 130-2, 2018. Pour une mise au point historiographique sur cette question, voir la contribution de Marie Bossaert dans ce numéro.

38 On peut par exemple noter que la vénérable Rassegna storica del Risorgimento, longtemps demeurée liée à une historiographie très classique, a opéré depuis le renouvellement de son comité scientifique en 2018, un virage important vers l’histoire culturelle.

39 En 2009 a ainsi été créé à Padoue le Centro Interuniversitario di Storia Culturale (CSC), présidé à l’origine par Silvio Lanaro puis par Carlotta Sorba, qui regroupe sept universités transalpines (Bologne, Cagliari, Padoue, Pise, Salerne, Venise et Vérone). Avec le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, et le Centre des sciences historiques de la culture (CSHC) de l’université de Lausanne, le CSC a fondé en 2016 le réseau Metis (European Network of Cultural History) : https://wp.unil.ch/metis/

40 Palmiro Togliatti, Lezioni sul fascismo, éd. par Ernesto Ragioneri, Rome, Editori Riuniti, 1970.

41 Plusieurs historiens ont par exemple étudié les stratégies médiatiques de Mussolini. Dans Fascismo e politica dell’immagine, Turin, Bollati Boringhieri, 1988, Laura Malvano montre comment ce dernier, à partir de la fin des années 1920, choisit de privilégier les représentations équestres de lui-même, qu’elles soient photographiques, sculpturale – avec par exemple le bas-relief de Romano Romanelli en 1933 – ou picturale – en 1936, il apprécia énormément le Duce a cavallo, aujourd’hui disparu, peint par le futuriste Gerardo Dottori. Alors qu’était achevé le processus, décrit par Sergio Luzzatto, ayant transformé le corps vivant de Mussolini en corps politique du Duce (Sergio Luzzatto, L’immagine del Duce. Mussolini nelle fotografie dell’Istituto Luce, Rome, Editori Riuniti, 2001), la publicité donnée à cette passion hippique relevait de considérations politiques, participant à la construction d’un « Mussolini imaginaire », selon l’expression de Luisa Passerini (Mussolini immaginario. Storia di una biografia 1915-1939, Rome-Bari, Laterza, 1991). Mussolini s’inscrivait ainsi à la fois dans une filiation médiévale, celle du condottiere pacificateur s’interposant entre des factions adverses, puis, dans la seconde moitié des années 1930, dans un héritage antique, celui de l’empereur romain conquérant, célébré par exemple lors de la Mostra Augustea della Romanità en 1937, un an après l’achèvement de la conquête de l’Éthiopie.

42 Jan Nelis, « Italian Fascism and Culture: Some Notes on Investigation », Historia Actual Online, 9, 2006, p. 141-151.

43 Emilio Gentile, Il culto del littorio. La sacralizzazione della politica nell’Italia fascista, Rome-Bari, Laterza, 1993 [trad. fr. La Religion fasciste. La sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste, Paris, Perrin, 2002].

44 Emilio Gentile, Fascismo di pietra, Rome-Bari, Laterza, 2007.

45 Victoria De Grazia, The Culture of Consent: Mass Organization of Leisure in Fascist Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1981 [trad. it. Consenso e cultura di massa nell’Italia fascista: l’organizzazione del Dopolavoro, Rome-Bari, Laterza, 1981].

46 Jean A. Gili, Cinéma et société en Italie pendant l’époque fasciste, Thèse d’histoire contemporaine, sous la direction de Pierre Milza, Institut d’études politiques de Paris, 1990.

47 Felice Fabrizio, Sport e fascismo: la politica sportiva del regime, 1924-1936, Florence, Guaraldi, 1976.

48 Paul Dietschy, « Sport, éducation physique et fascisme sous le regard de l’historien », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55-3, 2008, p. 61-84. L’article s’insérait dans un numéro thématique sur « Le fascisme italien : débats, historiographie et nouveaux questionnements » coordonné par Marie-Anne Matard-Bonucci. Quelques années auparavant, cette dernière avait étudié la possibilité et les modalités du rire sous le fascisme : « Rire sans éclats. Esquisse d’une histoire politique et sociale du rire en régime fasciste », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45-1, 1998, p. 170-195 (réédité récemment, avec d’autres textes, dans ead., Totalitarisme fasciste, Paris, CNRS Éditions, 2018, p. 141-163).

49 Voir Nicola Sbetti, Daniele Serapiglia, « Was football fascist? The 1934 World Cup in the postwar memory », Soccer & Society, 21-8, 2020, p. 889-903 et Fabien Archambault, « Football and Fascism in Italy », Soccer & Society, 21-6, 2020, p. 639-647. Voir également Daphné Bolz, Les Arènes totalitaires. Fascisme, nazisme et propagande sportive, Paris, CNRS Éditions, 2008.

50 Voir notamment Stefano Cavazza, Piccole patrie. Feste popolari tra regione e nazione durante il fascismo, Bologne, Il Mulino, 1997. Dans The Renaissance perfected. Architecture, Spectale, & Tourism in Fascist Italy, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2004, l’historienne états-unienne D. Medina Lasansky montre comment la Giostra del Saracino, à Arezzo – un tournoi équestre opposant chaque été les quatre quartiers de la ville – fut créée ex nihilo en 1931, alors que dans le même temps la restauration du centre historique consistait en une (re)création d’une architecture médiévale disparue depuis des siècles. Voir également dans le dossier l’article de Saverio Battente qui montre que la course du Palio à Sienne, avec son corteo storico tel que nous la connaissons aujourd’hui, date en réalité de la période fasciste. Sur la mise en ordre et en forme des traditions locales au XXe siècle, voir aussi l’exemple du carnaval de Venise dans Gilles Bertrand, Histoire du carnaval de Venise, Paris, Pygmalion, 2013.

51 Stéphanie Lanfranchi, La Recherche des précurseurs. Lectures critiques et scolaires de Vittorio Alfieri, Ugo Foscolo et Giacomo Leopardi dans l’Italie fasciste, Thèse en études italiennes, Université Paris 8-Université de Florence, 2008. En ligne : https://theses.hal.science/tel-00372189/fr/

52 Pour une mise au point historiographique européenne, voir Catherine Brice, « La storia culturale del politico: stato dell’arte, risultati e proposte », Memoria e ricerca, 40, 2012, p. 55-74.

53 La production des historiens français de l’Italie contemporaine illustre bien ce mouvement de l’histoire politique vers l’histoire culturelle – ou du moins vers la prise en compte des aspects culturels dans la réflexion – , à l’image du parcours intellectuel de Pascal Ory pour ce qui concerne l’histoire culturelle de la France : c’est le cas de Pierre Milza dans sa biographie de Mussolini (Pierre Milza, Mussolini, Paris, Fayard, 1999) ; de Gilles Pécout, qui avait travaillé en thèse sur la politisation des paysans toscans au XIXe siècle, lorsqu’il propose une histoire culturelle et politique de la carte dans l’Italie en voie d’unification (Gilles Pécout, « La carta d’Italia nella pedagogia politica del Risorgimento », dans Alberto Mario Banti, Roberto Bizzocchi (dir.), Immagini della nazione nell’Italia del Risorgimento, Rome, Carocci, 2002, p. 69-87) ; ou encore d’Éric Vial, qui dans son étude sur l’Union populaire italienne (UPI), organisation des antifascistes italiens dans la France des années 1930 dominée par les communistes, montre toute l’importance de la dimension culturelle et récréative dans ce qui constitua le banc d’essai du partito nuovo (Éric Vial, L’Union populaire italienne, 1937-1940. Une organisation de masse du Parti communiste italien en exil, Rome, BEFAR, 2007).

54 George Mosse, La nazionalizzazione delle masse. Simbolismo politico e movimenti di massa in Germania (1815-1933), Bologne, Il Mulino, 1975. D’une manière générale, l’historiographie italienne a fait un large usage des thèses de Mosse, à la différence de la France où la réception de son œuvre a été partielle et tardive (Stéphane Audoin-Rouzeau, « George L. Mosse : réflexions sur une méconnaissance française », Annales. Histoire, Sciences sociales, 56-1, 2001, p. 183-186).

55 Ilaria Porciani, La festa della nazione. Rappresentazione dello Stato e spazi sociali nell’Italia unita, Bologne, Il Mulino, 1997 ; Maurizio Ridolfi, Le feste nazionali, Bologne, Il Mulino, 2003 ; Massimo Baioni, Fulvio Conti, Maurizio Ridolfi (dir.), Celebrare la nazione. Grandi anniversari e memorie pubbliche nella società contemporanea, Cinisello Balsamo, SilvanaEditoriale, 2012.

56 Catherine Brice, Monumentalité publique et politique à Rome. Le Vittoriano, Rome, BEFAR, 1998.

57 Les lieux de mémoires italiens comptent trois volumes, tous parus chez Laterza : Mario Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria, vol. 1, Simboli e miti dell’Italia unita, 1996 ; vol. 2, Personaggi e date dell’Italia unita, 1997 ; vol. 3, Strutture ed eventi dell’Italia unita, 1997 [trad. fr. partielle L’Italie par elle-même. Lieux de mémoire italiens de 1848 à nos jours, Paris, Éditions Rue d’Ulm-Presses de l’École normale supérieure, 2006]. La plupart des développements d’histoire culturelle du politique se trouvent dans le premier volume.

58 Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso, 1983.

59 Anna Tonelli, Falce e tortello: storia politica e sociale delle feste dell’Unità (1945-2011), Rome-Bari, Laterza, 2012.

60 Ersilia Alessandrone Perona, « La bandiera rossa », dans Mario Isnenghi (dir.), I luoghi della memoria, vol. 1, Simboli e miti…, op. cit., p. 337-361.

61 Virgile Cirefice, L’Espoir quotidien. Cultures et imaginaires socialistes en France et en Italie (1944-1949), Rome, BEFAR, 2022.

62 Maurizio Ridolfi, La politica dei colori. Emozioni e passione nella storia d’Italia dal Risorgimento al ventennio fascista, Florence, Le Monnier, 2014 ; Grégoire Le Quang, Construire, représenter, combattre la peur : la société italienne et l’État face à la violence politique des « années de plomb », 1969-1981, Thèse de doctorat en histoire contemporaine, sous la direction de Marie-Anne Matard-Bonucci et d’Angelo Ventrone, Université Paris 8-Université de Macerata, 2017. Pour un bilan historiographique et un programme, voir le numéro collectif Emozioni, Passioni, Sentimenti: per una possibile storia, dirigé par Alessandro Arcangeli, Tiziana Plebani et Giuseppe Ricuperati dans la Rivista storica italiana, CXXVIII-2, 2016.

63 Frédéric Attal, « Culture italienne, culture de masse, culture civique », art. cité.

64 Pier Paolo D’Attore (dir.), Nemici per la pelle. Sogno americano e mito sovietico nell’Italia contemporanea, Milan, Franco Angeli, 1991.

65 C’était également la perspective adoptée dans Zygmunt G. Baránski, Robert Lumley (dir.), Culture and Conflict in Postwar Italy. Essays on Mass and Popular Culture, Houndmills, Macmillan, 1990 et Christopher Duggan, Christopher Wagstaff (dir.), Italy in the Cold War. Politics, Culture and Society, 1948-1958, Oxford-Washington (DC), Berg, 1995.

66 Voir par exemple : Luigi Bruti Liberati, Words, words, words. La guerra fredda dell’USIS in Italia, 1945-1956, Milan, CUEM, 2004 ; Simona Tobia, Advertising America: the United States Information Service in Italy (1945-1956), Milan, LED, 2008 ; et surtout Frédéric Attal, « Le modèle universitaire américain en Europe dans l’après-guerre : le cas de l’Italie », dans id. et al. (dir.), Les Universités en Europe du XIIIe siècle à nos jours. Espaces, modèles et fonctions, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 225-236 ; id., « Reconstruire l’Europe intellectuelle : les sciences sociales en Italie (1945-1970) », dans Ludovic Tournès (dir.), L’Argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens, Paris, Autrement, 2010, p. 143-163. Il y a notamment étudié les exemples de Bologne – il s’agit d’un cas exceptionnel : la ville devient une tête de pont privilégiée par les institutions états-uniennes parce qu’elle est le siège de l’université la plus prestigieuse (la plus vieille d’Europe) et la plus importante de la péninsule en nombre d’étudiants. La fondation Ford y finance le groupe d’Il Mulino, doté d’une revue et d’une maison d’édition qui traduit les classiques des sciences sociales états-uniennes. Entre 1963 et 1967, elle aide à la création de l’antenne locale de la Johns Hopkins University, puis à la fondation de l’Institut Carlo Cattaneo, intégré dans le CoSPos, un réseau de centres de recherche spécialisé dans les sciences politiques. La situation napolitaine est également mise en avant (voir Frédéric Attal, « L’Institut Croce, la revue Nord e Sud et la diplomatie culturelle des fondations américaines (1945-1964). Histoire, sciences sociales et “guerre froide culturelle” dans le Mezzogiorno italien », Storiografia. Rivista annuale di storia, 14, 2010, p. 9-178) : dans un contexte de Guerre froide, les programmes de recherche financés par les fondations Ford et Rockefeller sont tout sauf anodins. Ils visent à fournir une expertise aux milieux politiques italiens et états-uniens. C’est notamment le cas des missions anthropologiques : entre 1945 et 1980, une quarantaine d’anthropologues états-uniens effectuent ainsi un travail de terrain dans 59 localités de la péninsule, dont seulement sept sont situées dans le Nord (voir Luciano Li Causi, Uomo e potere. Una introduzione all’antropologia politica, Rome, Carocci, 1993). Si ces chercheurs effectuent le déplacement, c’est en partie pour compléter les études réalisées sur les communautés italiennes des États-Unis (par exemple celle de William Foote White publiée en 1943, Street Corner Society) en explorant les régions d’origine, mais surtout pour comprendre pourquoi la modernisation de la société italienne semblait si lente. Il s’agissait de déterminer s’il existerait des obstacles culturels permettant d’expliquer le retard pris par l’Italie dans sa transition vers le capitalisme industriel et les résistances politiques qui se traduisaient par un fort vote communiste.

67 Stephen Gundle, I comunisti italiani tra Hollywood e Mosca. La sfida della cultura di massa (1943-1991), Florence, Giunti, 1995 [trad. angl. Between Hollywood and Moscow. The Italian Communists and the Challenge of Mass Culture, 1943-1991, Durham, Duke University Press, 2000].

68 Stephen Gundle, Bellissima. Feminine Beauty and the Idea of Italy, New Haven-Londres, Yale University Press, 2007. Il y montre par exemple comment, à partir de 1950, la rédaction de Vie nuove, l’hebdomadaire grand public du PCI, met sur pied son propre concours de beauté féminine, destiné à concurrencer celui de Miss Italia organisé depuis 1946. L’élection de Miss Vie nuove devient vite un événement très populaire et le jury, souvent composé de cinéastes (Vittorio De Sica, Luchino Visconti), d’acteurs (Yves Montand et Simone Signoret) ou d’écrivains (Alberto Moravia et Elsa Morante), se doit de choisir « une saine et robuste fille du peuple, typiquement italienne » et non « une fille de couverture de magazine à l’américaine ».

69 Dario Consiglio, Il PCI e la costruzione di una cultura di massa. Letteratura, cinema e musica in Italia (1956-1964), Milan, Unicopli, 2006. Un exemple parmi d’autres des tentatives du PCI de récupérer à son profit la popularité des chanteurs de variété, sur le modèle de ce qu’avait fait la Démocratie chrétienne pour les élections législatives de juin 1958 – le parti catholique avait alors adopté pour la première fois un hymne musical diffusé à chaque réunion électorale et dont le refrain, calqué sur celui de Volare, la chanson de Domenico Modugno, était « Votare… DC » : en 1961, Luciano Tajoli, vainqueur surprise du festival de San Remo, donne un concert à la fête milanaise de l’Unità, annoncé sur les affiches en lettres capitales, suivi, en minuscules, de la mention « et sera suivi de l’intervention du député Pietro Ingrao ».

70 Giandomenico Crapis, Il frigorifero del cervello. Il Pci e la televisione da «Lascia o raddoppia?» alla battaglia contro gli spot, Rome, Editori Riuniti, 2002. Si le Parti communiste italien ne reste pas à l’écart de la culture de masse qu’il essaye de modeler avec les instruments à sa disposition et dont il tente d’influencer les contenus, parfois en les reformulant pour les transformer en supports de contre-américanisation, l’unique sphère qui lui reste totalement fermée et que par conséquent il ne cesse de fustiger, est celle de la communication. Pour beaucoup de militants, les programmes de la RAI sont de « l’ordure cléricale » et les jeux télévisés le « frigidaire du cerveau ». Au bout du compte, comme l’écrit l’Unità dès 1954, les « vrais privilégiés, ce sont ceux qui n’ont pas de poste de télévision ».

71 Raffaelo Doro, In onda. L’Italia dalle radio libere ai network nazionali (1970-1990), Rome, Viella, 2017. Sur le versant catholique, voir Raffaella Perin, La radio del papa. Propaganda e diplomazia nella Seconda guerra mondiale, Bologne, Il Mulino, 2017.

72 Dans Guttuso e il realismo in Italia 1944-1954, Cinisello Balsamo, SilvanaEditoriale, 2020, Chiara Perin analyse l’acclimatation du réalisme socialiste en Italie à travers l’étude de l’œuvre de Renato Guttuso, considéré quasiment comme le peintre « officiel » du PCI. Elle reprenait ainsi le dossier ouvert par l’historienne de l’art Nicoletta Misler, La via italiana al realismo. La politica culturale artistica del PCI dal 1944 al 1956, Milan, Gabriele Mazzotta, 1973.

73 Vittorio De Marco, Le barricate invisibili. La Chiesa in Italia tra politica e società (1945-1978), Lecce, Congedo Editore, 1994.

74 Angelo Ventrone (dir.), L’ossessione del nemico. Memorie divise nella storia della Repubblica, Rome, Donzelli, 2006.

75 David Kertzer, Comrades and Christians. Religion and political struggle in Communist Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1980 [trad. it. Comunisti e cattolici. La lotta religiosa e politica nell’Italia comunista, Milan, Franco Angeli, 1981]. L’historien états-unien y étudie les associations récréatives catholiques du quartier des Lame, bastion communiste de « Bologne la Rouge ». Voir également, pour un autre exemple d’apostolat en terres hostiles, Marta Margotti, La fabbrica dei cattolici. Chiesa, industria e organizzazioni operaie a Torino (1948-1965), Turin, Fondazione Vera Nocentini-Edizioni Angelo Manzoni, 2012.

76 Sergio Luzzatto, Padre Pio. Miracoli e politica nell’Italia del Novecento, Turin, Einaudi, 2007 [trad. fr. Padre Pio. Miracles et politique à l’âge laïc, Paris, Gallimard, 2013]. Après la Seconde Guerre mondiale, alors que le pape Pie XII a levé les mesures disciplinaires qui le frappaient, le père capucin Pio de Pietrelcina s’affiche rapidement en couverture des quotidiens et des hebdomadaires catholiques, mais aussi des magazines illustrés généralistes à grand tirage – en 1961 par exemple, il partage la Une de La Settimana Incom avec Claudia Cardinale. Les maisons d’édition multiplient également les hagiographies bon marché, comme, en 1966, le deuxième volume de la collection Gente famosa de la Longanesi, après un premier opuscule consacré à l’actrice Sophia Loren et avant celui sur le rocker Adriano Celentano.

77 Voir l’ouvrage essentiel de David Forgacs, Italian Culture in the Industrial Era 1880-1980. Cultural Industries, Politics and the Public, Manchester-New York, Manchester University Press, 1990 [trad. it. L’industrializzazione della cultura italiana (1880-2000), Bologne, Il Mulino, 1992] et David Forgacs, Robert Lumley (dir.), Italian Cultural Studies. An introduction, Oxford-New York, Oxford University Press, 1996. Rappelons par ailleurs l’importance que revêtait l’œuvre d’Antonio Gramsci pour les cultural studies ; sur ce point, voir par exemple Giuseppe Vacca, Paolo Capuzzo, Giancarlo Schirru (dir.), Studi gramsciani nel mondo. Gli studi culturali, Rome, Carocci, 2008 ; Michele Filippini, Gramsci globale. Guida pratica alle interpretazioni di Gramsci nel mondo, Bologne, Odoya, 2011.

78 Pour une tentative de lier les deux approches, l’une davantage culturaliste et l’autre plutôt politique, voir David Forgacs, Stephen Gundle (dir.), Mass Culture and Italian Society from Fascism to the Cold War, Bloomington, Indiana University Press, 2007.

79 Alors que les premiers travaux italiens sur ce thème ont privilégié une perspective politique (Stefano Pivato, La storia leggera. L’uso pubblico della storia nella canzone italiana, Bologne, Il Mulino, 2002 ; id., Bella ciao. Canto e politica nella storia d’Italia, Rome-Bari, Laterza, 2005 ; perspective que l’on retrouve dans Lorenzo Santoro, Musica e politica nell’Italia unita. Dall’illuminismo alla repubblica dei partiti, Venise, Marsilio, 2014), les approches inspirées des cultural studies, qu’elles soient le fait de chercheurs, pas forcément historiens, italiens (Peppino Ortoleva, « A Geography of the Media since 1945 », dans David Forgacs, Robert Lumley (dir.), Italian Cultural Studies, op. cit., p. 185-198 ; Marcella Filippa, « Popular Song and Musical Cultures », ivi, p. 327-343), français (Didier Francfort, « Les musiques au cœur de la culture italienne », dans Marc Lazar (dir.), L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours, Paris, Fayard, 2009, p. 429-440) ou anglo-saxons, ont contribué à ancrer le phénomène musical dans les dynamiques sociales et culturelles de la péninsule. Ces études ont par exemple montré comment le champ de la musica leggera est structuré en Italie autour de trois traditions qui s’influencent mutuellement – le bel canto, la musique napolitaine et la chanson de variété –, même si la deuxième perd de son attractivité au tournant des années 1970. Ils ont aussi bien mis en valeur le tournant qu’a constitué la victoire de Domenico Modugno au festival de San Remo en 1958, avec la chanson Nel blu dipinto di blu, plus connue sous le nom de Volare, dans le processus d’homogénéisation culturelle en cours dans l’Italie du miracle économique. Modugno écrivait jusque-là ses chansons parfois en italien ou plus souvent en napolitain, qui n’était pas sa langue maternelle (il était originaire de Bari) mais qu’il considérait, comme la plupart des artistes de sa génération, comme la langue de la chanson par définition – après 1958, il ne retourne d’ailleurs qu’une seule fois à Naples, en 1964, en duo avec la Milanaise Ornella Vannoni, pour y gagner avec Tu si’ ’na cosa grande. Avec Volare, le Festival de la chanson italienne, créé par la RAI en 1951 à San Remo sur la riviera ligure, dont l’importance croissait depuis qu’il était télévisé en 1955, supplante définitivement son concurrent méridional, le Festival de la chanson napolitaine. San Remo devient prescripteur : alors qu’en 1958 les premiers 45 tours sont commercialisés, Modugno en vend 800 000 en quelques mois, ce qui constitue la première manifestation d’une culture de masse musicale en Italie. La victoire de Volare constituait par ailleurs un tournant sur le strict plan musical : c’était en effet une des premières chansons à rompre avec le modèle mélodique traditionnel de la canzonetta (la « chansonnette ») et à s’approprier une influence étrangère, en l’occurrence le rhythm and blues. Modugno ouvre ainsi la voie aux épigones italiens du rock and roll états-unien, les urlatori (les « hurleurs »), notamment Adriano Celentano qui finit deuxième en 1961 avec Ventiquattromila baci. Sur la réception du rock en Italie, voir Marilisa Merolla, Rock’n’roll Italian way. Propaganda americana e modernizzazione nell’Italia che cambia al ritmo del rock, 1954-1964, Rome, Coniglio, 2011 et Jacopo Tomatis, « Rock and roll et violence en Italie en 1956 », Crimino Corpus, 11, 2018, en ligne : https://journals.openedition.org/criminocorpus/5759#ftn25. Dans la dernière décennie, deux sommes sont venues approfondir la connaissance de ces processus : Goffredo Plastino (dir.), La musica folk. Storie, protagonisti e documenti del revival in Italia, Milan, Il Saggiatore, 2016 ; Jacopo Tomatis, Storia culturale della canzone italiana, Milan, Feltrinelli, 2019. Enfin, l’historien Leonardo Campus, dans Non solo canzonette. L’Italia della Ricostruzione e del Miracolo attraverso il Festival di Sanremo, Florence, Le Monnier, 2015, a livré une première histoire du festival de San Remo, qui joue un rôle central dans la formation du paysage sonore et symbolique de la société italienne.

80 Felice Fabrizio, Storia dello sport in Italia: dalle società ginnastiche all’associazionismo di massa, Florence, Guaraldi, 1977.

81 Dans Sia lodato Bartali. Ideologia, cultura e miti dello sport cattolico (1936-1948), Rome, Edizioni Lavoro, 1985, Stefano Pivato étudie la construction par le monde catholique de la figure médiatique de l’« athlète chrétien » par excellence, le « pieux Gino », à savoir Gino Bartali, vainqueur du Tour de France en 1938 et en 1948. Par-delà la rupture de la Seconde Guerre mondiale, il analyse comment les élites catholiques ont porté leur attention sur la culture de masse, en partie du fait de l’activisme fasciste sur ce plan ; de ce point de vue, l’objectif est de faire de Bartali le contrepoint des héros sportifs promus par le régime – notamment le boxeur Primo Carnera, auquel Daniele Marchesini a consacré une biographie magistrale, Carnera, Bologne, Il Mulino, 2006. Pivato met en évidence le rôle majeur joué par Luigi Gedda, futur président de l’Action catholique italienne (ACI) dans les années 1950, dans la mise en place du projet catholique de contrôler et de modeler l’essor de la culture de masse en Italie : si Gedda s’intéresse au sport – il sera dans l’après-guerre le président du Centro sportivo italiano, l’association sportive de l’ACI –, il est également actif dans les domaines de la radio, du théâtre, du cinéma et de la bande dessinée. De son côté, Pierre Lanfranchi, chercheur à l’Institut universitaire européen de Florence, puis professeur à la De Monfort University à Leicester dans les années 1990, montre les éléments de continuité entre l’Italie libérale, fasciste puis républicaine lorsqu’il travaille sur l’intervention de l’État dans le sport – marquée par trois préoccupations principales : encadrer la jeunesse, préserver la santé des travailleurs, assurer le prestige de la nation ; voir Pierre Lanfranchi, « Entre initiative privée et question nationale. Genèse et évolutions des politiques sportives en Europe (Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie) », Politix, 50-2, 2000, p. 29-48 – ou l’affirmation du football dans la société italienne – id., « La réinvention du foot en Italie », Sociétés & Représentations, 7, 1998, p. 49-65. Ce sont d’abord les deux sports les plus populaires dans l’Italie du XXe siècle, le cyclisme et le football, qui ont fait l’objet de travaux cherchant à faire la part entre culture de masse et cultures politiques – pour le premier, voir par exemple : Daniele Marchesini, L’Italia del Giro d’Italia, Bologne, Il Mulino, 1996 et John Foot, Pedalare! Pedalare! A History of Italian Cycling, Londres-New York, Bloomsbury, 2011 ; pour le second, voir entre autres : John Foot, Calcio. A History of Italian Football, Londres, Fourth Estate, 2006 et Fabien Archambault, Le Contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, Rome, BEFAR, 2012 [trad. it. Il controllo del pallone. I cattolici, i comunisti e il calcio in Italia, Florence, Le Monnier, 2022]. Toujours à l’échelle du siècle, l’attention des historiens s’est depuis portée sur le basket-ball (Saverio Battente, Tito Menzani, Storia sociale della pallacanestro in Italia, Manduria-Bari-Rome, Pietro Lacaita Editore, 2009), le volley-ball (Daniele Serapiglia, Uno sport per tutti. Storia sociale della pallavolo italiana 1918-1990), Bologne, Clueb, 2018), la Coupe du monde de football (Riccardo Brizzi, Nicola Sbetti, Storia della Coppa del mondo di calcio (1930-2018). Politica, sport, globalizzazione, Florence, Le Monnier, 2018), les Jeux olympiques (Nicola Sbetti, Giochi di potere. Olimpiadi e politica da Atene a Londra 1896-2012, Florence, Le Monnier, 2012), la politique extérieure sportive de l’Italie (Nicola Sbetti, Giochi diplomatici. Sport e politica estera nell’Italia del secondo dopoguerra, Rome-Trévise, Viella-Fondazione Benetton, 2020). Voir les bilans historiographiques dans le numéro thématique « Sport popolare e popolarità dello sport. Bilanci e prospettive », coordonné par Pietro Causarano, Francesca Tacchi et Lorenzo Venuti, de Passato e presente, 111, 2020 et les nombreuses publications des membres de la dynamique Società italiana di storia dello sport, dirigée par Deborah Guazzoni et Eleonora Belloni, parmi lesquelles, ces dernières années : Felice Fabrizio, Fuoco di bellezza. La formazione del sistema sportivo nazionale italiano 1861-1914, Milan, Sedizioni, 2012 et Sergio Giuntini, « L’oppio dei popoli ». Sport e sinistre in Italia (1892-1992), Canterano, Aracne editrice, 2018.

82 Pour un premier bilan historiographique en français à la fin de la décennie, voir Anna Bellavitis, « L’histoire des femmes en Italie : bilan de quinze années de débats », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 5, 1990, en ligne : https://doi.org/10.4000/ccrh.2891. Notons aussi que l’ouvrage de Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident (Paris, Plon, 1990-1991, 5 vol.) naît initialement d’une commande de l’éditeur italien Laterza. L’ouvrage paraît simultanément en italien, français, allemand, anglais et espagnol. Pour célébrer les 25 ans de la publication, un colloque a été organisé à l’École française de Rome en 2016 et publié : Enrica Asquer et al. (dir.), Vingt-cinq ans après. Les femmes au rendez-vous de l’histoire, Rome, École française de Rome, 2019.

83 Au début des années 2000, le livre dirigé par Anna Rossi-Doria fait un intéressant point d’étape : A che punto è la storia delle donne in Italia, Rome, Viella, 2003.

84 Luisa Passerini, Storia di donne e di femministe, Turin, Rosenberg & Sellier, 1991 ; Selma Leydesdorff, Luisa Passerini et Paul Thompson (dir.), Gender and memory, Oxford, Oxford University Press, 1996.

85 Paola Di Cori, « Culture del femminismo. Il caso della storia delle donne », dans Francesco Barbagallo (dir.), Storia dell’Italia repubblicana, vol. 3, t. 2, Turin, Einaudi, 1997.

86 Un utile bilan historiographique se trouve dans Paola Di Cori, « Sotto mentite spoglie. Gender studies in Italia », Cahiers d’études italiennes, 16, 2013, en ligne : https://doi.org/10.4000/cei.1055

87 Vinzia Fiorino, Matti, indemoniate e vagabondi. Dinamiche di internamento manicomiale tra Otto e Novecento, Venise, Marsilio, 2002.

88 Emmanuel Betta (dir.), Sessualità e storia, numéro thématique de Contemporanea, 4, 2011 ; id., L’autre Genèse. Histoire de la fécondation artificielle, Paris, Hermann, 2017 ; id., « Sessualità », dans Alberto Mario Banti, Vinzia Fiorino, Carlotta Sorba (dir.), Lessico della storia culturale, Rome-Bari, Laterza, 2023.

89 Voir par exemple Sandro Bellassai, L’invenzione della virilità: politica e immaginario maschile nell’Italia contemporanea, Rome, Carocci, 2011 ; Domenico Rizzo, Laura Schettini (dir.), Maschilità e violenza di genere, numéro thématique de Genesis, XVIII-2, 2019.

90 Sur d’autres usages du corps : Giovanni De Luna, Il corpo del nemico ucciso. Violenza e morte nella guerra contemporanea, Turin, Einaudi, 2006 ; Sergio Luzzatto, Il corpo del duce. Un cadavere tra immaginazione, storia e memoria, Turin, Einaudi, 1998 [trad. fr. Le Corps du Duce. Essai sur la sortie du fascisme, Paris, Gallimard, 2014]. Sur les questions funéraires, voir aussi Guri Schwarz, Tu mi devi seppellir. Riti funebri e culto nazionale alle origini della Repubblica, Turin, UTET, 2010.

91 Après les travaux pionniers de Victoria De Grazia (The Sex of Things: Gender and Consumption in Historical Perspective, Berkeley, University of California Press, 1996), voir par exemple Enrica Asquer, La rivoluzione candida. Storia sociale della lavatrice in Italia (1945-1970), Rome, Carocci, 2007. Plus généralement, sur la consommation, les objets de consommation et la culture matérielle au XXe siècle, voir Stefano Cavazza, Emanuela Scarpellini (dir.), Storia d’Italia, vol. 27, I consumi, Turin, Einaudi, 2018. Voir enfin, dans son histoire totale de la cigarette en Italie, les remarques de Carl Ipsen, Il fumo. La storia d’amore tra gli italiani e la sigaretta, Florence, Le Monnier, 2019 sur le dimorphisme genré du tabagisme, qui devient dès les années 1960 à la fois un stigmate de la pauvreté et un instrument d’émancipation dans les luttes féministes.

92 Catia Papa, Sotto altri cieli. L’Oltremare nel movimento femminile italiano (1870-1915), Rome, Viella, 2009.

93 Enrica Asquer (dir.), Culture della sessualità, numéro thématique de Genesis, XI/1-2, 2012 ; ead., « L’ère de l’intimité. Un nouvel agenda pour l’histoire de la famille dans l’Italie contemporaine », Rives méditerranéennes, 60, 2020, p. 61-89.

94 Teresa Bertilotti (dir.), Women’s History at the Cutting Edge, An Italian Perspective, Rome, Viella, 2020 ; Silvia Salvatici (dir.), Storia delle donne nell’Italia contemporanea, Rome, Carocci, 2022.

95 Voir par exemple Maximiliano Fuentes Codera, Patrizia Dogliani (dir.), Continental Transfers. Cultural and Political Exchange among Spain, Italy and Argentina, 1914-1945, New York-Oxford, Berghahn, 2022 ; Federico Finchelstein, Transatlantic Fascism. Ideology, Violence, and the Sacred in Argentina and Italy, 1919-1945, Durham, Duke University Press, 2010. L’anthropologue Sylvie Sanchez, dans Pizza. Cultures et mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2016, a montré pour sa part que la pizza n’est devenue ce qu’elle est aujourd’hui en Italie – quasiment un symbole national, en plus d’être un des principaux plats consommés par les Italiens – qu’en réaction à ce qu’elle était devenue en France et aux États-Unis, au terme d’un parcours fait d’emprunts, d’adaptations et de reformulations tout au long du XXe siècle. Sur l’alimentation en général, voir Massimo Montanari, Convivio oggi. Storia e cultura dei piaceri della tavola nell’età contemporanea, Rome-Bari, Laterza, 1992.

96 Carmine Pinto, La guerra per il Mezzogiorno. Italiani, borbonici e briganti, 1860-1870, Rome-Bari, Laterza, 2019.

97 Récemment, Fulvio Conti s’est attaqué à un autre mythe national italien, la figure de Dante, dont il analyse les vicissitudes sur deux siècles, du Risorgimento à nos jours, en passant par la période fasciste : Fulvio Conti, Il Sommo italiano. Dante e l’identità della nazione, Rome, Carocci, 2021.

98 Enrico Francia, Oggetti risorgimentali. Una storia materiale della politica nel primo Ottocento, Rome, Carocci, 2021 ; Enrico Francia, Carlotta Sorba (dir), Political Objects in the Age of Revolutions. Material Culture, National Identities, Political Practices, Rome, Viella, 2021.

99 Angelo Del Boca, Italiani, brava gente?, Vicence, Neri Pozza, 2005.

100 Voir par exemple Valeria Deplano et Alessandro Pes, Quel che resta dell’impero. La cultura coloniale degli italiani, Milan, Mimesis, 2015 ; mais aussi Giulia Albanese, Lucia Ceci (dir.), I luoghi del fascismo. Memoria, politica, rimozione, Rome, Viella, 2022 et Sharon Hecker, Raffaele Bedarida (dir.), Curating Fascism. Exhibitions and Memory from the Fall of Mussolini to Today, Londres-New York, Bloomsbury, 2022.

101 Par exemple : Nadia Vargaftig, Des empires en carton. Les expositions coloniales au Portugal et en Italie (1918-1940), Madrid, Casa de Velázquez, 2016 ; Massimo Baioni, Vedere per credere. Il racconto museale dell’Italia unita, Rome, Viella, 2020.

102 Parmi les travaux récents, qui s’intéressent notamment à la dimension visuelle de la politique culturelle du régime de Mussolini par le biais des expositions, voir entre autres Cristiano Giometti (dir.), Mostre a Firenze 1911-1942. Nuove indagini per un itinerario tra arte e cultura, Pise, ETS, 2019 ; Maddalena Carli, Vedere il fascismo. Arte e politica nelle esposizioni del regime (1928-1942), Rome, Carocci, 2020. Sur les peintres et leur autonomie par rapport au pouvoir politique et sur l’absence d’un art officiel dans l’Italie fasciste, voir Lucia Piccioni, Art et fascisme. Peindre l’italianité (1922-1943), Dijon, Les presses du réel, 2020.

103 L’ouvrage de Lorenzo Quaglietti, Storia economico-politica…, op. cit., a permis de jeter les bases quantitatives de l’histoire du cinéma italien depuis l’entre-deux-guerres. Il y montre que ce dernier occupe une place centrale dans la culture de masse de l’Italie de l’après-guerre, bien plus importante à bien des égards que dans les autres pays occidentaux. Quaglietti y construit les premières séries de données chiffrées sur le nombre de spectateurs payants – qui augmente fortement à la fin des années 1940 (662 millions en 1950) et alors qu’il commence à baisser en France et en Grande-Bretagne, il poursuit son essor en Italie pour culminer en 1955 avec 819 millions de billets vendus, ce qui constitue le record absolu en Europe continentale –, sur le nombre de salles – qui se stabilise autour de 10 500 en 1956, soit le double de la France au même moment, une hausse largement due à l’équipement des zones rurales et du sud du pays ; chiffre auquel il faut ajouter les 5 930 salles paroissiales du Centro Cattolico Cinematografico, créé par l’Action catholique en 1934, qui constituent un réseau parallèle de distribution et d’exploitation géré directement par la hiérarchie ecclésiastique –, sur le système de distribution des films états-uniens à la Libération et sur les structures de fonctionnement et de financement de l’industrie italienne – avec notamment les deux sociétés de production liées au Vatican, l’Orbis et l’Universalia, pour lesquelles travaillent dans l’immédiat après-guerre des metteurs en scène peu suspects d’affinités cléricales (Pietro Germi, Vittorio De Sica et Luchino Visconti).

104 Dans David Forgacs, Stephen Gundle (dir.), Mass Culture and Italian Society…, op. cit., on comprend que, au tournant des années 1950, le salut pour le cinéma italien est venu des majors états-uniennes qui au tournant des années 1950 se rendent compte que les coûts de production sont bien moindres en Italie qu’à Hollywood. Produire des films à Cinecittà leur permet en outre de réinvestir les profits accumulés dans la Botte qu’un accord signé en 1951 entre les producteurs italiens et états-uniens immobilise à hauteur de 50 % dans les banques locales. Dès lors l’Italie engage un programme massif de co-production avec des sociétés étrangères, en particulier françaises et états-uniennes, ce qui lui permet d’accéder à la fois aux financements dont elle manque et aux marchés extérieurs. À la fin des années 1960, l’Italie finit par produire plus de films que Hollywood et tout au long des décennies 1960 et 1970, le marché domestique est dominé par des productions ou des co-productions italiennes : en 1966 par exemple, sur 466 films distribués dans la péninsule, 232 sont italiens, 141 sont importés des états-Unis, 31 de Grande-Bretagne et 20 de France. Les exportations, vitales pour l’économie du secteur, expliquent le choix systématique d’acteurs voire de réalisateurs étrangers en fonction du marché visé, du Petit monde de Don Camillo réalisé par Julien Duvivier en 1952, avec Fernandel et Gino Cervi dans les principaux rôles, au Guépard de Visconti en 1963, à la distribution prestigieuse (Claudia Cardinale, Burt Lancaster et Alain Delon).

105 Christopher Wagstaff (« Cinema », dans David Forgacs, Robert Lumbley (dir.), Italian Cultural Studies…, op. cit., p. 216-232) a détaillé le système de fonctionnement de l’industrie cinématographique. Il montre que les principales sociétés de production italiennes (la Lux, la Titanus, la Conti-De Laurentiis, la Galatea, l’Oscar) sont en permanence à l’affût de ce qu’elles nomment un filone, c’est-à-dire d’une formule qui aurait du succès sur un segment consistant du marché et qu’on répéterait jusqu’à épuisement de la veine. Dans les années 1950, les deux principaux filoni restent à usage domestique : il s’agit d’une part de la comédie de mœurs inspirée de la tradition de la commedia dell’arte, dans laquelle excelle le Napolitain Totò, très appréciée dans les campagnes et le Mezzogiorno, d’autre part de la comédie sentimentale et du mélodrame, dits strappalacrime (« qui arrache des larmes »), qui plaisent beaucoup dans les villes du Nord – en témoigne le triomphe de la trilogie de Raffaelo Matarazzo Catene (1949), Tormento (1950) et I figli di nessuno (1951), vus par plus de 37 millions de spectateurs. Puis, en 1957, c’est le miracle : s’inspirant de la tradition des films italiens sur des sujets tirés de l’Antiquité – le chef-d’œuvre du cinéma muet Cabiria (1914), le fasciste Scipion l’Africain (1937), l’apologétique Fabiola (1946) – le réalisateur Pietro Francisci entreprend de tourner un film sur les Travaux d’Hercule, en visant explicitement un public populaire et sans s’embarrasser d’exactitudes mythologiques. Le premier rôle est confié à Steve Reeves, un ancien Mister Univers qui avait embrassé la carrière d’acteur. C’est un triomphe, aussi bien en Italie dans les zones rurales et méridionales qu’aux États-Unis, après une campagne publicitaire dite de « saturation » qui coûte des millions de dollars au coproducteur américain, Joseph Levine. Le filon est exploité pendant une dizaine d’années, plus de 300 péplums étant produits, distribués en Italie et exportés avec succès. En 1964, alors qu’un western italien bon marché (Le pistole non discutono) est tourné en Espagne, Sergio Leone convainc les producteurs d’utiliser le plateau de tournage pour réaliser une adaptation de Yojimbo, d’Akira Kurosawa. Son film, Pour une poignée de dollars, avec le jeune Clint Eastwood dans le premier rôle, coûte 200 millions de lires et en rapporte quinze fois plus. Le péplum étant entré en phase de déclin, les entreprises italiennes creusent le sillon : en douze ans, elles produisent quelque 450 western spaghetti. Le genre prospère en effet presque partout, à l’exception notable des grandes villes du nord de l’Italie. On s’aperçoit heureusement que, dans ces régions-là, les films d’espionnage attirent le public : dans la seconde moitié des années 1960 y sont diffusées plusieurs centaines d’adaptations de James Bond – après James Bond 007 contre Dr No en 1962 et Bons baisers de Russie en 1963, Goldfinger connaît en 1964 un succès planétaire.

106 Dans Italian Culture in the Industrial Era…, op. cit., David Forgacs a notamment étudié comment le Parti communiste italien avait investi le domaine du cinéma, où il se posait en défenseur du courant néoréaliste en butte à la censure du pouvoir. Le sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil, le démocrate-chrétien Giulio Andreotti, affichait en effet ouvertement son hostilité à l’égard de films coupables selon lui de donner une trop sombre image de l’Italie : « Qui ne ressent l’urgence de semer des paroles de sérénité et de paix après tant de propagande de rancœur et de haine ? » déclara-t-il après la victoire de la Démocratie chrétienne en 1948, invitant les cinéastes italiens à « apaiser les âmes ». Il mit en place un système qui contribua à l’affaiblissement puis à la disparition du néoréalisme : une première loi, votée en 1947, rétablit un régime de censure pur et simple, tandis qu’une seconde, en 1949, conditionnait l’attribution de subventions à l’examen préalable des projets de films par une commission gouvernementale, ce qui pénalisait de fait la production néoréaliste. En février 1948, le PCI publie une pétition (Difendiamo il nostro cinema ! – « Défendons notre cinéma ! ») signée par l’ensemble des cinéastes liés au néoréalisme, avant d’organiser à Rome l’année suivante une réunion publique de soutien où interviennent Anna Magnani, Vittorio De Sica et Gino Cervi. Toute cette agitation n’émeut pas Andreotti qui en 1950 refuse 72 scénarios italiens sur 104, la plupart émanant, selon son expression, des « petits politicards de la cinématographie ».

107 Deux revues italiennes consacrées à l’histoire du cinéma ont été récemment fondées : Cinema e Storia. Rivista annuale di studi interdisciplinari, en 2012 ; Schermi. Storie e culture del cinema e dei media in Italia, en 2017.

108 Parmi les publications récentes, voir Peter Bondanella, Federico Pacchioni, A History of Italian Cinema, Londres-New York, Bloomsbury, 2017 [2e éd.] ; Daniela Treveri Gennari et al., Italian Cinema Audiences: Histories and Memories of Cinema-going in Post-War Italy, Londres-New York, Bloomsbury, 2020.

109 Sur ce point, voir Juri Meda, Stelle e strips. La stampa a fumetti italiana tra americanismo e antiamericanismo (1935-1955), Macerata, EUM, 2012. Sur les bandes dessinées communistes, voir Silvia Franchini, Diventare grandi con il «Pioniere» (1950-1962). Politica, progetti di vita e identità di genere nella piccola posta di un giornalino di sinistra, Florence, Firenze University Press, 2006. Sur celles catholiques, voir Ernesto Preziosi, Il Vittorioso. Storia di un settimanale per ragazzi (1937-1966), Bologne, Il Mulino, 2012. Stefano Pivato a également étudié, dans Favole e politica. Pinocchio, Cappuccetto rosso e la Guerra fredda, Bologne, Il Mulino, 2015, un album publié par la Démocratie chrétienne, Les Mésaventures de Pinocchio, à l’occasion de la campagne électorale pour les élections municipales de 1961. Pinocchio y rencontre, sur le chemin de l’école, un chat et un renard : le Gatto Petruccio (pour Pietro Nenni, le dirigeant socialiste) et la Volpe Palmira (pour Palmiro Togliatti). Ce dernier promet à Pinocchio, en échange de son vote pour les partis de gauche, de l’emmener dans le « Kolkhoze des miracles quinquennaux », dirigé par le « Grand Moustachu » (Staline), dont s’échappe finalement le héros grâce à Gepetto.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Archambault, Virgile Cirefice et Carlotta Sorba, « Où en est l’histoire culturelle de l’Italie contemporaine ? »Revue d’histoire culturelle [En ligne], 6 | 2023, mis en ligne le 01 août 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhc/4264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhc.4264

Haut de page

Auteurs

Fabien Archambault

Fabien Archambault, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a notamment publié Le Contrôle du ballon. Les catholiques, les communistes et le football en Italie, Rome, BEFAR, 2012 [trad. it. Il controllo del pallone. I cattolici, i comunisti e il calcio in Italia, Florence, Le Monnier, 2022].

Articles du même auteur

  • Histoires matérielles [Texte intégral]
    Table ronde avec Fabien Archambault, Manuel Charpy, Clément Fabre et Pascale Goetschel
    Paru dans Revue d’histoire culturelle, 4 | 2022

Virgile Cirefice

Virgile Cirefice, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Limoges (CRIHAM), a publié récemment « L’Espoir quotidien ». Cultures et imaginaires socialistes en France et en Italie (1944-1949), Rome, BEFAR, 2022.

Carlotta Sorba

Carlotta Sorba, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Padoue, a notamment publié La svolta culturale. Come è cambiata la pratica storiografica (avec Federico Mazzini), Rome-Bari, Laterza, 2021, et dirigé, avec Alberto Mario Banti et Vinzia Fiorino, Lessico della storia culturale, Rome-Bari, Laterza, 2023.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search