Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55RubriquesImages du patrimoine ferroviairePremière gare Saint-Lazare : avon...

Rubriques
Images du patrimoine ferroviaire

Première gare Saint-Lazare : avons-nous tout vu ?

Joseph-Jean Paques
p. 131-143

Résumés

L’histoire de la gare Saint Lazare a été fortement documentée et illustrée. Toutefois, certains aspects nous sont encore inconnus malgré les nombreuses illustrations d’époque. Cette étude montre les aspects connus de la gare Saint-Lazare, entre 1837 et 1857, et met en évidence les aspects moins connus selon les angles de prises de vues de l’époque. Il nous est apparu qu’en particulier la façade nord de la première gare Saint-Lazare n’a jamais été vraiment illustrée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans la mythologie parisienne développée au XIXe siècle, le mythe du « premier embarcadère de Paris » est bien connu ; il s’agit du point de départ et d’arrivée du premier chemin de fer établi à Paris, entre Paris et Le Pecq. Stéphanie Sauget précise :

« La ligne de Saint-Germain a une place à part dans l’imaginaire parisien des chemins de fer… » (Sauget, 2008).

2Toutefois, malgré les nombreuses représentations produites entre 1835 et 1880, l’architecture exacte des tout premiers bâtiments construits, transformés puis démolis était relativement peu connue. Cette gare a été peu documentée, comme le mentionne Karen Bowie en parlant du premier « embarcadère » de Paris :

« Monument parisien relativement récent – elle fut inaugurée en 1837 – ses débuts sont pourtant plus difficiles à établir que ceux de bien des édifices antérieurs. L’intérêt technique et financier de l’entreprise l’emporta apparemment sur l’aspect architectural ou monumental, et les documents de l’époque qui nous sont parvenus n’expliquent pas les détails de sa conception et de sa construction ». (Bowie, 1987, p. 54) 

3C’est ainsi que malgré les très nombreux ouvrages à caractère historique et ferroviaire publiés jusqu’à nos jours que nous avons pu identifier dans une précédente recherche (Pâques, 2015), certains détails de l’histoire de cette grande gare parisienne nous sont encore inconnus ou méconnus, en particulier pour la période du début de la ligne Paris-Saint-Germain (1837) jusqu’aux années 1850.

4Nous allons suivre les principales étapes de l’évolution de cette gare à partir de documents d’époque, tels que journaux, guides touristiques, estampes, plans et même faïences fines pour essayer de répondre à la question :

« Avons-nous tout vu ? »

Les principales étapes

5Pour suivre les grandes phases de l’évolution des bâtiments de ce que nous appelons maintenant la gare Saint-Lazare, les étapes principales ont été identifiées dans le tableau 1 ; elles sont très générales et ne reflètent pas les transformations continuelles et successives que la gare a connues.

Tableau 1. Principales étapes d’établissement des bâtiments de la gare Saint-Lazare, sans tenir compte des transformations continuelles successives.

Étape

Description

Année de construction

Année de mise hors service

Année de démolition

1

Embarcadère de l’Europe

1837

1840 à 1842

1845

2

Bâtiment de sortie

1837

1840

1840

3

Première gare St. Lazare

1839 à 1842

1888

Intégrée partiellement dans les agrandissements

4

Pont rue de Stockholm

1842 ?

1851 ?

1855 ?

5

Premières halles métalliques

1845 à 1847

Jusqu’à nos jours

na

6

Halle métallique Flachat

1851 à 1853

Jusqu’à nos jours

na

7

Gare St. Lazare agrandie

1885 à 1889

Jusqu’à nos jours

na

L’embarcadère de la place de l’Europe

6Contrairement à ce qui a été écrit dans L’Illustration du 17 juillet 1886 (p. 2261), l’embarcadère de la place de l’Europe (parfois appelé « Embarcadère de Tivoli ») a été utilisé dès la mise en service de la ligne de Paris à Saint-Germain. La mention de « bâtiment en bois » de L’Illustration de 1886 ne correspond à aucune réalité. Ce supposé bâtiment en bois n’a existé que dans le texte de cet article. Il y a eu une certaine confusion autour de l’embarcadère construit sur la place de l’Europe, qui fut considéré pendant un certain temps comme provisoire ; c’est peut-être ce caractère provisoire qui a été retenu par la suite chez certains auteurs, surtout une fois que la première gare Saint-Lazare a été construite. Le journaliste qui a écrit l’article de L’Illustration en 1886 (soit 49 ans après l’ouverture de la ligne) a donc pu être induit en erreur, ainsi que d’autres auteurs subséquents qui s’en sont inspirés.

7Nous commencerons donc notre étude par les premiers bâtiments : le premier en maçonnerie pour l’embarquement des voyageurs, et le second, également en maçonnerie, qui a été construit le long de la rue de Stockholm pour leur sortie.

8Les images des deux premiers bâtiments en maçonnerie nous sont parvenues à travers plusieurs illustrations d’époque. En particulier le bâtiment érigé sur la place de l’Europe est montré au moins sur 28 illustrations entre 1837 et 1845 ; certaines sont à la fois artistiques et réalistes ; elles sont bien connues et peuvent être considérées comme assez proches de la réalité (figures 1 et 2).

Figure 1. « Vue du chemin de fer de Paris à St. Germain. Point de départ Place de l’Europe », lithographie dessinée par J.-B. Arnout, réalisée par Veith et Hauser

Figure 1. « Vue du chemin de fer de Paris à St. Germain. Point de départ Place de l’Europe », lithographie dessinée par J.-B. Arnout, réalisée par Veith et Hauser

source : Lemercier, Paris, 1837, coll. privée

Figure 2. « Chemin de fer de Paris à Saint- Germain », gravure sur acier, réalisée par Rouargues

Figure 2. « Chemin de fer de Paris à Saint- Germain », gravure sur acier, réalisée par Rouargues

source : Dulaure, 1837

9D’autres, au contraire, sont de grossières copies exécutées rapidement et dont l’image a été parfois inversée (figure 3).

Figure 3. « Inauguration du chemin de fer », par Saint-Lambert, gravure sur bois debout

Figure 3. « Inauguration du chemin de fer », par Saint-Lambert, gravure sur bois debout

source : Vallet de Viriville, 1838

10Notons que le respect des droits d’auteur n’était pas un gros souci à cette époque et que plusieurs illustrations se ressemblaient beaucoup ; à l’occasion aussi, le même modèle de gravure en bois debout ou la même pierre lithographique étaient réutilisés pour des publications différentes ou des éditions successives.

11Inutilisé depuis 1840, l’embarcadère de la place de l’Europe a été démoli probablement en 1845 puisqu’il n’apparaît plus dans la revue L’Illustration du 24 mai 1845 montrant l’entrée du tunnel du débarcadère du chemin de fer de Saint-Germain (figure 4).

Figure 4. « Vue du télégraphe électrique à l’entrée du tunnel du débarcadère du chemin de fer de Saint-Germain », gravure sur bois debout, par Champin

Figure 4. « Vue du télégraphe électrique à l’entrée du tunnel du débarcadère du chemin de fer de Saint-Germain », gravure sur bois debout, par Champin

source : L’Illustration, 24 mai 1845, p. 196

12Le bâtiment de sortie en maçonnerie, construit le long de la rue de Stockholm, a été représenté moins souvent ; nous en avons trouvé cinq illustrations, la plupart du temps vu de côté, dont la plus fameuse est probablement l’estampe publiée par Pellerin en 1838 (figure 5).

Figure 5. « Chemin de fer », lithographie, par CR

Figure 5. « Chemin de fer », lithographie, par CR

source : Pellerin, Épinal, 1839, coll. privée

13La disposition générale des deux bâtiments est connue grâce à des recherches récentes (Bowie, 1985 ; Térade, 2002) sur les constructions en maçonnerie du premier embarcadère. Annie Térade, (2002, p. 164) a établi dans sa recherche un dessin architectural et réaliste (figures 6 et 7) des deux bâtiments de l’embarcadère d’origine.

Figure 6. Façade intérieure du bâtiment principal rue de Londres

Figure 6. Façade intérieure du bâtiment principal rue de Londres

source : Térade, 2002

Figure 7. Façade intérieure du bâtiment de sortie sur la rue de Stockholm

Figure 7. Façade intérieure du bâtiment de sortie sur la rue de Stockholm

source : Térade, 2002

14Ces constructions ont eu une courte durée de vie, en particulier le bâtiment de sortie le long de la rue de Stockholm, qui fut très vite démoli pour faire place aux agrandissements engagés dès 1840. Bernard Lecoy précise :

« C’est seulement dans le courant de 1840 que la compagnie de Saint-Germain s’installa dans ses locaux de la rue Saint-Lazare. De nouveaux terrassements avaient été effectués et la rue de Stockholm franchissait les voies sur un pont » (Lecoy, 1992).

15Nous avons analysé l’angle des prises de vues de l’embarcadère (figure 8) ; on peut constater que la majorité des vues, soit 20 sur 28, montrent l’embarcadère pris depuis l’extrémité de la ligne, vers le nord ; sept vues, tournées vers l’est, montrent les deux bâtiments en perspective, et une seule montre le côté nord de l’embarcadère.

Figure 8. Les angles de prise de vue de l’embarcadère

Figure 8. Les angles de prise de vue de l’embarcadère

source : auteur

16Ces illustrations, quoique répétitives, nous donnent une assez bonne idée générale de la disposition du premier embarcadère.

La gare Saint-Lazare

17Les bâtiments de la gare Saint-Lazare nous sont plus connus. Leurs constitutions et évolutions successives ont été fortement documentées par les illustrations et les plans conservés.

18D’après Annie Térade : « La nouvelle gare fut ouverte en partie au mois de juillet 1840 et définitivement inaugurée en 1842 » (Térade, 1992, p. 251). Karen Bowie remarque que « la longue cour étroite en arcades de la gare de la rue Saint-Lazare allait rester l’image de marque de la compagnie pendant plus de quarante ans » (Bowie, 1987, p. 58). Effectivement, cette image de marque a été largement exploitée puisque au moins dix vues en ont été établies entre 1843 et 1855.

19La première illustration de ce nouveau bâtiment apparaît en 1843, lors de l’inauguration du chemin de fer de Paris à Rouen (figure 9).

Figure 9. « Hôtel du chemin de fer à Paris », gravure sur bois debout, dessinée par Daubigny et gravée par Quartley

Figure 9. « Hôtel du chemin de fer à Paris », gravure sur bois debout, dessinée par Daubigny et gravée par Quartley

source : Janin, 1843

20L’intérieur de ce bâtiment et son évolution nous sont moins connus ; trois sites intérieurs semblent avoir inspiré les illustrateurs :

  • le vestibule intérieur (figure 10) par où les voyageurs entraient dans la gare et accédaient aux guichets des billets ; notons que sur cette illustration, en prenant comme repère les escaliers et les guichets à droite, l’image a été inversée, car la grande fenêtre du fond débouchait sur la rue d’Amsterdam à droite et non à gauche ; l’examen des plans de détail (figure 11) ainsi que de photos postérieures permet de confirmer cette hypothèse ;

Figure 10. « Vestibule de l’embarcadère de Paris », gravure sur bois debout, dessinée par Daubigny

Figure 10. « Vestibule de l’embarcadère de Paris », gravure sur bois debout, dessinée par Daubigny

source : Janin, 1843

Figure 11. Les prises de vue du vestibule intérieur. Plan de fond extrait de Flachat (1851).

Figure 11. Les prises de vue du vestibule intérieur. Plan de fond extrait de Flachat (1851).
  • l’escalier de sortie à l’arrivée des voyageurs, qui a servi d’inspiration à une assiette de faïence fine respectivement produite à Gien (Paques, 2020) (figure 12) ; cet escalier a été illustré également dans plusieurs publications de Janin ;

Figure 12. « Série de douze assiettes produites à Gien entre 1844 et 1851 », signée JBM, sur le thème des chemins de fer de Paris à Rouen et de Paris à Orléans

Figure 12. « Série de douze assiettes produites à Gien entre 1844 et 1851 », signée JBM, sur le thème des chemins de fer de Paris à Rouen et de Paris à Orléans

source : cliché de l’auteur, coll. privée

  • les salles d’attente (figures 13 et 14) ; il est intéressant de comparer ces deux illustrations : en utilisant les termes modernes de photographie, la figure 13 semble avoir été prise avec une vue au « grand angle », tandis que la figure 14 semble avoir été prise au « téléobjectif » puisqu’elle montre en enfilade l’embarcadère de la place de l’Europe, le pont de la rue de Stockholm, la barrière du quai et la première salle d’attente.

Figure 13. « Paris. Embarcadère », lithographie extraite de la série de vingt lithographies par Provost « Les trains de plaisir : le touriste en chemin de fer, ligne de Paris à Versailles »

Figure 13. « Paris. Embarcadère », lithographie extraite de la série de vingt lithographies par Provost « Les trains de plaisir : le touriste en chemin de fer, ligne de Paris à Versailles »

source : Lebrasseur et Becquet frères, Paris, 1850

Figure 14. Vue intérieure de l’ancienne gare Saint-Lazare vers 1845, tableau anonyme sans titre, musée Carnavalet (cité par Bowie, 2003).

Figure 14. Vue intérieure de l’ancienne gare Saint-Lazare vers 1845, tableau anonyme sans titre, musée Carnavalet (cité par Bowie, 2003).

21Notons au passage que la figure 14 semble présenter une erreur de perspective puisque les voies apparaissent légèrement en contrebas des quais délimités par la barrière, alors que toute autre illustration d’époque montre que le sol des salles d’attente et les quais étaient au même niveau. Ceci pourrait être un argument à l’effet que cette peinture a été réalisé de mémoire à une date postérieure à 1845.

22À propos de ces salles d’attente, qui étaient au nombre de quatre selon le plan Flachat de 1851, il est curieux qu’elles n’aient fait l’objet d’aucune description détaillée ou de commentaires sur son architecture malgré leur caractère novateur. Il nous semble également étonnant qu’aucune illustration montrant les quatre salles d’attente n’ait été trouvée. En particulier aucune illustration de ces salles d’attente vues depuis les quais n’a été identifiée.

23Les quais de la gare Saint-Lazare apparaissent sur six illustrations, de 1843 à 1857, en incluant deux assiettes parlantes de faïence fine produites respectivement à Gien et à Choisy ; la figure 15 montre l’assiette produite à Choisy (Paques, 2016).

Figure 15. Série de douze assiettes produites à Choisy entre 1843 et 1863, non signées, sur le thème des chemins de fer de Paris à Rouen et de Paris à Orléans

Figure 15. Série de douze assiettes produites à Choisy entre 1843 et 1863, non signées, sur le thème des chemins de fer de Paris à Rouen et de Paris à Orléans

source : cliché de l’auteur, coll. privée

24Le dessin de cette assiette a été directement inspiré par une gravure sur bois publiée par Janin (1843).

Le pont de la rue de Stockholm

25Ce pont fut construit en 1840 pour rétablir la circulation de la rue de Stockholm qui avait été interrompue par les excavations requises pour construire la gare Saint-Lazare. Il fut mis hors service en 1851 et sa démolition se termina en 1852 selon Carrière (2018). Des illustrations de ce pont apparaissent sur au moins six images ; le pont y apparait d’ailleurs de façon accessoire ou secondaire (figure 15).

26De 1846 à 1847, cinq halles furent successivement installées sur les quais (Carrière, 2018). Ces halles apparaissent à trois occasions de 1847 à 1857. L’illustration la plus intéressante est celle de Janin (1847) (figure 16, à comparer avec la figure 15).

Figure 16. « Embarcadère de Rouen, du Havre, de Versailles et de Saint-Germain », gravure sur bois debout, gravée par Trichon

Figure 16. « Embarcadère de Rouen, du Havre, de Versailles et de Saint-Germain », gravure sur bois debout, gravée par Trichon

source : Janin, 1847

27Ces deux illustrations sont vues à peu près du même endroit, à la sortie des salles d’attente vers les quais, dans l’alignement du tunnel sous la place de l’Europe ; on peut y apercevoir le pont de la rue de Stockholm. On peut ainsi apprécier les aménagements importants qui ont été réalisés 1843 à 1847.

La halle métallique Flachat

28Cette halle métallique érigée par Eugène Flachat selon le type « Polonceau » a été construite en 1851-1853 (Bowie, 1985 p. 221). Une intéressante vue (figure 17), publiée dans un journal non identifié en 1857, permet d’apprécier le caractère impressionnant par sa grandeur de cette halle métallique ; accessoirement, cette illustration montre aussi les cinq premières halles métalliques vues de l’extérieur. Toutes ces halles sont encore en place aujourd’hui.

Figure 17. Vue intérieure de la gare des chemins de fer de l’Ouest, dessin de A. de Bar

Figure 17. Vue intérieure de la gare des chemins de fer de l’Ouest, dessin de A. de Bar

source : coll. privée

Avons-nous tout vu ?

29Si on fait le bilan de toutes les illustrations disponibles produites entre 1837 et 1857, dont une partie a été exposée ici, on pourrait penser que la première gare Saint-Lazare n’a plus de secret pour nous. Malheureusement il nous semble qu’il reste des angles des bâtiments totalement inconnus, qui n’ont pas été montrés par les illustrateurs de l’époque.

30En premier lieu, nous n’avons aucune vue du premier débarcadère de la place de l’Europe vu vers l’ouest, ni de l’extérieur du bâtiment d’arrivée le long de la rue de Stockholm vu du sud. Il est possible que la disposition des lieux alentour n’incitait pas un artiste à se placer de façon à présenter ces angles de vue. Malheureusement, les artistes n’ont pas fait preuve de beaucoup d’imagination dans les angles de prise de vue et se sont inspirés les uns des autres. Peut-être que la soudaineté de l’inauguration les a pris de court et qu’ils ont dû s’exécuter rapidement pour couvrir l’événement. Il faut peut-être aussi considérer que les travaux d’aménagement du premier embarcadère étaient continuels et rapides ; le paysage évoluait donc rapidement.

31Si la façade sud de la gare Saint-Lazare a été beaucoup illustrée, reportons-nous aux figures 11 et 18 pour apprécier les lacunes de représentation. Sur cette dernière figure on pourra constater la nouveauté de certains angles de prises de vues qui nous montrent bien la façade nord de la gare Saint-Lazare ; toutefois la vue de cette façade est bouchée par les halles métalliques qui ne permettent pas de distinguer l’architecture extérieure des salles d’attente.

Figure 18. Plan annoté avec les prises de vue des illustrations de l’extérieur de la gare Saint-Lazare

Figure 18. Plan annoté avec les prises de vue des illustrations de l’extérieur de la gare Saint-Lazare

source plan de fond : Flachat, 1851

32En fait, il semble qu’aucune illustration de la façade nord de la gare Saint-Lazare, en particulier des quatre salles d’attente, n’ait été produite entre la date de construction des salles d’attente et l’installation des premières halles métalliques, soit entre 1840 et 1846. Pourtant, à l’époque, il aurait été facile de s’installer sur les quais et de dessiner cette façade sous le même angle que les vues réalisées en 1850 ou en 1857.

33Il paraît vraiment curieux qu’aucun illustrateur de l’époque ne se soit installé sur la place de l’Europe ou sur les marches de son embarcadère pour nous laisser une image de la vue orientée vers la façade nord de la gare Saint-Lazare dans ses premières versions. Y-avait-il une impossibilité physique à le faire ? Il aurait été possible également de croquer cette façade nord depuis le pont en bois de la rue de Stockholm avant qu’il ne soit démoli. Ces représentations, si elles avaient existé, auraient-elles pu nous faire découvrir comment les façades non représentées, latérales, des bâtiments ont été intégrées dans le quartier urbain environnant, le long de la voirie ?

Haut de page

Bibliographie

Bowie K. (1987). Les grandes gares parisiennes du XIXe siècle, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, Hachette, 204 p.

Bowie K. (1985). « L’éclectisme pittoresque et l’architecture des gares parisiennes au XIXe siècle », thèse de doctorat, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 4 tomes.

Carrière B. (2018). « De l’embarcadère de Tivoli à la gare Saint-Lazare », Sur les Rails de l’histoire, Paris, Rails et histoire. [En ligne]. Disponible sur : https://railsethistoire.wixsite.com/rails-de-lhistoire/post/de-l-embarcadere-de-tivoli-a-la-gare-saint-lazare

Dulaure JA. (1837). Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques à nos jours, Paris, Baudouin.

Flachat E. (1851). Plan des chemins de fer de Saint-Germain, de Rouen, de Versailles et de l’Ouest, Paris, Imprimerie P. Dupont.

Janin J. (1847). Voyage de Paris à la mer. Description historique des villes, bourgs, villages et sites sur le parcours du chemin de fer et des bords de la Seine, Paris, Bourdin.

Janin J. (1843). Programme itinéraire. Chemin de fer de Paris à Rouen, description historique, etc., Paris, Bourdin.

Lecoy B. (1992). « La gare Saint-Lazare : son insertion dans la ville ; son extension », Revue d’Histoire des chemins de fer, n° 5-6, p. 261-268.

L’Illustration. (1886). « La nouvelle gare Saint-Lazare », 17 juillet, p. 2261-2264.

Paques JJ (2016). « Les faïences fines comme illustration des premiers chemins de fer en France, Première partie : les assiettes de la manufacture de faïence fine d’Hippolyte Boulenger à Choisy », Les Rails de l’histoire, n° 10, p. 28-34.

Paques JJ. (2015). « Rapport du projet "Patrimoine iconographique des premiers chemins de fer en France (1828-1858)" », rapport déposé à la bibliothèque de Rails & histoire, 38 p.

Paques JJ. (2010). « Quand les assiettes de Gien célébraient le chemin de fer », Historail, n° 14, p. 28-37.

Sauget S. (2008). « Les aventures de la première gare terminus parisienne : enjeux, usages et nostalgies autour de la gare Saint-Lazare », La Ligne Paris-Saint-Germain dans le réseau ferroviaire de l’Ouest parisien, Actes du colloque du 1er avril 2006 organisé en collaboration avec l’AHICF.

Térade A. (2002). « Le premier embarcadère de chemin de fer parisien », Cahiers de l’IPRAUS (villes françaises au XIXe siècle), p. 161-167.

Terade A. (1992). « Le nouveau quartier de l’Europe et la gare Saint-Lazare », Revue d’Histoire des chemins de fer, n° 5-6, p. 237-260.

Vallet de Virville A. (1838). Saint-Germain par le chemin de fer, promenade philosophique, historique et littéraire, Paris, Bohaire, 123 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Vue du chemin de fer de Paris à St. Germain. Point de départ Place de l’Europe », lithographie dessinée par J.-B. Arnout, réalisée par Veith et Hauser
Crédits source : Lemercier, Paris, 1837, coll. privée
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Figure 2. « Chemin de fer de Paris à Saint- Germain », gravure sur acier, réalisée par Rouargues
Crédits source : Dulaure, 1837
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Titre Figure 3. « Inauguration du chemin de fer », par Saint-Lambert, gravure sur bois debout
Crédits source : Vallet de Viriville, 1838
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Figure 4. « Vue du télégraphe électrique à l’entrée du tunnel du débarcadère du chemin de fer de Saint-Germain », gravure sur bois debout, par Champin
Crédits source : L’Illustration, 24 mai 1845, p. 196
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
Titre Figure 5. « Chemin de fer », lithographie, par CR
Crédits source : Pellerin, Épinal, 1839, coll. privée
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Figure 6. Façade intérieure du bâtiment principal rue de Londres
Crédits source : Térade, 2002
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 7. Façade intérieure du bâtiment de sortie sur la rue de Stockholm
Crédits source : Térade, 2002
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 8. Les angles de prise de vue de l’embarcadère
Crédits source : auteur
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 9. « Hôtel du chemin de fer à Paris », gravure sur bois debout, dessinée par Daubigny et gravée par Quartley
Crédits source : Janin, 1843
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 10. « Vestibule de l’embarcadère de Paris », gravure sur bois debout, dessinée par Daubigny
Crédits source : Janin, 1843
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Figure 11. Les prises de vue du vestibule intérieur. Plan de fond extrait de Flachat (1851).
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Figure 12. « Série de douze assiettes produites à Gien entre 1844 et 1851 », signée JBM, sur le thème des chemins de fer de Paris à Rouen et de Paris à Orléans
Crédits source : cliché de l’auteur, coll. privée
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-12.png
Fichier image/png, 4,3M
Titre Figure 13. « Paris. Embarcadère », lithographie extraite de la série de vingt lithographies par Provost « Les trains de plaisir : le touriste en chemin de fer, ligne de Paris à Versailles »
Crédits source : Lebrasseur et Becquet frères, Paris, 1850
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Figure 14. Vue intérieure de l’ancienne gare Saint-Lazare vers 1845, tableau anonyme sans titre, musée Carnavalet (cité par Bowie, 2003).
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 15. Série de douze assiettes produites à Choisy entre 1843 et 1863, non signées, sur le thème des chemins de fer de Paris à Rouen et de Paris à Orléans
Crédits source : cliché de l’auteur, coll. privée
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Figure 16. « Embarcadère de Rouen, du Havre, de Versailles et de Saint-Germain », gravure sur bois debout, gravée par Trichon
Crédits source : Janin, 1847
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 17. Vue intérieure de la gare des chemins de fer de l’Ouest, dessin de A. de Bar
Crédits source : coll. privée
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Figure 18. Plan annoté avec les prises de vue des illustrations de l’extérieur de la gare Saint-Lazare
Crédits source plan de fond : Flachat, 1851
URL http://journals.openedition.org/rhcf/docannexe/image/2369/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph-Jean Paques, « Première gare Saint-Lazare : avons-nous tout vu ? »Revue d’histoire des chemins de fer, 55 | 2021, 131-143.

Référence électronique

Joseph-Jean Paques, « Première gare Saint-Lazare : avons-nous tout vu ? »Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 55 | 2021, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rhcf/2369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhcf.2369

Haut de page

Auteur

Joseph-Jean Paques

Ingénieur-chercheur
Ferroviphile, adhérent de Rails & histoire
gge210[at]yahoo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Rails et histoire - Association pour l’histoire des chemins de fer
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search