Skip to navigation – Site map
Varia

Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux années soixante-dix

Placement and working with families at the Éducation surveillée (1945-1970’s)
Jean-Jacques Yvorel
p. 169-184

Abstracts

Today, in France, the placement of a young offender or of a child in danger cannot be synonymous with family separation. What now seems to be obvious is nevertheless a recent "invention". Does the association of placement with the maintenance of family ties date from what is generally presented as the founding moment of the justice of post-war minors, namely the Ordinance of 2 February 1945 on delinquent childhood? Is it necessary to wait for the installation of the Fifth Republic or even the post-sixty-eight changes so that it constitutes an essential axis of "educational work"? The purpose of this article is not to write the history of the juvenile justice since the Liberation but to open some research tracks on the transformations of "working with families" within the framework of the institution of the public service of the Education Suveillée between 1945 and the seventies.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on November 2019.

Outline

Introduction
La justice des mineurs et l’Éducation surveillée en 1945
L’héritage de la pénitentiaire
Le lien délinquance, famille, éducation (1945-1952)
Les interrogations des années 1950-1960
Postcure et foyer de semi-liberté
Le tournant des années soixante/soixante-dix
Du maintien des liens enfants / familles…
… Au triomphe du principe du travail avec les familles
Conclusion

First lines

Introduction

Qu’ils soient appelés projet pédagogique, projet de service, projet d’établissement, vous trouverez désormais dans tous les textes qui entendent présenter le fonctionnement des structures qui accueillent des mineurs sous mandat judiciaire un développement plus ou moins long consacré au « travail avec les familles ». Aucun directeur d’un service d’hébergement du secteur public de la Protection judiciaire de la jeunesse, qu’il s’agisse d’un foyer largement ouvert sur le monde extérieur ou d’un centre éducatif fermé, ne pourrait faire valider par l’administration un projet qui laisserait de côté la famille. Le placement ne saurait être synonyme de rupture familiale. Ce qui semble aujourd’hui relever de l’évidence est pourtant une « invention » récente. L’association placement / travail avec les familles date-t-elle de ce qui est généralement présenté comme le moment fonda...

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Jacques Yvorel, « Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux années soixante-dix », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 19 | 2017, 169-184.

Electronic reference

Jean-Jacques Yvorel, « Placement et travail avec les familles à l’Éducation surveillée de 1945 aux années soixante-dix », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [Online], 19 | 2017, Online since 22 November 2019, connection on 24 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4077 ; DOI : 10.4000/rhei.4077

Top of page

About the author

Jean-Jacques Yvorel

Chercheur à l'ENPJJ, chercheur associé au CESDIP et au CRHXIX, corédacteur en chef de la Revue d'histoire de l'enfance « irrégulière ».

By this author

Top of page

Copyright

© PUR

Top of page