Navigation – Plan du site
Dossier Sexualités juvéniles
Perspectives internationales

Irresponsible Boys, Promiscuous Girls: Maturity, Gender, and Rape Myths in the Criminal Tribunals of Colonial Dahomey, 1924-1940

Garçons irresponsables et filles immorales. Genre, âge et viol devant les tribunaux du Dahomey colonial, 1924-1940
Jessica Reuther
p. 67-84

Résumés

Les Dahoméens pensent que la maturité ou plus précisément l’immaturité est un facteur déterminant pour que des relations sexuelles soient qualifiées, ou non, de viols. Cette croyance, présente à l’époque précoloniale, persiste et évolue sous le régime colonial. Elle influence les conclusions des assesseurs indigènes dans leur perception des affaires de viols, et dans leurs définitions des victimes légitimes et des agresseurs potentiels. Ces liens entre maturité et viol créent deux mythes principaux dans les tribunaux coloniaux du Dahomey : d’une part, seules les jeunes filles pré-pubères sont considérées comme des violées probables et d’autre part, après 1931, les assesseurs indigènes et leurs homologues français décident que les jeunes garçons de moins de 20 ans ne peuvent pas être des violeurs. Avant la réorganisation des tribunaux (3 décembre 1931), les juridictions sont dominées par les Français qui condamnent les jeunes délinquants reconnus coupables de viols, à quelques mois de prison, voire à de légères amendes. Ensuite, les assesseurs indigènes obtiennent une voix délibérative : on assiste dans les tribunaux coloniaux à l’annulation des charges contre les jeunes violeurs. Alors que les hommes de tous âges admettent « s’amuser » avec les jeunes filles qui les accusent de violences sexuelles, ce type de défense semble encore plus convaincant lorsque les relations sexuelles se déroulent entre pairs, pendant l’adolescence. Le choix de ce terme « s’amuser » transforme un acte sexuel, non-consenti et forcé en un évènement bénin. Ensuite, les qualifications de viol dépendent des perceptions du tribunal concernant les adolescentes pubères et leurs connaissances sexuelles. Les juridictions considèrent que les adolescentes les plus âgées sont tout à la fois des participantes enthousiastes aux expériences sexuelles, et des témoins douteuses dans ces affaires. Il existe ici un double standard sexuel, puisque les tribunaux coloniaux croient que les garçons de 14 ou 15 ans agissent sans discernement quand ils s’amusent sexuellement avec leurs pairs. Ils ne peuvent être reconnus comme coupables au vu de leur méconnaissance sexuelle. Alors que de l’autre côté, ces mêmes tribunaux considèrent que les jeunes filles, du même âge, ont elles une connaissance qui empêche de les considérer comme des victimes. Cet article examine aussi les accusations de viol de fillettes ou d’adolescentes dont les agresseurs sont leurs aînés de plus de 5 ans. Ces cas sont minoritaires puisque l’âge médian des jeunes filles victimes est en moyenne de 10 ans alors que les jeunes prévenus ont autour de 28 ans. L’étude de ces quelques situations de relations sexuelles entre pairs révèle ainsi les normes - et leur transgression- en termes d’âge, de genre et de « race ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Choosing to Go Before the Commandant: Cases of Peer Rape in Context
The “Messing Around” Myth: Juvenile Masculinity, Sex Play, and Peer Rape, 1924-1940
The Promiscuity Myth: Elder Girls, Forced Sex, and Gendered Double Standards After the 3 December 1931 Decree
Conclusion

Aperçu du texte

Since the kingdom of Dahomey’s founding in the seventeenth century, rape was a potent word with the harshest sort of condemnation attached to it. Oral tradition in the early twentieth century credited the kingdom’s founder Ouêgbadja with declaring rape a capital offence during his reign from c. 1645 to c. 1685. Historians know little about what sorts of sexual violence constituted rape during the period prior to the French conquest of 1892-1894. During the colonial era 1894-1960, Dahomean views of rape encountered French ones in tribunals composed of men from both cultures. Nowhere in any colonial law from Dahomey, nor in the metropolitan Napoleonic Penal Code of 1810 is the term rape formally defined. How did this hybrid colonial legal body define rape? How did this definition change over time?

Cultures continually reshaped the legal definition of rape and the cultural profiles of who could be victims of this crime and who could perpetrate it. Historically speaking, rape was always ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Reuther, « Irresponsible Boys, Promiscuous Girls: Maturity, Gender, and Rape Myths in the Criminal Tribunals of Colonial Dahomey, 1924-1940 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 20 | 2018, 67-84.

Référence électronique

Jessica Reuther, « Irresponsible Boys, Promiscuous Girls: Maturity, Gender, and Rape Myths in the Criminal Tribunals of Colonial Dahomey, 1924-1940 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4209 ; DOI : 10.4000/rhei.4209

Haut de page

Auteur

Jessica Reuther

Docteure en histoire. Assistant Professor of African History, Ball State University, Indiana, USA

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page