Navigation – Plan du site
Dossier Sexualités juvéniles
Perspectives françaises

La sexualité des « jeunes filles » communistes : du puritanisme à la libération ? Le cas de la région havraise de 1944 à 1975

The sexuality of communist maidens: from puritanism to liberation? Le Havre case, 1945-1975
Guillaume Roubaud-Quashie
p. 179-197

Résumés

Le contrôle sur les jeunes filles est resté longtemps plus fort que celui exercé sur les jeunes garçons. La peur de relations sexuelles entraînant une grossesse est une cause majeure de cet écart. C’est dans cet esprit qu’est créée en 1936 une organisation juvénile communiste spécifique pour les jeunes femmes : l’Union des jeunes filles de France (UJFF). Au Havre, cependant, la ségrégation sexuelle n’est jamais vraiment effective et l’UJFF n’a guère de vie séparée de l’organisation juvénile communiste à dominante masculine. S’ensuit une sociabilité mixte intense qui ne laisse pas de faire naître amours, désirs et consommations sexuelles. Les relations sexuelles occasionnelles demeurent toutefois l’objet d’appréciations divergentes jusque dans le milieu des années 1970 parmi les adhérentes elles-mêmes. Les pratiques se diversifient alors sans atteindre l’homogénéité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Les craintes parentales d’une sexualité juvénile féminine : au principe d’une organisation spécifique non mixte
L’impossible séparation des sexes parmi les jeunes communistes du Havre
Sociabilités, amours et sexualités
Conclusion

Aperçu du texte

« Dans notre Fédération actuelle, nous avons organisé les jeunes filles d’une façon mixte avec les jeunes hommes, et les résultats sont que nous avons peu de jeunes filles dans nos rangs, leur résistance provient de leur crainte et de la crainte des parents. » Ce constat est dressé dans un rapport interne de la Fédération nationale des Jeunesses communistes (JC) à l’automne 1935. Quelques mois plus tard, un rapport sur la place des jeunes femmes dans la JC précise, dans le même sens : « le caractère mixte de notre organisation n’est pas toujours vu d’un œil sympathique par les parents qui ont un peu peur et c’est humain “qu’il arrive quelque chose à leurs jeunes filles” ». Ainsi, parmi les motivations qui président à la création de l’Union des jeunes filles de France (UJFF), au printemps 1936, figure en bonne place la volonté de répondre à l’appréhension des parents quant aux relations sexuelles susceptibl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Roubaud-Quashie, « La sexualité des « jeunes filles » communistes : du puritanisme à la libération ? Le cas de la région havraise de 1944 à 1975 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 20 | 2018, 179-197.

Référence électronique

Guillaume Roubaud-Quashie, « La sexualité des « jeunes filles » communistes : du puritanisme à la libération ? Le cas de la région havraise de 1944 à 1975 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4391 ; DOI : 10.4000/rhei.4391

Haut de page

Auteur

Guillaume Roubaud-Quashie

Doctorant en histoire, Centre d’histoire sociale du xxe siècle, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page