Navigation – Plan du site
Varia

Errance et abandon : La recirculation des enfants pauvres de Dijon

Christopher R. Corley
Traduction de Sonya Malaborza
p. 201-218

Résumés

Des recherches récentes sur les familles européennes du début des temps modernes ont souligné le caractère malléable de ces familles, de même que la mobilité frappante des populations de l’époque préindustrielle. Il semblerait que les ménages reconstitués à la suite du décès ou du départ d’un parent étaient beaucoup plus fréquents que l’on aurait pu le croire. La circulation des jeunes est une composante importante de ces états de fait. Un examen des jeunes circulant autour de l’hôpital général de Dijon au xviiie siècle nous permet d’observer l’émergence de la doctrine in loco parentis au sein des populations préindustrielles. Ce mouvement de jeunes orphelins, abandonnés ou errants, n’est pas nécessairement indicateur d’un échec de la part des familles. À n’en pas douter, les systèmes mis en place pour surveiller et faire circuler ces jeunes constituaient des initiatives collectives capables de tenir compte à la fois des intérêts des plus pauvres familles de Dijon et des résidents les plus privilégiés de la ville.

Haut de page

Notes de l’auteur

La recherche associée à cet article et sa traduction par Sonya Malaborza ont été rendues possibles grâce à l’appui de l’École des études supérieures et de la recherche du Minnesota State University, Mankato.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

Les hôpitaux, la sécurité sociale et l’abandon d’enfants à l’ère préindustrielle
Les ménages de Dijon et ses hôpitaux : les causes de l’abandon
L’hôpital comme abri provisoire : l’éducation, la circulation et l’intégration sociale des enfants abandonnés en Bourgogne
Conclusion

Aperçu du texte

Par un froid matin de dimanche en décembre 1753, Claude Garnier, 17 ans, et son compagnon Jean Robert dormaient dans la chapelle de l’hôpital général de Dijon. Garnier était natif de l’Auxois, une région située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Dijon, où les fermiers peinaient à travailler les terres des vallées et des collines ondulées. Ce matin-là, lorsqu’il fut intercepté, le jeune homme confia aux autorités qu’il avait dû quitter la maison à cause de son nouveau beau-père et qu’il s’était aventuré jusqu’à la banlieue de Dijon, à l’est, où un journalier l’avait embauché comme assistant. Une fois ce travail épuisé, il avait dû se contenter d’œuvrer comme porteur, transportant du bois pour les ménages qui se préparaient à l’hiver. Depuis trois semaines, il cherchait des lieux où passer la nuit en compagnie de son ami Robert et, plus récemment, avec d’autres garçons qu’il connaissait moins bien. Les autorités de Dijon croisaient parfois par hasard ou lors d’opérations po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher R. Corley, « Errance et abandon : La recirculation des enfants pauvres de Dijon », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 20 | 2018, 201-218.

Référence électronique

Christopher R. Corley, « Errance et abandon : La recirculation des enfants pauvres de Dijon », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4443 ; DOI : 10.4000/rhei.4443

Haut de page

Auteur

Christopher R. Corley

Professeur d’histoire à la Minnesota State University, Mankato, États-Unis. Il enseigne l’histoire européenne depuis la Grèce et la Rome antiques jusqu’à la Révolution française, de même que l’histoire des femmes, de la famille et des enfants. Ses recherches portent sur le statut et le quotidien des jeunes pendant l’ancien régime.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page