Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages et actualité bibliographique

Atlas du crime à Paris : du Moyen Âge à nos jours

Jean-Jacques Yvorel
p. 230-232
Référence(s) :

Paris, Parigramme, 220 p., 978-2-84096-872-6 (rel.)

Texte intégral

1Deux des meilleurs spécialistes de l’histoire de la criminalité (dans un sens très large, nous y reviendrons) ont uni leurs efforts pour réaliser cet Atlas du crime à Paris : du Moyen Âge à nos jours. Le résultat est un beau livre, érudit et d’une parfaite lisibilité. Reprenons ces trois qualificatifs. L’ouvrage peut sans conteste être classé au rang des beaux livres. Il en a toutes les caractéristiques : qualité du papier, mise en page soignée, riche iconographie et - il s’agit d’un atlas - nombreuses cartes parfaitement dessinées. L’érudition est comme dissimulée dans cet ouvrage destiné au « grand public cultivé » mais le spécialiste qui parcourt une des entrées de cette petite encyclopédie repère aisément l’impressionnante liste d’ouvrages, de thèses, d’articles qui pourraient être cités à l’appui des deux à quatre pages qui synthétisent les connaissances sur un aspect de la criminalité parisienne… quand elles ne s’appuient pas directement sur les recherches de première main de l’un des auteurs. Le livre est organisé en sept chapitres chronologiques qui nous conduisent du Moyen Âge (« Paris Gothique, Paris du crime ? ») à aujourd’hui (« La fin du vieux Paris ») en passant par la période moderne (« Le crime à l’Âge classique »), la Révolution (« Le crime en Révolution »), Le premier xixe siècle (« Le Paris des classes dangereuses »), le Second Empire et les débuts de la IIIRépublique (« La “marée montante” du crime parisien ») et l’Entre-deux-guerres (« D’une guerre l’autre »). Chaque chapitre comprend entre six et dix-sept entrées thématiques. Cette organisation permet plusieurs formes ou niveaux de lecture. On peut, bien sûr, opter pour une lecture continue de l’ouvrage depuis l’introduction jusqu’à la conclusion, mais on peut aussi utiliser l’ouvrage comme un dictionnaire et aller chercher tant que de besoin des informations synthétiques sur un sujet précis. On peut enfin construire plusieurs parcours thématiques et suivre par exemple les transformations de la Police depuis « Le prévôt de Paris et ses sergents » jusqu'au très contemporain « Dispositif policier dans l’agglomération de Paris » en passant par « La police au temps de Vidocq » ou par « L’activité de commissariat de Saint-Merri en 1934 ». Cet exemple montre bien que le terme « crime » doit être compris dans une acception très large. Les auteurs ne traitent pas que du crime au sens juridique même si celui-ci n’est pas négligé, notamment au travers d’entrées consacrées à certaines grandes affaires criminelles et autres procès médiatiques : Cartouche, Lacenaire, Soleilland, Troppman, Landru ou Petiot. Ils se penchent aussi sur les délits ou sur la simple marginalité et nous invitent à les suivre dans les tripots et les garnis de l’Ancien Régime ou dans les assommoirs et les bouges du xixe siècle. Mais ils s’intéressent aussi à la Police et à ses méthodes d’investigations, aux prisons, aux exécutions capitales, aux représentations fictionnelles, etc.

2La délinquance juvénile est largement traitée dans cet atlas. Elle apparaît dans Le Paris des classes dangereuses sous les traits du « petit maraudeur », cet enfant des rues toujours disponible pour l’émeute, héroïsé par Victor Hugo sous les traits de Gavroche. Suit, à la Belle Époque, le très médiatique « Apache ». Durant l’Entre-deux-guerres, la jeunesse se fait rare. Le péril criminel ne s’incarne plus dans l’enfant ou l’adolescent mais dans le Milieu. Par contre, le second xxe siècle (et le xxie) remet très largement sur le devant de la scène le « bandit imberbe ». Les développements sur les « Blousons noirs et loubards », « L’invention des quartiers », les « Émeutes en banlieues » et dans une moindre mesure sur les « drogues et business dans les quartiers » montrent l’importance démesurée (?) des déviances juvéniles dans ce dernier demi-siècle.

3Jean-Claude Farcy et de Dominique Kalifa ont réalisé, dans une forme attrayante et accessible à tout public, un véritable ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Yvorel, « Atlas du crime à Paris : du Moyen Âge à nos jours », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 20 | 2018, 230-232.

Référence électronique

Jean-Jacques Yvorel, « Atlas du crime à Paris : du Moyen Âge à nos jours », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4505

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Yvorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page