Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages et actualité bibliographique

Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles

Sarah Fishman
Traduction de Isabelle Alwatik
p. 226-230
Référence(s) :

Paris, Éditions Textuel, 191 p., 978-2-84597-560-6 (rel.)

Texte intégral

“All girls wanna be like that
Bad girls underneath, like that…”
Ariana Grande, Dangerous Woman, 2016
« Toutes les filles veulent être comme ça
Mauvaises filles à l’intérieur, comme ça… »

1Dans Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles, Véronique Blanchard et David Niget présentent l’histoire passionnante de jeunes filles âgées de 11 à 17 ans, soumises à diverses instances de contrôle social du milieu du xixe siècle à nos jours. Les auteurs ont publié leur livre en coordination avec une exposition thématique et temporaire, « Mauvaises Filles. Déviantes et délinquantes. xixe-xxIe siècles », créée en 2015-2016 et soutenue par l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse. L’ouvrage est richement illustré de documents visuels qui entraînent le lecteur dans des histoires individuelles, incarnent des lieux, des normes et différents points de vue tout en éclairant le contexte social, politique et légal de l’époque. Malgré tout, le livre s’intéresse surtout aux filles, à leurs familles et à la façon dont elles ont été impliquées dans les systèmes législatifs, judiciaires et de surveillance.

2L’ouvrage met en lumière les existences individuelles d’un groupe généralement méconnu en raison du manque de sources. Jeunes, de sexe féminin, issues des classes populaires, pauvres et/ou immigrées, ces filles ont en effet rarement laissé de traces écrites ou visuelles. Contrairement aux garçons qui, pour la plupart, se sont retrouvés devant la justice pour des actes illégaux comme le vol, la majorité des filles sont stigmatisées en raison de leur comportement, au titre de la puissance paternelle ou après avoir fugué, par exemple. Leurs interactions avec les différents acteurs du système, juges, docteurs, policiers, psychologues et assistants sociaux, ont été systématiquement documentées, produisant ainsi des annales contenant des informations précises sur leurs familles, leurs cercles sociaux et leurs vies quotidiennes. Les archives ainsi créées mettent aussi en valeur la façon dont les normes sociales concernant le sexe de la personne, sa classe sociale et son âge, ont dicté la réaction vis-à-vis de ces filles.

3De façon tout à fait involontaire, ce système de contrôle social puissant, coercitif, stigmatisant et marginalisant, a empêché l’effacement de ces filles de l’histoire. Conçu pour marginaliser les « mauvaises filles », il leur a en fait donné une voix bien longtemps avant que le développement récent des médias sociaux ne leur procure une plateforme pour s’exprimer. Ainsi, plutôt que de présenter les filles comme étant des victimes d’un système répressif, Véronique Blanchard et David Niget soulignent la façon dont certaines d’entre elles ont été capables de manipuler le système en défiant les normes traditionnelles liées au genre, en contestant notamment le rejet ou le contrôle de leur sexualité.

4En plus des profils individuels, les auteurs ont inclus dans le livre des textes courts et pertinents faisant le point sur la loi française, les tribunaux, la situation économique et sociale et l’évolution du système judiciaire dans l’histoire. Les documents visuels proposés sont nombreux : caricatures, photographies de personnes et de lieux, en particulier de l’intérieur de divers établissements dans lesquels les filles étaient envoyées, portraits par le biais de photographies de filles-mères avec leurs bébés, liste des prix dans une maison close, lettre d’un père au sujet de sa fille, dessins que les adolescentes ont faits à la demande ou en cachette, et même un petit bracelet d’un enfant abandonné… Cela permet de souligner les spécificités de chaque époque et, surtout, d’enrichir considérablement les portraits individuels.

5Véronique Blanchard et David Niget ont organisé le livre sous forme d’une série de profils de catégories précises de mauvaises filles, à partir de cas réels. Le livre est divisé en trois époques principales : « Le temps des filles perdues (1840-1918) », « Le temps des filles modernes (1918-1965) » et « Le temps des filles rebelles (1965-2000) ». Indépendamment des changements sociaux, économiques et politiques, chaque période comprend des cas de filles-mères, de prostituées et de fugueuses, tout en connaissant aussi son propre stéréotype de mauvaise fille : l’Apache à la fin des années 1800, la Cheffe de bande au milieu du vingtième siècle, la Punk à la fin du xxe siècle. L’ouvrage illustre une variante de l’aphorisme de Lacassagne selon lequel les sociétés créent les criminelles qu’elles redoutent. Chaque époque produit aussi une catégorie en relation avec ce que l’on considère de nos jours comme des maladies mentales, dont le nom reflète les changements profonds dans la compréhension de la santé mentale féminine : Camille, « hystérique » du xixe siècle, a cédé la place à Marguerite, « perverse et suicidaire », qui s’est transformée à la fin du xxe siècle en Valérie, « anorexique-boulimique ».

6Pendant la première période (1840-1918), la morale définit, explique et détermine le comportement et le traitement de ces filles. Le Code civil de 1804 instaure la puissance paternelle, défavorable aux filles car elles ont plus de chances d’être traduites devant les tribunaux sur cette base. Le lecteur a ainsi accès au facsimilé de la lettre d’un père demandant au juge d’enfermer sa fille de 11 ans car celle-ci a fugué à deux reprises. De même, Marie « l’incorrigible » a quitté son foyer en pleine tourmente familiale et a volé de la nourriture dans un marché. Ses parents ont fait une demande de correction paternelle dans l’espoir de la redresser avant qu’elle ne soit synonyme de honte familiale ; l’adolescente finit par passer un mois dans une prison pour adultes (p. 20-21). Ce type d’institution reste cependant un recours exceptionnel : pratiquement toutes les filles ont été envoyées dans des établissements religieux dédiés aux mineures déviantes. Les photographies de ces centres donnent au lecteur une impression vive de l’encadrement strict et de l’isolement vécus par les pensionnaires.

7Durant la période des « Filles modernes » (1918-1965), les auteurs montrent que les mauvaises filles ont été une métaphore du changement social rapide qu’a connu la France durant ces décennies. Blanche « la rebelle » s’est révoltée contre chaque système de pouvoir et de contrôle qu’elle a rencontré : sa famille, l’École de préservation de Cadillac et même la prison de Fresnes. Dans cette maison d’arrêt pour femmes, Blanche s’est jointe à d’autres prisonnières dans une mutinerie majeure qui s’est produite en mai 1947. La une de France-Soir a dénigré ces prisonnières tout en revendiquant l’héritage républicain qu’elles revendiquaient comme leur : « 77 détenues ivres d’alcool et d’éther lapident les gardiens et brisent les vitres au cri de “vive la liberté !” » (p. 96).

8À la fin du xixe siècle, avec le développement de la psychologie de l’adolescent, la justice des mineurs se vantait de s’être détournée d’un jugement moral du comportement délinquant en faveur d’une approche médico-sociale, permettant une compréhension plus grande. Cependant, Véronique Blanchard et David Niget précisent que cela a eu peu d’effet sur le traitement des filles qualifiées de « caractérielles », comme l’illustre le triste exemple d’une jeune fille de 17 ans, Marguerite. Ses parents, ne sachant que faire face à ses tremblements inexplicables, aux contorsions de sa bouche et à ses ricanements, ont fait une demande de correction paternelle. Allant d’institution en institution, chaque fois de plus en plus carcérale, Marguerite atterrit finalement dans un établissement réservé aux filles les plus récalcitrantes. Elle y adresse une lettre au juge dans laquelle elle souligne l’injustice dont elle a été victime, à savoir le fait d’être enfermée pendant plus de deux ans « pour une histoire de caractère ». Elle avertit : si elle reste enfermée, « vous n’aurez jamais plus à vous occuper de moi car j’en finirai ». Elle se pend finalement dans sa chambre le jour de ses 20 ans (p. 121).

9Durant la dernière période (1965-2000), les « filles rebelles » ont vécu dans un contexte social et politique complètement différent. Elles incarnent alors une contestation culturelle généralisée de la jeunesse contre les normes du monde adulte, la classe moyenne et le sexisme en particulier. Patsy « la hippie », engagée dans la contestation sociale, réclamait la liberté sexuelle et a expérimenté les drogues. Alors qu’elle est en centre d’observation, elle se dessine elle-même en train d’embrasser une série de huit hommes, l’un après l’autre. Après la dernière image, elle a simplement écrit : « à suivre !!! » (p. 142). Véronique Blanchard et David Niget ont inclus dans cette partie les cas d’Elisabeth, qui est allée avorter en Angleterre ou de Lola, une prostituée qui a ainsi financé ses études à l’université. Après avoir lu des publications de théorie féministe et sociologique, Lola affirme que le fait de vendre son corps pour des faveurs sexuelles est une question féministe et critique les exigences d’une société masculine et hypocrite.

10En conclusion, les auteurs considèrent que les mauvaises filles ont joué un rôle important, bien qu’il puisse paraître mineur, dans les changements sociaux profonds qui ont finalement révolutionné la vie des femmes. Comme leur livre le montre, même pour le moins puissant des acteurs historiques, le politique était personnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Fishman, « Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 20 | 2018, 226-230.

Référence électronique

Sarah Fishman, « Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4531

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page