Navigation – Plan du site
Dossier Sexualités juvéniles
Perspectives françaises

L’arrivée des éducateurs dans les institutions de rééducation pour filles : une mise en scène de l’hétéronormativité

The Arrival of Male Workers in Reform Schools for Girls: Acting of Heteronormativity
Pauline Tournier
p. 151-177

Résumés

Jusqu’à la fin des années soixante, les institutions de rééducation pour filles sont encadrées uniquement par des éducatrices, religieuses ou laïques. Celles-ci se doivent d’être célibataires et entièrement dévouées à leur mission éducative. L’arrivée des premiers éducateurs, qui apparaît dans un contexte marqué par d’importants bouleversements au sein de la société et notamment dans la jeunesse, entraîne une redéfinition de ce modèle professionnel. Les liens du mariage et l’affirmation d’une vie sexuelle épanouie, sous le contrôle de l’institution, sont désormais jugés préférables. En outre, cette présence d’éducateurs a des conséquences sur les méthodes pédagogiques. En effet, la mixité apparaît comme un nouveau moyen de corriger les inadaptations de ces jeunes filles ; inadaptations liées à leur genre ou à leurs comportements sexuels. Cet article s’attache à montrer comment la présence des éducateurs va permettre, en s’appuyant sur des arguments psycho-pédagogiques, à la fois de réaffirmer la différence des sexes et de maintenir la sexualité dans un cadre hétéronormatif.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2020.

Plan

La mixité des équipes : du mariage à l’institution à l’institution du mariage
Du célibat à la vie de couple : une émancipation hors de l’institution
Une sexualité sous contrôle
Du côté des jeunes filles : L’apprentissage de l’hétérosexualité
Le corps, un nouveau champ de bataille politique
L’éducateur, ce (H)éros !
Éviter les troubles sexuels
Sexualité, genre et ordre familial : un enjeu de classement social
Des rôles éducatifs complémentaires
La promotion d'un modèle familialiste
La sexualité, un enjeu de différenciation sociale ?
Conclusion

Aperçu du texte

L’histoire de la justice des mineur.e.s a longtemps été une histoire de la non-mixité. Tout au long du xixe siècle et jusqu’au milieu du xxe, à l’instar de l’institution scolaire ou du monde du travail, la séparation des sexes, fondée sur l’idée d’une hiérarchisation naturelle entre hommes et femmes, représente la norme. Que ce soit dans les colonies pénitentiaires, les prisons pour mineurs, ou les maisons de correction, ce sont donc les surveillants, moniteurs et autres encadrants masculins qui prennent en charge les garçons, quand les filles, elles, sont confiées aux religieuses des congrégations comme le Bon Pasteur. L’ordonnance du 2 février 1945 qui créé l’Éducation surveillée (ES) – ancêtre de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) – en tant qu’entité autonome de l’Administration pénitentiaire, va entraîner de nombreux changements, comme l’apparition et la professionnalisation d’un nouve...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Tournier, « L’arrivée des éducateurs dans les institutions de rééducation pour filles : une mise en scène de l’hétéronormativité », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 20 | 2018, 151-177.

Référence électronique

Pauline Tournier, « L’arrivée des éducateurs dans les institutions de rééducation pour filles : une mise en scène de l’hétéronormativité », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 20 | 2018, mis en ligne le 15 novembre 2020, consulté le 18 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4601

Haut de page

Auteur

Pauline Tournier

Titulaire d’un master 2 en études de genre, université Paris 8. Chargée de mission pour le portail numérique « Enfants en justice » et conférencière au Centre d’exposition historique de Savigny (ENPJJ)

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page