Navigation – Plan du site
Dossier

Renée C.

De fille et de mères
Renée C. From girl and mothers
Martine Ruchat
p. 67-80

Résumés

À partir des archives provenant de l’association Mars 95, un dossier individuel d’une fillette - fille de fille-mère – désignée ici par un prénom fictif, Renée C., placée en 1939, à l’âge de 5 ans jusqu’à 22 ans, à l’Œuvre St. Marguerite, s’ébauche une biographie, mais pas seulement. Car outre l’arrangement chronologique, ainsi que le repérage des différentes personnes qui prennent la plume, il faut retracer le récit d’une vie à partir des faits notifiés qui sont, à chaque écriture, réinvention, hier comme aujourd’hui. Il y a, à chaque fois, mises en mots et mises en scène. Dans cet article, ce sont celles des discours des professionnel·le·s qui sont privilégiées et en particulier leur obsession d’une sexualité hors mariage qui pourrait entraîner une nouvelle naissance illégitime : après la mère, la fille. Chaque auteur·trice des documents fait naître, à sa façon, Renée C. étrangère à leurs yeux. Or, les mots des professionnel-le-s sont repris par Renée au point de les faire siens et de s’approprier leur discours sur sa propre étrangeté. Cette assignation à une catégorie de l’étrangeté qu’est une fille de fille-mère ne peut qu’étonner, ce d’autant plus lorsqu’on y associe tout comportement incompris des professionnel-le-s ? Cette biographie de Renée C. rappelle que toute catégorie délimite une réalité forcément plus complexe ; par exemple, celle des prénoms qui relient à une généalogie, à des familles, du familier et de l’étranger, voire de l’inconnu (le père) ; celle des rapports de classes - des mondes étrangers l’un à l’autre - que rappelle le refus de Renée d’être surveillée, soupçonnée, considérée comme une subalterne et humiliée ; celle d’une culture religieuse qui fait du corps de la fille placée, un capital national et de sa sexualité, un enjeu moral. Par l’agencement des mots, ce récit biographique est aussi une nouvelle mise en scène.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

Situation
Face à face 1 : mère et fille
Face à face 2 : fille et Mères supérieures
Face à face 3 : la fille dans son miroir

Aperçu du texte

Le dossier de Renée C. qui m’a été remis comprend 68 feuillets provenant de 36 documents (sans compter les enveloppes des nombreuses lettres qui le composent). Je le parcours comme un rouleau d’un théâtre d’ombres chinoises esquissant par à-coups, sur une vingtaine d’années, des étapes de vie de cette fillette, puis jeune fille et jeune femme. Ce contenu est probablement issu d’un registre ou d’une enveloppe cartonnée à son nom ou encore d’une simple chemise à élastique (que n’indiquent pas les documents que j’ai eus en ma possession) et qui relève des archives de l’association Mars 95, contenant celles du Foyer de Montmorency, prolongeant l’Œuvre Sainte-Marguerite. Ce dossier soigneusement conservé permet ainsi d’ébaucher la biographie de Renée C..

La plupart du temps, lorsque l’on tient entre les mains un dossier individuel, on doit en premier lieu se familiariser avec son organisation. Les documents sont rarement placés dans la chronologie, ce qui laisse entendre des interventions...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Ruchat, « Renée C. », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 21 | 2019, 67-80.

Référence électronique

Martine Ruchat, « Renée C. », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 21 | 2019, mis en ligne le 12 novembre 2021, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhei/4741 ; DOI : 10.4000/rhei.4741

Haut de page

Auteur

Martine Ruchat

Historienne de l’éducation. Anc. professeure de l’université de Genève, faculté et psychologie et des sciences de l’éducation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page