Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22DossierEntre action charitable et bénéfi...

Dossier

Entre action charitable et bénéfice matériel : la politique de l’enfance « inadaptée » au Cameroun sous administration française (1928-1960)

Between charitable action and material benefit: the “unsuitable” childhood policy in Cameroon under French administration (1928-1960)
Alvine Henriette Assembe Ndi
p. 47-66

Résumés

L’intérêt que suscitait l’« enfance malheureuse » ou « déficiente » au Cameroun sous administration française se justifiait en fonction des logiques des acteurs de cette protection qui mettaient en avant le bien-être d’une catégorie marginalisée et défavorisée. L’administration française, à la suite des missions religieuses, s’était penchée sur cette question afin de créer des cadres de prise en charge des enfants des administrés du Cameroun. Alors que les missions religieuses se proposaient d’encadrer les enfants contre un bénéfice certain et au nom de la charité, l’administration française fut contrainte de penser un encadrement juridique (normatif et institutionnel) et un accompagnement afin d’assurer à ces êtres marginalisés une autre chance de reconnaissance et de rééducation. La philosophie de la protection des enfants en difficulté au Cameroun est également abordée dans cette contribution.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2022.

Plan

Causes, enjeux et philosophie de l’encadrement de l’enfance malheureuse et déficiente
Prise de conscience en faveur de l’enfance malheureuse et déficiente
Le développement d’un discours sur la réinsertion des enfants délinquants
Les structures de prise en charge de l’enfance marginale
Les œuvres sociales caritatives
Les centres de redressement, de rééducation et de réinsertion de la jeunesse délinquante
Conclusion

Aperçu du texte

La protection de l’enfance fut l’un des nombreux instruments du maintien de l’ordre colonial. En effet, l’éducation des enfants des colonies constituait l’un des enjeux de cette politique. Dans cette démarche, les institutions de régulation sociale étaient mises en avant et se combinaient. Dans une logique de transfert des usages, un enfant assimilé était un être transformé à l’image du colonisateur qu’il devait imiter. Il était un parfait auxiliaire et relais de l’idéologie coloniale. L’intérêt que suscitait l’enfant se justifiait en fonction des logiques des acteurs de cette protection (administration, particuliers et missions religieuses) qui mettaient en avant l’idée qu’ils se faisaient de son bien-être. L’administration française, à la suite des missions religieuses, s’était penchée sur cette question afin de créer des cadres de prise en charge des enfants « inadaptés » des administrés du Cameroun. L’expression « enfance inadaptée » désignait en France les enfants exclus de la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alvine Henriette Assembe Ndi, « Entre action charitable et bénéfice matériel : la politique de l’enfance « inadaptée » au Cameroun sous administration française (1928-1960) »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 22 | 2020, 47-66.

Référence électronique

Alvine Henriette Assembe Ndi, « Entre action charitable et bénéfice matériel : la politique de l’enfance « inadaptée » au Cameroun sous administration française (1928-1960) »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2022, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5156

Haut de page

Auteur

Alvine Henriette Assembe Ndi

Historienne, assistante à l’université de Douala, secrétaire exécutive adjointe de la Société camerounaise d’Histoire.

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search