Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22VariaL’affaire Marguerite Lavergne à l...

Varia

L’affaire Marguerite Lavergne à la fin du xixe siècle : le procès de l’infanticide, entre norme juridique et norme sociale

The Marguerite Lavergne case at the end of the 19th century: the trial of infanticide, between legal norm and social norm
Hélène Duffuler-Vialle
p. 127-152

Résumés

Le dossier de procédure de l’affaire Marguerite Lavergne concerne un infanticide commis par une jeune fille de 16 ans en 1891. L’analyse du dossier permet de s’interroger sur les contours de la norme juridique et de la norme sociale tant sur l’infanticide que sur la responsabilité de l’homme-partenaire et sur la sexualité. La divergence entre la norme sociale et la norme juridique est révélée par la non-condamnation de la femme alors que le crime est certain et la recherche poussée de la culpabilité de l’homme alors même que le droit le déresponsabilise. Au-delà d’une analyse féconde concernant les rapports sociaux de sexe, cette inadéquation de la loi et des attentes sociales et les résultats produits par celle-ci illustrent la pertinence d’une approche réaliste du droit.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2022.

Plan

Le regard juridique et social posé sur Marguerite, coupable d’infanticide
Marguerite doit être condamnée, la répression de l’infanticide par le droit pénal
Marguerite doit être acquittée, la compréhension sociale vis-à-vis de l’infanticide
Le regard social et juridique posé sur la responsabilité sexuelle de l’homme
Arsène doit être condamné : la demande sociale de la responsabilisation de l’homme
Arsène ne sera pas condamné, l’irresponsabilité sexuelle masculine organisée par le droit

Aperçu du texte

Dans le bel hôtel particulier des comtes de Béthune et de Couronnel, au sein du très huppé quartier Saint-Thomas d’Aquin dans le 7e arrondissement de Paris, se joue le drame de Marguerite Lavergne dans la matinée du 4 mars 1891.

Fille des concierges du château du comte de Couronnel à Magnac-Laval, en Haute-Vienne, adolescente particulièrement bien élevée, au sein d’une respectable famille de petites gens, elle fait la fierté de ses parents et suscite la confiance de la comtesse de Couronnel, qui la recrute à 14 ans pour être la deuxième bonne d’enfant de sa fille qui vient de naître.

Marguerite quitte le domicile paternel et suit ses maîtres au gré de leurs déplacements entre Paris et Magnac-Laval. Elle est de taille moyenne, blonde aux yeux bleus. Ses traits sont réguliers, son nez fin et son teint clair. Le domestique du comte de Béthune, Arsène Chagneau, loge dans la chambre à côté de celle où elle dort avec l’enfant. Il a 22 ans, il la désire et la veille de ses 16 ans, elle devie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Duffuler-Vialle, « L’affaire Marguerite Lavergne à la fin du xixe siècle : le procès de l’infanticide, entre norme juridique et norme sociale »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 22 | 2020, 127-152.

Référence électronique

Hélène Duffuler-Vialle, « L’affaire Marguerite Lavergne à la fin du xixe siècle : le procès de l’infanticide, entre norme juridique et norme sociale »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2022, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5327 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5327

Haut de page

Auteur

Hélène Duffuler-Vialle

Maîtresse de conférences en histoire du droit à l’université d’Artois, membre du Centre Droit Éthique et Procédures (CDEP, UR 2471) et membre associée du Centre d’Histoire Judiciaire (UMR 8025).

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search