Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Comptes rendus d'ouvrages et actu...Comptes rendus d’ouvrages75 ans de pédopsychiatrie à Lausa...

Comptes rendus d'ouvrages et actualités bibliographiques
Comptes rendus d’ouvrages

75 ans de pédopsychiatrie à Lausanne. Du Bercail au Centre psychothérapeutique

Martine Ruchat
p. 173-176
Référence(s) :

Garibian Taline, 75 ans de pédopsychiatrie à Lausanne. Du Bercail au Centre psychothérapeutique, Lausanne, Éditions BHMS, 2015, 129 p.

Texte intégral

1Dans l’histoire de l’enfance, le temps est à la commémoration car nombre d’institutions et d’établissements éducatifs et de soins furent créés il y a 75 ans, et même plus. La pédagogue suédoise Ellen Kay qualifiait le xxe siècle de « siècle de l’enfant » ; je l’ai personnellement toujours considéré comme étant bien plutôt celui des professionnel.le.s de l’enfance. L’ouvrage de Taline Garibian le confirme. Car cette histoire du Bercail, première institution psychiatrique pour enfants, et de l’Office médico-pédagogie vaudois en Suisse romande, racontée de 1938 à 2013, met en jeu nombre d’acteurs et d’actrices : les enseignants spécialisés, les éducateurs, les assistantes sociales, les médecins et les psychologues. Puis viendront les logopédistes, les orthophonistes et les psychothérapeutes. Comme l’autrice l’écrit d’entrée, ce sont bien elles et eux qui écrivent l’histoire des enfants.

2Cette histoire n’est d’ailleurs pas facile à écrire, tant elle se compose de champs professionnels et épistémologiques divers. Se mêlent une histoire des idées, dont le Pr François Ansermet rappelle en préface les grandes lignes dans le domaine de la pédopsychiatrie vaudoise, et une histoire des pratiques thérapeutiques – dessins, psychodrames, thérapies familiales, tests, scoutisme – qui, toutes deux, alimentent une histoire de la clinique psychiatrique infanto-juvénile et de ses catégories nosographiques. C’est aussi une histoire politique, qui structure le champ et le fait exister à travers les budgets et les règlements (notons que les institutions liées à l’enfance sont sous le Département de justice et police avant de passer sous celui de l’intérieur).

  • 1 Voir Boussion S., Coffin J.C., « Le psychiatre, l’enfant et l’État », Revue d’histoire de l’enfanc (...)

3L’ouvrage de Taline Garibian est un ouvrage commémoratif, relevant donc d’un genre particulier, sorte de chronique institutionnelle s’appuyant sur des archives (administratives et médicales essentiellement) et des témoignages oraux. Il propose d’abord une description fine des événements, sans jugement, sans prendre position. Ce livre est une pierre importante dans l’histoire de la construction du champ en Suisse, qui permet de mieux comprendre la circulation des récits sur l’enfant « anormal » et les influences des politiques cantonales, des lieux phares en la matière (le Burgholzhli de Zurich, Malévoz en Valais dirigé par le Dr Repond, l’Institut des sciences de l’éducation de Genève notamment) et provenant d’autres pays. L’ouvrage montre bien l’émergence d’un nouveau champ, dont un congrès de psychiatrie infantile réunit les experts pour la première fois à Paris, en 19371.

4Taline Garibian met en exergue nombre d’acteurs (notamment les médecins – hommes – psychiatres), souvent insuffisamment connus voire méconnus. Cette dimension biographique est éclairante. Elle montre que leurs récits sont le plus souvent ceux d’une individualisation du mal qui désigne l’enfant – et ses parents – comme responsables (ce qui explique d’ailleurs la pratique du placement de l’enfant en institution les éloignant de la famille). L’« enfant nerveux » devient dans les années 1940 l’assise des pratiques de prévention – ou prophylaxie – de la délinquance juvénile, auquel s’adjoignent d’autres catégories comme la « dementia proecocissima », reprise au psychiatre Sancte de Sanctis (1862-1935). Cette construction sémantique nous interroge sur l’absence presque constante dans les récits des psychiatres de causes sociales, structurelles et politiques. Pour le directeur de l’Office médico-pédagogie vaudois dont relève le Bercail, c’est bien la personne humaine que la psychiatrie infantile interroge, sur trois plans : « physique, psychique et spirituel ». De même, la délinquance se doit d’être étudiée comme « problème éducatif, biologique et psychique ». Quant au directeur de l’école d’éducateur, ouverte en 1954 à Lausanne, ce sont encore les « maladies de l’âme, du cœur et de l’esprit » qu’il faut guérir. Quid des conditions de vie, de travail, de logement, d’argent et de reconnaissance sociale des milieux pauvres dont relève à l’évidence l’histoire de ces 75 ans de pédopsychiatrie ? Merci à son autrice de nous donner ainsi du grain à moudre. On peut s’interroger : comment expliquer le pouvoir des psychiatres sur le champ de l’enfance ? Comment comprendre l’absence de femmes médecins dans ce champ de la médecine psychiatrique infantile vaudoise ? Pourquoi les médecins s’emparent-ils volontiers de l’éducation alors que les pédagogues rarement empiètent sur la médecine ? Comment expliquer l’engouement de médecins psychiatres pour la psychanalyse ? Comment expliquer que le développement des services aille de pair avec une augmentation des enfants pris en charge ? Pourquoi ces derniers sont-ils issus presque exclusivement de familles pauvres voire indigentes, du moins jusqu’au milieu des années 1950 ? Pourquoi leur parole reste-t-elle si peu présente dans les archives ? Les anamnèses citées dans l’ouvrage sont d’ailleurs très éclairantes pour saisir le poids des récits des médecins psychiatres, hommes.

5Taline Garibian n’a pas évincé les tensions, voire les désaccords, qui existent entre les principaux acteurs et actrices autour des traitements, notamment psychanalytiques, ou sur la façon dont peut être perçu à l’extérieur un tel service (par les enseignants, par la direction de l’Office cantonal des mineurs par exemple). Elle n’escamote pas non plus les bras de fer entre services lorsqu’il s’agit de rembourser les traitements et plus généralement les rôles et prérogatives de chacun et chacune dans ce champ pluridisciplinaire, notamment entre médecins et psychologues, entre psychiatres et pédiatres, entre psychanalystes et neuropédiatres.

6Il est rare qu’un auteur ou qu’une autrice s’engage sur une si longue période et perçoive si finement les transformations ainsi que la ligne de force qui donne de plus en plus de pouvoir à des médecins psychiatres « alimentés », dans les années 1950, par les enfants que les parents leur présentent. Ceux-ci sont de plus en plus inquiets d’imaginer leur enfant « nerveusement perturbé », « névrosé », « atteint de psychose à évolution déficitaire » ou de « troubles somatiques et psychiques intriqués » puis d’autisme, de troubles alimentaires et d’hyperactivité, et prêts eux-mêmes à entrer dans le traitement psychothérapeutique ambulatoire (l’enfant échappant d’ailleurs de ce fait au placement en internat). Dans les années 1970 encore, deux dangers mobilisent les psychiatres : la délinquance et la prostitution. L’assise de la profession de pédopsychiatre se renforce : aux classes populaires traditionnelles, objets d’un dépistage, s’adjoignent les classes moyennes qui ont adhéré aux récits psychologisants puis médicalisants de l’époque, et qui sont elles-mêmes demandeuses de diagnostics voire de traitements.

7Cet ouvrage donne à réfléchir sur un champ qui, au cours du temps, n’a fait que s’étendre entre assistance et répression, puis recours aux médicaments. Cette dernière dimension est seulement effleurée : calmants, préparations vitaminées, opothérapies… Elle formera, qui sait, un nouveau volet de l’histoire à venir, entre psychologisation et biologisation de l’enfant, au nom de sa plasticité cérébrale.

8Cette étude est à lire pour se rappeler une fois encore que l’enfant est, pour les adultes, un objet d’investissement social, financier, symbolique. L’engagement de ces derniers, souvent avec compétence, sacrifice et foi, (me) laisse toujours l’impression que les professionnels en retirent autant, voire bien plus, que les enfants désignés et traités.

Haut de page

Notes

1 Voir Boussion S., Coffin J.C., « Le psychiatre, l’enfant et l’État », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Rennes, PUR, no 18, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Ruchat, « 75 ans de pédopsychiatrie à Lausanne. Du Bercail au Centre psychothérapeutique »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 22 | 2020, 173-176.

Référence électronique

Martine Ruchat, « 75 ans de pédopsychiatrie à Lausanne. Du Bercail au Centre psychothérapeutique »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5416

Haut de page

Auteur

Martine Ruchat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search