Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Comptes rendus d'ouvrages et actu...Comptes rendus d’ouvragesCorrespondance des Cévennes 1968-...

Comptes rendus d'ouvrages et actualités bibliographiques
Comptes rendus d’ouvrages

Correspondance des Cévennes 1968-1996

Jacques Bourquin
p. 181-183
Référence(s) :

Deligny Fernand, Correspondance des Cévennes 1968-1996, Paris, Édition L’Arachnéen, 2018, 1 300 p.

Texte intégral

1Sandra Alvarez de Toledo, qui avait publié en 2007 aux éditions de l’Arachnéen l’œuvre intégrale de Fernand Deligny, présente aujourd’hui la correspondance de la seconde partie de la vie de ce dernier. Cet ouvrage de 1 300 pages regroupe plus de 600 lettres de Deligny et de nombreuses réponses de ses interlocuteurs, souvent proches et compagnons de route. Une documentation exceptionnelle est adjointe, consistant en des reproductions de manuscrits, des dessins, des photographies…

2Parmi les destinataires de cette correspondance figurent des personnages tels que Louis Althusser, Françoise Dolto, Marcel Gauchet, Félix Guattari, François Truffaut, René Zazzo mais aussi des proches comme Jacques Allaire, Émile Cofperman, Huguette Dumoulin (qui fut sa compagne et la mère de ses deux enfants), Nadja et Thierry Garrel, Isaac Joseph, Germaine Le Guillant, Jacques Lin, Josée Manenti, Jacques Nassif, Jacques Siclier, Renaud Victor et quelques autres.

3En 1966, Deligny est accueilli à la clinique de La Borde, près de Blois, par deux de ses proches, les psychiatres Jean Oury et Félix Guattari. Son objectif est alors de terminer un film, Le moindre geste, pour lequel il est en relation avec François Truffaut. Dans quelques lettres à Félix Guattari, Deligny se situe en marge du travail théorique et pratique centré sur la psychanalyse. C’est à La Borde qu’il va commencer à s’occuper d’un jeune autiste, Janmari, qui lui est confié par sa mère. C’est un nouveau type d’approche pour Deligny qui va quitter assez rapidement La Borde pour s’installer, en 1967, à Gourgeas, dans les Cévennes, dans une maison appartenant à Félix Guattari. L’année suivante, il s’installe à Monoblet, un autre petit village de la région. Il y reçoit quelques jeunes par l’intermédiaire de Maud Mannoni et de Françoise Dolto. Dans la correspondance qu’il entretient avec cette dernière, il exprime, à partir de son travail avec Janmari, les résistances qu’il a à l’égard de la psychanalyse et expose la pratique qu’il a expérimentée auprès d’enfants autistes.

4Parallèlement, il échange une centaine de lettres avec Isaac Joseph, un jeune philosophe avec lequel il publiera en 1975-1976 Les cahiers de l’immuable, consacrés à ses tentatives avec les jeunes autistes reçus à Monoblet. Un autre personnage important dans cette activité épistolaire est Émile Cofperman, qui travaille chez l’éditeur Maspero et permet à Deligny de faire reparaître Graine de crapule et Les vagabonds efficaces, et de publier Nous et l’innocent, dans lequel il approfondit la notion de « réseau ». Louis Althusser écrit à ce sujet le 13 juin 1975 : « J’ai aimé ce livre fasciné par les enfants, leur silence et leur vie, fasciné aussi par ceux qui en parlent, vous le premier. »

5Dans cette gigantesque correspondance, Deligny n’évoque jamais sa vie privée. Il pose à ses interlocuteurs des questions qui aident à mieux cerner son projet mais aussi sa personnalité, les fondements de ses écrits en même temps que sa complexité et son évolution. La lecture de cette correspondance est facilitée par les éléments complémentaires qu’apporte Sandra Alvarez de Toledo sur les réceptionnaires de ces lettres et le contexte de leur écriture.

  • 1 Bourquin Jacques, Vaillant Marise (dir.), À propos de Deligny, Vaucresson, CNFE, 1993, 89 p.

6J’avais moi-même rencontré Deligny à Monoblet en 1990, où nous eûmes un très long entretien sur la période qui précédait La Grande Cordée. Il déclina, comme le montre la lettre qu’il m’avait adressé et qui figure dans Correspondances (p. 1258), l’invitation à une journée d’étude sur son œuvre, qui aurait été organisée au Centre d’études et de recherche de la PJJ, à Vaucresson : « J’esquive votre invitation ce n’est pas pour manifester mon indifférence ou mon désaccord… ce que je pense de tout ça et depuis un certain temps… ces quelques périodes qui se succèdent dans le cours de l’histoire sont chacune tout un monde… le fait que les tentatives qui ont pris mon nom n’ont jamais été MES idées… elles étaient dans l’air du temps. » Émile Copferman et Jacques Lin assistèrent à cette journée d’étude qui eut lieu à Vaucresson en 1992, intitulée « À propos de Deligny1 ».

7Quoique Deligny en ait dit dans sa correspondance, il reste dans le milieu de l’éducation spécialisée, dont il fut l’un des premiers acteurs, une forte référence. Sa correspondance, qui se poursuivra jusqu’à sa mort en 1996, est une véritable forêt qui mérite d’être explorée.

Haut de page

Notes

1 Bourquin Jacques, Vaillant Marise (dir.), À propos de Deligny, Vaucresson, CNFE, 1993, 89 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bourquin, « Correspondance des Cévennes 1968-1996 »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 22 | 2020, 181-183.

Référence électronique

Jacques Bourquin, « Correspondance des Cévennes 1968-1996 »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5432

Haut de page

Auteur

Jacques Bourquin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search