Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Comptes rendus d'ouvrages et actu...Comptes rendus d’ouvragesTénèbres empoisonnées ? Cinéma, j...

Comptes rendus d'ouvrages et actualités bibliographiques
Comptes rendus d’ouvrages

Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960

Nathalie Le Louarn
p. 183-187
Référence(s) :

Hamery Roxane, Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960, Paris, AFRHC, 2017, 400 p.

Texte intégral

1Si la corrélation entre cinéma et délinquance peut aujourd’hui faire sourire, elle a pourtant bien existé et a constitué un pan important des réflexions menées au moment de son essor en tant que « mass media » au sein de notre société. De nombreux experts ont ainsi étudié, presque disséqué, l’influence potentielle du cinéma sur le comportement délictuel. C’est l’histoire d’une partie de ce cheminement dont rend compte de façon très détaillée l’ouvrage de Roxane Hamery. En se centrant sur la délicate période d’après-guerre (circonscrite aux années 1940-1960) pendant laquelle les loisirs commencent à reprendre toute leur place, l’autrice traite de ce sujet, finalement méconnu du grand public, mais bien familier aux historiens de l’Éducation surveillée (ES). Deux univers a priori bien distincts dont la rencontre semble de prime abord inopinée mais qui vont se croiser au moment même de l’évolution conjointe d’une toute jeune Éducation surveillée (pour rappel, création de la direction de l’Éducation surveillée en 1945) et d’un cinéma qui se démocratise alors massivement auprès du public et des intellectuels (naissance de la filmologie en tant que « discipline » en 1946). À partir de l’exploration minutieuse des archives du Centre de recherche et d’étude de Vaucresson (plus précisément certaines grandes enquêtes et rapports menés au cours de cette période), et sous l’angle d’une problématique dépassant les frontières nationales – notamment en Italie, l’autrice propose en filigrane une analyse fine de l’histoire de la jeunesse et de l’histoire du cinéma qui permet d’aboutir à une exploration détaillée des liens qui les unissent.

2Dans une première partie, Roxane Hamery détaille l’émergence du processus de campagnes à charge contre le cinéma. Elle y dessine clairement la montée en puissance des discours de ses détracteurs et la façon dont il devient un « sujet d’hygiène public » trouvant racine dans la société française d’avant-guerre. Devenu un loisir populaire, particulièrement apprécié par le jeune public après 1945, le cinéma devient alors l’objet de réquisitoires plutôt unanimes le considérant ouvertement comme un facteur avéré de criminalité. Ce sont ces thèses qu’analyse ici plus particulièrement l’autrice. En effet, un sentiment d’inquiétude trouve sa source au sein de la communauté scientifique qui stigmatise la « fascination » que provoquerait le cinéma sur son spectateur, et notamment auprès des enfants et des jeunes adultes, plus impressionnables et donc plus exposés à ses effets délétères. Le médium induirait ainsi l’illusion et le mensonge, valoriserait des modes de vie jugés amoraux pouvant inciter à reproduire des comportements délictueux. Diverses publications se font jour et dénoncent l’influence du cinéma sur les esprits juvéniles, énonçant leurs arguments comme preuves irréfutables de sa dangerosité. Roxane Hamery met en lumière les limites et les lacunes épistémologiques sur lesquelles semblent se reposer les fondements de ces théories. Elle illustre son propos par des enquêtes menées respectivement par Jean Giraud (inspecteur de l’enseignement technique), René Zazzo (alors psychologue) et Le Moal et Faugère (pédopsychiatres à l’ES), conduites entre 1945 et 1955, et qui concluent de façon chorale à la dangerosité manifeste du cinéma. En se basant sur l’analyse des données quantitatives et qualitatives mises en avant par les autrices, Roxane Hamery rend compte du caractère souvent aléatoire et poussif des éléments utilisés qui renvoient les jeunes à leur condition sociale et alimentent un clivage des genres et des classes, reflet d’une certaine hiérarchisation de la société d’alors.

3Les enjeux liés à la jeunesse semblent en effet être particulièrement sensibles dans la France après 1945 et les inquiétudes à l’égard du cinéma et de ses effets potentiellement néfastes sur l’enfance deviennent rapidement l’objet de préoccupations partagées et prises au sérieux au sein des organes de l’État. L’autrice l’illustre dans une seconde partie, dans laquelle elle décrit l’appropriation de cette problématique par l’Éducation surveillée et l’importante place de ses acteurs dans ce processus. La doctrine de la Défense sociale nouvelle est prônée dès 1945 par Marc Ancel, conseiller à la Cour de cassation, qui recentre le discours judiciaire sur la rééducation et insiste notamment sur les facteurs criminogènes environnant le jeune et dont le cinéma fait partie. Roxane Hamery revient ensuite longuement sur une grande étude menée par Guy Sinoir, alors missionné par l’ES pour enquêter sur ce sujet auprès de juges des enfants. Dans sa lignée, une seconde grande enquête est lancée peu de temps après par l’Éducation surveillée en 1947, supervisée par Jean-Louis Costa, sous la responsabilité de Jacques Selosse et à laquelle on associe très tôt certains établissements de justice pour mineurs. Elle se veut plus analytique ; les liens entretenus avec l’Institut de filmologie dans lequel Selosse, en charge de la section Études et recherches de Vaucresson, prend parallèlement des cours, semblent garantir des fondements et des résultats plus concluants. Cependant, la multiplicité des données et l’étirement dans le temps de celles-ci ne permet pas d’aboutir à des résultats plus tangibles, les données semblant de même toujours trop aléatoires et donc difficilement synthétiques.

4L’autrice fait également référence à d’autres études qui voient parallèlement le jour et constituent de véritables brûlots contre le cinéma : parmi celles-ci, beaucoup sont produites par des groupes catholiques conservateurs soucieux de la préservation « morale » de la jeunesse. Elle démontre nettement que si le cinéma divise et engendre des réactions parfois immodérées, il s’ancre toujours au cœur de multiples enjeux sociétaux. Ainsi tantôt considérée comme un outil sur l’étude des réactions affectives, tantôt considérée comme une étude de psychologie sociale sur sa dangerosité potentielle par Jacques Selosse, par exemple, la filmologie est rapidement devenue un objet de recherche à part entière en Italie comme en France au sein du milieu judiciaire. Le recentrement sur l’étude des « inadaptés » apparaissant comme un outil précieux destiné à mieux comprendre les phénomènes de criminalité et les mécanismes impliqués dans le processus de délinquance, les professionnels de l’enfance et de la justice ont su très tôt investir ce champ. Dans ce contexte, Roxane Hamery souligne le fait que ce sujet donnera lieu à de grands congrès organisés par l’Unesco (à partir des années 1950 jusqu’en 1963), dans lesquels de nombreux acteurs de tous horizons sont invités à réfléchir collectivement à ces questionnements. Italiens et Français apparaissent comme les plus représentés mais là encore, l’autrice note à nouveau la difficulté de structuration de la pensée et des arguments à l’issue de ces évènements. C’est en tout cas l’occasion d’une rencontre foisonnante au carrefour de réseaux multiples et variés.

5La participation active du monde judiciaire dans la sphère du cinéma s’illustre aussi par la création en 1949 d’une commission de contrôle, destinée à étudier l’influence de la presse et du cinéma sur la criminalité juvénile, et à laquelle sont associés de nombreux experts issus de diverses disciplines. Roxane Hamery revient longuement sur l’émergence de la censure des films et des restrictions liées à l’âge qui semblent tout particulièrement se renforcer dans les années 1950, et dont les critères d’évaluation demeurent relativement flous. Elle démontre à nouveau toute l’ambiguïté liée au médium puisque dans le même temps, on observe la valorisation d’un cinéma jugé plus « moral », même si peu de ces productions sont en réalité directement destinées à la jeunesse. Elle met également en avant l’utilisation d’un cinéma dit « pédagogique » par la création de ciné-clubs qui se développent largement à cette époque, à l’école, mais aussi dans les établissements de l’Éducation surveillée, notamment les IPES. Dans ce contexte, le rapport de force tend à s’inverser puisque certaines productions filmiques sont alors littéralement considérées comme des outils à « vocation corrective », même si les éducateurs chargés de mettre en place l’activité demeurent globalement peu formés. Cette tendance semble être également accentuée par l’arrivée de films se plaçant davantage à hautrice d’enfant, à l’image des 400 coups de Truffaut, qui questionne le rapport au pouvoir et annonce l’émergence d’une liberté nouvelle à venir.

6Grâce à un travail de recherche méticuleux et détaillant de nombreux aspects associant jeunesse et cinéma, l’autrice réussit à mettre en lumière de façon approfondie le lien complexe oscillant sans cesse entre attraction et répulsion, cristallisation des craintes d’une société qui voit alors dans le médium, tout comme dans sa jeunesse, l’émergence d’une certaine puissance incontrôlable à dompter. C’est à l’aune d’un profond changement des mœurs qu’une armée de censeurs s’élève, garant de la bonne moralité. L’enjeu est grand et c’est un choix judicieux de la part de Roxane Hamery d’avoir analysé la conjoncture expérimentale de ces objets car ils touchent tous les pans de la société qui les regardent. On lit ainsi souvent en arrière-plan la confusion des discours scientifiques et les mécanismes de pouvoir des acteurs politiques et religieux de cette époque qui s’emparent de ces sujets brûlants, mais surtout les représentations, les tentatives d’observation et de contrôle à l’égard d’une jeunesse si difficile à contenir et à comprendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Le Louarn, « Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960 »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 22 | 2020, 183-187.

Référence électronique

Nathalie Le Louarn, « Ténèbres empoisonnées ? Cinéma, jeunesse et délinquance de la Libération aux années 1960 »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5437 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5437

Haut de page

Auteur

Nathalie Le Louarn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search