Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23DossierÀ la recherche des jeunes filles

Dossier

À la recherche des jeunes filles

Genèse de l’enfance anormale dans un asile italien au début du siècle dernier
In search of young girls. The genesis of abnormal childhood in an Italian mental asylum in the early 1900s
Marica Setaro
Traduction de Danièle Faugeras
p. 47-65

Résumés

Cet essai a pour but de comprendre dans quelle mesure les sciences psy ont affecté la notion d’enfance et d’adolescence à partir de la fin du xixe siècle. L’objet de cette étude est la documentation clinique d’un asile italien qui commence à être saturé de « jeunesse anormale ». En adoptant une perspective de genre, nous avons essayé de comprendre comment les théories et les pratiques psychiatriques d’observation et de traitement des jeunes filles ont, d’un côté, défini les paramètres de normalité et de pathologie concernant l’enfance et, de l’autre côté, comment elles ont forgé la dimension comportementale et tout particulièrement la conduite sexuelle. L’examen d’un certain nombre de dossiers médicaux de jeunes femmes devient par conséquent un point d’observation privilégié pour comprendre comment l’institution de l’asile psychiatrique a rendu effectives les hypothèses psychiatriques du courant positiviste. Cet examen nous permet aussi d’analyser la constitution morale et sociale des sujets féminins qui ont vécu dans cet asile.

Haut de page

Texte intégral

La jeunesse n’est qu’un mot. (Pierre Bourdieu)

Introduction

  • 1 Il s’agit des archives historiques de l’hôpital neuropsychiatrique d’Arezzo (désormais Asona). Pour (...)
  • 2 Asona, Serie Cartelle Cliniche, bb. 424-451.
  • 3 Dans le langage technique du système d’assistance de l’aliénisme, les fatui désignent les débiles, (...)
  • 4 L’asile d’Arezzo a été inauguré en 1902. Auparavant, les internements se faisaient à l’asile San Ni (...)
  • 5 Cette estimation ne peut être qu’indicative et partielle parce qu’elle est liée seulement à la sect (...)

1Lorsque j’ai entrepris cette recherche dans les archives d’un ancien asile italien1, les traits infantiles de la folie paraissaient assez flous et difficiles à décrire. L’objectif était de chercher de toutes jeunes filles, une hypothèse facile à vérifier. Il n’y avait pas eu là de pavillon spécifique pour les mineurs, comme cela avait été le cas dans d’autres asiles. Mais déjà, dès ses premières années de fonctionnement, autour de 1902, l’asile d’Arezzo, dont je m’occupais, comptait des fillettes et de très jeunes filles. J’ai dépouillé près de 1 300 dossiers médicaux2 de femmes malades décédées durant leur hospitalisation, entre 1901 et 1952 (réservant une étude approfondie aux dossiers des premières décennies d’internement). Il faut ajouter à cela la consultation de la documentation relative à la garde à domicile des débiles3, qui fut une préoccupation constante de cette structure asilaire, particulièrement sous la direction d’Arnaldo Pieraccini4. J’ai passé en revue l’intégralité d’un corpus de près de 2 000 fiches à la recherche des jeunes filles. Oui, les fillettes et les jeunes femmes étaient internées et « gardées » par l’asile. Dans quelle proportion ? Même si cela ne représente pas un pourcentage important sur l’ensemble du grand internement asilaire, je peux estimer – à partir des chiffres que je viens de mentionner – une composante infantile égale à 10 %5. Cette estimation s’accroît, par contre, après examen des registres et des fiches personnelles des débiles (des deux genres) pensionnés, pour la plupart des mineurs.

  • 6 Revue fondée en 1907 qui présente des contributions de neuropsychiatrie infantile et d’assistance m (...)

2Les données figurant en page titre des dossiers constituent une première cartographie des classifications morbides au moment de l’admission. Des jeunes femmes, analphabètes ou tout juste capables de lire et d’écrire, « restant à la maison », paysannes, non mariées, catholiques. Nombre d’entre elles entrent et sortent à plusieurs reprises, sont ré-admises pour de brèves périodes d’observation, jusqu’à une éventuelle admission définitive à l’asile. La nosographie des formes morbides reconnues à l’entrée est variée : excitation maniaque du débile, idiotie, démence précoce, épilepsie, imbécilité, neurasthénie, hystéro-épilepsie, crétinisme, arrêt de développement, surdimutité, encéphalite, épisodes convulsifs dans une folie non reconnue, débilité, folie épileptique, syndrome confusionnel, paraphrénie, impulsivité, états anormaux du caractère et des sentiments, altérations des instincts individuels et sociaux. Cette panoplie de classifications est un véritable chantier de construction des anomalies psychiques et mentales de l’enfance. Recourant à une heureuse définition – qui a d’ailleurs donné son nom à une revue scientifique dirigée par Sante De Sanctis, pionnier de la neuropsychiatrie infantile en Italie –, je dirais qu’il s’agit d’élaborer et de connaître les critères étiologiques, diagnostiques, symptomatologiques qui identifient et nomment « l’enfance anormale » (L’infanzia anormale6). Une définition aux contours labiles et incertains qui, toutefois, permet à la psychiatrie d’élargir démesurément sa sphère de compétence, n’orientant plus seulement son regard sur l’aspect organique et fonctionnel de la folie, de la tare psychique, mais visant à conquérir le territoire du comportement : attitude, conduite, instinct sexuel, comportement éthique et social, deviennent signes et symptômes de nouvelles maladies.

  • 7 Blanchard Véronique, Niget David, Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles, Paris, Textuel, 201 (...)

3Dans les trois cas que je présente ici, j’ai privilégié surtout ce dernier aspect. Une préférence induite par la stéréotypie de certains éléments continuellement présents dans la description des sujets internés. Les fillettes ou jeunes filles sont présentées comme bavardes, capricieuses, braillardes, fates, agaçantes, maniérées, désobéissantes, méchantes, rebelles, excitées, onanistes, dangereuses, méfiantes, indisciplinées, égarées, vagabondes et – aussi bizarre que cela puisse paraître – infantiles. Un répertoire varié de qualifications qui ne concernent pas tant les infirmités fonctionnelles du système nerveux, sensoriel, physique et psychomoteur (entendez : cécité, surdimutité, troubles du langage, tics, idiotie grave, imbécillité due à des retards de développement), que l’insuffisance de certaines fonctions psychiques et les déviations de l’instinct, surtout l’instinct sexuel7.

  • 8 Strauss Paul, texte repris dans la « Revue philanthropique. Assistance et éducation des enfants ano (...)
  • 9 Voisin Jules, « Classification et assistance des enfants dits “anormaux intellectuels” », Revue men (...)
  • 10 Lombroso Cesare et A. Marro Antonio « I germi della pazzia morale e del delitto nei fanciulli », Ar (...)

4En un mot, l’enfance anormale à laquelle je me suis intéressée est une enfance instable, indisciplinée, perverse – cette population d’enfants que Strauss, en 1903, aurait appelée « arriérés moraux, petits pervers8 » et que Voisin, trois années plus tard, désignera comme « enfants anormaux intellectuels, enfants présentant des altérations morales9 ». Des caractères que le psychiatre décrit soit comme des aspects complémentaires de la maladie du développement ou du retard psychique chez les idiotes ou les imbéciles, soit comme les éléments constitutifs – les « germes10 » d’une dégénérescence plus grave des instincts, qu’il s’agira de débusquer et de lier à l’hérédité familiale. Vecteurs scientifiques et culturels d’une théorie de la dégénérescence qui a la vie dure.

Grandir en asile : Amelia et ses péchés de débilité

5Amelia N. a 6 ans quand elle est hospitalisée pour la première fois à l’asile d’Arezzo. C’était le 20 janvier 1906, et cela faisait à peine quatre ans que l’asile de cette ville toscane avait été inauguré. Jusqu’en 1902, en effet, l’asile pour les fous avait relevé de la compétence de la Réunion des Hôpitaux, mais il ne suffisait pas à contenir le nombre croissant des aliénés, qui, le plus souvent, devaient être transférés à l’asile San Niccolò de Sienne, avec les embarras et les énormes coûts de gestion que cela entraînait.

  • 11 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 443, fasc. di A.N., Anamnestico e diari clinici (« Anamnestique (...)

6Les notes anamnestiques figurant dans le dossier clinique de la fillette proviennent de l’interrogatoire de son grand-père maternel, qui l’avait amenée11. Amelia n’avait pas été accompagnée par ses parents – un détail qui n’est pas sans importance. Son père, un ouvrier agricole de Lucignano, était en prison – « son temps de peine finit le 9 mars » – après « une condamnation à 6 ans pour agression à main armée. […] Sa mère est à Rome, elle est domestique ». Amelia grandit confiée à ses grands-parents maternels âgés, en compagnie de son frère, d’un an plus jeune qu’elle. Et c’est précisément son grand-père Antonio qui va dire que la petite souffrait d’accès convulsifs. Il rapporte qu’elle est « intelligente, mais inconsidérée, et elle n’obéit pas ». Il s’est décidé à venir à l’asile parce qu’il ne peut plus s’en occuper : sa femme et lui sont vieux, le domaine autour de la maison où il sert est plein de pièges et de dangers pour Amelia. À qui confier la fillette ?

  • 12 Arnaldo Pieraccini fut un ardent défenseur de l’assistance à domicile subventionnée, surtout sous l (...)

7Après les premiers jours d’observation, c’est encore le registre anamnestique qui nous informe que, le 10 février 1906, la direction de l’hôpital a écrit au maire « afin qu’il demande aux parents [de la fillette] de déclarer leurs intentions : veulent-ils que celle-ci soit confiée à leur garde ou bien, moyennant subside, doit-elle être confiée à une bonne famille d’ici ». J’ai fait allusion, dans l’introduction, à cette méthode d’assistance appliquée durant la gestion du directeur Arnaldo Pieraccini. Il s’agissait d’un dispositif administratif qui, en accord avec la Province, permettait l’assistance à domicile de déments inoffensifs, de fous tranquilles, de débiles. Une forme de garde externe, constamment contrôlée via des visites médicales à domicile effectuées par le personnel de l’asile et moyennant l’octroi d’un subside à la famille pour l’entretien de l’assisté. Déjà en 1900, Pieraccini avait publié un livre qui fut bien accueilli dans les milieux psychiatriques de l’époque. Dans L’assistenza dei pazzi nei manicomi e nella famiglia (« L’assistance apportée aux fous dans les asiles et dans la famille ») il avait mis au point un dispositif d’assistance et de prévoyance. Corroborées par des données chiffrées et d’expérience asilaire, les méthodes de garde à domicile, dite « de type Pieraccini », repéraient dans la famille, parmi les parents proches ou dans un noyau extra-familial, les sujets qui pouvaient, chez eux, prendre soin de ceux dont la présence à l’asile n’aurait constitué qu’un alourdissement de coût et de gestion hospitalière. Pour promouvoir la méthode, il était nécessaire de la soutenir au moyen d’une aide économique, négociée à chaque fois avec l’organisme provincial qui l’octroyait. Ce phénomène n’était pas isolé, ni objet d’intérêt du seul directeur de l’asile d’Arezzo. L’adoption tardive, en Italie, d’une loi sur les asiles – Disposizioni sui manicomi e sugli alienati (« Dispositions sur les asiles et sur les aliénés »), 1904 rendit plus âpre le débat sur son application. La loi, en effet, devait faire face à une impressionnante augmentation du nombre des internés dans les structures asilaires du pays, à quoi ne correspondit pas un investissement économique congruent en termes d’assistance. Le temps était venu d’imaginer des mesures réglementaires extra-asilaires, parce que les hôpitaux ne supportaient plus le poids de nombres importants et qu’il n’y avait pas assez d’argent ni pour construire de nouveaux hôpitaux ni pour agrandir encore ceux existants. Les ressources publiques étant de plus en plus restreintes, il fallait imaginer des techniques asilaires exportables à l’extérieur des asiles, dans les familles, pour tous ces sujets qui, à condition qu’ils soient dociles et non dangereux, pouvaient être assistés chez eux. À plus forte raison si les sujets en question étaient mineurs. La loi 36 de 1904 était en outre très claire sur un point : dans les cas où on ne pouvait pas trouver une forme de garde extérieure, on était dans l’obligation d’hospitaliser ces patients à l’asile. C’est de cette prescription que vient l’engagement pris par de nombreux directeurs – dont Pieraccini – de faire du subside une mesure incitative, surtout pour les familles. La dialectique entre direction et administration provinciale fut souvent tendue, soit parce que l’attribution des subsides ne se faisait pas régulièrement, soit parce que, au fil des ans, les ressources destinées à ce chapitre allaient en diminuant. La documentation sur la garde à domicile est l’exemple flagrant des capacités de gestion dont un directeur devait faire preuve en matière de politique d’assistance12. Capacités qui incluaient la rationalisation des coûts, le lien avec le territoire de la province à travers les attributions du subside aux familles nombreuses et les plus démunies, et, non moins important, la diffusion d’un modèle culturel de garde en dehors de l’asile.

  • 13 Pieraccini Arnaldo, Sull’assistenza domestica, art. cité, p. 6-7.

« De 1904 à 1909 », écrit Pieraccini, « le nombre des débiles subventionnés a atteint une moyenne de 174 […] et s’est traduit par un coût moyen de 20 174,32 lires. […] L’avantage économique de ce système reste toujours évident et tout à fait remarquable. Pour ce qui est des avantages civils et sanitaires […] ils sont aisément constatables si l’on envisage la rapide propagation, parmi les populations les moins évoluées, d’idées plus rationnelles sur les fous et sur la folie […]13. »

  • 14 Ibid. p. 5.

8Ce sont là des chiffres voués à s’accroître tout au long des vingt années suivantes. Mais si cette mesure avait un effet important sur l’équilibre familial, ce n’était pas tant du fait d’une conscience plus mûre du peuple à l’égard des pathologies mentales que, au contraire, du fait de l’ambiguïté de l’attribution du subside à des familles vivant dans des conditions si misérables. Une contribution au soin qui, toutefois, n’avait aucune retombée sur l’investissement de cet argent pour un meilleur état de santé du fatuo – « comme on appelle ici les “doux dingues” confiés à l’assistance des familles14 ». Le résultat des inspections périodiques à leur domicile dresse le tableau d’un contrôle sommaire, visant à vérifier les conditions d’hygiène de l’habitation et les mesures de garde exercées sur des personnes qui sont la plupart du temps des petites filles et des petits garçons. Le directeur effectuait des contrôles périodiques dans les campagnes arétines, consacrant beaucoup de temps à l’exercice d’une pédagogie et d’une technique asilaire susceptibles d’aider les familles à contenir et assister les débiles. Ce sont des techniques qui ne réussissent pas toujours. Bien souvent, tant à l’occasion des inspections que dans les lettres de certains parents s’exprimait un refus du subside, parce que la seule présence à la maison d’un enfant de plus, non autonome, incapable de quelque travail que ce soit, et qui s’ajoutait à un nombre déjà conséquent d’enfants, était un poids difficilement supportable, en plus d’être source d’étiquetage et de honte dans le canton. Alors, l’asile n’avait qu’à le prendre !

9Dans ce jeu de renvoi au sein d’un fragile équilibre administratif, le dialogue était également difficile entre l’hôpital psychiatrique et les couvents et monastères, lesquels retournent souvent à l’expéditeur les continuelles demandes que leur fait le directeur de prendre en charge des débiles.

10C’est dans les mailles de cette gestion que finit la petite Amelia. Son dossier clinique enregistre régulièrement la série d’admissions à l’asile et de gardes à l’essai dans des familles d’accueil entre 1906 et 1908. Pieraccini, ayant pris acte de l’indisponibilité de la famille à prendre en charge la petite fille, se préoccupa de trouver une bonne famille du coin qui, moyennant une rétribution de 19 lires mensuelles, se chargea de l’assister. Mais tous les essais s’avérèrent des échecs. En l’espace de quelques mois, les différentes structures d’accueil – d’abord un infirmier, puis une famille, puis un couvent de sœurs – demandèrent à ce que la fillette soit asilable à jamais. La raison donnée était toujours la même : Amelia est un scandale public, elle est méchante, elle est inéducable et elle a des tendances lascives. Mais il y a une autre raison, honteuse, non tolérable : Amelia est une onaniste invétérée.

La fin de l’innocence et la naissance de l’instinct

  • 15 Dans le dossier clinique d’Amelia est inclus le document d’Autorisation pour le soin d’aliénés étra (...)

11En avril 1906, Amelia est confiée à un infirmier15. Les journaux cliniques figurant dans les dossiers de cette période sont souvent pauvres en informations, mal remplis, répétitifs, se limitant à attester brièvement de l’état du malade. Il n’est pas rare, pour ce qui concerne les malades hospitalisés à long terme, que trente années d’internement soient résumées en moins de deux pages dactylographiées : peu d’attention aux formes morbides, absence d’indications thérapeutiques, brèves annotations sur l’éventuelle application de l’ergothérapie. Dans un champ d’action thérapeutique qui applique la garde comme soin, il ne faut pas s’étonner de l’imprécision avec laquelle sont remplies les fiches personnelles des personnes hospitalisées. Les formulations qui reviennent inlassablement, d’une année sur l’autre, sont : « situation inchangée », « état stationnaire ». Il n’est donc pas facile, à partir de l’analyse des dossiers, de se faire une idée de la quotidienneté obsessive, cloîtrée dans des espaces exigus, de ces personnes. Pour rompre la pauvreté de ces descriptions, il y a, parfois, des effractions produites par la patiente : des gestes, des paroles, des faits, qui interrompent la docilité et l’obéissance ordonnées, programmées, inhérentes à un hôpital où le nombre des admissions augmente et où l’argent fait défaut.

12Dans le cas d’Amelia, c’est précisément sa première sortie à l’essai qui va donner lieu à un événement retentissant, minutieusement rapporté dans le Journal clinique, rédigé par un jeune psychiatre de l’asile, Ugo Viviani :

  • 16 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 443, fasc. di A.N., Diario clinico.

« 13 octobre 1906 – M. le Directeur m’ayant demandé ce matin si la petite Amelia N. pratiquait déjà l’onanisme lors de son séjour à l’asile, j’ai répondu que je pouvais affirmer avec certitude que ladite fillette avait une tendance très marquée à se pincer les bras et le visage, puisque j’ai moi-même été surpris, et ce à plusieurs reprises, de voir des meurtrissures sur son visage. Pour ce qui est de tendances à l’onanisme, je me souviens que plusieurs fois, ayant demandé à Sœur A. pourquoi elle traitait la fillette avec sévérité alors que celle-ci se montrait des plus affectueuses, la sœur me répondit que celle-ci avait des tendances lascives. Et elle ajouta que, précisément, elle s’était efforcée de corriger la fillette, mais en vain, et de l’empêcher de faire des câlins à toutes les femmes du service, de se jeter au cou de tout le monde, même de gens qu’elle voyait pour la première fois. Elle dit que la fillette n’était docile qu’en apparence, qu’elle devenait méchante et infantile chaque fois qu’elle était contrecarrée dans ses désirs16. »

13Un penchant qui n’est pas isolé, la précision avec laquelle Viviani décrit ces épisodes étant motivée par une demande officielle. C’est le juge en personne, à la suite des faits survenus chez l’infirmier P. en charge de la fillette, qui avait demandé pour le tribunal une expertise qui permît d’établir non seulement si celle-ci s’adonnait à la masturbation, mais aussi comment sa défloration avait été possible :

  • 17 Ibid.

« En tant qu’expert du tribunal, j’ai dû visiter la fillette le 24 août 1906 […] j’ai été conduit chez l’infirmier P., où j’ai dû procéder à l’examen gynécologique de la petite. Je l’avais soignée à l’asile et, dans la mesure où la fillette avait dit d’elle-même avoir pratiqué l’onanisme, j’ai déclaré que cette tendance qu’elle avait était déjà connue de moi. De mon examen […] il est ressorti que la petite N. présentait […] une déchirure complète de l’hymen. Chargé du rapport d’expertise […] j’ai reconnu que chez la petite N., dégénérée, il pouvait y avoir eu auto-dévirginisation par onanisme, précisant toutefois que […] la déchirure pouvait avoir été produite par un corps rigide et dur […] qui aurait été introduit dans le vagin. Selon les dires de la fillette et de ses gardiens, le 7 août celle-ci aurait introduit dans son vagin une petite bobine, causant ainsi la rupture de l’hymen17. »

  • 18 Ibid., Diario clinico, 6 juin 1907.
  • 19 Ibid., 10 août 1908.
  • 20 Sur le geste compulsif de pincer, de mordre, d’excorier la peau : en 1875 Erasmus Wilson a été le p (...)
  • 21 Diario clinico, 30 mai 1907.

14La description détaillée de ce rapport se prête à plusieurs types d’analyses. L’un est d’ordre stylistique et tient au ton de l’observation. Le langage change. Face à une demande d’expertise susceptible d’établir les dynamiques des faits, l’observation clinique n’a plus rien de sommaire, elle devient précise, avec toutes les caractéristiques d’un compte-rendu d’interrogatoire. Il s’agit d’un détail important, qui montre bien la différence de dispositif. Si le journal clinique restait une source interne de l’institution asilaire, avec l’expertise, la fonction de l’observation change sa structure, intégrant la nécessité d’administrer la preuve. Mais le dossier clinique reste, en tout cas, la prémisse logique et épistémologique en mesure de recueillir les phases d’observation plus importantes, dites de l’anamnèse, du diagnostic et du pronostic, du sujet observé. Le journal témoigne, dans le cas d’Amelia, de trois vecteurs distincts, bien mis en lumière par la description de Viviani. Tout le monde, médecin compris, confirme qu’Amelia s’adonne à l’onanisme. Une tendance qui s’accompagne du tic compulsif qui consiste à surexciter et excorier la peau. La fillette se pince les bras et le visage. Ailleurs, le journal rappelle ses « morsures » aux bras, outre des « pratiques masturbatoires causées par un intense prurit qu’elle calme en se frottant avec du sable18 ». Le 7 janvier 1908, après une dernière tentative de prise en charge hétéro-familiale dans un couvent, celle-là aussi sans succès, Amelia est internée définitivement à l’asile : « Elle se maintient dans un état stationnaire, ne travaille pas du tout ; quand elle peut, elle abîme toutes les plantes des jardins ; souvent elle se cache derrière une plante et reprend ses pratiques masturbatoires19. » Cette tendance constante semble presque prendre le pas sur le diagnostic. Les formes morbides, durant les deux années d’observation, sont confuses et jamais circonscrites ou interrogées dans le journal : c’est une épileptique, une imbécile. La généricité de ces diagnostics met par contre en évidence le caractère dégénératif des symptômes liés aux perversions sexuelles. Ce que tout le monde fait, mais dont personne ne parle, le secret pluriséculaire du rapport de chacun avec le désir provoqué par l’auto-érotisme, devient un récit qui, au contraire, ne cache ni n’édulcore, mais s’attarde à expliquer et à décrire, avec un vocabulaire prolixe qui associe, dans un rapport de cause à effet, la vivacité de la motilité de la petite fille et ses désirs de caresses dénués de toute pudeur. Comme si les mouvements de son corps, ses gestes d’autolésionisme20 et son désir d’embrasser les autres malades devenaient un signe incontournable de son agitation incontrôlable et de la dégénérescence de son caractère. La preuve en est qu’aux caprices et aux clameurs sont opposées la paresse et l’apathie plutôt que quelque autre disposition. Amelia est une fillette impertinente, qui ne veut rien faire, rien qu’embêter, sans renoncer à ses pulsions érotiques : dans le service, « elle ne voulait jamais mettre de culotte ». Récits de petits événements quotidiens qui tiennent ensemble, dans la même trame causale qui justifie le diagnostic, le caractère incorrigible et l’érotomanie ; elle montre sa jouissance sexuelle « en relevant sa jupe et montrant ses parties dénudées […], elle lance des piques et pleure rageusement sans aucun motif plausible21 ». On notera la progression croissante de ces annotations : de six à neuf ans, la perversion se condense, se renforce, et rien ne la freine. Une raison qui suffit à rendre irrévocable l’enfermement dans un asile, où Amelia meurt d’entérite en 1914.

15Peu différents sont les destins de Maria et de Giulia, un peu plus grandes qu’Amelia. C’est leur puberté même, vécue dans un contexte de pauvreté, qui les a rendues asilables à jamais.

Maria et Giulia, des jeunesses consumées

16Quand on parle de mineurs dans l’histoire de l’institution psychiatrique ou dans les asiles qui, au long des années 1900, accueillirent ceux-ci à des titres divers, il est bon de mettre en question un premier élément qui prête à ambiguïté. La rigueur terminologique et normative oblige à dire qu’étaient mineurs tous ceux qui n’avaient pas atteint l’âge de la majorité. À l’époque qui nous occupe, en Italie, on devenait majeur à 21 ans. C’est seulement avec la réforme du droit de la famille, en 1975, que la majorité fut portée à 18 ans.

17Il ne s’agit pas là, évidemment, d’une faille juridique. À bien y regarder, la question « quand est-ce qu’on est grand ? » avait trait à la capacité et à la responsabilité d’un sujet adulte dans sa croissance individuelle et sociale ; une question de toute première importance pour qui parle scientifiquement du développement et de l’évolution du genre humain. Et donc, le problème posé en introduction de cette contribution sur la découverte de l’enfance se complique par la suite, lorsqu’on aborde l’adolescence de la vie. En maintenant bien la loupe fixée sur les registres des hospitalisations asilaires, on s’aperçoit bien vite que la présence des enfants, garçons et filles, de la tranche d’âge comprise entre 4 et 10 ans est très largement inférieure à celle qui concerne toute la période suivante, jusqu’à 21 ans. Une constatation facile, mais qui tranche toutefois avec une autre considération : la condition de mineur, du point de vue de l’état civil, entre fondamentalement en conflit, et ce pour les deux genres, avec le rôle social requis, par exemple, des jeunes de seize ans de l’époque. Rôle qui change selon le genre et la condition sociale. À dix-sept ans, les jeunes femmes sont « faites ». Paysannes, femmes au foyer, pour la grande majorité analphabètes, mères de trop d’enfants, ces jeunes filles ont peu à apporter en dot. De leur père qui les donne en mariage encore mineures, elles héritent de leur statut de minorité permanente et c’est la famille qui va se renforcer comme lieu dévolu à la responsabilisation et à la rigoureuse éducation morale, à l’ombre du contrôle social des maris, des prêtres, du canton.

18À partir de la seconde moitié du xixe siècle, on assiste à une lente transformation d’importance : la possibilité, établie par la loi, de soustraire les mineurs à la patria potestas et de les placer dans des lieux spécifiques quand ils ne sont pas en mesure d’assurer leur éducation, soin et correction. Commencent ainsi à se mettre en place, d’un côté un processus de déresponsabilisation des mineurs, la culpabilité quant à leurs comportements étant attribuée à la famille et, d’un autre côté, c’est l’État qui s’attribue la tâche de moraliser le corps social via des institutions qui imposent une discipline sévère, garantissent les règles de conduite en surveillant les tendances sexuelles ou rebelles, éduquent à l’éthique du travail et à la reconnaissance de l’autorité. C’est l’État qui se substitue aux « parents dénaturés ». Les acteurs institutionnels qui vont tenir un rôle de premier plan dans cette tâche sont variés : la famille, l’église, les autorités locales, les tribunaux, les médecins, les instituteurs, les psychiatres, les psychologues.

  • 22 Sur le rôle tenu par l’adolescence dans l’observation médico-psychiatrique : Arveiller Jacques, Ado (...)
  • 23 Ibid., p. 198.
  • 24 Sur les modèles et les développements sociaux autour de l’adolescence féminine : Di Spurio Laura, D (...)

19Voici donc un autre moment de la vie, l’adolescence, qui, avec l’enfance, tombe sous le coup d’une observation particulière. Les caractères physiologiques et psychologiques de cette période de transition trouvent dans la catégorie de « puberté » leur expression la plus significative22. Que la médecine se soit toujours occupée avec la plus grande attention d’une période aussi importante pour l’entrée dans l’âge adulte, est un fait bien connu. Le développement physique, la maturation sexuelle déterminent un passage physiologiquement important et à risque. Dès lors prend forme une « adolescence médicale23 », comme dit Arveiller, à l’intérieur de laquelle va se développer pleinement, entre la fin des années 1800 et le début des années 1900, une clinique psychiatrique de l’adolescence. L’âge d’or du premier aliénisme, celui de Pinel, Cabanis, Guislain, jusqu’à Griesinger, considère les pathologies mentales qui émergent à l’adolescence de la même manière que celles de l’âge adulte. Il n’y a qu’une différence de degré. Les termes utilisés pour décrire « empiriquement » les traits psychologiques de la puberté sont empruntés à un vocabulaire de la crise et de la transformation radicale. Cabanis parlera d’« explosion de talents », se référant aux facultés intellectuelles, sur le plan des désirs, des attitudes, des passions. Des changements soudains qui suscitent chez les jeunes caractères du mal-être, des inquiétudes, des pensées et des besoins indéfinissables. Chez les garçons sont plus marqués l’impétuosité, le caractère expansif, les « aspirations ardentes », l’« esprit bouillant » ; chez les jeunes filles, on souligne particulièrement la « mélancolie », la timidité, l’indifférence24. Comme pour l’enfance, l’idéalisation de l’adolescence passe aussi par une grammaire des sentiments et des émotions qui travaillent sur deux plans de la définition du comportement adulte : la sensibilité, la bonne conduite, la virilité et la discipline, déclinés respectivement au féminin et au masculin.

  • 25 Marro Antonio, La pubertà studiata nell’uomo e nella donna, in rapporto all’Antropologia, alla Psic (...)

20La puberté devient ainsi un phénomène du développement autonome, totalisant, aussi pour les sciences psy. Le noyau des psychoses de la puberté peut être isolé et avoir une spécificité propre, révélant soit les causes héréditaires de la psychopathologie adulte, soit les rapports entre tares du développement fonctionnel et tares psychiques. L’hébéphrénie, l’hystéro-épilepsie, la folie masturbatoire, la folie morale sont des classifications récurrentes à l’âge de la puberté. Le modèle psychopathologique qui l’informe est celui d’une psychiatrie qui commence à se « désincarner ». Le regard organiciste qui tente de lier les pathologies mentales aux fonctions cérébrales et reproductrices cède le pas à une psychiatrie phylogénétique qui voit dans l’instinct et dans les tares héréditaires l’« homme nouveau » à disséquer dans son environnement social, moral, sexuel. Mieux que quiconque, Antonio Marro, avec son ouvrage monumental25, bien vite traduit en plusieurs langues, interprète le rôle de premier plan de cette perspective anthropologique. Le directeur de l’asile de Turin présente ce corps social de la jeunesse qui « tombe malade » et régresse à travers des centaines de cas. Jeunes filles et garçons sondés dans leur moindre pulsion et caprice, dans le moindre défaut de leur corps vu comme symptôme d’une personnalité « distordue ».

  • 26 Ibid., p. 514.

« L’âge le plus difficile à gouverner, me dit une sœur préposée à l’éducation des internées, est toujours de 14 à 16 ans ; à cet âge-là, les filles sont de vrais petits démons, elles prennent feu pour la moindre chose : elles mettraient au défi la patience même d’un saint ! […] L’usage précoce de la sexualité exerce, à n’en pas douter, une influence considérable sur le caractère26. »

21La direction de l’asile fournissait à Marro tout comme à Arnaldo Pieraccini un poste d’observation privilégié pour mener leurs observations.

22L’internement pour scandale public, notamment après l’entrée en vigueur de la loi de 1904, prouvait bien que la psychiatrie appliquait des dispositifs d’hygiène sociale et morale aussi et surtout à une population très jeune. Des actes préventifs qui le plus souvent finissaient par être définitifs. Le temps de la vie asilaire, que ce soit en brefs ou longs séjours, est un temps dilaté, en tant que tel iatrogène. Utiliser les dossiers cliniques comme sources, dans un travail comparatif avec les traités scientifiques, sert, par exemple, à mesurer le déséquilibre flagrant qu’il y a entre les acquisitions théoriques d’une discipline médicale encore en herbe et le fonctionnement effectif de l’engrenage institutionnel. Les journaux cliniques sont souvent de simples carnets de notes où est décrit le comportement observé durant la permanence à l’asile : l’attitude au travail, réticente ou active, la docilité, la tranquillité sont des attitudes rapportées de manière répétitive, et la plupart du temps elles n’ont aucun lien avec le diagnostic indiqué dans le dossier ou avec les développements du tableau psychopathologique.

23Ce qui saute aux yeux, par contre, c’est le rôle que joue l’institution asilaire avec les autres acteurs sociaux dans un contexte rural comme celui de la province arétine. Pieraccini et ses collaborateurs sont loin de se confiner à l’intérieur des murs qui entourent le Colle del Pionta où est situé l’hôpital. L’assistance à domicile instaure un lien qui n’a pas seulement trait à la valeur « clinique » du soin à domicile, mais qui sert surtout à construire une reconnaissance réciproque. Un lieu défensif pour ses propres jeunes enfants, ou conjoints – des êtres dangereux du fait d’une double nature : ils sont fragiles et incapables de se défendre ou d’être défendus dans le monde qui les entoure. En même temps, l’asile devient l’antre lointain, comme il se doit, qui protège de ce qui est inhabituel, fait défaut, est bizarre, corrompt, rend malade.

24Les histoires, relativement brèves et anonymes, de Maria et Giulia ont dans ce sens un déroulement prévisible. À quatorze ans, ces deux « jeunes filles en fleur », fanées et flétries en cette phase de la vie qui les voudrait déjà femmes, vont connaître plusieurs hospitalisations et séjours en familles d’accueil avant d’être livrées à l’irrévocable admission à l’asile, avec ses mesures probatoires de bonne conduite et de travail, ses tentatives d’administrer les intempérances ou les défaillances d’un âge qui faisait exploser, en même temps que le corps, des peurs, des jalousies, des retards inconscients. Chrysalides qui n’arrivaient pas à devenir papillons, nouvelles identités cousues dans les habits de l’imbécillité et de la démence précoce.

25Le 4 août 1913, Maria, à sa première hospitalisation, était décrite ainsi :

  • 27 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 442, fasc. di M.M., Diario clinico.

« La malade montre un âge inférieur au sien, qui est de 13 ans. […] C’est une déficiente à un degré assez avancé. Elle n’est pas susceptible d’être éduquée, elle est toujours avide, embête et pince les autres malades. Elle est désordonnée et souvent sale. Elle a un langage très limité et seulement aux choses les plus communes, comme pain, lard, maman, qu’elle prononce en outre imparfaitement. […] Elle ne s’occupe pas de ce qui l’entoure, ne craint pas les autres malades, ne se laisse pas non plus intimider par leurs menaces. Elle s’est prise d’affection de façon spéciale pour une autre malade, une autre imbécile, avec laquelle elle est souvent. Elle est toujours vive, agitée27. »

26Considérée comme encore docile et tranquille, elle est de nouveau confiée à son père, avec un subside mensuel de 10 lires. Son internement sera requis avec insistance par le maire et le médecin municipal, dont les rapports font toujours référence à des comportements de scandale public.

  • 28 Ibid., certificats joints au Dossier clinique.

« Nous certifions… que l’état de la débile Maria M. di L., a subi depuis un certain temps une aggravation importante par quoi elle s’est rendue insupportable à sa famille et aussi au public qui assiste souvent à des scènes scandaleuses. C’est pourquoi nous pensons qu’il est indispensable et urgent de l’interner à l’Asile afin d’éviter les dangers […] étant donné son inconscience28. »

27En juillet 1917, quand sa famille demande à grands cris son internement définitif parce qu’« elle soulève sa jupe devant les passants, choque tous les gens du voisinage, non seulement ceux qui habitent son village, mais surtout les estivants, qui se sont plaints au maire », tout le monde tait la grossesse de Maria. En février 1918, le journal clinique rapporte froidement :

  • 29 Ibid., journal clinique.

« La m., sans que personne ait pu s’en rendre compte, a, cette nuit, accouché prématurément. On a trouvé dans son lit, tandis qu’elle riait, un fœtus de 6 mois enveloppé dans la membrane avec le placenta. Il est à noter que M. avait été admise en décembre à l’infirmerie parce qu’elle était affectée de taches rouges sur le visage et d’un énorme échauffement des parties génitales externes29. »

  • 30 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 442, fasc. di M.M., All. 88-1269, note de Pieraccini adressée au (...)

28La documentation dans le dossier ne fait aucunement état de la constatation judiciaire des faits. Dans un renvoi de responsabilité, l’inévitable faute retombe sur la mère qui avait mal surveillé la « pauvre petite » : « Quand je suis sortie, je l’ai enfermée à clé dans la cuisine. […] Je doute que quelque monstre ait profité de la pauvre petite…30 »

29Maria cesse de vivre le 25 mars 1918, d’une pneumonie. Sa mort, sous le couvert de l’institution asilaire, met un terme à l’histoire d’un abus subi.

30En 1922, le scénario se répète. C’est une jeune fille de 16 ans, Giulia, qui va faire l’objet de tractations épuisantes entre sa famille et l’asile. L’imagerie commune de l’histoire asilaire a bien établi l’idée d’un univers totalement clos, instaurant une séparation nette entre dedans et dehors. Les fiches sanitaires renvoient un tableau moins tranché : les familles ou les organismes qui interagissent avec cette institution ne peuvent pas être présentés seulement comme les « auteurs d’un abandon ». Ce rapport, pour dur et insidieux qu’il soit, va rester actif jusqu’au moment où des conditions déterminées le rendront possible. Les raisons sont diverses : l’économie familiale demande des bras en plus s’ils peuvent être utilisés, ou un soutien public comme le subside. Mais subsistent aussi des raisons affectives et de morale publique. Lorsqu’un proche est à l’asile, on hérite d’une étiquette qui est comme un boulet qu’on traîne pour toute son existence. À un âge plus jeune, toutefois, les admissions et les sorties sont plus fréquentes, parce que la situation clinique n’est pas toujours définie, mais elle est associée à des variables dépendant du développement. Nervosité, inquiétude, accès imprévisibles de colère et de jalousie, excitations, désir de mourir, tous comportements à ne pas perdre de vue, parce que, s’ils peuvent être fugaces et donc redressés, ils peuvent aussi être les symptômes précoces d’une psychopathologie.

31Giulia racontait qu’un jour elle avait avalé un « cachet de sublimé ». Elle souffrait à l’idée d’être battue par son père, quand bien même elle « travaillait d’arrache-pied ». Elle voulait en finir, à seulement 16 ans, parce que tout le monde chez elle préférait ses sœurs.

  • 31 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 437, fasc. di G.G., Diario clinico.

« Son père lui donnait souvent du bâton ; elle, se voyant tellement mal-aimée à la maison, même si elle travaillait d’arrache-pied, tenta de prendre un cachet de sublimé et menaça de se jeter par la fenêtre. Depuis qu’elle est ici, elle a d’abord passé ses nuits sans pouvoir dormir, puis elle a commencé à dormir, mais elle ne se repose pas la totalité de la nuit. Elle pratique l’onanisme. Elle a toujours été assez calme, passés les premiers jours. Elle parlait et parle encore comme quand elle était petite : si on la reprend, elle abandonne un tel maniérisme. […] Elle craint certaines des infirmières, dit qu’elles lui font des misères et qu’elles veulent la persécuter. […] Son comportement, ses précédents anamnestiques et les observations sus-mentionnées me font penser qu’il s’agit d’une démence précoce31. »

32Mais Giulia ne s’adapte pas à la vie ordonnée de l’asile. Elle casse, déchire, fait voler en éclats les vitres des fenêtres des dortoirs. Elle reste pendant des mois dans le service des Agitées où ses tendances érotiques s’accentuent et où les troubles de la personnalité s’aggravent :

  • 32 Ibid.

« Elle est très portée à l’érotisme : elle nouerait des relations aussi avec ses compagnes d’aventure. Elle a tendance à fuguer. Souvent elle prétend que les infirmières ou les sœurs lui semblent être des hommes et que les hommes qui commandent le service sont des femmes. Quand elle est excitée, elle se repose peu la nuit et devient très bruyante. […] Elle ne frappe pas les autres, elle fait seulement un vacarme démesuré et vole tout ce qu’elle peut aux autres, surtout des choses comestibles. […] Elle continue à s’abîmer en s’arrachant l’épiderme du visage32. »

33Après une première hospitalisation d’une durée de quatre ans, son père demande de la reprendre chez lui. L’expérience dure un peu moins d’un an. En 1936, Giulia, lors de l’interrogatoire effectué à l’observation pour sa deuxième hospitalisation, se montre contente d’être revenue. Son père dit qu’à la maison elle avait été bien, qu’elle travaillait beaucoup, mais qu’elle était « excitée » et extrêmement jalouse de ses sœurs plus jeunes qui « allaient se marier avant elle ». « Elle est toute retournée, parce que sa famille ne l’aime pas. » Mais Giulia ne sait pas que ce qui l’attend, c’est un séjour qui va durer plus de dix ans. Le temps nécessaire pour vivre à l’asile entre deux conflits mondiaux. En 1937, elle sort pour une brève période, désormais apathique et dans un état de catatonie produit par un long internement :

  • 33 Ibid.

« 30 juin 1936 : Capricieuse, instable, impulsive, désordonnée ; elle travaille parfois […] reste d’une humeur bizarre.
15 décembre 1937 : depuis longtemps, G. est tranquille, et même apathique ; elle travaille un peu, n’a pas de réactions violentes. […] Si cela continue ainsi, on pourrait envisager de la faire sortir.
1er septembre 1940 : la malade est rentrée dépressive et confuse. Taciturne, désordonnée, elle déclare que chez elle, elle ne voulait pas travailler, c’est pour cela qu’on l’a renvoyée ici33. »

34Un dépérissement progressif, qui va s’accentuer au cours des mois suivants au point de la faire hospitaliser chez les Chroniques, parce que toujours « sale et délabrée ». Le service des chroniques marquait le début de la fin : le seul fait d’être là officialisait l’irrécupérabilité. L’échec pathogène de l’institutionnalisation prenait place architecturalement dans un lieu pensé pour la relégation de l’inhumain. Atteint d’« abcès tuberculeux à la poitrine », le corps de Giulia suit son esprit, s’éteignant le 7 novembre 1944.

35Dans une lettre qui ne fut jamais expédiée, Giulia avait écrit d’elle-même, pour mémoire :

  • 34 Ibid., extrait d’une lettre de G.G. jointe à son dossier clinique. La « petite chambre » (cameretta(...)

« 18 mai 1923 – Chère maman, je suis désespérée d’être enfermée ici, au fond de cet asile… j’ai été 5 fois aux agités, 16 fois attachée au lit, 7 fois en petite chambre, et puis toute nue, en camisole, chez les agités. Puis sondée par le nez 2 fois, et puis les malades des agités m’ont battue. Et puis toutes les bosses sur mon visage… Je suis tellement désespérée de pas être avec vous autres… Puis je ne sais pas combien de lettres vous arrivent, ils les lisent et les laissent à la Direction… ou bien ils les déchirent34. »

L’asile, un miroir déformant pour raconter l’Histoire

36Loin d’épuiser la portée de l’internement des jeunes femmes, les histoires d’Amelia, Giulia et Maria ont été choisies à titre emblématique. Le phénomène de l’enfance et de l’adolescence en asile reste, évidemment, encore tout à décrire et exige des approfondissements historiographiques et des perspectives d’analyse qui n’ont pu trouver ici que quelques pistes de travail.

37J’ai abordé les archives en cherchant à comprendre comment certaines thèses cruciales de l’élaboration psychiatrique et anthropologique sur l’enfance et l’adolescence avaient investi la vie de certaines personnes en en changeant la route.

  • 35 De Sanctis Sante, « I fanciulli anormali » (« Les enfants anormaux »), L’infanzia anormale, VI, 1, (...)
  • 36 Ibid., p. 3. L’italique est dans le texte.
  • 37 Ibid. Italique dans le texte.

38La conquête de l’enfance comme terrain d’application de la psychiatrie fut, donc, une question « extrêmement difficile et complexe35 ». Avoir rompu le tabou de l’éternelle innocence intérieure de l’enfant en le considérant comme un sujet exempt de « passions tristes » était seulement un point de départ. Restaient à expliquer les processus étiologiques, les causes héréditaires et environnementales, et il fallait essayer de faire la lumière sur qui étaient les « vrais anormaux psychiques36 ». Le statut épistémologique de cette vérité trace sa voie tout en se confrontant aux mille incertitudes de sa vérification, soulevant au moins « trois problèmes fondamentaux : le problème médical, le problème éducatif et le problème social37 ».

  • 38 Sur ce thème : François Aurore, Massin Veerle, Niget David, Violences juvéniles sous expertise(s)/E (...)

39À partir des premières années du xxe siècle, l’internement des enfants en asile fait partie d’un dispositif de contrôle social qui scelle une alliance importante entre psychiatrie et éducation publique, cette dernière étant entendue soit dans son application scolaire, soit dans la vulgate moralisante du discours pédagogique public, soit encore dans l’expérimentation de modèles médico-pédagogiques dont la neuropsychiatrie devient l’avant-poste. Crèches, écoles, instituts, colonies, maisons de correction, classes spécialisées construisent une alliance cohésive entre les dispositifs. À l’intérieur de cette topographie correctionnelle, toutefois, l’asile devient une institution de l’abandon et de l’exclusion de mineurs qui sont nés et ont grandi dans des contextes de misère ou de violence38. L’institutionnalisation précoce, de fait, élève des sujets qui ne connaîtront qu’un destin asilaire dans le cours plus ou moins bref de leur vie.

40Le petit asile de province dont il a été question ici, au bout du compte, opère un retournement de sens. Les fous sont gardés et disciplinés parce qu’ils sont comme les enfants : ce sont les « doux dingues » (pazzarelli), un terme affectueux par lequel, dans le langage commun, on désigne le fou du village. Se révèle alors le double visage du traitement de la folie : si, de l’adulte en asile on remarque toujours l’infantilisme du comportement, aux petites filles, aux jeunes filles dont j’ai rapporté ici les histoires, est refusé précisément ce droit. Enfance et adolescence niées, où ne trouvent pas place le jeu, les désirs, ni aucune forme de liberté. C’est une enfance qui reste, de manière anormale, dans son état infantile, dans sa débilité.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des archives historiques de l’hôpital neuropsychiatrique d’Arezzo (désormais Asona). Pour la consultation de l’inventaire des archives et pour les éléments historiques relatifs à cet asile, voir Gherardi S. et Montani P., Inventario dell’archivio storico dell’Ospedale Neuropsichiatrico di rrezzo (« Inventaire des archives historiques de l’hôpital neuropsychiatrique d’Arezzo »), Arezzo, Le Balze, 2004.

2 Asona, Serie Cartelle Cliniche, bb. 424-451.

3 Dans le langage technique du système d’assistance de l’aliénisme, les fatui désignent les débiles, les fous dociles et tranquilles qui pouvaient bénéficier, depuis la loi italienne de 1904 sur les asiles, de l’assistance à domicile. Le directeur de l’asile d’Arezzo se distingua en cette matière en écrivant un livre intitulé : A. Pieraccini, L’assistenza dei pazzi nei manicomi e nella famiglia (« L’assistance des fous dans les asiles et dans la famille ») , Milano, Hoepli, 1900. Cf. à ce sujet: Guarnieri Patrizia, Matti in famiglia. Custodia domestica e manicomio nella Provincia di Firenze (1866-1938) (“Fous en famille. garde à domicile et asile dans la Province de Florence [1866-1938]”), Studi Storici, 48, 2007, p. 477-521.

4 L’asile d’Arezzo a été inauguré en 1902. Auparavant, les internements se faisaient à l’asile San Niccolò de Sienne ou à l’asile San Salvi de Florence. Avec Lucques, Pise et Florence, Arezzo complétait, au niveau de la Province, la géographie asilaire toscane. La nomination d’Arnaldo Pieraccini en tant que directeur n’intervient que deux années plus tard, en 1904, et elle prendra fin seulement en 1952. Une très longue carrière de direction, durant laquelle l’asile adopte une physionomie très marquée par son profil de psychiatre. Pour un portrait d’Arnaldo Pieraccini, cf. Pieraccini, Arnaldo, in Dizionario Biografico degli Italiani (« Dictionnaire biographique des Italiens »), a cura di M. Fiorani, Treccani, vol. 83, 2015.

5 Cette estimation ne peut être qu’indicative et partielle parce qu’elle est liée seulement à la section féminine. En tout cas, il convient de préciser que, dans ce pourcentage, la tranche d’âge majoritairement présente dans la documentation clinique est celle des 10-17 ans ; très inférieur est le nombre des fillettes dont l’âge est compris entre 6 et 10 ans. Et quasiment nulle la présence de fillettes en-dessous de 6 ans.

6 Revue fondée en 1907 qui présente des contributions de neuropsychiatrie infantile et d’assistance médico-pédagogique.

7 Blanchard Véronique, Niget David, Mauvaises filles : incorrigibles et rebelles, Paris, Textuel, 2016.

8 Strauss Paul, texte repris dans la « Revue philanthropique. Assistance et éducation des enfants anormaux, arriérés, bègues, sourds-muets, aveugles, épileptiques et autres », Rapport général. Troisième congrès national d’assistance publique et de bienfaisance privée, Bordeaux, 1-7 juin 1903. Bordeaux, Gounouilhou, 1903-1904, p. 3-20.

9 Voisin Jules, « Classification et assistance des enfants dits “anormaux intellectuels” », Revue mensuelle des maladies de l’enfance, XXIV, 1906, p. 562-572.

10 Lombroso Cesare et A. Marro Antonio « I germi della pazzia morale e del delitto nei fanciulli », Archivio di Psichiatria, Scienze penali e Antropologia criminale, IV, 1883, p. 7-17 et p. 158-167.

11 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 443, fasc. di A.N., Anamnestico e diari clinici (« Anamnestique et journaux cliniques »).

12 Arnaldo Pieraccini fut un ardent défenseur de l’assistance à domicile subventionnée, surtout sous la forme « mixte », dont il fut l’artisan : Pieraccini Arnaldo, L’assistenza dei pazzi nei manicomi e nella famiglia, cit. Sur ce thème : Aluffi Gianfranco, Dal manicomio alla famiglia: l’inserimento eterofamiliare supportato di adulti sofferenti di disturbi psichici (« De l’asile à la famille : l’insertion hétéro-familiale subventionnée des adultes souffrant de troubles psychiques »), Milan, Franco Angeli, 2001 ; Guarnieri Patrizia, Matti in famiglia. Custodia domestica e manicomio nella Provincia di Firenze (1866-1938) (« Fous en famille. Garde à domicile et asile dans la province de Florence (1866-1938) »), Studi Storici, 48, 2007, p. 477-521 ; Scarfone Marianna, « L’accueil familial thérapeutique. Une expérience italienne au tournant des xix et xx siècles », Revue d’histoire moderne & contemporaine 67-1, 2020/21, p. 44-70.

13 Pieraccini Arnaldo, Sull’assistenza domestica, art. cité, p. 6-7.

14 Ibid. p. 5.

15 Dans le dossier clinique d’Amelia est inclus le document d’Autorisation pour le soin d’aliénés étrangers en maison privée, produit par la préfecture d’Arezzo le 28 avril 1906.

16 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 443, fasc. di A.N., Diario clinico.

17 Ibid.

18 Ibid., Diario clinico, 6 juin 1907.

19 Ibid., 10 août 1908.

20 Sur le geste compulsif de pincer, de mordre, d’excorier la peau : en 1875 Erasmus Wilson a été le premier à forger le terme de neurotic excoriation (« excoriation névrotique ») ; in Lectures on Dermatology. Session 1874-75. London, J. & A. Churchill, 1875, p. 192-209.

21 Diario clinico, 30 mai 1907.

22 Sur le rôle tenu par l’adolescence dans l’observation médico-psychiatrique : Arveiller Jacques, Adolescence, médecine et psychiatrie au xixe siècle, L’évolution psychiatrique, 71, 2006, p. 195-221.

23 Ibid., p. 198.

24 Sur les modèles et les développements sociaux autour de l’adolescence féminine : Di Spurio Laura, Du côté des jeunes filles : discours, (contre-)modèles et histoires de l'adolescence féminine : Belgique, 1919-1965, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2019.

25 Marro Antonio, La pubertà studiata nell’uomo e nella donna, in rapporto all’Antropologia, alla Psichiatria, alla Pedagogia ed alla Sociologia, Turin, Fratelli Bocca, 1900, p. 78.

26 Ibid., p. 514.

27 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 442, fasc. di M.M., Diario clinico.

28 Ibid., certificats joints au Dossier clinique.

29 Ibid., journal clinique.

30 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 442, fasc. di M.M., All. 88-1269, note de Pieraccini adressée au procureur du Roi auprès du tribunal d’Arezzo.

31 Asona, Serie Cartelle Cliniche, b. 437, fasc. di G.G., Diario clinico.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid., extrait d’une lettre de G.G. jointe à son dossier clinique. La « petite chambre » (cameretta) désigne un espace exigu, fermé, où l’on était mis à l’isolement.

35 De Sanctis Sante, « I fanciulli anormali » (« Les enfants anormaux »), L’infanzia anormale, VI, 1, 1911, p. 1.

36 Ibid., p. 3. L’italique est dans le texte.

37 Ibid. Italique dans le texte.

38 Sur ce thème : François Aurore, Massin Veerle, Niget David, Violences juvéniles sous expertise(s)/Expertise and Juvenile Violence. xixe-xxie siècles/19th-21st Century, Presses universitaires de Louvain, Louvain-la-Neuve 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marica Setaro, « À la recherche des jeunes filles »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 23 | 2021, 47-65.

Référence électronique

Marica Setaro, « À la recherche des jeunes filles »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 09 septembre 2023, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5559 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5559

Haut de page

Auteur

Marica Setaro

Docteure en philosophie, post-doctorante au Laboratoire Sage, université de Strasbourg. Collaboratrice auprès des archives de l'hôpital psychiatrique d'Arezzo (Italie)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search