Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23DossierDe l’enfance à la folie en situat...

Dossier

De l’enfance à la folie en situation coloniale

Trajectoire d’un enfant malgache confronté à l’internement asilaire colonial (1902-1927)
From childhood to madness in a colonial situation. Trajectory of a Malagasy child confronted with colonial asylum internment (1902-1927)
Raphaël Gallien
p. 87-101

Résumés

En 1914, au sein du seul asile d’aliénés de Madagascar, pour la première fois un enfant se retrouve interné. Âgé de douze ans et prénommé Lezoma, il est amené par sa mère dans l’espoir d’une prise en charge pour son fils. Or les autorités médicales restent muettes quant à sa qualité d’enfant et ne le distinguent pas des autres malades. Ce silence révèle l’une des motivations principales de l’encadrement asilaire : « l’indigène », enfant ou non, reste aux yeux des autorités un être inaccompli à éduquer vers la voie de la raison et de la « civilisation ». Pour les médecins, le jeune âge de Lezoma ne constitue donc pas une spécificité par rapport au projet asilaire et ne justifie aucune attention particulière. Suivre le parcours de Lezoma, c’est néanmoins révéler les attentes et ajustements de la psychiatrie coloniale et éclairer sous un angle inédit l’itinéraire de vie d’un enfant considéré comme « anormal » durant la colonisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seul le prénom est conservé ici afin de préserver son identité.
  • 2 Les termes « Européens » et « Indigènes » sont à entendre comme des catégories juridiques propres (...)
  • 3 La loi du 30 juin 1838 instaure dans chaque département français l’obligation d’avoir un établisse (...)
  • 4 Le modèle médical déployé à Madagascar est l’un des plus précoces de l’empire colonial français ave (...)
  • 5 Reboul Henri, Régis Emmanuel, Rapport sur l’assistance des aliénés aux colonies, Paris, Librairie d (...)

1L’asile d’aliénés d’Anjanamasina, situé à dix-huit kilomètres au nord-ouest de la capitale du pays, Tananarive, est ouvert depuis moins de deux années lorsque Lezoma1 y entre pour la première fois au début de l’année 1914. L’établissement s’étend alors sur un peu plus de deux hectares et se compose d’une dizaine de pavillons qui séparent les malades européens des malades indigènes2, les malades « agités » des malades « tranquilles », les hommes des femmes. Les autorités voient dans cette institution un modèle de gestion de la folie dans l’espace colonial français. C’est en effet le premier établissement qui, au-delà de la métropole, répond de la loi du 30 juin 1838 et place ainsi le malade aliéné sous l’autorité de l’administration coloniale3. Quelques « maisons de fous » existaient préalablement à Madagascar ou dans d’autres territoires, tels que la Martinique ou la Guadeloupe, mais le déploiement d’un modèle aliéniste à l’architecture propre et s’insérant dans une politique sanitaire et sociale d’envergure, pensée à l’échelle de la colonie, est jusqu’alors inédit dans les colonies françaises4. Les autorités sanitaires coloniales de l’île, tout comme les aliénistes de l’époque, ne manquent pas de saluer ces premiers développements, faisant d’Anjanamasina un modèle qui mériterait d’être dupliqué dans les autres espaces coloniaux de l’empire5.

  • 6 Ibid.
  • 7 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), MAD GGM 5(6)/D30-32, « Rapport sur le fonctionnement de l’a (...)
  • 8 Archives de la République de Madagascar (ARM), H 313, rapport de 1946.
  • 9 Archives de l’hôpital psychiatrique d’Anjanamasina (AHPA), rapport de 1913.

2Aussi inédit que soit cet établissement, l’arrivée à croissance constante de nouveaux malades fait que ses capacités d’accueil se révèlent très rapidement débordées. Avant même qu’il ouvre ses portes, les médecins responsables du projet avertissent l’administration sur le fait « que cet établissement qui vient d’être construit […] va être insuffisant dès l’inauguration6 ». En réalité, il faut attendre la fin de l’année 1913 pour que l’établissement, initialement conçu pour cent lits, dépasse cette jauge avec cent six personnes internées7. L’ambition initiale est certes novatrice, mais les moyens alloués à son fonctionnement quotidien sont insuffisants face à l’afflux de malades. Les internés, soumis à une proximité forcée et encadrés par des surveillants trop peu nombreux, sont de plus en plus violents entre eux et vis-à-vis du personnel8. L’alimentation n’est pas toujours suffisante, tandis qu’un problème majeur d’accès à l’eau empêche « que les règles minimes d’une hygiène courante soient observées9 », interdisant de fait toute mise en place de l’hydrothérapie, pourtant promue comme l’un des traitements de base de la maladie mentale lors de la conception de l’asile.

  • 10 Moyenne effectuée à partir de cent soixante-six dossiers de patients internés à Anjanamasina entre (...)
  • 11 Sur les cent soixante-six dossiers étudiés pour la période, vingt-deux ne mentionnent aucun diagnos (...)
  • 12 Tout au long de notre étude, il s’agit des médecins Sarramon et Roussy, successivement en poste à A (...)
  • 13 Sur la spécificité de l’archive coloniale voir : Stoler Ann-Laura, Au cœur de l’archive coloniale. (...)
  • 14 Si le personnel médical malgache maîtrise le français, langue dans laquelle se déroulent les concou (...)

3C’est dans ce quotidien de violence et de pénurie qu’arrive le jeudi 26 février 1914 un garçon de douze ans, prénommé Lezoma. Depuis l’ouverture de l’établissement, c’est la première fois qu’une personne aussi jeune se retrouve devant les médecins, l’âge moyen des malades à leur entrée étant de trente-quatre ans à cette époque10. Comme pour tous les internés, son arrivée se solde par la création d’un dossier médical devant permettre tout à la fois de consigner sa situation familiale et sociale (adresse, ascendants, formation scolaire, situation maritale, enfants, etc.), et son état de santé depuis son arrivée jusqu’au plus contemporain. Ces observations s’accompagnent bien souvent d’un diagnostic précis relevant d’une nomenclature médicale, sans que cela soit toutefois toujours le cas11. Le dossier de Lezoma se compose de treize pages, toutes manuscrites à l’exception de l’ordre d’internement signé du gouverneur général, l’administrateur Albert Picquié. Il s’agit majoritairement de bulletins semestriels rédigés deux fois par an par le médecin qui dépeint l’état de santé de l’interné12. À cela, s’ajoutent deux documents d’enquête médico-administrative revenant sur l’itinéraire de vie de Lezoma et des évènements l’ayant conduit à Anjanamasina. Ce type de dossier constitue une archive particulière, au croisement entre l’archive coloniale et l’archive médicale, fruit d’une sélection précise13, entièrement de langue française – ce qui implique une traduction alors qu’il est peu probable que les protagonistes malgaches maîtrisent cette langue14 –, mais précieuse lorsqu’il s’agit d’explorer l’histoire de la psychiatrie dans ses ressorts quotidiens et individuels. Confrontés aux rapports médicaux et articles scientifiques qui offrent un portrait global de l’institution, de sa démographie et des enjeux sanitaires qui motivent son existence, les dossiers des patients nous renseignent plus précisément sur le schéma thérapeutique et institutionnel qui jalonne l’itinéraire de vie de l’interné et viennent « réhumaniser » des individualités aux parcours singuliers que les rapports généraux estompent bien souvent.

  • 15 Pour ne citer que les plus récents : Mahone Sloan, Megan Vaughan (dir), Psychiatry and Empire, Basi (...)
  • 16 Sadowsky Jonathan, Imperial Bedlam: Institutions of Madness in Colonial Southwest Nigeria, Berkele (...)
  • 17 Bien que discrète chez les historiens de l’Afrique, cette démarche est désormais courante chez les (...)
  • 18 Faire de la seizième année un passage entre le statut d’enfant à adulte reste arbitraire et discuta (...)

4Si ces dernières années, les travaux sur la psychiatrie coloniale et postcoloniale se sont multipliés15, pour l’espace subsaharien, seules les recherches des historiens anglophones Jonathan Sadowski et Rory du Plessis se sont concentrées sur des dossiers de patients, en quête d’indices nécessaires à la reconstruction du monde du malade et de la vie interne des établissements asilaires africains au xxe siècle16. Notre article s’inscrit dans la continuité de cette démarche « au ras des fous » qui permet de saisir l’articulation entre la colonisation et l’histoire de la folie aux Afriques et d’appréhender l’emprise réelle qu’a eue la psychiatrie sur les colonisés17. Mobiliser le dossier de Lezoma, c’est en faire une porte d’entrée pour comprendre la place réservée à un enfant dans un asile colonial, alors même que s’en remettre aux mains des colonisateurs pour traiter « le fou » constitue bien souvent, comme nous le verrons, un choix de dernier recours pour la famille. C’est de fait nous inscrire dans une histoire sociale de la folie qui souhaite s’approcher au plus près de la réalité quotidienne de l’enfant « anormal ». À notre connaissance, aucune recherche ne s’est jusqu’à présent penchée sur la situation d’enfants internés dans des asiles d’aliénés coloniaux. À Madagascar, bien que la présence d’un enfant à l’asile ne soit pas chose commune, elle n’en est pas pour autant anecdotique. Entre les années 1912 et 1960, nous avons ainsi pu comptabiliser près de trente-sept enfants de seize ans ou moins internés à Anjanamasina18. Lezoma est le premier d’entre eux et le dossier le plus complet en notre possession. Il ne s’agit pas ici de chercher à réaliser une évaluation complète de sa situation et encore moins d’infirmer ou d’accréditer rétrospectivement le diagnostic des médecins l’ayant ausculté, mais d’articuler les traces à notre disposition pour révéler les attentes et ajustements de la psychiatrie coloniale et éclairer sous un angle inédit l’itinéraire de vie d’une enfance considérée comme « irrégulière » en situation coloniale.

5Il s’agira tout d’abord de revenir sur les premières années de vie de Lezoma, la trajectoire qui l’amène à l’asile, en essayant de saisir les motivations de son internement et l’horizon que peut représenter l’institution asilaire parmi un panel de soins préexistants localement à l’imposition coloniale. La réalité de l’internement se révèle toutefois indifférente au statut d’enfant de Lezoma. Dans une deuxième partie, nous tâcherons donc d’interroger ce silence et de comprendre pourquoi être enfant dans un asile colonial ne constitue pas en soi une singularité qui retient l’attention des autorités médicales, alors même qu’en France, la question des maladies mentales de l’enfant connaît un véritable essor depuis la seconde moitié du xixe siècle.

D’une « lourde chute » à la chronicité asilaire : retour sur la trajectoire de Lezoma

D’une petite enfance « normale » à l’arrivée à Anjanamasina

  • 19 AHPA, dossier de Lezoma – Fiche d’observation d’entrée de Lezoma.

6Lezoma est né en 1904 dans la région du Menabe au sein du village d’Ankavandra, situé à mi-chemin entre la capitale, Tananarive, et la côte ouest de l’île qui borde le canal du Mozambique. Il grandit en pleine ruralité, dans une localité aujourd’hui encore à distance des principales routes qui connectent les différentes régions du pays. Sur son dossier médical figure l’inscription « sans profession » que son jeune âge explique facilement. Son dossier ne porte aucune trace d’une instruction scolaire reçue et, au vu de ses origines géographiques, il paraît peu probable qu’il ait pu suivre un enseignement ne serait-ce que primaire. Sa mère, Masisika, explique que c’est un enfant né sans difficulté, porteur d’aucun handicap, dont la petite enfance s’est déroulée sans soubresaut. Lezoma, affirme-t-elle au médecin d’Anjanamasina lors de leur arrivée, « n’avait rien eu de particulier au point de vue mental jusqu’à l’âge de 10 ans19 ». Ce n’est que quelques mois après son dixième anniversaire, alors qu’il joue avec des amis, que sa situation se dégrade suite à une lourde chute :

  • 20 Ibid.

« Il y a un an et demi environ [avant son arrivée à l’asile], cet enfant fit une chute brusque alors qu’il jouait avec d’autres enfants. Masisika, sa mère, prévenue par les camarades de l’enfant assista Lezoma qui, tout animé de secousses convulsives gisait allongé dans le décubitus dorsal. Les convulsions étaient musculaires et généralisées ; elles furent suivies d’un sommeil profond durant quelques heures. Au réveil, on constate un grand changement de l’état mental de l’enfant. Il était comme idiot20. »

  • 21 Guillemain Hervé, Schizophrènes au xxe siècle. Des effets secondaires de l’histoire, Paris, Alma Éd (...)

7Ce récit est le discours rapporté de la mère par le médecin à leur arrivée et consigné sur sa fiche d’entrée. L’écrit du médecin sélectionne le propos et met bien entendu en avant les éléments qu’il juge importants pour la prise en charge de Lezoma. En témoignent les termes médicaux utilisés (décubitus dorsal, convulsions, etc.) qui, assurément, ne peuvent être qu’une reformulation des termes maternels dans un langage spécifique à la médecine. Cela nous permet néanmoins d’avoir une compréhension minimum des évènements qui viennent plonger Lezoma dans la souffrance et « l’anormalité » aux yeux de ses proches. Au centre de cette histoire, une chute qui vient faire sombrer Lezoma dans la « folie » : cet enfant n’est pas né malade ou « anormal », mais a connu un épisode traumatique, objectivement perceptible par son entourage. L’entretien avec la famille, lorsqu’elle accompagne le malade, est chose systématique à Anjanamasina. Cette dernière constitue en effet bien souvent, comme ici, le témoin privilégié des débuts de la maladie. Si le médecin oriente investigations et terminologie, la famille, en répondant aux questions, participe de manière fondamentale à la représentation du trouble associé au malade. Face au peu de moyens, les médecins n’ont guère d’autres choix que d’investir massivement ces témoignages pour comprendre ce qui arrive au nouvel arrivant. Le récit de la famille doit ainsi permettre de trancher sur l’origine de la maladie et lui donner sens à partir de repères intelligibles par chacune des parties. En ce sens, loin d’être passives dans cette construction, les familles peuvent avoir une conscience préalable de ce qui va susciter l’intérêt des médecins et orienter, de fait, leur mise en récit21. Dans le cas de Lezoma, c’est l’épisode de la chute, sur lequel se concentre le récit de sa mère, qui semble constituer le dénominateur commun permettant de rendre intelligible sa souffrance.

« Il était devenu intraitable et entêté » : l’asile comme dernier recours

  • 22 Burguet Delphine, « Médecins blancs et sorciers en pays colonisé : politiques de santé, modes d’inf (...)
  • 23 « Raha misy olona atao ho adala voampanga, ka hotsaraina, dia asain’ny Mpitsara hizahan’ ny Mpanao (...)
  • 24 Raison-Jourde Françoise, Bible et pouvoir à Madagascar au xixe siècle. Invention d’une identité chr (...)

8Que s’est-il passé entre cette chute et l’arrivée à l’asile ? Pourquoi cette durée d’un an et demi entre ces premiers évènements et l’arrivée de Lezoma à Anjanamasina ? Et comment la mère en vient-elle à faire de l’asile un horizon pour son enfant ? Autant de questions pour peu d’éléments. Rien dans le dossier ne nous renseigne sur ces quelques mois. Il nous semble toutefois peu probable que la durée entre la chute de Lezoma et son arrivée à l’asile soit un signe de passivité. À l’inverse, cet écart temporel porte selon nous la signature d’un itinéraire de soin où la rencontre avec la biomédecine, savoir importé par le colonisateur, n’a lieu qu’en dernier recours. Très souvent à Madagascar, comme dans la plupart des pays colonisés, l’encadrement sanitaire mis en place par les autorités françaises n’est emprunté par les populations locales que lorsque les schémas « ancestraux » de soin n’ont pas offert les espoirs attendus et qu’aucune amélioration ne semble plus envisageable22. À Madagascar, les pratiques et discours sur l’adala (fou), le foka (imbécile) ou l’ondrana (crétin) sont bien antérieurs à l’arrivée française. Déjà dans les textes de loi de la société malgache du xixe siècle, un statut spécifique encadrait celui qui ne possédait pas la plénitude de ses capacités mentales23. Plusieurs institutions, religieuses ou liées à la sorcellerie, ont fait de l’accueil du fou leur spécialité24. Il est donc très probable que la mère ait d’abord consulté l’ombiasy (devin-guérisseur), avant de se résoudre à s’en remettre aux mains des colonisateurs faute d’amélioration de l’état de son enfant. Il n’empêche que c’est bien elle, et non les autorités de police ou administratives, comme c’est souvent le cas, qui vient solliciter l’aide des médecins d’Anjanamasina pour son enfant, l’accompagnant jusqu’à l’intérieur de l’asile, répondant aux questions du personnel de soin et des autorités médicales une fois sur place.

  • 25 AHPA, dossier de Lezoma – Fiche d’observation d’entrée de Lezoma.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

9Il faut dire que l’état de son enfant n’arrête pas, selon elle, de se dégrader. Il deviendrait de plus en plus violent : « docile et obéissant qu’il était avant sa chute, il était devenu intraitable et entêté25 », note le médecin. « Il agissait sans avoir l’air de savoir ce qu’il faisait, il criait sans motif apparent, il riait, il dansait ; il proférait des phrases incompréhensibles26 ». Cette rhétorique de la violence et du désœuvrement n’a rien de spécifique au contexte malgache ou colonial et constitue un thème récurrent dans beaucoup d’internements. À Anjanamasina, rares sont les dossiers faisant exception à ce schéma, tant et si bien qu’on ne sait finalement plus quelle est la part de réalité manifeste et de rhétorique médicale. Nous pourrions comprendre son arrivée comme un aveu d’impuissance d’une mère désespérée ne parvenant plus à maîtriser son fils, devenu plus fort physiquement avec l’âge. Cependant, le médecin le décrit à l’inverse comme chétif, plutôt « petit pour son âge27 ». Les justifications de la remise d’un enfant à l’institution de la part d’une mère semblent donc à chercher ailleurs.

Au-delà du renoncement : abandonner son enfant pour mieux le sauver ?

10Dans le dossier de Lezoma, il est frappant de voir clairement établi l’évènement qui explique le basculement de son état de santé. Bien souvent, les circonstances sont floues et le médecin peine à cerner clairement les motifs qui font plonger l’individu dans la folie. Cette rationalité face à l’évènement rejoint le schéma proposé par l’institution. Si régulièrement, dans les dossiers des patients d’Anjanamasina, apparaissent les thèmes de la malédiction des ancêtres ou d’un mauvais sort reçu, ici c’est bel et bien la chute en elle-même qui nourrit une explication à la situation de Lezoma, dissipant toute angoisse de la malédiction ou du sortilège pourtant très présente dans la société malgache. Si l’on ne peut exclure que la sélection et la réécriture opérées par le médecin déforment notre perception, il ne paraît pas aberrant de penser que pour la mère, s’en remettre volontairement aux mains du médecin, c’est témoigner d’une acceptation de cette situation et de ce traumatisme physique.

  • 28 Ce qui n’est ici qu’une hypothèse se rencontre régulièrement dans les dossiers d’Anjanamasina : les (...)
  • 29 Fremigacci Jean, État, économie et société coloniale à Madagascar (fin xixe siècle-1940), Paris, (...)
  • 30 Andriamanjato Richard, Le tsiny et le tody dans la pensée malgache, Paris, L’Herne, 2013, 162 p.

11Par ailleurs, il n’est pas à exclure que placer son enfant à l’asile soit aussi une manière de lui garantir un accès à la nourriture, à certains soins et à une surveillance minimale, alors même que la précarité du quotidien ne permettrait pas de prendre en charge une personne incapable de subvenir à ses besoins par son propre travail28. En ce début de xxe siècle, c’est toute une nouvelle économie qui se met en place, donnant lieu à de nouvelles taxations afin de développer la colonie29. Selon nous, accompagner Lezoma à l’asile n’est donc pas le simple signe d’un renoncement total face à la situation. Le fait même d’accompagner son fils à l’asile, de se soumettre au regard des médecins et donc des colons, de participer à l’institutionnalisation de son trouble constitue un effort important dans une société qui considère accidents et maladies comme un châtiment (tody) consécutif au non-respect d’interdits ou à une mauvaise action (tsiny)30. La maladie est un déshonneur visible dans le regard d’autrui qui expose la famille à la malédiction qu’elle aurait elle-même générée. Pour cette mère, accompagner son fils en dépit du regard des autres, s’accommoder du modèle asilaire, c’est choisir de s’affranchir de certaines normes afin de privilégier le devenir de son fils. De fait, le rôle joué par la mère dans l’accompagnement de son fils rend le cas de Lezoma singulier : la plupart des malades arrivés à Anjanamasina le sont à la suite d’un abandon, retrouvés errant sur la voie publique. Sur les trente-sept enfants de seize ans ou moins internés à Anjanamasina durant la période coloniale, seuls deux autres dossiers font état d’un accompagnement familial.

  • 31 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 2e semestre 1923.

12Cette hypothèse quant à l’accompagnement du malade doit toutefois être aussitôt nuancée. S’il est dans un premier temps conduit par sa mère, Lezoma ne reverra jamais sa famille par la suite et ne recevra aucune visite. Le médecin s’en inquiète à plusieurs reprises dans les rapports médicaux semestriels, précisant que Lezoma, après presque dix ans à l’asile, est désormais considéré comme « un indigent, abandonné complètement par ses parents et qui ne saurait gagner sa vie au-dehors31 ». Cette situation est difficilement explicable sans informations plus précises. Elle est loin d’être anecdotique pour autant. À la honte sociale que représente un proche considéré comme « anormal », se rajoute ici une distance géographique qui peut paraître difficilement surmontable. Plus de deux cent cinquante kilomètres à vol d’oiseau séparent Anjanamasina et Ankavandra, village natal de Lezoma, et aucune route ne lie directement les deux localités. L’effort qu’a réalisé la mère pour accompagner son fils jusqu’aux portes de l’institution n’était-il pas réalisable une seconde fois ? En tous les cas, elle ne le reproduira pas. Par ailleurs, si amener son fils à l’asile peut être le moyen de le protéger et de lui assurer des conditions de vie minimales en dépit de son trouble, c’est aussi le moyen pour la famille de se préserver du blâme social qui entoure la folie. Le sentiment de déshonneur corollaire à la situation de son fils peut être moralement plus inacceptable que de le remettre définitivement aux mains des colonisateurs. L’institution apparaît ainsi comme le lieu d’un dilemme moral pour la famille, entre relégation, volonté de soin et préservation de l’honneur familial.

Désigner la folie, oublier l’enfant, rééduquer « l’indigène »

De l’apposition d’une entité nosographique : lire le corps à rebours

  • 32 ANOM, MAD GGM 5(6)/D50 – Rapport de l’AMI pour l’année 1914.
  • 33 Ibid.

13Pour autant, les autorités coloniales refusent qu’Anjanamasina devienne un lieu d’enfermement pour tout indigent. L’année d’arrivée de Lezoma, un rapport rappelle que « la pratique déplorable des provinces lointaines qui dirigent sur Anjanamasina des déments non dangereux vivant dans les villages de la charité publique » n’est pas chose acceptable32. « Leur place n’est pas à Anjanamasina […]. Les circulaires à ce sujet aux provinces ne paraissent pas avoir produit grand effet33 ». Lezoma lui-même ne franchit pas les portes de l’asile sans une observation attentive de sa situation et subit une période d’observation de quarante-huit heures préalables à la décision d’internement. C’est à cette occasion que les observations sur sa situation médicale sont les plus abouties.

  • 34 Arnold David, Colonizing the body. State medicine and epidemic disease in Nineteenth-Century India(...)
  • 35 AHPA, dossier de Lezoma – Page de garde du dossier.

14Tout se joue alors notamment sur l’aspect et les manifestations physiques de Lezoma, rejoignant ici une appréhension plus globale du sujet colonisé bien souvent perçu comme muet, où la principale investigation possible se situe au niveau du corps. Parce que considérée comme viciée ou inaccessible, la parole du malade n’est en effet qu’un élément périphérique du diagnostic en ce début de xxe siècle à Anjanamasina. Tout le travail du médecin consiste alors à décoder ce qui ne se dit pas, mais dont témoignerait le corps objectivé du malade34. La première indication nous renseigne ainsi sur l’appartenance de Lezoma à la « race Sakalava35 », population de l’ouest de l’île, correspondant à la situation du village de Lezoma, sans que l’on sache quelle est l’incidence concrète d’une telle inscription dans l’appréhension du malade par le médecin. Ce dernier poursuit :

  • 36 AHPA, dossier de Lezoma – Fiche d’observation d’entrée de Lezoma.

« Lezoma présente plusieurs cicatrices sur le corps, indices probables de suppurations cutanées anciennes. Le malade est animé de mouvements brusques et saccadés réguliers, il sautille en dansant, les mains agitées, le regard en l’air, le front ridé. En même temps il crie, fait semblant de parler sans qu’on puisse le comprendre. Il ne reste jamais tranquille, il cherche à se promener tout le temps dans sa chambre. L’examen des différents organes ne relève aucune particularité. […] Il a eu quatre attaques d’épilepsie ayant un caractère typique36. »

  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.

15Ces observations, couplées aux informations recueillies auprès de sa mère, conduisent le médecin à conclure que « Lezoma est incurable, idiot et épileptique37 ». Ce, avant d’inscrire cette phrase générique que l’on retrouve dans tous les dossiers lorsqu’il s’agit de décider d’un internement : « il est susceptible d’être dangereux pour son entourage et pour le public. Son internement dans un asile d’aliénés s’impose38 ». Si manifestement il y a bien une déficience chez Lezoma, on ne comprend pas ce qui motive précisément la qualification « d’idiotie », terme élaboré au xixe siècle pour désigner les états d’arriération mentale d’origine congénitale, par opposition à la démence qui, elle, atteint des personnes jouissant jusqu’alors de la plénitude de leur fonction mentale. Ici, le terme « d’idiotie » est glissant et manque d’une graduation précise. On peine à saisir les délimitations réelles de cette désignation lorsqu’il s’agit de Lezoma et, finalement, le médecin ne précise pas si cette idiotie est le résultat d’un trouble préalable, acquis dès la naissance, qui viendrait contrecarrer le récit de la mère, mais serait fidèle à une définition médicale stricte, ou bien s’il s’agit bel et bien de l’issue tragique de sa chute. La question de l’épilepsie, dont on imagine au vu des éléments du dossier que la première crise intervient juste après le choc, n’est pas considérée outre mesure et le lien entre épilepsie et idiotie, qui semble faire sens pour le médecin, n’est pas explicité.

Un récit muet sur la qualité d’enfant de Lezoma

16Les observations sur Lezoma ne se limitent pas aux premiers jours nécessaires à la décision d’internement, mais se poursuivent dans les mois qui suivent. Les termes se mélangent alors, la nature de ses souffrances se brouille et la seule assurance se situe dans la dégradation de sa situation. Quelques mois après son internement, Lezoma est décrit comme :

  • 39 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 2e semestre 1915.

« d’une constitution un peu faible […]. Il présente un crâne asymétrique, une dentition défectueuse. Il est doué d’une intelligence faible, il ne peut pas compter même jusqu’à 10. La plupart du temps il s’amuse à éplucher sa chemise et sa couverture, il sautille et chante tout le temps à propos de rien. Son regard est hébété. Il a des crises convulsives assez fréquentes39. »

  • 40 Duché Didier-Jacques, Histoire de la psychiatrie de l’enfant, Paris, PUF, 1990, 424 p. ; Arveiller (...)

17Alors qu’en Europe, la question des maladies mentales de l’enfant suscite un intérêt croissant à partir de la seconde moitié du xixe siècle40, il est frappant de constater que la situation d’interné de Lezoma supplante totalement sa condition d’enfant. Jamais il n’est fait mention de son âge au-delà du chiffre « douze » inscrit dans son dossier. Les conséquences de cette situation et la dissonance entre son profil et celui des autres internés ne sont pas plus évoquées. Au moment de son entrée à l’asile, comme dans les observations qui s’ensuivent, la qualité d’enfant de Lezoma ne bénéficie jamais d’une appréciation particulière. Aucune pratique de soin spécifique n’est évoquée et encore moins mise en œuvre.

  • 41 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 1er semestre 1922.

18À partir de 1916 et jusqu’en 1921, son dossier reste vide. Est-ce à cause d’archives perdues ou parce que les autorités sanitaires ne se soucient pas particulièrement de sa condition ? Impossible de le dire. En 1922, cinq années après les dernières observations en notre possession, les conclusions du médecin sont quasiment identiques aux précédentes : « le nommé Lezoma est un aliéné atteint d’idiotie et d’épilepsie. Il n’a pas présenté de changement mental au cours du semestre passé. Intelligence infirme comme les autres facultés intellectuelles, crises d’épilepsie convulsives très violentes. Il serait à maintenir41 ».

  • 42 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 2e semestre 1924.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.
  • 45 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 1er semestre 1926.

19En 1924, face à ces crises convulsives toujours violentes et fréquentes, on tente de lui administrer une médication à base de bromure, courante depuis le milieu du xixe siècle, dans l’espoir d’un changement de son état42. Pourquoi cet essai à ce moment-là dans la vie de Lezoma, près de dix ans après son arrivée ? Impossible de le savoir là aussi faute de document. On sait néanmoins que cette tentative « n’a donné lieu à aucune amélioration43 ». Le médecin le décrit alors comme « un dégénéré inférieur doué d’une intelligence rudimentaire, d’une mémoire nulle et [qui connaît un] effacement du sentiment affectif total44 ». On remarquera que le terme « d’idiotie » a disparu au profit de « dégénéré », sans que l'on ne comprenne une fois encore ce qui motive ce glissement dans le vocabulaire. En 1926, les conclusions du médecin sont sans appel : « aucun changement dans son état. Les crises convulsives sont toujours fréquentes. C’est un dégénéré inférieur peu susceptible d’amélioration45 ». De fait, quelques mois plus tard, durant le premier semestre de l’année 1927, Lezoma meurt sans qu’aucun changement ne soit constaté. Une fois de plus, les silences sont grands. On ne sait pas comment cette mort intervient, si son état s’est dégradé subitement ou sur un temps plus long, ni même si quelques éléments annonçaient cette déperdition. Ce silence renforce sa déshumanisation, le manque de précision donne l’image d’une institution asilaire indifférente face à un individu qui, en dépit de sa condition d’enfant, ne retient pas outre mesure l’attention des médecins.

L’enfant fou, un « indigène » comme les autres

  • 46 APHA, dossier de Georges – Bulletin d’observation à l’entrée, en date du 27 novembre 1921.
  • 47 APHA, dossier de Rabeto – Bulletin semestriel du 1er semestre 1925.
  • 48 APHA, dossier de Marie-Emilie – Certificat médical du 3 février 1932.

20Les autres dossiers concernant des enfants, tous postérieurs à celui de Lezoma, ne font pas non plus spécifiquement signe de leur jeune âge. Ainsi, le dossier de Georges, interné le 27 novembre 1921 à l’âge de neuf ans, souligne que bien que « normalement constitué pour son âge », son aphasie et son idiotie justifient l’internement46. Le dossier de Rabeto, interné le 29 mai 1925 à l’âge de 11 ans, précise uniquement qu’il s’agit là « d’un pauvre petit47 ». Celui de Marie-Emilie, internée à 14 ans le 3 février 1932, explique que cette « jeune femme de taille courte » à « l’attitude ramassée » est atteinte de crétinisme48. Dans chacun de ces cas, aucun autre détail spécifique n’est donné sur leur âge au-delà de ces quelques indications. Dans les autres dossiers concernant des jeunes de moins de seize ans, rien ne fait mention de leur âge au-delà du chiffre inscrit sur la première page. On ne trouve pas de trace d’une volonté de proposer un traitement ou une éducation propre aux enfants.

  • 49 Denéchère Yves, Tisseau Violaine (dir.), Enfances (dé)colonisées, Revue d’histoire de l’enfance « i (...)
  • 50 Esoavelomandroso Faranirina, « Aînés et cadets : le foyer chrétien des jeunes gens d’Antananarivo ( (...)

21Le cas de Lezoma, comparé à quelques autres, nous permet ainsi de comprendre que l’asile n’est pas le lieu où se pense une institutionnalisation particulière de la prise en charge des enfants malades. Un tel constat peut surprendre quand on sait l’enjeu politique et social qu’a pu représenter cette prise en charge dans les colonies, parfois véritable outil de colonisation49. Si « les limites de la jeunesse sont elles-mêmes des plus mouvantes, dans la mesure où elles se définissent à l’usage50 », on comprend que l’entrée à l’asile vient déplacer ces limites, et signe l’abandon du statut d’enfant au profil de la seule identité de malade – du point de vue médical du moins. Cette situation s’explique selon nous pour deux raisons : la nature de l’ambition coloniale, venue apporter la « civilisation » à « l’indigène » considéré alors comme un enfant sur la voie de l’éducation ; et la nature même du projet asilaire qui cherche, à une échelle plus réduite, à réinscrire l’individu dans un ordre social et une « normalité » retrouvée.

  • 51 Cette question a été abondamment travaillée par les historiens de la colonisation. De manière non e (...)

22Avec l’installation des Français à Madagascar, le colonisé relève désormais du régime de l’indigénat, législation d’exception séparant les citoyens français des populations colonisées, désormais considérées comme « sujets indigènes ». Ces derniers se retrouvent donc soumis à un régime discriminatoire, fait d’une série de règles et de mesures répressives devant permettre d’éduquer et d’encadrer le sujet sur la voie de l’émancipation et de la « civilisation »51. « L’indigène » n’est donc pas un individu comme les autres, pleinement accompli, mais un sujet en construction, sur la voie du progrès, qu’il faut policer dans chaque situation pour lui permettre de devenir cet homme rationnel et abouti que représente le colon.

  • 52 Gallien, Le fou colonisé…, p. 223-256.
  • 53 Reboul, Régis, Rapport sur l’assistance…, p. 113.
  • 54 Cette question centrale de l’acclimatation traverse tous les développements psychiatriques aux colo (...)

23Pour le colonisateur, il faut accompagner tout « indigène », qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un adulte, jusqu’à la « civilisation » à partir de ce régime provisoire qu’est « l’indigénat », voué in fine à disparaître. Le statut d’aliéné n’est qu’un prolongement de cette situation. Bien entendu, « l’indigène » reste maître de ses biens et doit répondre de sa responsabilité devant une juridiction spécifique à l’indigénat, ce qui n’est pas le cas du « fou » une fois reconnu comme « aliéné » et alors considéré, selon la législation de 1838, comme un mineur. Mais tout le projet d’Anjanamasina est là aussi d’accompagner le malade sur la voie d’une « normalité » retrouvée, par un encadrement strict et une éducation au travail52. Les autorités coloniales sont très claires à ce sujet : il s’agit d’accompagner les malades provisoirement, de les éduquer et de leur faire retrouver des repères sociaux dissolus par la maladie. « L’asile ne doit pas être une simple garderie. Il y a lieu de traiter [le malade] chronique, de calmer son agitation, de l’améliorer, sinon de le guérir53 ». « L’indigène », qu’il s’agisse d’un enfant ou d’un adulte, fou ou non, reste ainsi un individu en devenir. La maladie mentale ne fait que raffermir cette nécessité d’une prise en charge particulière du sujet. Si être fou en situation coloniale c’est être atteint d’une déficience au carré – « indigène » et « fou » –, le statut de mineur n’est pas considéré par les médecins comme un élément de dissociation particulier. Entrer à l’asile, c’est donc renoncer à son identité sociale, voire personnelle, au profit de celle « d’indigène aliéné ». Un indigène doublement déficient, n’ayant pas été capable de s’acclimater aux changements apportés par la « modernité » européenne54. Enfant, jeune ou vieillard, aucune de ces différences ne constitue en soi un critère d’appréciation déterminant pour les autorités médicales de l’asile, puisque c’est le colonisé dans son entièreté qu’il s’agit de transformer.

Conclusion

24La réalité des soins et des transformations a-t-elle été à la hauteur des ambitions affichées ? Dans le cas de Lezoma, difficile de le dire. On ne peut que constater une mort précoce qu’on ne saurait imputer à sa déficience mentale ou aux conditions d’internement. Outre les médecins, le personnel de surveillance et les infirmières éprouvaient-ils autant d’indifférence à sa condition d’enfant ? Comment les autres malades percevaient-ils cet enfant ? Dans l’état actuel de la documentation, il n’est pas possible d’apporter des réponses sur la qualité du soin et de l’accueil réservé à Lezoma. Fut-il capable d’apprécier la situation ? D’exprimer des sentiments ou de manifester une affectivité ? Qu’a-t-il pensé de ce voyage, de son arrivée à l’asile, de cette solitude subie ? Dissimulé en premier lieu par le regard du médecin, puis par celui de sa mère, il est impossible de le dire. Remettre cependant au centre de l’enquête cet itinéraire qui ne se dévoile qu’en aperçu, c’est éclairer le devenir d’un enfant considéré comme « anormal » en situation coloniale tout en complexifiant l’image d’une institution asilaire souvent décrite comme omnisciente et prédatrice lorsqu’elle s’articule aux enjeux de la colonisation. Face à l’indifférence quant au jeune âge de Lezoma, au flou de sa condition d’interné et à l’incertitude du diagnostic et des traitements qui lui sont associés, c’est surtout l’effort de la mère qui interpelle, possiblement tout autant inquiète du devenir de son enfant que du blâme social qui entoure la famille du fait de sa situation. L’asile, plus qu’un outil de colonisation, se révèle ici comme le moyen d’une résilience, mobilisé par les « indigènes » face aux conditions concrètes d’existence.

Haut de page

Notes

1 Seul le prénom est conservé ici afin de préserver son identité.

2 Les termes « Européens » et « Indigènes » sont à entendre comme des catégories juridiques propres à la situation coloniale, dépassant une stricte définition géographique. Le terme « Indigène » désigne ainsi toute personne soumise au régime de l’indigénat pendant la période coloniale.

3 La loi du 30 juin 1838 instaure dans chaque département français l’obligation d’avoir un établissement à l’accueil des « fous ». À Madagascar, l’encadrement des aliénés relève donc de la loi française et fait d’Anjanamasina une institution répondant directement de l’administration coloniale.

4 Le modèle médical déployé à Madagascar est l’un des plus précoces de l’empire colonial français avec notamment la création de l’assistance médicale indigène (AMI) dès 1898. Voir : Merlin Jean, Mafart Bertrand, Triaud Jean-Louis, « L’assistance médicale indigène à Madagascar (1898-1950) », Médecine Tropicale, 63, 2003, p. 17-23.

5 Reboul Henri, Régis Emmanuel, Rapport sur l’assistance des aliénés aux colonies, Paris, Librairie de l’Académie de médecine, 1912, p. 111.

6 Ibid.

7 Archives nationales d’outre-mer (ANOM), MAD GGM 5(6)/D30-32, « Rapport sur le fonctionnement de l’assistance médicale indigène à Madagascar pendant l’année 1914 ».

8 Archives de la République de Madagascar (ARM), H 313, rapport de 1946.

9 Archives de l’hôpital psychiatrique d’Anjanamasina (AHPA), rapport de 1913.

10 Moyenne effectuée à partir de cent soixante-six dossiers de patients internés à Anjanamasina entre 1912 et 1920, les seuls ayant résisté au temps et nous étant parvenus pour cette première décennie de fonctionnement asilaire.

11 Sur les cent soixante-six dossiers étudiés pour la période, vingt-deux ne mentionnent aucun diagnostic médical précis et se limitent à la description des symptômes de la maladie.

12 Tout au long de notre étude, il s’agit des médecins Sarramon et Roussy, successivement en poste à Anjanamasina. Non formés spécifiquement aux questions de santé mentale, anciens élèves de l’école de médecine militaire de Bordeaux, ils supervisent en parallèle le centre pénitencier éponyme situé à quelques kilomètres de là.

13 Sur la spécificité de l’archive coloniale voir : Stoler Ann-Laura, Au cœur de l’archive coloniale. Questions de méthode, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019. Sur la spécificité de l’archive psychiatrique, voir : Thifault Marie-Claude, Perreault Isabelle, Klein Alexandre et al. (dir.), Santé mentale au Québec – L’archive psychiatrique, 41, 2016, 195 p. ; Basso Elisabetta, Delbraccio Mireille, « La psychiatrie en ses archives, entre histoire et épistémologie », Revue d'histoire des sciences, 70, 2017, p. 255-273.

14 Si le personnel médical malgache maîtrise le français, langue dans laquelle se déroulent les concours de recrutement, il est bien plus rare qu’il en soit de même pour les internés. La plupart viennent en effet des milieux les plus modestes et n’ont donc pas ou peu eu accès à l’instruction scolaire.

15 Pour ne citer que les plus récents : Mahone Sloan, Megan Vaughan (dir), Psychiatry and Empire, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, 243 p. ; Scarfone Marianna, La psichiatria coloniale italiana: teorie, pratiche, protagonisti, istituzioni (1906-1952), thèse d’histoire, Venise-Lyon, Univ. Ca’ Foscari et Lyon II, 2014 ; Studer Nina, The Hidden Patients: North African Women in French Colonial Psychiatry, Köln, Böhlau Verlag, 2015, 320 p. ; Edington Claire, Beyond the Asylum: Mental Illness in French Colonial Vietnam, Ithaca, Cornell University Press, 2017, 312 p. ; Gallien Raphaël, Le fou colonisé. Une histoire de l’institution psychiatrique en situation coloniale. L’exemple de l’île de Madagascar entre 1900 et 1960, mémoire d’histoire, Paris, Univ. Paris VII-Denis Diderot, 371 p. ; Kilroy-Marac Katie, An Impossible Inheritance Postcolonial Psychiatry and the Work of Memory in a West African Clinic, Berkeley, University of California Press, 2019, 288 p.

16 Sadowsky Jonathan, Imperial Bedlam: Institutions of Madness in Colonial Southwest Nigeria, Berkeley, University of California Press, 1999, 180 p. ; Du Plessis Rory, « Popularising and promoting the asylum: photography and image making at the Grahamstown Lunatic Asylum, 1890-1907 », Image & Text, 22, 2013, p. 96-129 ; « Beyond a clinical narrative: casebook photographs from the Grahamstown Lunatic Asylum, c. 1890s », Critical Arts, 29, 2015, p. 88-103.

17 Bien que discrète chez les historiens de l’Afrique, cette démarche est désormais courante chez les historiens de la psychiatrie en occident qui depuis une vingtaine d’années n’ont pas manqué de « dépsychiatriser » l’histoire de la psychiatrie afin de la réintégrer dans une histoire sociale plus large. Pour un bilan sur cette question voir : Guillemain Hervé, « L’historien·ne passe-muraille », Histoire, médecine et santé, 15, 2020, p. 143-151.

18 Faire de la seizième année un passage entre le statut d’enfant à adulte reste arbitraire et discutable, alors que les frontières de l’enfance restent toujours mouvantes en fonction des sociabilités. Nous retenons seize ans en raison de l’admission au catéchuménat chez les protestants, religion majoritaire sur l’île, qui a lieu à cet âge-là. Cette admission marque le passage du statut d’ankizilahy (garçon) à celui de tovolahy (jeune homme célibataire). Voir : Esoavelomandroso Faranirina, « Aînés et cadets : le foyer chrétien des jeunes gens d’Antananarivo (1924-1960) », Almeida-Topor Hélène, Goerg Odile, Coquery-Vidrovitch Catherine et al. (dir.), Les jeunes en Afrique, La politique et la ville (tome II), Paris, L’Harmattan, 1992, p. 400-415.

19 AHPA, dossier de Lezoma – Fiche d’observation d’entrée de Lezoma.

20 Ibid.

21 Guillemain Hervé, Schizophrènes au xxe siècle. Des effets secondaires de l’histoire, Paris, Alma Éditeurs, 2018, p. 107-136.

22 Burguet Delphine, « Médecins blancs et sorciers en pays colonisé : politiques de santé, modes d’influence et oppositions », Health, Culture and Society, 7, 2014, p. 38-53.

23 « Raha misy olona atao ho adala voampanga, ka hotsaraina, dia asain’ny Mpitsara hizahan’ ny Mpanao fanafody izy aloha, na adala tokoa na tsia, koa raha hita marina fa adala tokoa izy, dia ajanona […] » [Si une personne supposée atteinte d’aliénation mentale est sous le coup d’une accusation, et sur le point de passer en jugement, les juges devront d’abord la faire examiner par un médecin afin de savoir si, réellement, elle est aliénée ou non]. Code des 305 articles promulgué par la Reine Ranavalona II, le 22 mars 1881 à Antananarivo.

24 Raison-Jourde Françoise, Bible et pouvoir à Madagascar au xixe siècle. Invention d’une identité chrétienne et construction de l’État, Paris, Karthala, 1991, 840 p. ; Rakotomalala Malanjaona, Blanchy Sophie, Raison-Jourde Françoise, Madagascar : les ancêtres au quotidien. Usages sociaux du religieux sur les Hautes-Terres Malgaches, Paris, L’Harmattan, 2001, 530 p.

25 AHPA, dossier de Lezoma – Fiche d’observation d’entrée de Lezoma.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ce qui n’est ici qu’une hypothèse se rencontre régulièrement dans les dossiers d’Anjanamasina : les proches ne parvenant plus à assurer la subsistance du malade qui ne peut gagner lui-même sa vie, expliquent que l’asile est le moyen d’une prise en charge. Les médecins eux-mêmes justifient parfois l’internement par l’incapacité du malade à assurer sa subsistance en dehors. À l’inverse, certains malades, non guéris, mais stabilisés, obtiennent leur sortie à condition que leur famille les prenne en charge et assure leur subsistance à défaut de leur remise au travail.

29 Fremigacci Jean, État, économie et société coloniale à Madagascar (fin xixe siècle-1940), Paris, Karthala, 2014, 616 p.

30 Andriamanjato Richard, Le tsiny et le tody dans la pensée malgache, Paris, L’Herne, 2013, 162 p.

31 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 2e semestre 1923.

32 ANOM, MAD GGM 5(6)/D50 – Rapport de l’AMI pour l’année 1914.

33 Ibid.

34 Arnold David, Colonizing the body. State medicine and epidemic disease in Nineteenth-Century India, Berkeley, California Press, 1993, 354 p. ; Callède Jean-Paul, « La problématique du “contact” et l’enjeu du corps en situation coloniale selon René Mautier », Hommes et migrations, 2011, p. 10-18 ; Stoler Ann-Laura, La chair de l’empire. Savoirs intimes et pouvoirs raciaux en régime colonial, Paris, La Découverte, 2013, 400 p. ; Fanon Frantz, Écrits sur l’aliénation et la liberté. Textes réunis, introduits et présentés par Jean Khalfa et Robert Young, Paris, La Découverte, 2015.

35 AHPA, dossier de Lezoma – Page de garde du dossier.

36 AHPA, dossier de Lezoma – Fiche d’observation d’entrée de Lezoma.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 2e semestre 1915.

40 Duché Didier-Jacques, Histoire de la psychiatrie de l’enfant, Paris, PUF, 1990, 424 p. ; Arveiller Jacques, « Adolescence, médecine et psychiatrie au xixe siècle », L’Évolution psychiatrique, 71, 2006, p. 195-221 ; Boussion Samuel, Coffin Jean-Christophe, Le psychiatre, l’enfant et l’État. Enjeux d’une spécialité en construction, 1900-1950, Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 18, Rennes, PUR, 2016, 342 p. ; Le Bras Anatole, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914), Paris, CNRS Éditions, 2018, 298 p.

41 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 1er semestre 1922.

42 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 2e semestre 1924.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 AHPA, dossier de Lezoma – Bulletin semestriel du 1er semestre 1926.

46 APHA, dossier de Georges – Bulletin d’observation à l’entrée, en date du 27 novembre 1921.

47 APHA, dossier de Rabeto – Bulletin semestriel du 1er semestre 1925.

48 APHA, dossier de Marie-Emilie – Certificat médical du 3 février 1932.

49 Denéchère Yves, Tisseau Violaine (dir.), Enfances (dé)colonisées, Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 22, Rennes, PUR, 2020. Sur cet enjeu dans le cas malgache, voir notamment : Tisseau Violaine, Être métis en Imerina (Madagascar) aux xixe-xxe siècles, Paris, Karthala, 2017.

50 Esoavelomandroso Faranirina, « Aînés et cadets : le foyer chrétien des jeunes gens d’Antananarivo (1924-1960) », Almeida-Topor Hélène, Coquery-Vidrovitch Catherine, Goerg Odile et al., Les jeunes en Afrique, La politique et la ville, tome II, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 404.

51 Cette question a été abondamment travaillée par les historiens de la colonisation. De manière non exhaustive, voir : Saada Emmanuelle, « Citoyens et sujets de l’empire français. Les usages du droit en situation coloniale », Genèses, 53, 2003, p. 4-24 ; Mann Gregory, « What was the Indigénat? The “Empire of Law” in French West Africa », Journal of African History, 50, 2009, p. 331-353 ; Urban Yerri, L’Indigène dans le droit colonial français 1865-1955, Paris, LGDJ, 2011, 665 p. ; Thénault Sylvie, « L’indigénat dans l’Empire français : Algérie/Cochinchine, une double matrice », Monde(s), 2, 2017, p. 21-40.

52 Gallien, Le fou colonisé…, p. 223-256.

53 Reboul, Régis, Rapport sur l’assistance…, p. 113.

54 Cette question centrale de l’acclimatation traverse tous les développements psychiatriques aux colonies. Pour un panorama global sur cet enjeu, voir : Mahone & Megan, Psychiatry and Empire…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Gallien, « De l’enfance à la folie en situation coloniale »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 23 | 2021, 87-101.

Référence électronique

Raphaël Gallien, « De l’enfance à la folie en situation coloniale »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 09 septembre 2023, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5680 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5680

Haut de page

Auteur

Raphaël Gallien

Raphaël Gallien est doctorant contractuel au sein du centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA) et rattaché à l’université de Paris. Sa thèse est consacrée à l’histoire de la folie à Madagascar depuis la fin du XIXe siècle jusqu’au début des années 2000. Il est également membre du programme ANR « Aliéné mental et indigène. Histoire d’une double discrimination de statut en Afrique française (fin XIXe siècle-1960) »

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search