Skip to navigation – Site map

HomeNuméros23DossierDe l’enfance à la folie en situat...

Dossier

De l’enfance à la folie en situation coloniale

Trajectoire d’un enfant malgache confronté à l’internement asilaire colonial (1902-1927)
From childhood to madness in a colonial situation. Trajectory of a Malagasy child confronted with colonial asylum internment (1902-1927)
Raphaël Gallien
p. 87-101

Abstracts

1914, in Madagascar’s only lunatic asylum, a child is interned for the first time. Twelve-year-old named Lezoma is brought in by his mother, who hopes for a better care for her son. However, the medical authorities remain silent to his condition of child and do not distinguish him from other patients. This silence reveals one of the main motivations of the asylum supervision: “l’indigène”, child or not, remains in the eyes of the authorities an unfulfilled subject that has to be educated towards the path of reason and “civilization”. For the doctors, Lezoma’s young age is therefore not specific to the asylum project and does not warrant any particular attention. Nevertheless, to follow Lezoma’s journey reveals the expectations and adjustments of colonial psychiatry and to sheds a new light on the life story of a child considered “abnormal” during colonization.

Top of page

Excerpt

Full text document will be published online on September 2023.

Outline

D’une « lourde chute » à la chronicité asilaire : retour sur la trajectoire de Lezoma
D’une petite enfance « normale » à l’arrivée à Anjanamasina
« Il était devenu intraitable et entêté » : l’asile comme dernier recours
Au-delà du renoncement : abandonner son enfant pour mieux le sauver ?
Désigner la folie, oublier l’enfant, rééduquer « l’indigène »
De l’apposition d’une entité nosographique : lire le corps à rebours
Un récit muet sur la qualité d’enfant de Lezoma
L’enfant fou, un « indigène » comme les autres
Conclusion

First lines

L’asile d’aliénés d’Anjanamasina, situé à dix-huit kilomètres au nord-ouest de la capitale du pays, Tananarive, est ouvert depuis moins de deux années lorsque Lezoma y entre pour la première fois au début de l’année 1914. L’établissement s’étend alors sur un peu plus de deux hectares et se compose d’une dizaine de pavillons qui séparent les malades européens des malades indigènes, les malades « agités » des malades « tranquilles », les hommes des femmes. Les autorités voient dans cette institution un modèle de gestion de la folie dans l’espace colonial français. C’est en effet le premier établissement qui, au-delà de la métropole, répond de la loi du 30 juin 1838 et place ainsi le malade aliéné sous l’autorité de l’administration coloniale. Quelques « maisons de fous » existaient préalablement à Madagascar ou dans d’autres territoires, tels que la Martinique ou la Guadeloupe, mais le déploiement d’un modèle aliéniste à l’architecture propre et s’insérant dans une politique sanitaire...

Top of page

References

Bibliographical reference

Raphaël Gallien, “De l’enfance à la folie en situation coloniale”Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 23 | 2021, 87-101.

Electronic reference

Raphaël Gallien, “De l’enfance à la folie en situation coloniale”Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [Online], 23 | 2021, Online since 09 September 2023, connection on 22 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/rhei/5680; DOI: https://doi.org/10.4000/rhei.5680

Top of page

About the author

Raphaël Gallien

Raphaël Gallien est doctorant contractuel au sein du centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA) et rattaché à l’université de Paris. Sa thèse est consacrée à l’histoire de la folie à Madagascar depuis la fin du XIXe siècle jusqu’au début des années 2000. Il est également membre du programme ANR « Aliéné mental et indigène. Histoire d’une double discrimination de statut en Afrique française (fin XIXe siècle-1960) »

Top of page

Copyright

© PUR

Top of page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search