Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23DossierLes délinquants mineurs : des ali...

Dossier

Les délinquants mineurs : des aliénés difficiles ?

Juvenile delinquents: difficult lunatics? (Villejuif mental hospital 1910-1960)
Véronique Fau-Vincenti
p. 139-153

Résumés

Les établissements psychiatriques, et en particulier celui de l’asile de Villejuif où a été ouverte en 1910 une section réservée aux aliénés délinquants et criminels, ont reçu des mineurs déclarés pénalement irresponsables ou estimés aliénés. Parmi eux, des jeunes gens qui avaient été précédemment placés en colonies pénitentiaires, mais aussi des fils de bonne famille ayant pour certains un passif en maisons de santé privées. La prise en charge de leur délinquance ou leur méconduite témoigne de l’approche médico-légale dont ils ont fait l’objet. Considérés plus fous que « dévoyés », les uns n’ont parfois connu qu’une vie marquée par une enfance abandonnée ou irrégulière aux prises avec des institutions dédiées à la répression de la délinquance alors que les cas des autres illustrent comment la psychiatrie s’est faite l’auxiliaire d’une « police des familles » confrontée aux inconduites vues au travers d’un prisme pathogène. Désignés comme des dégénérés, des déséquilibrés ou des pervers, victimes de « tares constitutionnelles » selon les médecins, ces jeunes gens ont été appréhendés comme des inadaptés, inamendables et imperméables aux sanctions pénales avant que ne se pose de nouveau la question de leur responsabilité.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2023.

Plan

« Les enfants du malheur »
La police des familles ou l’exception sociale
Conclusion

Aperçu du texte

Le 9 août 1912, dans le journal Le Matin, le Dr Jacques Roubinovitch brosse le portrait édifiant d’enfants et d’adolescents « malfaisants » :

« Hauts comme des bottes, ces tristes héritiers passent déjà pour des êtres malfaisants, car chaque jour de leur existence laisse à la famille, à l’entourage le souvenir de quelques niches plus ou moins méchantes, d’un larcin d’argent ou de friandise, d’une violence, d’une insolence, d’une invention diabolique destinée à mettre le trouble dans une famille […]. Beaucoup de familles affligées de pareils rejetons les gardent tant qu’elles peuvent dans le vague espoir d’un changement avec l’âge… Trompeuse attente ! Plus ils avancent, plus ces jeunes amoraux progressent dans le mal. À l’école, au collège, au lycée, ils se montrent aussi inadaptables et dangereux que chez eux […]. Car bientôt hélas ! C’est le conflit avec l’ordre social qui va commencer, conflit incessant tantôt sous la forme d’un délit – vagabondage, vol ; tantôt sous forme d’un cri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Fau-Vincenti, « Les délinquants mineurs : des aliénés difficiles ? »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 23 | 2021, 139-153.

Référence électronique

Véronique Fau-Vincenti, « Les délinquants mineurs : des aliénés difficiles ? »Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 09 septembre 2023, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhei/5798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhei.5798

Haut de page

Auteur

Véronique Fau-Vincenti

Docteure en histoire, chercheure associée au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP) et à l’Institut d'Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IRHIM). Elle travaille sur l’histoire de la psychiatrie médico-légale et sur l’imprégnation sociétale de l’aliénisme

Haut de page

Droits d’auteur

© PUR

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search